Main News

Europe

STOCKHOLM/THE HAGUE - The Danish and Dutch governments have summoned the Saudi ambassadors to Copenhagen and Stockholm, respectively, in order to express their official protest after arresting and charging four terrorists for spying on behalf of the kingdom in the two European states.

The Danish Security and Intelligence Service announced on Monday the arrest of three members of the Saudi-backed anti-Iran al-Ahvaziya terrorist group, and charged them with suspicion of spying for Saudi Arabia in Denmark. Another terrorist was also arrested in the Netherlands.

Speaking at a press conference in Copenhagen, Danish Security Service (PET) Director Finn Borch Andersen said the three members of the Arab Struggle Movement for the Liberation of Ahwaz are facing charges of involvement in intelligence activities for the Saudi intelligence service from 2012 to 2018.

The Danish Security Service stated that the three elements were collecting information about individuals in Denmark and abroad, and were sending it to a Saudi intelligence service.

The three, whose identities have not been revealed, live in Denmark and have been under surveillance for several months.

The Danish police has accused the three of supporting a terrorist attack in Iran in September 2018, which killed 25 people including a four-year-old child.

The Danish foreign minister, on his Twitter account, confirmed that the Saudi ambassador to Copenhagen had been summoned.

Jeppe Kofod called the case "deeply serious and completely unacceptable." Kofod said he had summoned the Saudi ambassador for talks earlier Monday, and instructed the Danish ambassador in Riyadh to deliver his objections to Saudi authorities.

Dutch Foreign Minister Steve Block also summoned the Saudi ambassador to his country on suspicion of an al-Ahvaziya terrorist element's link to Saudi Arabia.

That came after the Dutch authorities in the city of Delft arrested another al-Ahvaziya element accused of planning to launch an attack in Iran and of belonging to a terrorist organization.

Dutch Foreign Ministry spokesman said that the Foreign Minister wanted to inform the Saudi ambassador that such unwanted activities as those accused by the movement in Denmark were unacceptable.

Al-Ahvaziya group is comprised of communists, nationalists, socialists and Salafi members who, despite ideological and nominal differences, are united around one goal and one strategy, which is toppling the Iranian government and separating Khuzestan from the rest of Iran through armed conflict.

The group was born in 1980; soon after the Islamic Revolution in Iran. It was inspired by the ruling Ba'ath regime in neighboring Iraq at the time. It had already carried out a series of attacks in the southwestern province even before Saddam unleashed war against Iran.

The group has committed numerous crimes against Iranian targets over the past decades. Among them bomb attacks in public places, abductions, assassinations, kidnapping for ransom, shooting at tourists and blowing up oil pipelines.

Thousands of people have been killed or injured as a result of their actions. The group calls itself a movement but it lacks any popular backing inside Iran.

In September 2018, four members of the Saudi-backed terrorist group opened fire on soldiers and civilians during a military parade in Iran's southern city of Ahvaz, claiming the lives of 25 people, including a four-year-old child.

The attack in that year came after a US-backed campaign to stir up unrest in Iranian cities fell flat. The effort, known as the Hot Summer Project, sought to whip up public anger over water and electricity shortages in the face of a protracted drought.

AB/

LONDON - Britain will ban the sale of new petrol and diesel cars from 2035, five years earlier than planned, Prime Minister Boris Johnson will say on Tuesday as he announces details of a U.N. climate summit due to take place in Glasgow in November.

Johnson will launch COP26, a two-week conference seen as a moment of truth for the 2015 Paris Agreement to combat global warming, at an event alongside Italian Prime Minister Giuseppe Conte and broadcaster and naturalist David Attenborough.

“Hosting COP26 is an important opportunity for the UK and nations across the globe to step up in the fight against climate change,” Johnson said in a statement released by his office ahead of a speech in London on Tuesday.

“As we set out our plans to hit our ambitious 2050 net zero target across this year, so we shall urge others to join us in pledging net zero emissions.”

Johnson will call for international efforts to reach net zero as early as possible, including through investment in cleaner technology, preservation of natural habitats and measures to improve resilience to the impact of climate change.

The government said that, subject to consultation, it planned to bring forward an end to the sale of new petrol and diesel cars and vans to 2035, or earlier if a faster transition was possible. It also said it would include hybrids.

