Main News

Europe

PARIS - French President Emmanuel Macron will meet British Prime Minister Boris Johnson on August 22 to discuss Brexit as well as the crises in Iran and Syria, an official from Macron’s office

said on Monday.

“The President of the Republic will host Boris Johnson for a working dinner at the Elysee Palace, which will be preceded by remarks to the press,” said the official.

Johnson is also scheduled to meet German Chancellor Angela Merkel on Wednesday this week.

AB/

MADRID - Spain and Italy appear to have struck a deal that will see the 107 migrants stranded in the Mediterranean for 18 days disembark at the Spanish port of Mallorca, Spanish rescue ship Open Arms said on Monday.

Open Arms described the decision as “incomprehensible,” given the deteriorating conditions on the ship and their proximity to the Italian island of Lampedusa.

For more than two weeks, the migrants have been left floating off the Italian coast, caught between a tug of war between Italy’s far-right interior minister Matteo Salvini’s tough line on immigration and the EU´s initial reluctance to find a solution.

Open Arms said on Monday that disembarking in Mallorca would add another three days what has been a trying situation.

“If an agreement has indeed been reached, it’s essential for Italy and Spain to take responsibility for ensuring, by providing the necessary means, that these people finally disembark at a safe harbor,” the organization said in a statement.

When contacted by Reuters on Monday, a senior official with the Spanish government declined to comment.

AB/

 

 

MOSCOW - Defense chiefs of Russia and Venezuela have signed an agreement overseeing visits by warships of both nations to each other's ports amid persistent US efforts to undermine the government in Caracas.

The military agreement was signed in Moscow on Thursday between Russian Defense Minister Sergei Shoigu and his visiting Venezuelan counterpart Vladimir Padrino Lopez, the Interfax news agency reported.

The development came nearly a week after President Nicolas Maduro vowed during a rally in Caracas that Venezuela ready to resist and "defeat" Washington's "imperialist blockade" against the South American nation.

His remarks followed repeated rounds of US sanctions, deteriorating Venezuela's economic problems but still failing to dislodge him from power or prompt the nation's military authorities to turn against him.

Washington has repeatedly demanded that Moscow withdraw its support for Maduro. Russia has rejected the request, insisting that the US is attempting to instigate a coup against the Venezuelan president in defiance of international law.

The US threatened Russia with new sanctions last month over its support for Maduro. The White House's point man for Venezuela, Elliott Abrams, said the new sanctions against Moscow would be announced on July 25.

"The pressure will continue," he said at the time. "On Russia, we are still thinking about what sanctions to apply, individual or sartorial."

Russia said on Thursday the situation in Venezuela remains tense due to US pressure on the South American country.

Foreign Ministry spokeswoman Maria Zakharova said Washington ignored Moscow's calls to lift sanctions on sectors relevant to Venezuelans' social well-being.

Russia, she said, aimed to improve the humanitarian situation in Venezuela.

'UK training saboteurs in Guyana'

Zakharova also accused the UK of preparing several dozen saboteurs at a base in neighboring Guyana for the "further destabilization of the situation" in Venezuela.

"They [the UK] are finishing the construction of a military base on one of the islands in the mouth of the river Essequibo [in neighboring Guyana], under the pretext of suppression of the smuggling of weapons and drugs," she said.

Zakharova added that a campaign to discredit Venezuela was being pursued, with the purpose to portray the country as a major drug threat in the region.

She stressed that accusations against Venezuela were not valid as they contradicted UN and US State Department reports, in which other countries are identified as "dominant drug suppliers in the Western Hemisphere."

Venezuela has been rocked by political unrest since Jan. 10 when President Maduro was sworn in for a second term. Tension escalated when parliament member Juan Guaido declared himself as interim president.

Russia, China and Iran have thrown their weight behind Maduro, as has Turkey.

Spain, Britain, France, Sweden, Germany, Japan and Denmark joined the US and Canada in recognizing Guaido as Venezuela's interim leader.

 

 

LONDON - The United Kingdom’s (UK) dependence on the US as the military-power-in-charge continues to grow, as a new report reveals the size of Britain's armed forces has fallen for the ninth

consecutive year. The Army, the RAF and the Royal Navy have all seen a decline in the number of fully-trained personnel - with the Army experiencing the biggest fall, new Ministry of Defence

figures showed.

The latest figures showed the Army was more than 7,000 troops short of the government's target of 82,000.

In July there were 74,440 full-time and fully-trained troops, down from 76,880 last year.

There were smaller declines for the RAF and navy but they also failed to meet their target strength.

The RAF total stood at 29,930 of the required 31,840, while the Royal Navy and Royal Marines dropped to 29,090 of the required 30,600.

Observers are highlighting the UK's growing reliance on the United States as the dominant military power, often taking orders from Washington in cases of conflict, such as the recent maritime

piracy of an Iranian tanker off the shores of Gibraltar.

This is while Britain's decision to join the so-called US "coalition" to supposedly protect shipping lanes in the Persian Gulf has not come as a surprise to observers.

The UK initially announced its intention to form a "coalition" with European countries, but was unable to secure even one fully paid up partner.

In view of Britain's diminished naval capacity, the royal navy risks looking inept and clumsy by over-stretching itself in the Persian Gulf.

PM Boris Johnson's subservience to the US, as other nations keep their distance, is predicted to further isolate Britain from the world stage.

 

Mediterranean

ANKARA - A US delegation has arrived in Turkey to set up an operation center in the country for the stated purpose of creating a "safe zone" in Syria.

The Turkish Defense Ministry made the announcement on Monday.

The operation center was reportedly ready to run "in the coming days," after what was described as "preliminary preparation."

Turkish Ministry of National Defense also confirmed that the six-person delegation traveled to the southern province of Sanliurfa, where "work is underway to establish a Joint Action Center for the Safe Zone, which is planned to be coordinated with the US in the north of Syria."

After months of deadlocked negotiations, Ankara and Washington announced last week that they have agreed to work to establish the operation center.

"We have said on every occasion that we need a width of 30 to 40 kilometers," Defense Minister Hulusi Akar told TRT television on Monday.

Turkey also insists that the zone have no US-backed Syrian Kurdish troops, known as the Kurdish People's Protection Units (YPG).

Turkey views the YPG as the Syrian branch of the homegrown Kurdistan Workers' Party (PKK) militant group, which has been fighting for autonomy for decades. Like Ankara, the US has listed the PKK as a terrorist group, but views the YPG as an ally in its so-called fight against the Takfiri Daesh terror group.

Damascus has condemned Ankara and Washington's violation of its sovereignty.

GENEVA - Following the collapse of the latest truce in the Syrian city of Idlib at the start of this week, a senior UN official urged Member States to increase their support for “critical humanitarian needs” in the country’s last opposition-held enclave.

Najat Rochdi, the Senior Humanitarian Adviser to the UN’s Syria Envoy, said in a statement released on Thursday, that “a new wave of violence is again threatening the lives of millions of civilians who live in the Idlib area, more than a million of whom are children”.

“During the lull in the fighting”, said Ms. Rochdi, “many civilians had returned to their homes and are currently in areas where heavy attacks have resumed putting them at great risk”.

The senior UN official added that humanitarian actors are increasingly concerned by statements suggesting a possible military intervention, “which would have severe humanitarian consequences in an area that has already witnessed years of military activity, displacement, droughts and floods”.

AB/

ANKARA - Turkish President Recep Tayyip Erdogan says his country's troops will launch an offensive in an area controlled by US-backed Kurdish militants in northern Syria and that Ankara has already notified the United States and Russia of the operation.

"We entered Afrin, Jarablus, al-Bab. Now we will enter the (area) east of the Euphrates. We shared this (information) with Russia and the US. As long as harassment fire continues, we cannot remain silent," Erdogan warned on Sunday, without providing details on the time of the offensive.

The Turkish president also said Ankara has for some time been patient with the United States, which made an agreement with Turkey to implement a safe zone in northeastern Syria, but that "patience has an end."

Turkey has been in talks with the US over the establishment of a militant-free safe zone across its border in northern Syria.

Washington revised plans for a total pullout of troops from Syria by saying in February that in total between 800 and 1,500 foreign troops would be sent on a mission to police northeastern Syria in the near future. About 400 of the troops are American.

This is deemed as a reversal of promises by President Donald Trump to withdraw all 2,000 US troops from the Arab country once Washington's alleged fight against terrorism ends.

Turkish Foreign Minister Mevlut Cavusoglu last month warned in an interview with broadcaster TGRT Haber that if the planned demilitarization zone is not established in the northern parts of Syria, Turkey will launch a new cross-border incursion into the Arab country.

Turkey suspects the US and allies are helping the Kurdish People's Protection Units (YPG) forces based in the east of the Euphrates river to establish a permanent foothold in the region. Ankara views the armed Kurds in northeastern Syria as an extension of the outlawed Kurdish militants of the Kurdistan Workers' Party (PKK).

Damascus has categorically rejected any deal between Turkey and the US on a buffer zone in northern Syria, describing it as a violation of its sovereignty.

AB/

TEL AVIV - The report comes as Turkish defence officials warned that the United States "has no legal basis" for excluding Ankara from the F-35 programme since Washington froze the delivery of the fighter jets over Turkey's acquisition of Russia-made S-400 air defences.

Israel lobbied the United States to exclude Turkey from the F-35 stealth fighter jet programme as part of its efforts to preserve a qualitative military edge in the region, The Times of Israel reported, citing Channel 12.

Since Turkish President Recep Tayyip Erdogan refused to abandon a deal to purchase Russian-made S-400 missile defence systems, Israel, which is the second country after the US to receive the F-35 from Lockheed Martin, reportedly tried to block Washington from selling the jets to Ankara over alleged concerns that it would give Turkey advanced air capabilities.

Neither Israeli, nor American officials have commented on the report so far.

In mid-July, the US announced a decision to remove Turkey from its F-35 programme after Ankara received the first batch of Russia's S-400s, saying that the fighter jets "cannot coexist with a Russian intelligence collection platform that will be used to learn about its advanced capabilities".

"Unfortunately, Turkey's decision to purchase Russian S-400 air defence systems renders its continued involvement with the F-35 impossible", the White House said in a press release on 17 July.

The unilateral move was blasted by the Turkish Foreign Ministry as having "no legitimate foundations":

"It is unfair that Turkey, which is one of the [United States'] main partners on the F-35 programme, is excluded from it. We are calling on the United States to abandon this mistake which cause irreparable damage to our strategic relations".

Turkey received the first batch of S-400s last month in a move that caused US President Donald Trump to consider imposing sanctions on the NATO ally.

The US has on a multitude of occasions voiced concerns the S-400s are incompatible with NATO military equipment and claimed that the Russian systems pose a threat to the F-35s, for the simultaneous procurement would ostensibly give Russian experts key insights into sensitive data related to the jet's technology.

Washington has likewise threatened to impose sanctions on Ankara under the Countering America's Adversaries Through Sanctions Act (CAATSA). The Turkish side has, for its part, insisted that the acquisition of those weapons is its sovereign affair and has dismissed the possibility of abandoning plans to complete the deal.

North Africa

LONDON - The bloody events of 14 August 2013, when Egyptian security forces killed at least 900 people during the violent dispersal of mass anti-government sit-ins in Rabaa al-Adawiya and al-Nahda squares, has cast a shadow over Egyptian society that lingers to this day, said Amnesty International today.

More than 650 people who participated in the sit-in were given prison sentences of up to 25 years and 75 others were sentenced to death after a grossly unfair mass trial. Many of those who were released after five and a half years in detention continue to face harsh probation measures depriving them of their liberty 12 hours a day, which severely impacts their lives and restricts their rights. Others sentenced in absentia remain in exile to this day.

“Six years on Egyptians continue to live in the shadow of the horrific events of the Rabaa massacre which marked the beginning of a sharp decline in the human rights situation in Egypt.

“The failure to hold a single member of the security forces or those with command responsibility over them accountable for the killings has fostered a climate of pervasive impunity and emboldened security forces to carry out mass enforced disappearances and routinely subject detainees to torture and other ill-treatment without fearing justice,” said Magdalena Mughrabi, Deputy Middle East and North Africa Director at Amnesty International.

“To this day dozens remain on death row and scores behind bars simply for participating in the sit-in. Others who were sentenced in absentia live in exile unable to return home. Even those who were detained and later released continue to face strict probation measures infringing on their daily lives.”

According to official statistics, eight security officials were also killed that day. To mark the anniversary of the Rabaa massacre Amnesty International has published a list highlighting five ways in which the legacy of this day continues to loom heavily over Egypt today.


Five ways the legacy of the Rabaa dispersal still haunts Egyptians today

 

Six years ago, Egyptian security forces killed at least 900 individuals and injured more than a thousand during the dispersal of sit-ins in Rabaa al-Adawiya and al-Nahda squares in Greater Cairo. According to official statistics, eight security officers were also killed that day. For many of those directly affected and their families, the legacy of that dark day still lingers.