Cities and countries around the world have announced plans to crack down on diesel vehicles in the wake of the 2015 Volkswagen emissions scandal and the EU is introducing tougher carbon dioxide rules.

France plans to ban the sale of fossil fuel-powered cars by 2040 whilst Norway’s parliament has set a non-binding goal that by 2025 all cars should be zero emissions.

But diesel and petrol models still account for 90% of sales in Britain, and some prospective buyers of greener models are worried about the limited availability of charging points, the range of certain models and the cost.

Johnson’s launch of COP26 was marred by a stinging attack on the prime minister by the summit’s former head Clare O’Neill who was sacked from the post last week.

O’Neill, a former energy minister, accused Johnson of a lack of leadership and said he had admitted to her he didn’t understand climate change.

“My advice to anybody to whom Boris is making promises - whether it is voters, world leaders, ministers, employees or indeed family members - is to get it in writing, get a lawyer to look a it, and make sure the money is in the bank,” she told BBC radio.

AB/

 

LONDON - The United Kingdom (UK) faces tough negotiations with Brussels as the country reaches a "turning point" following Brexit.

Almost half a century as a member of the Brussels club came to an end at 11pm on Friday, with jubilant Brexiteers partying in Parliament Square in Westminster and a light show illuminating 10 Downing Street.

But even Boris Johnson acknowledged there could be "bumps in the road" as the UK moves into a new era, with uncertainty still surrounding the future relationship between Britain and its closest neighbours.

With Big Ben silenced as a result of repair work, a projection of Parliament's clock was beamed onto 10 Downing Street and a recording of the famous bongs signalled the moment of the UK's exit from the European Union.

Outside Parliament, Brexit Party leader Nigel Farage hailed "the greatest moment in the modern history of our great nation".

But the Prime Minister struck a more moderate tone, recognising the mixed feelings in a nation that remains deeply divided after years of bitter Brexit battles.

"Tonight we have left the EU – an extraordinary turning point in the life of this country.

"Let us come together now to make the most of all the opportunities Brexit will bring – and let's unleash the potential of the whole UK."

The Prime Minister acknowledged that while for some it was an "astonishing moment of hope" for others there was a "sense of anxiety and loss".

The UK joined the then European Economic Community in 1973 but the 2016 referendum signalled the beginning of the process which resulted in Britain's membership of the bloc coming to an end at 11pm on Friday.

Mr Johnson said his job was now to "bring this country together".

"We want this to be the beginning of a new era of friendly cooperation between the EU and an energetic Britain, a Britain that is simultaneously a great European power and truly global in our range and ambitions," he said.

"And whatever the bumps in the road ahead I know that we will succeed."

Pro-EU campaigners take part in a Missing EU Already rally outside the Scottish Parliament (Jane Barlow/PA)
There will be few practical changes due to Brexit as the deal negotiated by the UK and EU keeps Britain aligned with EU rules for the rest of the year.

But in a potent symbol of the changed relationship, the Union flag was removed from the European Union institutions in Brussels.

Attention has already turned to the next set of talks aimed at the relationship in trade and other areas which will apply from January 1, 2021.

Brussels is pessimistic about the 11-month timetable for reaching a deal and made clear that Britain will have to accept worse terms and conditions for trade than if it were still a member of the EU.

European Commission president Ursula von der Leyen said: "We want to have the best possible relationship with the United Kingdom, but it will never be as good as membership."

Senior Cabinet minister Michael Gove acknowledged the trade-offs that would have to be made in any deal.

There "will be some regulations that will differ in Britain" so "that may mean that when it comes to trading with Europe there are some bureaucratic processes there that aren't there now", the Chancellor of the Duchy of Lancaster said.

The Daily Telegraph reported that Mr Johnson is prepared to impose full customs and border checks on all European goods entering the UK in an effort to create leverage in the negotiations with Brussels.

The newspaper also said Brussels had issued Britain with a bill for £1.09 billion as it left, as a result of recalculations due to higher gross national income and VAT receipts.

The Prime Minister hosted a reception in Number 10 for senior ministers, officials and supporters of Vote Leave who drank English sparkling wine while the light show was beamed onto the exterior of the building.

Mr Farage told cheering crowds at the rally in Parliament Square: "We did it. We transformed the landscape of our country.

"There are some that say we shouldn't celebrate tonight, but we are going to celebrate tonight."