Death sentences: 75 men have been sentenced to death in relation to their participation in the Rabaa sit-in. Those in custody have since appealed against these death sentences, but the Court of Cassation has yet to rule on the appeals. If the decision is upheld, they may face execution. Since 2013, Egypt has executed scores of people who were convicted following unfair trials.

Unfair trial and imprisonment in inhumane conditions: More than 650 people were handed down sentences of up to 25 years in prison related to their participation in the Rabaa sit-in following a grossly unfair mass trial in which prosecutors failed to provide sufficient evidence and establish individual culpability. Defendants, including protesters and journalists, were convicted of participating in “unauthorized protests” and other offences ranging from murder and incitement to violence to “membership in an illegal group”. Those imprisoned are forced to endure the inhumane conditions of detention in Egypt’s prisons. Many of those sentenced are held in prolonged solitary confinement at times amounting to torture. They report being beaten frequently and are denied access to lawyers, medical care or family visits.

Essam Soltan, a lawyer, former parliamentarian and leading member of the opposition al-Wasat party, has been in solitary confinement since January 2014 in al-Aqrab Prison. He was arrested on 29 July 2013 and was later sentenced to 25 years in prison in relation to the Rabaa al-Adawiya protest. Essam was initially confined to his cell for at least 23 hours daily and only allowed out into the corridor of the ward for an hour each day. However, in March 2015, prison authorities stopped allowing him out and he told a court in May 2017 that he was being confined to his cell for 24 hours a day. Essam Soltan’s treatment clearly amounts to torture under international law.

Abusive probation conditions: Even those who were released after serving prison terms of five years and six months still face severe restrictions on their liberty due to Egypt’s repressive probation measures. The authorities have been using these draconian measures to further punish scores of men convicted in the Rabaa al-Adawiya dispersal trial. Following their release from prison they are compelled to spend 12 hours each night in police stations. During this time, they are held in overcrowded spaces with poor ventilation and limited access to sanitary facilities and are unable to receive visitors or communicate with the outside world. These punitive measures violate their rights to liberty, work, education and peaceful assembly and association, and can lead to other violations including ill-treatment, forced labour and exploitation.

“Rami” (not his real name), was convicted in the Rabaa al-Adawiya mass trial in September 2018 to five years in prison and five years' probation on charges including “illegal gathering”, “incitement to break the law” and “involvement in violence”. He was forced to postpone his wedding given the length of his probation term, his inability to work and, as a result, his poor financial situation. “Rami” reported that he witnessed first-hand how police officers explicitly told his friend that in compliance with the National Security Agency’s (NSA) instructions, "political cases" are not allowed to take leave, after he requested a special leave to undergo medical surgery in April 2019. “Rami” spends his probation in a police station in Cairo in a room holding 25 people. He described the room as overcrowded, filthy and infested with insects. Though he says that he does not get enough sleep at the police station, he avoids sleeping at home to maximize the time he spends with his family and friends. He also reported being punched and verbally insulted by police staff and forced to clean the police station.

Exile: Some of those who were prosecuted in absentia were forced to leave Egypt out of fear of arrest, torture and other ill-treatment, unfair trials and enforced disappearance. They have sought asylum in Europe, North America and Asia, amongst other places.

“Maged” (not his real name) left Egypt in 2013. He described witnessing the lethal use of force by the Egyptian police against protestors, seeing dead bodies and hearing screams. He was arrested by police officers and beaten, before they took him to a police station in Nasr city and detained him in an overcrowded cell for four weeks. He was released pending investigation and trial in relation to the Rabaa protest dispersal. “Maged” told Amnesty International that his life was becoming unbearable due to the ongoing investigation against him. He was unable to acquire a certificate confirming that he had finished his military service, which is a legal requirement for companies to hire Egyptian men, and was told to report to the military police. He fled the country and later learned that he had been convicted and sentenced in absentia to 25 years in prison for participating in the Rabaa sit-in. He is currently seeking asylum in a European country.

“Maged” told Amnesty International that he does not think that he will be able to go back to Egypt in the near future, as he fears that he would not get a fair trial and would be at risk of imprisonment and possibly enforced disappearance and torture.

Ongoing impunity: For those killed and for their families, justice remains a faraway prospect. To date, not a single government official has been held accountable for the killing of at least 900 individuals. In 2018, the Egyptian parliament adopted a law that empowers the president to grant immunity from prosecution to top military leaders for any act committed in the course of their duties during between 3 July 2013 and 10 January 2016. Many families also have to deal with uncertainty over the fates of their loved ones who remain forcibly disappeared.

For Sara, a student who participated in the Rabaa sit-in, her last memory of her father, Mohamed al-Sayed is of him being shoved into the back of a car outside their house by four masked burly men, two weeks after the Rabaa massacre. The car sped away and the attackers shot at the family and neighbours trying to chase after them. She has not seen him since. “Where is my father?” she asks. “Where is the law in this country? What is the evidence against him?”

She said it took three days for the police to file a formal report of her father’s disappearance. A complaint by the family to the Public Prosecutor’s Office has yielded no results. Through informal sources she has discovered that her father is likely to be in a military prison somewhere in the country but to this day has been unable to confirm his fate or whereabouts.

The brutal dispersal of the Rabaa sit-in marked a crucial turning point for Egypt. Since then, the authorities have been trampling over people’s human rights, and in particular the rights of those criticizing the government, to the point that Egypt has become an open-air prison for critics. If Egypt has any intention to move on from the ongoing human rights crisis it faces, the authorities must address the lingering legacy of the dispersal of Rabaa.

 

 

TRIPOLI - The UN Mission in Libya, UNSMIL, has called for the authorities to thoroughly investigate the “brutal abduction” of national politician Siham Sergawa, from her home in Benghazi.

Ms. Sergawa was taken by a group of armed men, who injured her husband and a relative, on July 17.

The Mission’s statement expressed its deep concern at Ms. Sergawa’s “continued enforced disappearance”, and complained that the reaction of the authorities provided little hope that she would be found.

UNSMIL stressed that silencing the voices of women in decision-making positions will not be tolerated and reiterated its strong commitment to support their full participation in the country’s political life.

AB/

NEW YORK - Unless governments in the Middle East and North Africa prioritize peace and stability, the region will fail to achieve the UN’s Sustainable Development Goals, the UN Children’s Fund, UNICEF, has said, launching a report focusing on the goals related to children and young people.

The UN agency stated that, without improved education and meaningful work opportunities, the region - which has the highest youth unemployment rate in the world - faces the “critical risk” of a record increase of five million out-of-school children, and a rise in youth unemployment of more than 10 per cent.

Many young people feel that things are getting worse, says the report, with a deterioration in their quality of life over the last decade, and only half of them have confidence in their own governments.

UNICEF is calling for an urgent boost in expenditure for early childhood care, quality education, gender equality and youth employment, in a bid to reach the Sustainable Development Goals.

AB/

NEW YORK - The Special Representative of the Secretary-General and Head of the UN Support Mission in Libya, Ghassan Salame, has condemned, the “repeated indiscriminate” shelling targeting Mitiga airport.

As the only functioning airport available for millions of civilians, it is also used to deliver humanitarian assistance in the greater Tripoli area.

“These attacks have continued unabated since the start of the LNA [ Libyan National Army] offensive against Tripoli on 4 April despite United Nations’ calls for the protection of all civilian infrastructure and for precautions to protect the civilian population”, stated Mr. Salame.

Ahead of the upcoming the Hajj pilgrimage season, the attack also jeopardizes the ability or worshippers to travel from western Libya.

On Saturday, after projectiles hit the immediate vicinity of the taxiway used by commercial airliners, more than 250 pilgrims were forced to seek alternative arrangements.

The Special Representative reminded the conflict’s parties that “the principles of distinction, proportionality and precaution must at all times be fully respected in accordance with international human rights and humanitarian laws”.

“Repeated strikes against Mitiga airport are one element of the increasing violence affecting the civilian population”, observed the UN envoy, who also worries about the broader impact on those directly affected by the fighting, including the thousands of civilians trapped in frontline areas and the hundreds of thousands of displaced.

AB/

Research Papers & Reports

By Jacques Mistral, Brookings, 15 August 2019


Editor's Note: The author was economic adviser to the French Prime Minister Michel Rocard in 1998 when Rocard negotiated an agreement restoring civil peace in New Caledonia in the Southwest Pacific.


One of Boris Johnson’s early moves as Prime Minister was to throw back the so-called “backstop” provision which proved the most contentious part of the Brexit deal negotiated between Theresa May and the EU. The backstop would temporarily keep the United Kingdom in the European Union Customs Union until a permanent solution is found that would avoid a hard border between the Republic of Ireland and the Northern province.

Brussels rejected Johnson’s gambit to remove the backstop, making a no-deal Brexit on October 31 a virtual certainty. Given the EU’s interest in preserving the single market and the U.K.’s obligations as a member of the World Trade Organization, prospects of a hard border within Ireland appear in that case inevitable. Thus dividing the island would threaten the provisions of the Good Friday Agreement agreed in 1998 and raise the specter of civil violence. This could be avoided by holding a referendum whereby Northern Irish citizens would vote on whether or not they want to secede from the U.K. and become part of a United Ireland, whether they want to remain part of the EU or secede from it.

The backstop arose when the U.K. rejected an EU proposal to institute customs checks in the Irish Sea. Preserving the continuity between Great Britain and Northern Ireland was a nonnegotiable demand on the part of the Democratic Unionist Party (DUP). This mattered because the support of the DUP was crucial to former Prime Minister Theresa May. May’s government referred in its first Brexit white paper to the Belfast Agreement and reiterated the U.K.’s adherence to the constitutional framework laid out in 1998. The backstop is the product of what May repeatedly called her “red lines.” Their result has been that extending the trade border to the whole of the U.K. was the only viable option and the EU reluctantly agreed to the backstop.

While rejection of the backstop is politically understandable, unraveling the Good Friday Agreement is not acceptable. The Agreement brings about the possibility that the Northern province expresses the wish to join the Republic of Ireland and serves as a “binding obligation on both governments to introduce and support in their respective Parliaments legislation to give effect to that wish.” The only way to know what those wishes are today would be to ask the question to the citizens of Northern Ireland. A recent, and in some respects similar case, shows that this makes political sense.

France’s experience with a conflict involving New Caledonia in 1998 offers a lesson in this regard. At that time, the then Prime Minister Michel Rocard negotiated an agreement between French “Unionists” and Kanack “Independentists.” This agreement, which ushered in a long period of civil peace, included a prospective referendum on the future of the territory. That referendum took place without incident in November 2018. Participation was high (81 percent) and a majority voted to remain part of France (56.7 percent). The parallels are clear.

Holding a referendum in Northern Ireland after 20 years of peaceful coexistence between the two communities is less outlandish an idea than many might think. Indeed, the electoral conditions will never be more propitious than today, since the two main groups in Northern Ireland have similar weights (40.8 percent Roman Catholic and 41.6 percent non-Catholic Christians according to the 2011 census). Rather than being based simply on religious and historical divisions, the rationale for the referendum would have several determinants linked to the consequences of belonging or not to the EU.

A recent survey indicates “55 percent of respondents [in Northern Ireland] would certainly or probably support a United Ireland in the event that the UK left without a deal, this proportion falling to 48 percent if the U.K. was to leave on the terms of the Withdrawal Agreement and to just 29 percent if the U.K. remains in the EU.” Whatever the results of a real vote, this at least suggests that the historical divisions may matter less to Northern Irish voters than the threat from a hard Brexit.

The Belfast Agreement is crystal clear about the organization of a referendum in Northern Ireland. The Agreement states: “The secretary of state shall exercise the power [of holding a vote] if, at any time, it appears likely that a majority of those voting would express a wish that Northern Ireland should cease to be part of the U.K. and form part of a United Ireland.”

Nobody can ever foretell a referendum outcome, but the fact that the people of Northern Ireland voted “remain” in 2016 (by a 2-1 majority) is a sufficient hint that the wish of the people today may merit a vote.

The conditions of such a referendum will be extremely sensitive, but the British experience regarding referenda and devolution is rich and offers a strong basis for its preparation. As noted above, the question could be adapted from the wording of the 1998 Agreement. It could ask: “Should Northern Ireland cease to be part of the United Kingdom and be part of a United Ireland?” Second, the institutional future of a United Ireland could be negotiated through an extension of the 1998 Agreement and the situation of the Northern province could possibly be inspired by the devolution acts presently ruling Scotland and Wales.

Reaching the Good Friday Agreement was difficult. Among other factors, U.S. President Bill Clinton and Senator George Mitchell played a prominent role to forge the compromise. Nothing approaching that sort of leadership exists today and getting buy-in for a referendum would require active international and political involvement.

The prospect of enforcing an Irish land border would disorganize the Northern Irish economy; it would also impose severe political costs on the EU. For these reasons, a Northern Irish referendum should be proposed, discussed, and organized as soon as possible. This could be the last chance to get rid of the backstop, as Prime Minister Johnson so ardently desires, while giving London a sense of an orderly Brexit.