He added: "The people have beaten the establishment. The real winner tonight is democracy. And I am someone who believes we should be pro-Europe, but not the European Union."

German Chancellor Angela Merkel said Brexit was "a deep break for us all" and warned the "negotiations will certainly not be easy".

French President Emmanuel Macron said Brexit was an "alarm signal" for the EU and hit out at the "lies, exaggerations, simplifications" that led to the Leave vote.

AB/

By Guy Faulconbridge

LONDON - The United Kingdom leaves the European Union on Friday for an uncertain Brexit future, the most significant change to its place in the world since the loss of empire and a blow to 70 years of efforts to forge European unity from the ruins of war.

The country will slip away an hour before midnight from the club it joined in 1973, moving into the no man’s land of a transition period that preserves membership in all but name until the end of this year.

At a stroke, the EU will be deprived of 15% of its economy, its biggest military spender and the world’s international financial capital of London. The divorce will shape the fate of the United Kingdom — and determine its wealth — for generations to come.

“This is the moment when the dawn breaks and the curtain goes up on a new act,” Prime Minister Boris Johnson will say in a television address, though he has given few clues about his post-Brexit plans beyond inspirational words.

“This is the dawn of a new era,” Johnson, one of the main leaders of the “Leave” campaign in the 2016, will say.

Beyond the symbolism of turning its back on 47 years of membership, little will actually change until the end of 2020, by which time Johnson has promised to strike a broad free trade agreement with the EU, the world’s biggest trading bloc.

For proponents, Brexit is a dream “independence day” for a United Kingdom escaping what they cast as a doomed German-dominated project that is failing its 500 million population.

Opponents believe Brexit is a folly that will weaken the West, torpedo what is left of the United Kingdom’s global clout, undermine its economy and ultimately lead to a more insular and less cosmopolitan set of islands in the northern Atlantic.


DIS-UNITED KINGDOM


Brexit was always about much than Europe.

The June 2016 Brexit referendum showed a divided and triggered soul-searching about everything from secession and immigration to empire and modern Britishness.

Such was the severity of the Brexit meltdown that allies and investors were left astonished by a country that was for decades touted as a confident pillar of Western political stability.

At home, Brexit has tested the bonds that bind together the United Kingdom: England and Wales voted to leave the bloc but Scotland and Northern Ireland voted to stay.

Scotland’s First Minister will use the moment to spell out her next steps towards holding a second independence referendum with a poll on Thursday suggesting a slim majority of Scots would now back a split because of Brexit.

A British bulldog toy and other souvenirs are pictured at a souvenir store, near Parliament Square, on Brexit day, in London, Britain January 31, 2020. REUTERS/Simon Dawson
So on “Brexit Day”, some will celebrate and some will weep — but many Britons will do neither. Many are simply happy that more than three years of tortuous political wrangling over the divorce are over.

“I did not vote for it and I did not want it to happen, but now I just want it over,” said Judith Miller, a resident of London. “I am tired, I have had enough, I am sick of it on the news and we are just going to have to deal with it.”


‘NEW DAWN’


It is unclear how Brexit will play out for either the United Kingdom or the European Union.

Brexiteers hope ‘independence’ will herald democratic and economic reforms that will reshape the United Kingdom, propelling it ahead of its European rivals which they say are chained to the doomed euro.

Pro-EU supporters say the United Kingdom will atrophy and have little option but to move closer to U.S. President Donald Trump. The Times newspaper showed a cartoon of Johnson leaping out the EU frying pan into the fire of Trump’s orange hair.

Eurosceptic newspapers heralded the impending departure.

“A New Dawn for Britain,” the Daily Mail said on its front page and the Sun’s headline was “Our Time Has Come”. The pro-EU Guardian had a different slant: “Small island,” its headline said, adding it was the biggest gamble in a generation.

Johnson will chair a cabinet meeting in Sunderland, the first city to declare support for leaving the EU in the June 2016 referendum. Brexiteers will celebrate on Parliament Square while some opponents of Brexit are also due to gather.

A Union Jack in the building of the European Council in Brussels will be lowered at 7 p.m. time (1800 GMT) on Friday, and put away with the flags of non-EU countries.

With sorrow, some support for Brexit and even hope of a return, Europeans from across the EU bade farewell.

“I am very sorry that the United Kingdom is exiting. I think it is a very, very bad thing for Europe, for the United Kingdom, for everything,” said Sara Invitto, from Milan. “Goodbye!”

 

Mediterranean

THE UNITED NATIONS - Despite the loss of its last stronghold in Syria and the death of its leader, ISIL “remains at the centre of the transnational terrorism threat”, a senior UN official told the Security Council on Friday.

In presenting the latest UN report on ISIL, Vladimir Voronkov, head of the UN Office of Counter-Terrorism, urged the international community to remain united in fighting the group’s reach, which extends to Africa, Europe and Asia.

“ISIL has continued to seek resurgence and global relevance online and offline, aspiring to re-establish its capacity for complex international operations. ISIL’s regional affiliates continue pursuing a strategy of entrenchment in conflict zones by exploiting local grievances”, he said.

Thousands of foreigners travelled to Syria and Iraq to support ISIL, also known as Daesh, and its estimated that up to 27,000 are still alive. They will continue to pose threats in the short and long-term, Mr. Voronkov reported.

For example, European countries are concerned over the anticipated release this year of some 1,000 terrorism-related convicts, some of whom include returned former fighters.

“ISIL lost its last stronghold in the Syrian Arab Republic in March last year and has seen a change in leadership after the death of al- Baghdadi in October, but this report shows that the group remains at the centre of the transnational terrorism threat. We must stay vigilant and united in confronting this scourge.”

The Council also heard from Mona Freij, a civil society representative, who fled the Syrian city of Raqqa after ISIL fighters “armed to the teeth” stormed her house in September 2014.

She escaped after a neighbour diverted the fighters, but her family members were subsequently arrested, tortured and left traumatized.

Ms. Freij returned to Raqqa in 2017 after the “Daesh nightmare” had ended. “Women were deprived of education and they were in a very difficult situation,” she recalled.

“I found orphaned children…and they told me that they had been forced to join Daesh, and the women had to bear children by the fighters. If they refused the sexual advances of the fighters, they were punished. They could not put an end to their pregnancies. They were hostages who had to obey the orders of monsters. Even today, they have difficulty in proving who the fathers of the children are.”

Mr. Voronkov told the Council that the most pressing concern now is the situation of more than 100,000 people associated with ISIL, mainly women and children, currently in detention and displacement camps.


Appalling conditions forISIL-linked families


Michele Coninsx, Executive Director, Counter-Terrorism Committee Executive Directorate, reported that they are living in appalling conditions, leaving them open to further radicalization.

She welcomed countries’ efforts to repatriate these women and children, and called on other nations to follow suit.

“ISIL has destroyed entire communities, uprooted families and brainwashed thousands by spreading its toxic and misguided ideology. Today the international community has an opportunity to prosecute the perpetrators, rehabilitate the victims and facilitate reconstruction and community development in places destroyed by ISIL violence”, she said.

“The repatriation of women and children will accelerate that process, and the prosecution of ISIL fighters and their affiliates, in accordance with international human rights will help bring closure to the victims. This is one of the defining counter-terrorism challenges of our time. Inaction now will only make our future counter-terrorism efforts harder.”

AB/

GENEVA - A minimum of $1.4 billion is needed to fund the UN Relief and Works Agency for Palestine Refugees, known as UNRWA, the acting chief said on Friday.

Christian Saunders said the funds would provide essential services throughout 2020, including life-saving humanitarian assistance for 5.6 million registered Palestine refugees across the Middle East.

He noted that the pledges of support UNRWA received at the General Assembly in December was “an overwhelming validation of the agency and of our mandate” and stressed the importance of donors and partners matching those commitments, to allow the agency to provide refugees with “protection and those critical services considered a basic human right”.

He said UNRWA would ensure “that every penny of public funding we receive is used wisely, properly and effectively.”


Impacting Palestine refugees


In 2020, Palestine refugees in the West Bank, including East Jerusalem, Gaza, Jordan, Lebanon and Syria will “continue to face daunting human development and protection challenges” precipitated by the occupation of the West Bank, the conflict in Syria, the political crisis in Lebanon and the growing needs in Jordan, said Mr. Saunders.

“We are stretched to our limits under our shrinking budgets and the growing needs of Palestine refugees who are impacted by the same volatility and unpredictability that people face in the Middle East every day”, he said.