 

 

PARIS - The 2018 edition analyses tourism performance and policy trends across 49 OECD countries and partner economies. It highlights the need for coherent and comprehensive approaches to tourism policy making, and the significance of the tourism economy, with data covering domestic, inbound and outbound tourism, enterprises and employment, and internal tourism consumption. Thematic chapters explore how understanding the potential impacts of megatrends can better shape the future of tourism, and the need for a shift towards investment and financing for sustainable tourism growth.


Foreword by Angel Gurria, Secretary Genera of the OECD

 

Tourism is one of the largest and fastest growing sectors in the world economy. It plays a key role in job creation, export revenue and domestic value added, and directly contributes, on average, 4.2% of GDP, 6.9% of employment and 21.7% of service exports in OECD countries. Globally, international tourist arrivals grew to over 1.2 billion in 2016, with arrivals to OECD countries accounting for just over half and matching the global growth rate of 3.9% as compared to 2015. OECD Tourism Trends and Policies 2018 focuses on key policy and governance reforms in tourism and provides a global perspective with the inclusion of 49 OECD and partner countries. As always, it is a rich source of data on domestic, inbound and outbound tourism, and on the size of the tourism economy, and provides a clear picture of new policies designed to improve destination competitiveness. With the tourism economy evolving rapidly, major long-term trends, such as changing demographics, evolving demand, digitalisation, and climate change, present new opportunities and challenges. As such, OECD Tourism Trends and Policies 2018 explores the impacts and relevance of megatrends for tourism to 2040. It underlines the need for countries to develop strategic approaches to adapt in an increasingly dynamic environment, as well as modernise regulatory and legislative frameworks, building on broad stakeholder engagement and taking account of new and innovative business approaches to service delivery. This report also examines the need for a shift to investment and financing practices that better support sustainable tourism development. It particularly highlights that governments can promote investment and financing for sustainable tourism development by encouraging the uptake of green financing instruments, and by incorporating environmental and sustainability criteria into public financing and investment supports. Policies are also needed to better co-ordinate actions across government, and encourage more responsible business practices through the integration of environmental and social criteria into tourism policies and programmes. It is therefore essential that government, industry and civil society collaborate in order to take work forward in these areas. Many of these policy issues were discussed at the 2017 OECD High Level Meeting on Tourism, where 45 member countries and partner economies endorsed the Policy Statement, Tourism Policies for Sustainable and Inclusive Growth. The Policy Statement recognises that tourism has an important role to play in the transition to a green economy and that an in-depth analysis of megatrends can help policymakers to bring currently unforeseen and emerging issues onto the strategic policy agenda. It highlights that a shift to more coherent and comprehensive approaches to tourism policy development will help reframe tourism growth to better spread the benefits, address inequalities, and improve the resilience of economies.


Policy Statement 

 

tourism policies for sustainable and inclusive growth We, the Ministers and other Representatives of OECD Members, Brazil, Bulgaria, Croatia, Egypt, Lithuania, Morocco, Peru, the Philippines, Romania, South Africa, the International Civil Aviation Organization (ICAO), United Nations Environment, the United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization (UNESCO) and the World Tourism Organisation (UNWTO), met on 2-3 October 2017 on the occasion of the OECD High Level Meeting on Tourism, under the Chairmanship of Greece. The purpose of the meeting was to mark the occasion of the 100th meeting of the Tourism Committee and support the future policy agenda of OECD Member and Partners, drawing attention to the major advances made in the implementation of effective tourism policies and programmes, and facilitating open discussions about long term objectives for sustainable and inclusive tourism growth and development. Tourism, an engine for economic, sustainable and inclusive growth Tourism is one of the largest and fastest growing sectors in the world economy and the economic achievements of tourism are significant. Tourism plays a key role in global economic activity, job creation, export revenue and domestic value added, and directly contributes on average in the OECD area 4.1% of GDP, 5.9% of employment, and 21.3%* of service exports. Despite the obvious opportunities presented by the expected growth trajectory, tourism faces a range of challenges, in particular: i) the complexity of tourism policy development due to its cross-cutting, multi- level, and fragmented nature, and competing policy priorities and budgetary constraints; ii) the impact of external factors on tourism, including macro- economic conditions, exchange rates, safety and security, and natural disasters; iii) the global shift to a resource-efficient economy; and iv) the continued transformation of tourism services linked with emerging technologies and digitalisation of the economy. Tourism, when built upon broad stakeholder engagement and sustainable development principles, can contribute to more inclusive growth through the provision of employment and economic development opportunities in both urban and rural areas, and promote social integration. Tourism can also raise awareness of cultural and environmental values, and help finance the protection and management of protected areas, and the preservation of biological diversity. In recognition of tourism’s potential to advance the universal 2030 Agenda for Sustainable Development, 2017 was declared International Year of Sustainable Tourism for Development.

 

* Latest available (2014) when the Policy Statement was adopted on 3 October 2017 – 2016 figures are 4.2% of GDP, 6.9% of employment, and 21.7% of services exports.

 


For the full report. visit: https://www.oecd-ilibrary.org/docserver/tour-2018-en.pdf?expires=1566238387&id=id&accname=guest&checksum=73F62D4D46BA9CECFEA90D6073482546

 

 

LONDON/WASHINGTON - July 2019 was the hottest July and the hottest month on record globally since temperature records began in a year of many record-breaking temperatures as heat waves hit many parts of the world.

This trend of high temperatures and heatwaves looks set to continue, with more extreme heat set to hit parts of the U.S. and the U.K. this week, making for a warm August. Scientists say that as long as the world continues to emit greenhouse gases at the current rates, climate change-related impacts will continue to be felt.

“If you put all of the Julys for the last 20 or 40 or 100 years, there’s a clear trend upward. That’s the concern — that long-term trend. Not a single day or single month in particular,” says Michael Allen, a climate scientist at Old Dominion University.

The National Oceanic and Atmospheric Administration announced the figures Thursday, confirming that worldwide, July was 1.71 degrees Fahrenheit (.95 degrees Celsius) warmer than the average of 56.9 degrees Fahrenheit. The record-setting July follows the hottest June on record, rising .71 degrees Fahrenheit (0.95 Celsius) above the average temperature for that month.

Regions across the world experienced record-breaking temperatures; the continent of Africa experienced its hottest month on record, and countries across Europe — including France, Belgium, Germany, Netherlands, and Luxembourg — experienced the hottest days in their nations’ history.

Announcing the figures, Deke Arndt of NOAA said that the land temperature was the second hottest on record, measured at 2.1 degrees Fahrenheit warmer than the average for July, while the ocean was the warmest on record for July, at around 1.5 degree Fahrenheit warmer than the 20th century average.

However, climate scientists say that while the high temperatures were troubling, the real problem is that they’re part of a larger pattern. Last month was the 43rd July in a row — and the 415th consecutive month — with temperatures about the 20th century average.

According to NOAA, there are three big reasons why the global temperature was so hot.

First, if the global temperature is going to set a record, it’s mostly going to be in July, which worldwide is the hottest month of the year.

Second, there’s a normal amount of variability in the weather. The most significant factor was that earlier this year, El Niño warm weather conditions formed on the Pacific, causing warmer-than-average weather conditions.

However, NOAA and climate scientists agree that one of the most important reasons that the world is within striking distance of setting global temperatures is climate change. Arndt says that the records are “almost entirely due to climate change.”

NOAA scientists have warned rising greenhouse gas levels in the atmosphere impacts the climate.

“Greenhouse gas pollution traps heat in the atmosphere, which has consequences,” James Butler, director of NOAA’s Global Monitoring Division, said in May. “There’s no getting around it — burning fossil fuels is changing the course of our planet’s future. How society deals with that will be a major challenge in coming decades.”

 

 

By Gaurav Nayyar, Brookings, 16 July 2019


During the last four decades, manufacturers all over the world have outsourced production to countries with lower labor costs. American, European, and Japanese firms moved a lot of their production to developing Asia and Latin America, first helping countries like Malaysia and Chile, then others like China and Mexico, and then others like Vietnam and Bangladesh. Today, Chile and Malaysia are high-income economies, China and Mexico have become upper-middle, and Vietnam and Bangladesh have reached lower-middle-income. Africa’s turn was supposed to be next.

But the latest round of technologies seems to be dealing Africa’s economic prospects a serious blow. Adidas, the German sporting goods company, has established “Speedfactories” in Ansbach in Germany and Atlanta in the U.S., that use computerized knitting, robotic cutting, and 3D printing to produce athletic footwear. Foxconn—the Taiwanese firm known for producing Apple and Samsung products in China’s Jiangsu province—recently replaced 60,000 factory workers with industrial robots. By reducing the importance of wage competitiveness, robots in “smart factories” can completely change what it takes for a place to be competitive in the global market for manufactures. If high-income economies are reshoring production, this could slow down and even reverse the migration of newcomers from Africa in global value chains. The case of China, which is rapidly automating to address declining wage competitiveness, is potentially even more important given recent expectations of an en masse migration of light manufacturing activities to economies with lower labor costs, such as those in Africa.


NOT SO FAST


The opening plenary session at the Centre for the Study of African Economies (CSAE) conference in Oxford this March discussed what automation and artificial intelligence (AI) mean for Africa’s economic prospects (watch online). I highlighted three reasons why the diffusion of robots in higher-income countries does not spell the end of labor-intensive manufacturing-led development in Africa.

First, automation is not happening across the manufacturing sector, and industries characterized by a low intensity of robot use will remain a feasible entry point. This includes a range of commodity-based manufactures as well as labor-intensive tradable goods such as apparel, leather, and footwear.  Recent foreign direct investment (FDI) patterns in apparel and leather products point to the continued migration of economic activity to lower-wage locations. China and Eastern European countries such as Bulgaria, Hungary, and Romania actually experienced a decline in the number of greenfield FDI projects in 2011–15 compared with 2003–07, while Ethiopia, Indonesia, Serbia, and Vietnam experienced increases. FDI may still be migrating from China to lower-middle-income countries in Asia and Africa and from higher- to lower-income countries in the Europe and Central Asia region.


The Author: Gaurav Nayyar is Senior Economist, Finance, Competitiveness and Innovation at the World Bank


Africa

BULAWAYO, Zimbabwe - Soldiers and police deployed in large numbers in Zimbabwe’s second city Bulawayo on Monday to enforce a ban on an anti-government demonstration, as the country’s main opposition party challenged that decision in court.

The street march was the second called in four days by the Movement for Democratic Change’s (MDC) as it looks to rally support for nationwide protests against President Emmerson Mnangagwa’s government, which it accuses of repression and blames for the country’s worst economic crisis in a decade.

Authorities had also banned Friday’s gathering in Harare which the MDC then called off, aiming to avert bloodshed after police there rounded up its followers and dispersed them with batons and water cannon.

On Monday in Bulawayo, an MDC heartland, soldiers in trucks deployed in the city center and nearby townships, witnesses said, while police patrolled on foot, horseback and in vehicles, also cordoning off the magistrates court.

Eight MDC officials, including its national chairwoman, were due to appear there on charges of publishing falsehoods, the party said. They were arrested on Saturday as they distributed pamphlets urging residents to attend Monday’s march.

David Coltart, a Bulawayo lawyer and MDC senator, said magistrates were also scheduled to hear the party’s appeal against the ban.

“The law (used to ban the protest) is clearly unconstitutional and unjust but we have an obligation to comply because we are a peaceful organization,” he told Reuters.


UNDER THE SPOTLIGHT


Businesses remained open in Bulawayo on Monday and residents circulated as normal, witnesses said.

The city was the site of massive looting and destruction of property in January when protests against a steep rise in the price of fuel turned violent, triggering an army crackdown that killed more than a dozen people.

Those deaths compromised a pledge by Mnangagwa to create a political climate tolerant of dissent in a country tainted by a long history of repression under his predecessor Robert Mugabe, who ruled for 37 years.

The protest campaign, which the MDC intends to take to two other cities on Tuesday and Wednesday, is again putting that promise under the spotlight, nine/ten months after Mnangagwa was elected in a vote the party alleges was rigged.

The 76-year-old Mnangagwa is also struggling to convince the growing ranks of poor that austerity measures and reforms can trigger a recovery, as anger mounts over triple-digit inflation, rolling power cuts and shortages of U.S. dollars, fuel and bread.

The economic crisis has brought back memories of the hyperinflation of a decade ago that forced Zimbabwe to ditch its currency.

The president, a one-time senior Mugabe aide, says the current economic problems are a result of sanctions imposed by the West against his predecessor’s rule nearly two decades ago, worsened by a severe drought that has cut the maize harvest in half.

On Sunday, the regional Southern African Development Community (SADC) group in Tanzania said the sanctions had an adverse impact “called for their immediate lifting “to facilitate socio-economic recovery in the country.”

 

 

N’DJAMENA - Chad's President Idriss Deby declared a state of emergency in two eastern provinces on Sunday, authorising summary shootings to "save the majority", after violent intercommunal clashes left dozens dead earlier this month.

The state of emergency will run for three months in the Sila and Ouaddai regions bordering Sudan where 50 people have died since August 9 in fighting between Arab cattle herders and settled farmers, the president's office said.

"From now, we will deploy military forces who are going to ensure the security of the population in the region," Deby said while on a trip to Sila.