The funds will be used for essential core services, including infrastructure, protection, social services and microfinance as well as to contribute to the realization of the Sustainable Development Goals (SDGs) and the 2030 Agenda.

Moreover, it will help to provide education to over half a million girls and boys in some 700 schools across the region and enable 8.5 million patient visits in its health facilities, similar to laast year 2019.

Until there is a just and durable solution, “we are the only agency able to provide the type of essential services that Palestine refugees are entitled to”, he maintained, calling on donors to strongly support UNRWA, and saying “your investment is very well-placed, it is an investment in a beleaguered people deserving of your continued support and it is an investment in the region’s stability”.


US proposal to end Israel-Palestine conflict


Turning to US President Donald Trump’s administration’s ‘Vision for Peace, Prosperity and a Brighter Future’ aimed to resolve the decades-long conflict between Israelis and Palestinians, the top UNRWA official said that “a lot of Palestinians are in a state of shock at this point in time, in a state of disbelief”.

The United States administration’s proposal aims to legalize Israeli settlements in the West Bank and East Jerusalem while allowing Israel to annex around 30 per cent of the West Bank

Mr. Saunders said it was “extremely unsettling for the Palestine refugees living under occupation, under blockade, and through conflict after conflict and crisis after crisis, hoping for justice and human rights, and with the constant fear that the international community will one day abandon them”.

“Today, more than ever there is a need for stability and today the international community must send a clear message to Palestine refugees and to the world at large that the international community stands firmly behind them”.

He recalled that in 2018, UNRWA’s largest donor at that time, the US, stopped its funding, cutting nearly one-third of the agency’s budget.

“The repercussions on our finances and plans were huge, but the support we received from our member States and partners was phenomenal”, he said, calling it “a true testament to the continued international commitment to Palestine refugees.”

Despite the potential implications of the loss of funding, the “incredible support allowed us to continue to provide vital services and protection to Palestine refugees”, he concluded.

AB/

GENEVA - A United States plan released this week to resolve the decades-long conflict between Israelis and Palestinians is “lopsided” and will only entrench occupation, an independent UN human rights expert said on Friday.

President Donald Trump announced his administration’s ‘Vision for Peace, Prosperity and a Brighter Future’ at the White House on Tuesday, which would legalize Israeli settlements in the West Bank and East Jerusalem. Israel also would be allowed to annex around 30 per cent of the West Bank.

In response, the UN underlined its longstanding commitment to realizing a two-State solution, with Israelis and Palestinians “living side by side in peace and security, within recognized borders, on the basis of the pre-1967 lines.”

However, what the US plan offers is “a one and half state solution”, according to Michael Lynk, the UN Special Rapporteur on the situation of human rights in the occupied Palestinian territory.

“This is not a recipe for a just and durable peace but rather endorses the creation of a 21st century Bantustan in the Middle East”, he said, referring to the homelands established for black South Africans during the apartheid era.

“The Palestinian statelet envisioned by the American plan would be scattered archipelagos of non-contiguous territory completely surrounded by Israel, with no external borders, no control over its airspace, no right to a military to defend its security, no geographic basis for a viable economy, no freedom of movement and with no ability to complain to international judicial forums against Israel or the United States.”

Mr. Lynk deplored the proposal to legalize Israeli settlements, and he urged countries to condemn any call to annex Palestinian territory, which is prohibited under international law.

“This unilateral act undermines the Palestinians’ right to self-determination, and it threatens to drag the world back to darker times, when conquest was acceptable, borders could be redrawn and territorial integrity was regularly undermined”, he stated.

Under the Trump plan, Jerusalem would remain Israel’s undivided capital, which, Mr. Lynk called distressing as it “recognizes the conquest and illegal annexation of East Jerusalem, which remains occupied territory under international law, as embedded in scores of United Nations resolutions”.

The rights expert also took issue with proposals that would prevent Palestinian refugees from returning to their homes in Israel.

“Nothing in the Trump plan alters the continuing prevalence of the laws of occupation, the human rights of the Palestinians under occupation, and the absolute obligation on the international community to redouble its efforts to achieve a just, equitable and durable solution on the basis of equal rights for Palestinians and Israelis alike,” said Mr. Lynk.

“International law remains the Northern Star, the only guide to a sustainable peace.”