"We must disarm all the civilians who have weapons in their hands," he said.

"If there is still fighting between Arabs and Ouaddaians... you shoot ten from each side to save the majority. You have authorisation," Deby said.

Deby's comments sparked condemnation from the Chad Convention for Human Rights which said in a statement it was "scandalised by the call to massacre civilians".

The rights body said in a statement it was demanding "an immediate halt to these abuses and believes that the responsibility for the genocide that is being prepared will rest with President Deby".


VIOLENCE


Eastern Chad is in the grip of a cycle of violence between nomadic camel herders and sedentary farmers from the Ouaddaian community.

Herders have for decades moved their livestock through the Ouaddai region in rotations between summer and winter pastures.

Most of the herders' animals belong to the president's Zaghawa ethnic group, and the farmers say they often escape censure when unrest breaks out between the two sides.

Similar conflicts between herders and farmers erupt in other African states, notably Nigeria.

Drought and population growth have aggravated the conflict, while an influx of weapons from conflict-stricken neighbours have made it even more deadly.

Deby earlier this month blamed the surge in violence partly on an influx of guns to the former French colony from conflict zones in neighbouring Libya, Central African Republic and Sudan, where a protest movement ousted the president in April.

"The government has created special disarmament units. We take away the weapons, but the next day more arrive," he said.


'NATIONAL CONCERN'


The president described the violence as a "national concern", adding: "We are witnessing a terrible phenomenon."

"Those with guns are not hesitating to shoot the police. We must wage a total war against those who carry weapons and are killing people," he said at the time.

Legislative elections in Chad are scheduled to take place by the end of the year.

They have been postponed several times since 2015 as Deby, who grabbed power in 1990, looks to maintain his hold on the country.

Deby hinted in June that military courts may be reintroduced in a bid to curb unrest, a suggestion denounced by the country's opposition.

Military justice, applied to civilians as well as the armed forces, was abolished in Chad in 1993. In 2016, the country also scrapped the death penalty, except for "terrorism".

Deby said the decades-long conflict over land in Ouaddai had spread since the start of this year to other regions where previously the communities lived side by side in an "exemplary" manner.

He cited Sila where he said more than 40 people had been killed since January.

 

 

By JOHN ADUKATA

ADDIS ABABA - Regional block Inter-Governmental Authority on Development (Igad) has set a date for a face-to face meeting between South Sudan rival leaders, President Salva Kiir and Riek Machar.

Igad, which brokered the South Sudan peace agreement in September 2018, has proposed August 21 for the two leaders to meet in Ethiopian capital Addis Ababa.

The meeting comes after the regional bloc noted that lack of consultations between the two had been hindering the enactment of the peace pact.

“I would like to invite all parties to the agreement to attend the consultation meeting in the presence of the representatives of Igad member states,” reads the statement by Igad.

The duo in May extended the pre-transitional period to November 12 but peace monitors expressed concern over the slow progress for the timely formation of the Transitional Government of National Unity (TGoNU).

However, the country’s Information Minister and government spokesperson Michael Makuei Lueth, said that President Kiir will not attend the meeting.

 

By Christophe Van Der Perre and Benoit Tessier

GOSSI, Mali - The French soldiers seeking out jihadists in central Mali’s savannahs were prepared for the sandstorms, the thunderstorms, the lack of anything resembling a road and the need to tow vehicles whose wheels kept getting stuck in floodplains.

They knew getting information out of terrified villagers would be difficult.

But as the multi-week operation wore on in Gourma district, where 400 French troops and 100 allied Malians searched for 50-odd jihadists they estimated were hiding in the shadows, the obstacles kept piling up.

First, there were the storms, forcing them to abandon supper, pack up their mosquito nets and sleep contorted in their vehicles. Then up at 3 a.m. for a mission that couldn’t start because the weather had grounded their helicopters at base.

Then, flash floods turned sandy ground to sludge and burst the wadis so only their newly deployed tracked fighting vehicles could cross.

When they reached the thatch-and-wood villages where they suspected jihadists were hiding. Men tended cows. Women pounded millet. Everyone smiled. And nobody told them anything.

“We’re not going to resolve this in a day,” said David, the commander of the French forward base near the town of Gossi. French military rules permit publication only of his first name. “This is going to take some time.”

Efforts led by France to stop a region on Europe’s doorstep becoming a launchpad for attacks at home are increasingly trapped in an endless cat-and-mouse game with well-armed jihadists, who know the terrain and hide easily among civilians.

On a rare reporting trip with the French troops into central Mali, Reuters journalists saw first-hand why a five-year-old mission — initially planned as a short-term stopgap to hand over to local forces — may have many more years left to run.


“DOGGED ADVERSARY”


The 4,500 French troops deployed in this patchwork of former French colonies for ‘Operation Barkhane’ face huge logistical challenges in hostile terrain. Hardest of all, they rely on the cooperation of a civilian population spread thinly across vast and remote spaces, often either sympathetic to the Islamists or terrified of informing on them.

In Gossi, a haven for Islamic State fighters next to the borders with Burkina Faso and Niger, the town’s local government councilor had fled after being threatened and was now sleeping in the Malian base, the French base Commander, David, said.

Operation Barkhane was launched in the wake of Operation Serval, a French offensive that pushed back Tuareg rebels and allied Islamists from northern Mali’s vast desert in 2013.

While Serval had brought moderate stability to northern Mali, unrest had spread to the country’s more populated center, with attacks also reaching neighboring Burkina Faso, Niger and even Ivory Coast.

With no end date announced at its launch, the follow-up operation would try to stabilize countries in the region by assisting their governments in a West African anti-terrorism force. Five years on, no end is in sight.

“We have a dogged adversary, who is tough, drawing from a breeding ground that is favorable to him because the population is isolated,” Colonel Nicolas James, Commander of Desert Tactical Croup Belleface, told Reuters at its base in Gao.

On the first day of one mission, in 40 degree Celsius (104 F), the French soldiers arrived in a hamlet 10km north of Ndaki town, next to a small wood where suspected jihadists had been seen fleeing earlier.

They separated the women and children outside a thatched dome where camels chewed cud. They searched the men, took their smartphones and copied them onto a computer. One contained incriminating jihadist propaganda.



“PEOPLE WILL COME AND KILL HER”


“Is this your telephone?” a soldier asked the suspect, and he nodded. They fingerprinted him, but with just circumstantial evidence, they let him go.

“I’m sure he’s a jihadist,” a French soldier guarding him later whispered. “He’s making fun of us.”

An elderly man in the flowing robes common to the Fulani people spread across the region brought out some fresh milk as a gesture of hospitality. Only two tried it, before they moved on to the next village.

That night it rained hard, so the next afternoon a logistics team spent all day towing vehicles out of mud. The mission set off before noon. When the troops returned nearly nine hours later, they’d covered just 5 km.

At one stage they heard reports of an armed group heading towards them. War planes were called in to scare the fighters off. One unit wanted to check a forest where weapons had been abandoned, but the troops were still stuck towing vehicles.

The next morning a joint Malian-French mission visited a Fulani village next to woodland where they had spotted some men fleeing. The village chief, a bearded man with a green scarf and sky-blue robe, denied seeing any armed men.

“They want to talk to us but they are afraid,” Malian military police unit Captain Balassine later told Reuters.

“The other day we were talking to a young girl,” he continued. “First she lied. Then she said she was scared of talking because, after we leave, people will come and kill her.”

 

 

Francais

 

Que se passe-t-il ? En février, le gouvernement de la République centrafricaine a signé un accord avec les groupes armés qui contrôlent de larges portions du territoire, s’engageant à intégrer certains de leurs combattants dans de nouvelles unités de l’armée et à faire entrer leurs dirigeants au gouvernement. Cet accord bénéficie d’un large soutien international, mais la violence fait encore rage dans les provinces.

En quoi est-ce significatif ? Le gouvernement, l’Union africaine et les Nations unies ont beaucoup investi dans cet accord, qui a aussi le soutien des pays voisins. Si les responsables centrafricains y mettent du leur, il devrait être possible de mettre un terme à six années de violence généralisée.

Comment agir ? Le gouvernement devrait établir des critères clairs pour évaluer la conduite des groupes armés ; il devrait écarter du gouvernement les chefs de groupes qui ne les respectent pas. Le gouvernement et les acteurs internationaux devraient soutenir les initiatives de paix locales. Le Tchad et le Soudan devraient user de leur influence sur les groupes armés pour qu’ils cessent leurs abus.

 

Synthèse

 

Quatre mois après la signature d’un accord de paix, facilité par l’Union africaine, entre le gouvernement de la République centrafricaine (RCA) et quatorze groupes armés, sa mise en œuvre reste incomplète. Les unités mixtes prévues par l’accord, qui seraient composées de combattants des groupes armés et des forces armées nationales, pourraient contribuer à accélérer la démobilisation, mais leur mise en place s’avère difficile. Le nouveau gouvernement, qui a accordé aux représentants des groupes armés des postes importants au niveau national et local, est loin de faire l’unanimité auprès d’une population qui souhaite avant tout voir les niveaux de violence et de prédation diminuer. S’il semble nécessaire de faire des compromis avec des groupes puissants, le gouvernement et ses alliés internationaux devraient établir des critères de conduite clairs conditionnant l’accès de leurs représentants à des postes gouvernementaux. Le gouvernement et ses alliés devraient aussi soutenir les initiatives de paix locales, qui ont permis dans certains cas de négocier des trêves, de résoudre des litiges et de réduire la violence dans les provinces où les groupes armés sont actifs. Les acteurs internationaux devraient maintenir la pression sur les voisins de la RCA pour qu’ils poussent ces groupes à cesser les abus.

L’accord, négocié à Khartoum et signé à Bangui le 6 février, est au moins le sixième accord conclu avec les groupes armés depuis que certains d’entre eux se sont emparés de la capitale centrafricaine en 2013, provoquant une crise qui perdure encore aujourd’hui. Facilité par l’Union africaine, avec le concours des voisins de la RCA, cet accord est le fruit des efforts des hauts diplomates de l’organisation régionale pour ramener dans le giron de l’Union africaine (UA) une initiative parallèle de la Russie et du Soudan qui, à la mi-2018, a failli anéantir les efforts internationaux de médiation. Comme d’autres accords signés par le passé, il expose les principales causes du conflit, engage les parties à résoudre pacifiquement les différends et les groupes armés à désarmer. Cet accord comprend également deux autres dispositions notables. Premièrement, il prévoit la création d’unités spéciales mixtes de sécurité réunissant certains combattants issus de groupes armés et des formations de l’armée. Deuxièmement, le président de la RCA, Faustin-Archange Touadéra, s’y engage à former un « gouvernement inclusif », ce qui, pour les médiateurs de l’Union africaine et les groupes armés eux-mêmes, implique de faire une plus grande place à ces derniers au sein du gouvernement.

La mise en œuvre de ces dispositions s’est vite heurtée à plusieurs obstacles. Les unités mixtes de sécurité pourraient contribuer à la démobilisation des groupes armés, certains combattants intégrant l’armée et d’autres retournant à la vie civile. Mais les divergences d’interprétation concernant les structures de commandement de ces unités et la réticence des groupes armés à engager des combattants dans un désarmement pérenne ont entravé leur formation. L’idée d’un gouvernement inclusif s’est avérée particulièrement controversée. Le 3 mars, le nouveau Premier ministre du Président Touadéra a formé un cabinet accordant quelques postes, tous relativement mineurs, à des représentants des groupes armés. Les groupes s’y sont opposés et ont menacé de sortir de l’accord. Après une réunion d’urgence avec les chefs des groupes armés au siège de l’Union africaine à Addis-Abeba, le Premier ministre a nommé un nouveau gouvernement fin mars. Les groupes armés se sont vus confier de nombreux postes ministériels, ainsi qu’au sein des gouvernements locaux dans des zones sous leur contrôle. La réaction à Bangui a été vive : beaucoup ont considéré ces postes comme une concession inacceptable faite aux groupes armés.

A ce jour, cet accord a porté quelques fruits. Il a permis d’attirer à nouveau l’attention de la communauté internationale sur la RCA et d’unir les diplomates derrière un effort conjoint de médiation. La participation des pays voisins, et en particulier du Tchad, aux pourparlers et au comité établi pour suivre la mise en œuvre de l’accord, pourrait les pousser à persuader les groupes armés qui recrutent et s’approvisionnent chez eux à réduire les abus. Etant donné qu’il y a quelques années, ces groupes exigeaient des amnisties et menaçaient de marcher sur Bangui, le simple fait de les avoir réunis autour de la table des négociations est une avancée.

Il est néanmoins difficile de dire si cet accord a permis de réduire la violence. L’accalmie observée dans les combats de forte intensité au cours des mois qui ont suivi la signature de l’accord pourrait aussi bien s’expliquer par le début de la saison des pluies. La violence quotidienne n’a que très peu diminué dans les provinces. Le 21 mai, un des groupes signataires de l’accord a perpétré une attaque qui a tué des dizaines de civils dans le Nord-Ouest. En outre, s’il appelle au désarmement, cet accord n’amorce aucune piste pour couper court aux affrontements entre les groupes armés, qui sont plus fréquents que ceux entre ces groupes et les forces armées régulières ou les Casques bleus de l’ONU. De fait, de nombreux détails restent encore à définir. Par conséquent, nombreux sont ceux, à Bangui, qui considèrent que l’accord a eu jusqu’à présent pour effet principal de récompenser de dangereux miliciens avec des postes gouvernementaux, sans apparente contrepartie.

Bien que des compromis avec les groupes armés les plus puissants soient nécessaires, le gouvernement et l’Union africaine devraient au moins exiger que ceux-ci honorent leurs engagements en échange du pouvoir qui leur a été concédé au sein du gouvernement. Le risque, énoncé par certains responsables de l’Union africaine, qu’une telle approche pousse les groupes armés à sortir de l’accord et déclenche une flambée de violence, semble surestimé. Les principaux groupes armés sont moins motivés par les postes gouvernementaux que par leur emprise territoriale. Les risques peuvent également être atténués par une approche qui verrait le gouvernement et ses partenaires internationaux compléter le dialogue mené à l’échelle nationale par des initiatives de paix au niveau local.

Les mesures suivantes pourraient contribuer à ce que l’accord mène à une amélioration de la situation sur le terrain :

Le gouvernement, de concert avec les garants de l’accord et les Nations unies, et, si possible, avec le consentement des groupes armés, devrait chercher à établir des critères que ces groupes devraient respecter pour garder leurs postes au gouvernement. Si aucun consensus n’est possible, le gouvernement et les acteurs internationaux devraient imposer leurs propres critères, sur la base des dispositions de l’accord, en les détaillant davantage et en fixant un calendrier précis. Dans un premier temps, ces critères pourraient inclure la réduction de la violence des groupes armés, la possibilité pour les représentants de l’Etat de se déployer dans les provinces et la liberté pour les organisations humanitaires de travailler sans entrave. Par la suite, ces critères devraient également comprendre des mesures de démobilisation, y compris à travers la participation à des unités mixtes de sécurité. Il importe de signaler que ces critères intègreraient également le principe de réciprocité dans les négociations.

Là où leur présence inégale sur le terrain le permet, le gouvernement et ses partenaires internationaux devraient soutenir les comités de paix locaux qui ont, dans certaines provinces, été en mesure de négocier des trêves et de résoudre des différends entre les groupes armés. Les comités préfectoraux établis par l’accord pour mettre en œuvre ses dispositions à l’échelle locale devraient s’appuyer sur ces efforts.

Le gouvernement devrait renforcer sa communication publique, non seulement au sujet de l’accord de février, mais également sur son approche plus globale des négociations. Il devrait expliquer à une population sceptique qu’il est nécessaire de faire quelques concessions aux groupes armées, mais que ces concessions sont indissociables de l’engagement des groupes armés à réduire la violence et à prendre des mesures vers le désarmement.

S’appuyant sur les récentes visites de travail conjointes à Bangui, l’UA, ainsi que les deux autres principaux partenaires du pays, l’UE et l’ONU, devraient maintenir la pression sur les pays voisins pour qu’ils reprennent les combattants étrangers après le désarmement en RCA, et pour qu’ils fassent usage de leur influence sur les groupes armés pour les persuader de réduire la violence, de permettre à l’Etat de revenir dans les zones sous leur contrôle et finalement de démobiliser. L’UA et l’ONU devraient, en particulier, chercher à ranimer les canaux diplomatiques bilatéraux entre la RCA et chacun de ses voisins, en particulier le Tchad et le Soudan. La Russie, qui joue un rôle de plus en plus important en RCA, devrait apporter son soutien aux efforts de démobilisation des groupes armés et maintenir la pression sur les pays voisins de la RCA avec lesquels elle entretient des relations étroites.

International Crisis Group, Nairobi/Bruxelles, 18 juin 2019

 

Réussite digitale du Maroc et  diplomatie digitale: un binome gagnant.(Pourquoi et comment?)

 

Par Noureddine Sefiani           

 

Le résumé exécutif de la présente recherche et des  propostions pratiques qu’elle contient est synthétisé   dans les 2tableaux  suivants:

  • Le premier contient un ensemble de propositions pratiques pourla réussite digitale.
  • Le second détaille le processus de mise en oeuvre des dites mesures

 

                     Les 5 piliers et les 15 commandements

                     pour une diplomatie digitale efficace:

 

                             1erPilier et ses 3 recommendations

 

 

 

2eme Pilier et see 3 recommendations

 

 

 

 

 

3emePilier et ses 3 recommendations

 

 

 

 

 

4eme Pilliers et see recommendations

 

 

 

 

 

 

5eme Pilliers et see recommendations

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La présente recherche a pour objectif d’expliquer pourquoi la réussite de la politique digitale du Maroc en interne est conditionnée par la réussite de sa diplomatie digitale en externe. En fait la réussite dans ce secteur est conditionnée par tellement de facteurs externes nécessitant une intervention ciblée et une stratégie spécifique dont l’un des piliers consiste en un renforcement du role et des moyens mis à la disposition du Ministère des Affaires Etrangères. L’autre volet de cette étude consiste à présenter un certain nombre de propositions pratiques d’action diplomatique qui pourraient contribuer à la réussite du plan digital du Maroc. Pourquoi? 1)Le digital est devenu un enjeu énorme dans les relations internationales du fait qu’il remet en cause l’un des fondements de base des relations interétatiques à savoir la souveraineté des États. Cette remise en cause concerne les domaines économique et technologique mais touche également les plans sécuritaire et culturel. Sur le plan économique, il y a lieu de rappeler quelques chiffres qui démontrent l’importance des principales compagnies du web par rapport à un grand nombre de pays. C’est ainsi qu’en 2016 leurs chiffres d’affaires en milliards de dollars américains étaient les suivants:


Apple: $ 216; Amazon: $ 136; Google : $ 90; Microsoft: $ 85 Par contre le Produit Interieur Brut du Maroc en 2016 a été de $ 103.6 milliards (Banque Mondiale, 2017) Par ailleurs toutes ces compagnies sont présentes dans tous les pays. Elles sont pratiquement présentes dans chaque foyer. A titre de comparaison le Maroc ne dispose de représentations diplomatiques que dans 96 pays sur un total de 192 États-membres des Nations-Unies.D’un autre coté Facebook compte 2.2 milliards d’utilisateurs actifs par mois, Whatsapp 1 milliard d’utilisateurs par jour et Gmail dispose également d’un milliard d’utilisateurs actifs (Joshua A. Geltzer, 2018) .

En comparaison aucun ministère des affaires étrangères même des pays les plus puissants ne peut se targuer d’avoir une telle audience et par voie de conséquence une telle influence. Enfin ces multinationales grâce à l’utilisation de ce qu’il est convenu d’appeler l’optimisation fiscale arrivent à échapper au fisc de la plupart des pays et ne paient pratiquement des impôts qu’aux Etats-Unis malgré qu’elles brassent des chiffres d’affaires importants dans chacun d’entre eux.

Tout ceci a amené les pays européens à réagir et à essayer de trouver des solutions juridiques pour pouvoir taxer ces compagnies et rétablir ainsi leur souveraineté fiscale pour des activités économiques qui se déroulent sur leur territoire. La réalité internationale de ces multinationales est là et surtout leur puissance financière, de négociations, et de marge de manœuvre au niveau mondial font que le Maroc en général et sa diplomatie économique en particulier doivent non seulement tenir compte de cette réalité mais aussi disposer d’une ligne de conduite claire à leur égard pour pouvoir d’une part les attirer à venir s’installer au Maroc notamment par des mesures d’encouragement sans avoir à payer le prix fort au niveau de la souveraineté, de la sécurité ou du dumping fiscal. Une telle approche s’impose d’autant plus que les géants du Net gèrent un secteur sensible et à haute valeur ajoutée en matière de savoir constituant par là un important enjeu technologique. Par ailleurs et à l’instar de ce que fait l’Australie le digital peut favoriser grandement le développement du commerce extérieur notamment dans sa partie exportations.


L’enjeu technologique est clair et le Maroc a un choix à faire: soit rester consommateur des nouvelles technologies et à supposer qu’il soit autorisé à les acquérir quand il s’agit de technologies de pointe soit devenir producteur même partiellement des dites technologies et devenir une partie prenante, même à une échelle réduite sur le plan international de l’économie du savoir et de l’innovation avec toutes les implications économiques, sociales et en matière de relations internationales que cela entraine. Il y a donc là un problème de dépendance technologique et de disposition des nouveaux instruments et moyens du développement économique et de son accélération qui se pose. La solution passe par la création d’un éco-systeme de technologie numérique au Maroc pour acquérir le savoir nécessaire ce qui requiert une coopération aussi bien avec les géants de l’internet qu’avec les start-up ainsi qu’avec le secteur privé marocain et les universités.

Le ministère des affaires étrangères dans le cadre de sa diplomatie économique en général et digitale en particulier se doit d’accompagner l’action qui sera entreprise en la matière aussi bien par la veille, les contacts notamment avec les start-up localisées à l’étranger en particulier celles dont les détenteurs sont de nationalité ou d’origine marocaine.
La dépendance technologique touche également la sécurité du pays. En effet chaque fois qu’une acquisition de technologie digitale est faite à l’étranger et indépendamment du pays vendeur celle-ci est parfois munie d’une application sous forme de cheval de troie qui permet au pays vendeur de faire la surveillance des activités menées par le pays acheteur grâce à la technologie acquise.

De par la législation existante la sécurité des systèmes d’information au Maroc est du ressort de l’Administration de la défense nationale; toutefois il serait peut-être souhaitable de créer une cellule chargée de la sécurité digitale comme c’est le cas dans certains pays comme les Etats-Unis, au sein du futur Conseil Supérieur de Sécurité (Sefiani, Le Conseil Supérieur de Sécurité du Maroc: Quels enjeux stratégiques, 2012) et dont la création est annoncée par la presse comme prochaine (Media 24, 2018).

Cette cellule pourrait être composée de représentants de tous les secteurs sécuritaires au Maroc qui gèrent le digital, en plus du Ministère des affaires étrangères du département de l’industrie, de l’Agence de Développement du Digital mais aussi du secteur privé et des universities.


Sur le plan culturel la question qui se pose non seulement pour le Maroc mais pour la majeure partie des autres pays c’est de savoir si la diversité culturelle mondiale qui existe actuellement va continuer ou si les valeurs culturelles véhiculées par les géants du Net qui sont tous américains vont dominer le référentiel culturel de l’ensemble de la planète. Comment? Afin de relever les défis sus-mentionnés il y aurait lieu pour le Maroc de considérer que: • La réussite digitale comme une question politique prioritaire • Le digital comme une question primordiale de l’agenda diplomatique du pays • La réussite en matière de diplomatie digitale comme un impératif 2) Les raisons qui militent en faveur de la gestion des questions digitales comme une question politique prioritaire sont les suivantes: En effet loin d’être une simple modernisation des méthodes de travail et de communication des administrations marocaines notamment du Ministère des affaires étrangères, la question du digital doit être pilotée avant tout comme une question stratégique prioritaire nécessitant une attention et une volonté politiques pour pouvoir être mise en œuvre. Il est réconfortant de constater qu’au plus haut niveau de l’État cette volonté a déjà été exprimée à plusieurs reprises par Sa Majesté Le Roi et elle n’a besoin actuellement que d’être traduite par des actes au niveau gouvernemental. A cet égard il y a lieu de rappeler que dans son message adressé aux participants au forum national de la haute fonction publique le 27 février 2018 Le Souverain a clairement indiqué: “Il convient par conséquent de tendre vers une généralisation de l’administration électronique par la fourniture de services à distance et la facilitation pour les différents départements de l’accès commun aux informations”.

Ceci au plan interne; sur le plan international Sa Majesté Le Roi a également indiqué dans le discours adressé au sommet extraordinaire de l’Union Africaine sur la Zone de libre-échange continentale le 21 mars 2018 : “ L’Afrique est en passe de devenir un laboratoire du monde numérique. Le numérique est en train de changer le visage de notre continent…Aujourd’hui plus que jamais il s’avère nécessaire de connecter les marchés africains de manière pérenne. La Zone de Libre Echange Continentale Africaine est un instrument essentiel pour promouvoir ce nouveau paradigme de développement économique centré sur l’innovation, la diversification et l’échange solidaire”.