Independent experts’ role


Independent experts and Special Rapporteurs and are appointed by the Geneva-based UN Human Rights Council to examine and report back on a specific human rights theme or a country situation. The positions are honorary and the experts are not UN staff, nor are they paid for their work.

 

 

By Margaret Besheer

RAMALLAH - Palestinian Authority President Mahmoud Abbas will come to the U.N. Security Council in February to press the Palestinian case against President Donald Trump's Middle East peace plan.

Abbas will undertake a round of shuttle diplomacy in the next two weeks, starting Saturday in Cairo at a meeting of Arab League foreign ministers. After that he will meet ministers from the Organization of the Islamic Conference and Non-Aligned Movement, as well as the African Union summit.

"These consultations will be culminated in a visit by President Abbas within the next two weeks to the [U.N.] Security Council, in which he will put before the entire international community the reaction of the Palestinian people and the Palestinian leadership against this onslaught against the national rights of the Palestinian people by the Trump administration," Palestinian U.N. Ambassador Riyad Mansour told reporters Wednesday.


Palestinian resolution


Mansour said they also hoped to put forward a draft Security Council resolution, although he did not go into details on what it would aim to do.

"Of course, we would like to see a strong, large opposition to this Trump plan, and to reflect the language of the global consensus," Mansour said.

The Palestinians are unlikely to find redress in the Security Council, where the United States holds a veto.

The Palestinian leadership is furious following the release Tuesday of the Trump administration's long-awaited plan for resolving the decades-old Israeli-Palestinian conflict.

Trump unveiled the proposal, which he has called "the deal of the century," at the White House, standing alongside Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu. No Palestinian representative was present at the East Room event.

Abbas rejected the 80-page proposal and its $50 billion in promised economic incentives before even seeing it, saying, "Jerusalem is not for sale. All our rights are not for sale and are not for bargain. And your deal, the conspiracy, will not pass."

The proposal has had mixed reviews in the region, with representatives of Bahrain, Oman and the United Arab Emirates present at the announcement, but other states, such as Iran and Turkey, rejecting it. Saudi Arabia and Jordan were muted in their response.

The U.N. secretary-general said through his spokesman that the U.N.'s position remained rooted in relevant Security Council and General Assembly resolutions.


Land swap, rail link


Under the plan, Trump said, the Palestinians will "double" their land, but they must give up about a third of the West Bank to Israel for it to have an eastern border. In exchange, the administration proposes they take two separate pieces of land in the Negev desert. The plan also includes some unusual proposals, including a high-speed rail link between the Gaza Strip and the West Bank, according to U.S. Ambassador to Israel David Friedman.

While it gives the Palestinians four years to come to the negotiating table to find a path to statehood, Israel could begin annexing land where Jewish settlements sit as soon as this weekend.

North Africa

GENEVA - The U.N. envoy to Libya said on Tuesday there was a “genuine will to start negotiating” between rival factions as they started military talks in Geneva aimed at securing a lasting ceasefire in the North African country.

However, Ghassan Salame told reporters that an arms embargo was being violated by both sides and that new mercenaries were still arriving Libya.

AB/

By Sara Creta, The New Humanitarian,

‘People are refusing to go out, and don’t know what to do.’


PARIS


Hundreds of migrants and asylum seekers residing at a flagship facility in the Libyan capital faced an uncertain future on Friday after the UN’s refugee agency announced it was suspending work there due to fears over the centre’s safety amid Libya’s escalating conflict.

 

Several of the 700 residents of the Gathering and Departure Facility (GDF) spoke of their anxiety after UNHCR announced the move on Thursday, saying it fears “the entire area could become a military target, further endangering the lives of refugees, asylum seekers, and other civilians”.

The agency has “started moving dozens of highly vulnerable refugees, who have already been identified for resettlement or evacuation to third countries, from the facility to safer locations”, a UNHCR statement said, adding that it will “facilitate the evacuation of hundreds of other people to urban areas”.

A recording of the announcement made inside the facility on Thursday, and shared with The New Humanitarian, said UNHCR “will remain at the GDF for the next few days to arrange the relocation to urban setting and organise the ordered exit of 100 persons per day”.

Opened in late 2018 after international donors pitched in $6 million, the hope was that the GDF could serve as a well-ordered waystation for people about to leave the war-torn country through resettlement to another country, family reunification, or by other means.