Il résulte de ce qui précède que l’appui politique est là. Il suffit de le traduire en moyens budgétaires et humains pour le concrétiser. Ceci passe par un renforcement et une implication accrue des Affaires Etrangères. L’objectif étant de permettre à ce département d’accorder une attention particulière à cette question prioritaire en y créant un niveau de décision adéquat. 3) Le digital est devenu une question clé de l’agenda diplomatique international. En effet le digital est discuté sous une multitude de formes et dans un grand nombre d’instances internationales. Il figure dans l’agenda international sous forme de gouvernance du Net, de gouvernance internationale du big data, d’éthique et de gouvernance de l’intelligence artificielle, de cybersecurité ,de fracture digitale…Ces points figurent à l’ordre du jour de plusieurs organisations internationales: l’Union Internationale des Telecommunications (U.I.T) l’Organisation des Nations-Unies (O.N.U) l’Organisation des Nations-Unies pour la Science et la Culture (U.N.E.S.C.O) l’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (I.C.A.N.N) le World Economic Forum (W.E.F)…

Ceci étant et quel que soit le nom retenu ou l’organisation ou la question du digital est débattue le Maroc a un rôle important à jouer à cet égard. Pour ce faire le MAECI pourrait préparer des documents de travail ou des propositions qui contiennent les préoccupations des pays du Sud en général, et des pays africains en particulier sur les dites thématiques débattues dans les diverses organisations internationales sus-mentionnées. Tous ces thèmes sont relativement nouveaux pour les pays du Sud et les positions ne sont pas clairement arrêtées à ce sujet.

En prenant l’initiative de préparer des documents qui défendent les intérêts africains ou même ceux du Sud en général, si besoin est en coordination avec d’autres pays comme le Rwanda, le Maroc peut jouer un rôle de leader dans ce domaine à l’instar de ce qu’a fait notre pays lors des négociations de presque deux décennies qui ont été nécessaires pour élaborer la Convention Internationale sur le Droit de La Mer.
Enfin s’agissant du Digital comme question clé de l’agenda international il y a lieu de constater que la Cyber Diplomatie est d’ores et déja devenue un enjeu stratégique pour les Etats et les mesures qui seront adoptées maintenant ou leur absence impacteront le role ,la place et l’influence des Etats sur le plan international. De ce fait le Maroc se doit de jouer un role important sur cette question. A titre purement d’exemple le Maroc pourrait reprendre l’idée émise par David Gosset proposant la création d’une Agence Internationale de l’Intelligence Artificielle (A.I.I.A) comme institution spécialisée des Nations-Unies sur le modèle de l’A.I.E.A (Gosset, 2016). La création d’une telle institution se justifie pour plusieurs raisons : d’abord pour des raisons éthiques et pour éviter les dérapages éventuels dans l’utilisation de l’Intelligence Artificielle qui pourraient se révéler catastrophiques pour l’humanité et pour diminuer la fracture existante entre pays développés et pays du sud qui risque d’accentuer davantage les différences de développement existantes (Chatham House, 2018) . Le Maroc pourrait utilement rédiger un policy paper sur cette question et proposer la création de l’A.I.I.A , ensuite faire adopter cette idée par l’Union Africaine et éventuellement par d’autres organisations régionales auxquelles le Maroc appartient, avant d’entamer une campagne de sensibilisation au siège des Nations-Unies pour pouvoir obtenir le maximum de ralliements à cette idée et son adoption. 4) Afin de concrétiser l’impératif de mise en oeuvre d’une diplomatie digitale réussie il serait souhaitable que plusieurs autres mesures soient prises rapidement: • La désignation d’un haut responsable en charge de ce secteur • La digitalisation rapide du Ministère des Affaires Etrangères.

• La définition d’une ligne éditoriale et de normes de conduite. La désignation d’un haut responsable en charge d’impulser à l’international la stratégie digitale du Royaume devrait normalement etre la première décision à prendre. Pour ce faire il y a lieu de tenir compte des précédents crées par les pays étrangers en la matière et tenir compte également de certaines données spécifiques au cas marocain. Sur le plan international deux formules ont été retenues ; soit la formule danoise qui est celle du Tech-Ambassador c’est à dire un diplomate chargé de la technologie ou celle de l’Australie qui est celle du Cyber-Ambassador c’est à dire une personne chargée de l’ensemble des questions digitales y compris l’utilisation du digital pour faire davantage de commerce ainsi que de la cybersécurité.

Mais qu’il s’agisse du cas danois ou australien, ces deux pays possèdent déjà une infrastructure digitale très développée notamment au ministère des affaires étrangères, y compris une excellente infrastructure en matière de diplomatie publique par le digital; la désignation d’un ambassadeur chargé du numérique vise un objectif précis à savoir gérer au niveau international les nouveaux défis posés par le développement du Net.

Le cas du Maroc est différent. Le Ministère des Affaires Etrangères à l’instar des autres départements ministériels doit d’abord mettre en oeuvre sa propre digitalisation. Mais en plus il doit gérer à l’international les défis, les risques et les dangers auxquels doit faire face le Maroc du fait du digital.

L’exécution de cette mission d’envergure nécessite de mettre au point un plan de mise en œuvre interne des techniques de la diplomatie digitale. En même temps il y a lieu de gérer les questions liées à la diplomatie digitale mondiale en tant que question clé de l’agenda international et ce par le canal des structures existantes ou modifiées si besoin est. Pour toutes ces raisons le Maroc a le choix entre 2 formules: soit considérer que la digitalisation du pays, de son économie et de son administration est une question politique prioritaire qui touche à la souveraineté de l’État notamment dans son aspect numérique et nommer pour son exécution un Secrétaire d’état auprès du Ministre des Affaires Etrangères qui serait chargé de la diplomatie économique, digitale et culturelle.

La nomination d’un responsable à ce niveau non seulement permettrait de disposer de l’appui politique nécessaire pour mettre en œuvre les propositions de diplomatie digitale mais cette personne disposerait de ce fait du poids politique et administratif voulu pour assurer les contacts et la coordination avec les autres départements notamment ceux responsables de la sécurité pour pouvoir gérer à l’international les multiples et complexes problèmes et défis liés à l’acquisition, l’emploi et la gouvernance des technologies liées à l’internet.

Si cette formule n’est pas retenue, la mise en œuvre de la stratégie de diplomatie digitale pourrait être répartie entre deux personnes: d’une part le Secrétaire Général pourrait être chargé de la partie digitalisation en profondeur du Ministère des affaires étrangères tout en mettant à sa dispositions les moyens humains et budgétaires nécessaires pour ce faire; d’autre part le Maroc pourrait lui aussi nommer un ambassadeur chargé du digital mais qui aura la double tache d’être un Tech-Ambassador et à cet égard mener des contacts utiles à l’international et être l’interface nécessaire pour amener aussi bien les grands que les start-up du Net à venir au Maroc pour contribuer à la création de l’éco-systeme digital pour diminuer la dépendance technologique à l’égard de l’étranger et en même temps s’occuper au niveau multilatéral de toutes les questions liées à la gouvernance de l’internet. 5) En ce qui concerne la digitalisation du Ministère des Affaires Etrangères il y a lieu de tenir compte du fait qu’actuellement pratiquement tous les pays ont procédé à une digitalisation plus ou moins avancée de leurs services diplomatiques. Ils exercent de ce fait une partie plus ou moins grande de leur mission par le biais du digital.La tendance générale va dans le sens de la densification et de l’amélioration constante de cet usage.


Il en résulte que l’objectif le plus raisonnable pour le Maroc c’est de prendre le virage digital dès maintenant plutot que de le faire sous la contrainte et suite à la digitalisation de la diplomatie mondiale qui est inéluctable et qui va impacter dans les années à venir aussi bien le modus operandi des diplomates que de la diplomatie . Pour ce faire il serait souhaitable d’agir dans deux directions et se fixer comme objectif que le digital puisse devenir : ● Un moyen d’influence au service de la Diplomatie Marocaine. ● Une méthode de travail habituelle du Diplomate marocain. S’agissant du Digital comme Moyen d’influence au service de la Diplomatie marocaine;trois niveaux pourraient etre envisagés qui requièrent chacun une approche différenciée: -le ou les sites du Ministère des Affaires Etrangères. -les sites des postes diplomatiques et consulaires du Maroc -la présence individuelle des diplomates marocains sur la toile et dans les réseaux sociaux.

Les différents sites qui relèvent du Ministère des Affaires Etrangères doivent etre remaniés de fond en comble aussi bien en ce qui conerne leur design, le contenu de leurs publications , les messages véhicules , ainsi que dans leur système de veille et de réactivité. Une partie de leurs activités pourraient etre confiées à des spécialistes de la communication . Par contre la conception du message à véhiculer devrait etre du resort de diplomates chevronnés. Quant à la présence individuelle des diplomates marocains sur la toile et dans les réseaux sociaux elle nécessite de remplir d’autres exigences. En effet pour atteindre l’objectif du Digital comme méthode de travail du diplomate marocain deux séries de mesures pourraient etre adoptées: la mise à niveau et la formation continue du Personnel existant; revoir le mode de recrutement du nouveau personnel et des modalités de sa formation.Il y aurait lieu probablement de prévoir aussi le recrutement d’une équipe d’ingénieurs pour l’essentiel des informaticiens si possible disposant également d’une formation complémentaire en relations internationales ou en économie. Exiger des futures recrues du Ministère outre la connaissance des langues et des relations internationales d’avoir également une bonne base ,vérifiable,en connaissances informatiques et la pratique du Digital.Introduire dans le cursus de formation des nouveaux cadres dispensé par l’AMED (Academie Marocaine des Etudes Diplomatiques) un module complet sur la diplomatie digitale .


L’objectif recherché est que le Personnel diplomatique marocain et quelle que soit son grade ou sa responsabilité actuelle au service central ou à l’étranger doit pouvoir disposer de trois qualités fondamentales: face à la surabondance et l’instantanéité des informations disponibles, savoir extraire l’information utile pour le Maroc et la Diplomatie marocaine en particulier tout en ayant l’expertise nécessaire pour savoir éviter les fake news et la désinformation si présents dans la Toile.Enfin savoir analyser et utiliser efficacement l’information extraite. L’action digitale proposée en matière internationale devrait reposer sur un thème ou une narration(a “narrative” en anglais ) à caractère global ayant pour but de façonner l’image de marque d’un Maroc qui gagne et qui pourrait etre declinée en plusieurs sous-thèmes et ajustée pour chaque niveau ciblé et non répétitive d’un niveau à l’autre pour éviter la désaffection des visteurs qui auraient la curiosité de vouloir visiter plusieurs sites gérés par le Ministère des Affaires Etrangères .Le thème global qui pourrait etre retenu,;mais ce n’est là qu’une hypothèse initiale de travail est:Le Maroc pluriel dans un monde pluriel.Le “narrative “ du Maroc pluriel pouvant facilement inclure les sous-thèmes de civilisation multiculturelle, multiconfessionnelle etc…Il en est de meme d’un Monde pluriel reflété par la pluralité des partenariats et des échanges fructueux qu’entretient le Maroc un peu partout dans le monde.


Il y aurait lieu également d’envisager deux mesures d’accompagnement dans le cadre de la narration: La définition d’une ligne éditoriale . Celle-ci devrait metre en relief le Maroc en tant que champion de l’unité, de la solidarité et de la diversité. L’autre mesure d’accompagnement est la rédaction d’un guide pratique sur la diplomatie digitale. Ces deux mesures d’accompagnement devraient etre mises à la disposition de tous les diplomates pour leur servir de support dans leurs activités. En conclusion il y a lieu d’observer que ce qui est proposé ici c’est le renforcement du role et non pas la gestion exclusive du digital par les Affaires Etrangères. Par définition les autres départements doivent conserver leurs prérogatives en la matière. Toutefois la composante essentielement internationale de ce dossier, son caractère très sensible car susceptible d’affecter les relations bilatérales comme on l’a vu dans les relations sino-américaines dans l’affaire Huawei, et le fait que beaucoup de pays appréhendent cette question avant tout sous l’angle de la souveraineté et s’assignent comme objectif premier de la sauvegarder militent en faveur d’un renforcement du role et des moyens mis à la disposition des Affaires Etrangères . La réussite digitale du Maroc en interne est conditionnée par la réussite de sa diplomatie digitale en externe. La réussite de ce binome gagnant contribuera à la création d’un Maroc qui gagne que nous voulons tous. Rabat Le 12 juin 2019


NOTES

1- Pour la définition de ce concept voir :Noureddine Sefiani “ A la recherche de la Diplomatie Digitale: Propositions de définition” Etude publiée le 10 juin 2019 dans le site public utilisé par les universitaires www.academia.edu 2- Source Banque mondiale. 3- Joshua Geltzer et Dipayan Ghosh “Tech companies are ruining America’s image” in Foreign Policy Mai 2018.
4- Décret du 21 septembre 2011 portant création d’une Direction Générale des systèmes d’information au sein de l’Administration de la défense nationale. BO du 17 octobre 2011.
5- Noureddine Sefiani «Le Conseil Supérieur de Sécurité du Maroc: Quels enjeux stratégiques” Revue Attawassol No 18 Avril 2012 6- Etre diplomate marocain c’est quoi ? article publié dans Medias24 du 26 avril 2018 7- Discours lu par le Chef du Gouvernement Monsieur Saadeddine El Othmani.
8- « Artificial Intelligence and global geopolitics » Huffington Post 29 juin 2016.
9- Voir “Artificial Intelligence and International Affairs” Rapport de Chatham House de juin 2018.
10-A l’heure actuelle la diplomatie digitale est abordée sous forme de conférences et non pas en tant que cours plein et entier étalé sur toute l’année

 

 

 

By Noureddine Sefiani

 

La diplomatie digitale est devenue un moyen d’action et d’influence diplomatique important pour les Etats. Mais de quoi s’agit-il exactement?. En langue française on retrouve aussi bien l’expression diplomatie digitale que diplomatie numérique. Le Larousse a tranché cette question en précisant que l’adjectif digital est synonyme à numérique. Malgré cela le débat subsiste et parfois de façon passionnée (Duretz, 2014). Certains persistant à penser que l’adjectif numérique serait préférable à digital. L’auteur du présent article a porté son choix sur l’adjectif digital . Celui-ci est beaucoup plus utilisé sur la toile que son synonyme numérique , et donc offrant plus de probabilités de voir un texte ou un document apparaître sur un moteur de recherche.


Ceci étant les définitions de la diplomatie digitale ne manquent pas. La plus large est la suivante et elle a été émise par Digital Diplomacy Review dans sa page consacrée à la méthodologie et pourrait être traduite comme suit: “La diplomatie digitale au sens large est définie comme l’exercice de la diplomatie par chaque personne (y compris les diplomates et les leaders sans qu’ils en aient le monopole) ayant accès à internet, aux réseaux sociaux, aux plateformes, aux instruments, appareils et applications digitaux”. Celle-ci ressemble plutôt à un fourre-tout ou tout acteur qui se mêle de diplomatie même de loin, de façon épisodique, avec une influence nulle ou minime est considéré comme partie prenante à la diplomatie.


La définition la plus originale est la suivante proposée par Morgane Bravo dans son blog “Think tank Digital Diplomacy”: “La diplomatie digitale consiste à résoudre les problèmes de politique extérieure grâce à l’internet… C’est de la diplomatie conventionnelle sous d’autres formes. Elle consiste à écouter et dialoguer, à évaluer par de nouveaux et intéressants moyens. C’est un instrument du soft power pour un nouveau visage des relations internationales.”


La définition la plus restrictive de la diplomatie digitale est le fait de plusieurs auteurs. Un point commun les unit à savoir qu’ils considèrent tous que la Diplomatie digitale est une extension de la diplomatie publique. A titre d’exemple deux auteurs peuvent être cités, l’un anglophone Olubukola S. Adesina l’autre francophone Thomas Gomart* . Ces deux auteurs donnent pratiquement la même définition bien qu’en des termes et langues différents. Selon Thomas Gomart: ”La diplomatie numérique consiste en la continuation de la diplomatie publique par les nouveaux outils de l’information et de la communication. Elle permet donc de s’adresser autant à la population nationale qu’aux étrangers de manière simplifiée et rapide” (Bacher, 2014).

Le reproche qui pourrait être fait à cette approche est qu’elle se contente de constater l’élargissement du champ d’activité de la diplomatie publique sans faire état de nouvelles thématiques qui d’ores et déjà remplissent le calendrier des ministères des affaires étrangères du fait de la diplomatie digitale. A tel point d’ailleurs que certains pays ont procédé à la nomination de ce qu’on appelle les Tech-Ambassador et le premier à l’avoir fait a été le Danemark en janvier 2017. La mission de ces nouveaux diplomates est de négocier avec les entreprises géantes ainsi qu’avec les start-up à forte valeur technologique sur des projets de coopération (Gagnière, 2017). Par ailleurs l’agenda des ministères des Affaires étrangères de tous les pays s’est enrichi par de nouvelles questions importantes et sur lesquelles doit porter la négociation entre autres: la gouvernance du Net, la cyber-sécurité, la fracture numérique etc..


Ceci étant toute une panoplie d’expressions et de notions plus ou moins proches a fait florès simultanément avec l’apparition et l’évolution de la diplomatie digitale telle que e-diplomacy ou Techplomacy. Ces notions connexes peuvent être regroupées en deux catégories. Dans la première on peut inclure les expressions e-diplomacy et cyber diplomacy qui peuvent être considérées comme désignant le même contenu que la diplomatie digitale. Par contre les expressions suivantes désignent chacune un aspect spécifique de la diplomatie digitale : Techplomacy, Twiplomacy, Data diplomacy, Algorithmic diplomacy, Hashtag diplomacy et Smart diplomacy.


La notion de Techplomacy a été employée par la diplomatie danoise à l’occasion de la nomination d’un Ambassadeur auprès de Silicon Valley. Il s’agit donc de l’activité diplomatique consistant à traiter d’un sujet unique la technologie. Le gouvernement danois considère que le pouvoir économique des grandes compagnies technologiques est devenu tel qu’il peut se transformer en influence politique c’est à dire jouer le même rôle que les États (Fletcher, 2018).


La twiplomacy c’est l’usage de Twitter pour traiter de sujets à caractère diplomatique de la part aussi bien des hommes politiques, des diplomates, de la société civile que de simples individus.
La data diplomacy est la diplomatie qui se sert des données notamment les mégadonnées (big data) pour mettre en œuvre sa politique extérieure ou à tout le moins une partie de celle-ci.

L’algorithmic diplomacy peut être considérée comme une sous-spécialité de la Data diplomacy, puisqu’elle se sert aussi des données mais en les analysant grâce aux algorithmes pour arriver à des conclusions devant lui faciliter la prise de décisions.


La Hashtag diplomacy consiste dans l’usage des hashtags # notamment dans Facebook et Twitter pour amplifier et démultiplier le message que l’on veut faire passer en vue d’atteindre l’audience la plus large possible et en suscitant un maximum de réaction et de commentaires: l’idéal étant d’arriver à créer le buzz.


Enfin la Smart power diplomacy consiste dans la combinaison et le bon dosage entre hard et soft power afin d’arriver à la smart power diplomacy. La notion de smart power a été forgée par le Professeur Joseph Nye (Etheridge, 2009) et c’est Hillary Clinton qui a popularisé l’emploi de l’expression ainsi que son utilisation effective en diplomatie en parlant de smart power diplomacy lorsqu’elle était secrétaire d’état (CBC, 2009).


Au dela de ces concepts qu’en est-il maintenant de l’évolution du concept de diplomatie digitale ? Sur le plan historique le premier acte de diplomatie digitale est attribué par Tom Fletcher dans son ouvrage “Naked Diplomacy” à Carl Bildt, ancien Premier Ministre de Suède qui a envoyé au Président américain un courriel en date du 4 février 1994 pour le féliciter à propos de la levée de l’embargo à l’égard du Vietnam (Fletcher, Naked Diplomacy, 2016). En allant outre les canaux traditionnels utilisés jusqu’à cette date et en utilisant pour la première fois internet pour une correspondance officielle, l’homme d’état suédois aurait ainsi été le premier utilisateur de la diplomatie digitale. Par contre Xavier de la Porte estime que la Diplomatie Digitale a démarré en 2009 au moment où Hillary Clinton était Secrétaire d’état. Celle-ci a recruté deux jeunes férus de technologie Alec Ross et Jared Cohen afin que la politique extérieure américaine puisse tirer le maximum de l’influence et du pouvoir que permet l’utilisation des réseaux sociaux. Et l’auteur de conclure que : « les américains ont été les pionniers dans cette nouvelle manière de faire la diplomatie » (Porte, 2013). Au-delà de l’aspect concernant la date et l’origine exacte de l’apparition de la diplomatie digitale, le plus important demeure que cette forme nouvelle de diplomatie n’a pu se développer et connaître autant de succès qu’avec l’apparition des réseaux sociaux et la croissance exponentielle de leurs membres tout au long des quinze dernières années. A cet égard il y a lieu de rappeler comme suit leurs dates de création.


● 2003 : Linkedin avec 610 millions d’utilisateurs à la date du 4 mars 2019 ● 2004 : Facebook avec 2,271 milliards d’utilisateurs par mois à la date de janvier 2019 ● 2005 : Youtube avec 1,9 milliards d’utilisateurs par mois à la date de janvier 2019 ● 2006 : Twitter avec 338 millions d’utilisateurs actifs à la date du 1 janvier 2018 ● 2010 : Whatsapp avec 1,5 milliards d’utilisateurs par mois et 60 milliards de messages par jour à la date de janvier 2019 ● 2010 : Instagram avec 1 milliard d’utilisateurs à la date de janvier 2019 Aux dates de création des réseaux sociaux et des statistiques de leur audience il faut ajouter d’autres faits significatifs dans l’évolution de la diplomatie digitale à savoir : ● 2007 : Les Maldives créent la 1ere ambassade virtuelle suivis peu de temps après par la Suède et l’Estonie. Les trois sites diplomatiques virtuels ont été” crées auprès de Second Life qui est un site très populaire auprès des jeunes et avaient pour objectif de répondre à toutes les questions posées sur les Maldives, la Suède ou l’Estonie. Toutefois cette expérience ne semble pas avoir été concluante car très peu d’autres pays ont emprunté cette meme voie. ● 2009 : Pour la 1ere fois un ambassadeur en exercice publie un tweet sur son compte en sa qualité d’Ambassadeur; il s’agit en l’occurence de l’ambassadeur du Mexique à Washinghton ● 2015 : Le Foreign and Commonwealth Office à Londres devient le 1er ministère des affaires étrangères à ouvrir un compte Snapchat. Afin de faire ressortir l’évolution qui s’est produite ces dernieres années certains auteurs parlent d’un passage de la diplomatie analogique à la diplomatie digitale. (Wallin, 2012). D’autres notamment l’Ambassadeur espagnol Antonio Casado Rigalt utilise d’autres images dans ce sens. En effet le diplomate espagnol dans la revue du ministère des affaires étrangères de son pays parle quant à lui d’un passage de la diplomatie digitale 2.0 à la diplomatie digitale 3.0 voulant dire par là que la 2.0 a consisté dans l’intégration de la communication digitale dans la pratique des ministères des affaires étrangères. Par contre la 3.0 serait l’étape suivante qui est la pratique de la diplomatie essentiellement par le digital.

Enfin d’autres comme Ilan Manor pensent par contre que l’évolution de la diplomatie digitale devrait amener celle-ci à terme à engager un dialogue direct avec les nations et populations étrangères. Toujours selon Manor le complément indispensable à toute stratégie de diplomatie digitale serait le “tailoring”(le sur mesure) plutôt que le “targeting”(le ciblage). L’auteur donne l’exemple de la perception des Etats-Unis au Pakistan et en Israël pour justifier sa proposition de solutions sur mesure plutôt que le ciblage global car manifestement la stratégie digitale américaine ne peut pas être la même au Pakistan et en Israël (Manor, 2018). Ceci étant l’examen de l’état des lieux de la diplomatie digitale au niveau mondial révèle l’existence d’un nombre incroyable de défis auxquels les ministères des affaires étrangères et les diplomates de chaque pays doivent faire face.

Tout d’abord l’élargissement de la liste des acteurs de la diplomatie pour inclure les individus, la société civile et les différents groupes d’intérêt change les données de base de ce métier dont les acteurs étaient uniquement des responsables gouvernementaux professionnels et respectant un code de conduite écrit (Convention de Vienne sur les relations diplomatiques) et non écrit (essayer à chaque fois d’arriver à un compromis équilibré et qui tient compte des intérêts légitimes des uns et des autres).

L’arrivée des nouveaux acteurs a amené avec elle les fake news ainsi que d’autres menaces beaucoup plus graves et qui peuvent affecter profondément la sécurité nationale. Il s’agit en l’occurrence des hackers aux motivations différentes; certains sont des lanceurs d’alerte et d’autres des criminels tout court.

Il s’agit aussi de ceux qui sont mus par une idéologie extrémiste pour défendre ce qu’ils croient être des causes justes et qui se servent de la toile pour le faire. Le résultat final dans ces cas est le développement de la cybercriminalité, du crime organisé et du terrorisme. La diplomatie dans tous ces cas de figure est amenée finalement y compris par le biais de la diplomatie digitale à lutter contre tous ces risques en gérant au mieux la négociation et la coopération internationales dans ces différents secteurs.

Enfin parmi les acteurs nouveaux ou peut être des acteurs anciens quand ce sont les États qui la pratiquent il y a la cyber guerre. On ne peut refermer cette liste des nouveaux acteurs sans mentionner les individus et/ou les groupes qui utilisent la toile pour engager un dialogue citoyen et même cette catégorie n’est pas facile à gérer. En effet les ministères des affaires étrangères disposent désormais d’une nouvelle audience plus élargie, composée de nationaux et d’étrangers et avec lesquels le dialogue doit être engagé pour obtenir leur adhésion à la politique extérieure suivie; faute de quoi cette frange de la population est capable de faire échouer si elle se mobilise les meilleures politiques tracées et appliquées. Enfin le dernier aspect concernant la diplomatie digitale et les ministères des affaires étrangères a trait à ce qu’on pourrait appeler la souveraineté digitale .