But fighting broke out in April 2019 in and around Tripoli between the UN-backed government and eastern forces led by General Khalifa Haftar, leading to increasing chaos, displacement, and a deadly strike on the Tajoura detention centre, just outside the capital.

More and more people sought help at the GDF, and by November UNHCR said it could no longer help or protect the people inside. In a controversial move, it began telling people they would "not be considered for evacuation or resettlement" if they stayed, alongside offering money and other aid if they left.

Read more → UN tells migrants to leave Libya transit centre as $6m project flounders

The UN has said it believes Tripoli and other cities – where the majority of the country’s more than 630,000 migrants, refugees, and asylum seekers live – are the best options for people to get help.

But several residents inside the GDF expressed concern: “People are refusing to go out, and don’t know what to do. They stopped giving food yesterday,” said one survivor of the Tajoura airstrike, who spoke to TNH via WhatsApp from inside the GDF on Thursday.

“We don’t know what to do. UNHCR told us they will come back on Sunday. But where can we go? We don’t have anywhere to go.”

TNH understands some people have already agreed to leave the centre, but it is not clear what will happen to others if they insist on remaining.

In response to the allegation that food was not being provided, a UNHCR spokesperson said “food services are as normal". Food has in the past been provided by a catering firm and, in emergency situations, aid agencies.

An internal UNHCR update from last week, seen by TNH, says the "majority of PoCs [persons of concern] suffer from frustration, anxiety, and stress due to their limited choices and hopelessness in the desired solutions".


War closes in


The conflict in Tripoli has seen an uptick in fighting in the past month, and on 2 January shells fell close to the GDF.

Since December, the UN-backed government’s Department for Combating Illegal Migration (DCIM), which has an office across the street from the GDF, has been training soldiers just a few metres away from the facility.


In announcing its suspension on Thursday, UNHCR also released a statement noting that “training exercises, involving police and military personnel, are taking place just a few metres away”.

The Libyan Ministry of Interior has jurisdiction over the GDF via the DCIM, and Lt. Abdul Naser Hazam, head of the Tripoli branch of the DCIM, confirmed to TNH that it was training at the location.

“The [DCIM’s] personnel are receiving their training in the field of combating irregular migration, in order to raise their capabilities and develop their skills, especially considering the conditions that Libya is currently experiencing,” he said.

Sources inside the DCIM, UNHCR, and Libaid – the UN’s local partner agency at the centre – all said the plan had been to keep services going at the GDF until at least March, but debates had been ongoing about what to do about the collapsing location, which has for months been effectively controlled by the DCIM and militias associated with it, and had become unsanitary and dangerous.

According to one UNHCR staff member in Tripoli, who requested to remain anonymous because they were not authorised to speak about the sensitive subject, the facility had increasingly been seen as tarnishing the agency’s reputation. “Some want to shut down the GDF project and end this chapter of wasted resources,” the source said.

According to a report by the UN Support Mission in Libya, submitted 15 January to the Security Council, some 3,200 migrants and refugees are currently held in detention centres run by the DCIM and controlled by armed groups, including an estimated 2,000 people who are “exposed, or in close proximity, to the fighting in and around Tripoli”.

With additional reporting from Annie Slemrod.

 

 

GENEVA - Warring parties in Libya, as well as foreign governments supporting them, are being urged to investigate deadly airstrikes last July which killed at least 53 migrants and refugees at a detention centre in the northwest of the country.

The appeal was made by the UN Support Mission in Libya (UNSMIL) and the UN human rights office in Geneva, which on Monday published a joint report calling for accountability for the attack targeting the Daman building complex, which houses the detention centre.

“As I have said previously, the Tajoura attack, depending on the precise circumstances, may amount to a war crime,” said Michelle Bachelet, the UN High Commissioner for Human Rights.

“Libyans, migrants and refugees are trapped amid violence and atrocities that are in turn fuelled by impunity. Those guilty of crimes under international law must be held to account.”


‘Tragic example’ of use of air power


The Daman complex is in Tajoura, a town in the Tripoli district in north-western Libya, and comprises various facilities belonging to the Government of National Accord (GNA).

The UN-backed administration is battling the so-called Libyan National Army (LNA), which is aligned with a rival government in Benghazi, located in the east.

Fighting between the two sides intensified in April 2019, after the LNA laid siege to southern Tripoli.