En effet le métier de base des diplomates est de défendre la souveraineté nationale; or de nos jours celle-ci est assaillie de tous les côtés par les assauts du digital; qu’il s’agisse des données personnelles, des données étatiques de la puissance et de l’influence des grandes sociétés qui utilisent le digital et qui arrivent à contourner la souveraineté fiscale des États, ainsi que leur puissance économique. De ce fait tout État qui n’a pas la maitrise de tout le cycle du numérique se trouve finalement sous l’emprise et le bon vouloir de ceux qui contrôlent les dits instruments digitaux et de ce fait la souveraineté numérique, sinon la souveraineté tout court de l’État s’en trouve par définition diminuée. Tenant compte de toutes les donnees qui précèdent la définition suivante nous semble la plus appropriee: “La diplomatie digitale est le recours aux Technologies de l’Information et de la Communication ainsi que la participation à l’élaboration des règles régissant la gouvernance de l’Internet afin de concrétiser les objectifs de la politique extérieure de l’État.”

 

NOTES


1- Marlene Duretz:”Dilemne numérique” in Le Monde du 14 janvier 2014. 2- Foreign policy in an era of digital diplomacy in Cogent Social Sciences. Mars 2017 3- L’explosion du numérique dans les relations internationales in Revue des deux mondes.
4- Thomas Gagniere: Google, Amazon, Facebook, Apple, la diplomatie est morte vive la Techplomatie. Voir aussi Martin Untersinger “Un ambassadeur dans la Silicon Valley pour “conserver du pouvoir à l’ère du numérique” Le Monde 6 juin 2018 5- How Casper Klynge is reinventing diplomacy as the first tech ambassador in Journal The National du 3 mai 2018.
6- Eric Etheridge “How soft power got smart” New York Times 14 janvier 2009. 7- «Clinton touts smart power diplomacy for foreign policy », CBC News 13 janvier 2009. 8- voir page 78. 9- “Toute petite histoire de la diplomatie numérique”, France Culture le 6 novembre 2013.
10- Mattew Wallin “Analog vs Digital Diplomatic world” publié le 17 mai 2012 par American Security Project.
11- Ilan Manor, ”The digitalization of diplomacy: towards clarification of a fractured terminology” publié par Oxford digital diplomacy group.
12- Andres Ortega :”Soberania digital” El Cano Institute 29/52018.

 

Par Michaël Béchir Ayari, Senior Analyst, Tunisia.

International Crisis Group, 7 March 2019

 

Que se passe-t-il ?

Le 10 février 2019, dans une lettre à la nation, le chef de l’Etat Abdelaziz Bouteflika, 82 ans, a annoncé son intention de briguer un cinquième mandat lors de l’élection présidentielle d’avril prochain, malgré une santé fragile qui l’empêche de s’exprimer publiquement, et à fortiori de faire campagne – il a été victime de plusieurs accidents vasculaires cérébraux depuis 2013. De nombreux Algériens ont interprété cette annonce comme la proclamation d’un nouveau quinquennat, vu le manque de transparence des scrutins. Une série de protestations contre « le mandat de trop » s’est alors emparée du pays. Leur ampleur est inédite et leur issue incertaine.

Ces protestations, qui se concentrent principalement sur le refus de cette nouvelle candidature, ont largement dépassé en intensité celles de 2014 contre le quatrième mandat. Le 1er mars, elles ont réuni entre 700 000 et 800 000 personnes à Alger et près de 2 millions dans le reste du pays, d’Annaba (Est) à Tlemcen (Ouest), même dans des régions jusque-là peu mobilisées.

Malgré l’ampleur de ces protestations, le directeur de la campagne de Bouteflika, Abdelghani Zaalane, a déposé le 3 mars devant le Conseil constitutionnel la candidature du président de la République, actuellement hospitalisé à Genève (Zaalane est le gendre du chef d’état-major de l’armée, Gaïd Salah). Le même jour, dans une lettre lue par une présentatrice à la télévision publique, Bouteflika s’est engagé, s’il est réélu, à mettre en place une « conférence nationale inclusive et indépendante » afin de « débattre, concevoir et adopter des réformes » sur le plan constitutionnel, institutionnel, politique et économique ; à établir un « mécanisme indépendant » pour organiser une élection présidentielle anticipée ; et à convoquer un référendum sur une nouvelle constitution qui ouvrirait la voie à une nouvelle République et à un nouveau « système », afin d’assurer « la transmission générationnelle ».

Dans cette même lettre, le président-candidat a aussi affirmé avoir « entendu les cris du peuple ». Sans succès. La rue algérienne a interprété ces mots comme un énième affront, voire comme une provocation. Si cette déclaration a répondu en partie aux demandes des manifestants et de certains partis politiques d’opposition (une conférence nationale inclusive, une commission indépendante pour organiser les élections, et une nouvelle constitution), de nombreux Algériens estiment que le président de la République, au pouvoir depuis vingt ans, n’est plus en mesure de prendre l’initiative et de fixer le rythme des réformes. Les manifestations continuent. Une nouvelle série de protestations est attendue pour le vendredi 8 mars, qui se trouve être aussi la Journée internationale des femmes, généralement marquée par des rassemblements.

En attendant, plusieurs mouvements d’opposition, dont les islamistes et le parti Talaie al Horiat (l’Avant-garde des libertés) d’Ali Benflis, ancien Premier ministre (2000-2003) et candidat aux présidentielles de 2004 et 2014, se sont réunis à Alger le 4 mars. Ils ont appelé à appliquer l’article 102 de la Constitution, qui permet de déclarer la vacance de la présidence en cas d’incapacité du président de la République à gouverner en raison de son état de santé. Ils ont aussi demandé le report du scrutin.


Comment analyser ce mouvement de protestation ?


L’annonce de la candidature du président Bouteflika à un cinquième mandat a suscité un sentiment d’humiliation nationale. Beaucoup de manifestants estiment que l’actuel chef de l’Etat ne représente plus les forces vives de la nation et que son instrumentalisation par des groupes d’intérêts qui gravitent autour de lui confine à l’absurde, vu son état de santé. Certains affirment également que le pays a perdu trop de temps et que, si Bouteflika avait cédé sa place en 2014, des réformes sociétales auraient déjà pu hisser l’Algérie au rang des grandes nations économiques.

Au-delà du refus d’un cinquième mandat, le mouvement en cours exprime quelque chose de plus profond. Il est alimenté par le désir de se réapproprier la rue, alors que les manifestations sont interdites dans la capitale depuis 2001. Les slogans ne sont pas sans rappeler ceux qui avaient animé le soulèvement tunisien de décembre 2010-janvier 2011 : « Game Over », « Le peuple veut la chute du régime/système », « Voleurs, vous avez pris le pays », « Algérie, libre et démocratique ». Mais contrairement à ce qu’on a pu observer en Tunisie, la question du mépris (hogra) dont souffrent les individus et régions marginalisés sur le plan économique passe au second plan.

Le mouvement possède également une dimension socio-culturelle. Les classes moyennes urbaines comme les classes populaires demandent que chacun puisse « profiter de la vie en Algérie et dépasser le traumatisme de la décennie noire » (1992-2002), et que personne ne doive « plus mourir en mer en traversant la Méditerranée vers l’Europe dans l’espoir d’y trouver l’eldorado et d’accéder aux plaisirs de la société de consommation ». Pour les manifestants, les réponses à ces aspirations existent, mais le « clan de Bouteflika » – le président de la République, sa famille, son directeur de campagne, le Premier ministre et une poignée d’hommes d’affaires du sérail – empêche leur mise en œuvre par son incapacité à trouver un successeur consensuel.

Jusqu’à présent, une forme d’union nationale est de mise lors des manifestations. Les revendications régionalistes sont absentes, et diverses catégories sociales défilent ensemble de manière pacifique face à un adversaire commun. La présence de familles (femmes, enfants, personnes âgées) dans les cortèges est un élément marquant en ce qu’il contraste avec ce qu’on a pu observer par le passé.

Enfin, les protestataires aspirent à un changement tout en affirmant leur soutien à l’armée nationale, « issue du peuple », mais aussi à d’autres forces de sécurité, comme le montre le slogan « Frères, frères, les policiers sont nos frères ».


Beaucoup d’observateurs dans le monde entier évoquent un mouvement spontané. Qu’en est-il sur le terrain ?


A Alger, rares sont les manifestants qui affirment que ce mouvement est entièrement spontané. La plupart d’entre eux disent ne se faire aucune illusion quant à la présence d’acteurs de l’ombre issus de différents secteurs de la société algérienne, qui alimentent ce mouvement à défaut de l’avoir suscité.

Nombre de ces acteurs participent en effet à ces protestations ou les soutiennent discrètement. C’est le cas de généraux mis à la retraite anticipée ces dernières années, de cadres et agents de sécurité frustrés par la dissolution du Département du renseignement et de la sécurité en 2015, et d’hommes d’affaires à la stature internationale, empêchés par les premiers cercles du pouvoir de développer pleinement leurs activités économiques. C’est aussi le cas de hauts fonctionnaires, de syndicats autonomes, d’associations de jeunesse, de militants des droits humains, d’étudiants, de journalistes, d’avocats, et de partis d’opposition intégrés au « système ».

La plupart de ces acteurs estiment nécessaire de « réinstitutionnaliser » le pays en neutralisant les forces « extraconstitutionnelles » (le clan Bouteflika) qui affaibliraient la résilience de l’Etat face aux défis économiques, sociaux et régionaux. Ceux-ci risquent de devenir encore plus aigus dans les années à venir, notamment si les réserves de change diminuent de manière significative, que l’inflation augmente et que le contexte sécuritaire se dégrade dans les pays voisins.

Enfin, ces acteurs semblent converger sur la nécessité de réduire le caractère informel, opaque et fragmenté du pouvoir pour « sauver le pays ». L’objectif, au-delà des discours pro-démocratie, est de rétablir les équilibres régionaux tacites au sein des centres de pouvoir, hérités de la guerre d’indépendance (1954-1962), et de renouer avec un minimum de règles pour réduire le règne de l’arbitraire dans le processus officiel de prise de décision.


Quels sont les scénarios possibles ?


Ce mouvement de protestation émerge dans un contexte régional et international particulier. Les Algériens sont tiraillés entre le souvenir de leur printemps démocratique raté de 1988-1991, la crainte d’un retour des violences de la décennie noire, l’aspiration à la liberté et la conviction que le mouvement actuel ne constitue pas une rupture par rapport au « système » mais s’y inscrit (notamment via le rôle de l’armée). Ils veulent éviter un scénario à l’égyptienne (polarisation entre islamistes et anti-islamistes, suivie d’un retour violent à l’autoritarisme) ou à la syrienne (guerre civile), et se rendent compte que les vertus de la démocratie libérale sont remises en cause au niveau international et même en Tunisie. Il est donc très difficile de dire ce qu’il adviendra, en particulier parce que tout dépendra de l’intensification ou de l’affaiblissement de l’élan mobilisateur dans différents secteurs de la société.

Mais vu la diversité des acteurs qui aspirent au changement, il est probable que les protestations montent crescendo tant que Bouteflika maintiendra sa candidature. Leur caractère pacifique ou violent dépendra principalement de la réponse des forces de sécurité. Si celles-ci se montrent aussi professionnelles que lors des récentes protestations, se gardant de charger les foules sauf lorsque celles-ci convergent vers les bâtiments publics, il y a de fortes chances que les violences demeurent limitées du côté des manifestants.

L’article 102 de la Constitution pourrait éventuellement être appliqué. Il serait mis fin au mandat de Bouteflika pour des raisons de santé. Dans ce cas, le président du Conseil de la nation (chambre haute du parlement) assumerait la charge de chef de l’Etat pour une durée de 90 jours au maximum, au cours de laquelle une élection présidentielle serait organisée.

Les partis d’opposition, qui se contentent de suivre le mouvement de peur d’être accusés de récupération, risquent d’avoir du mal à faire entendre leur voix dans le cadre d’un débat politique ouvert sur les solutions potentielles. D’autant que si les mobilisations de masse s’intensifient, de nouvelles forces politiques et associatives émergeront, portant des revendications pour l’instant marginales, comme l’élection d’une Assemblée nationale constituante.

En parallèle, l’armée pourrait être tentée de piloter ouvertement un éventuel processus de transition. Le général à la retraite Ali Ghediri, candidat à la présidentielle, pourrait représenter une personnalité consensuelle, incarnant la « rupture dans la continuité ».

Les Algériens ont tiré les leçons de leur douloureux passé. Mais ils semblent une fois de plus contraints d’expérimenter avec des formes inédites de libéralisation politique, comme ce fut le cas en 1988, avec des conséquences incertaines. Certes, la polarisation entre islamistes et anti-islamistes n’est plus d’actualité. Les partis d’inspiration islamiste qui participent aux élections et sont représentés au sein du parlement et des assemblées populaires régionales et communales pourraient tirer profit de ces contestations et négocier une meilleure représentation politique, mais dans le contexte actuel, leur rôle, tout comme celui des salafistes quiétistes, apparait très marginal. Le risque de violences entre pro- et anti-cinquième mandat, voire entre partisans de la « réinstitutionnalisation » et défenseurs du statu quo, en revanche, est réel. Toute rupture avec le passé devra donc se faire progressivement et dans le respect de l’ordre constitutionnel. Ce ne sera pas facile.

 

Banners