The attack on the Daman complex occurred on 2 July 2019 when an “air-delivered bomb” struck a vehicle repair workshop there operated by the Daman Brigade, an armed group allied with the GNA, according to the report.

Minutes later, a second airstrike hit the Tajoura Detention Centre, a large hangar which at the time held some 616 migrants and refugees. Three sections of the building were impacted.

One of the sections, which housed 126 people, sustained a direct hit. Forty-seven men and six boys were killed, and 87 other male migrants and refugees were injured.

It was one of the deadliest incidents since the start of the new round of hostilities in April.

The report found that while it appeared that the airstrikes were conducted by aircraft belonging to a foreign State, “it remains unclear whether these air assets were under the command of the LNA or were operated under the command of that foreign State in support of the LNA.”

Regardless, international humanitarian law still applied. The report recalled that parties to the conflict knew the precise location and coordinates of the detention centre, which had suffered a previous hit just months before.


Airstrikes behind most civilian casualties


“The July 2019 attack at Tajoura is a tragic example of how the use of air power has become a dominant feature in Libya’s civil conflict, and of the dangers and direct consequences on civilians of foreign interference”, said UNSMIL chief Ghassan Salamé.

“This is why the commitments made in Berlin on 19 January to end such interference and uphold the UN arms embargo must take hold.”

The international community met in the German capital last Sunday in efforts to find a political solution to end the Libya crisis, which has seen increasing foreign interference.

The UN joint report found at least 287 civilians were killed and around 369 others injured last year alone, with airstrikes accounting for 60 per cent of those casualties.


New attack condemned


The situation shows no sign of abating as UNSMIL on Monday condemned a missile attack against Mitiga Airport, near Tripoli’s centre. At least two civilians were injured, while the tarmac and several buildings were damaged.

“UNSMIL reiterates that attacks against civilian targets, especially public facilities, represent a blatant violation of International Humanitarian Law, and that repeated attacks against Mitiga Airport deprived two million residents in the capital of their only functioning airport,” the mission said in a statement posted on Twitter.

AB/

 

BENGHAZI, LIBYA - The Libyan National Army (LNA) led by General Khalifa Haftar has managed to down a Turkish drone that was allegedly trying to hit LNA units in Tripoli, a spokesman for the LNA Air Defence Forces said Wednesday.

"The Air Defence Forces of the General Command of the Libyan Arab Armed Forces shot down a Turkish drone that took off from the Mitiga International Airport and was trying to raid the site of our military units in Tripoli," the statement published on Facebook reads.

On Monday, Turkish President Recep Tayyip Erdogan said as quoted by the country's media that Ankara hadn't sent any Turkish troops in Libya yet but only military advisers.

Turkey has yet to comment on the claims by the LNA.

The development comes nearly a week after Ankara announced that it would deploy troops to support the Government of National Accord (GNA) in Tripoli in its fight against its opponents in the country's east, the Libyan National Army, after ceasefire negotiations between the two in Moscow failed.

AB/

Research Papers & Reports

GENEVA - Fresh fears of accelerating damage to the planet’s ice sheets and sea level rise have been fuelled by confirmation from the UN’s weather agency that the Antarctic likely saw a new temperature record of more than 18°C on Thursday.

Speaking to journalists in Geneva, spokesperson Clare Nullis from the World Meteorological Organization (WMO), said that the record reading taken in the north of the continent, would be considered unusual, even during the current warmer summer months.

“The Argentine research base, which is called Esperanza, it’s on the northern tip of the Antarctic peninsula; it set a new record temperature yesterday: 18.3°C, which is not a figure you would normally associate with Antarctica even in summertime. This beat the former record of 17.5°C, which was set back in 2015.”

Experts at WMO will now verify whether the temperature extreme is a new record for the Antarctic continent, which is defined as the main continental landmass.

It should not be confused with the Antarctic region, which is everywhere south of 60 degrees latitude, and where a record temperature of 19.8C was recorded on Signy Island in January 1982.


‘Foehn’ phenomenon


The WMO experts are expected to examine the meteorological conditions surrounding the event, particularly whether it is associated with a weather phenomenon known as "foehn".

A common feature of life in Alpine regions, episodes of foehn often involve high winds at altitude and the rapid warming of air as it heads down slopes or peaks, driven by significant air pressure differences.

“It’s among the fastest-warming regions of the planet”, Ms. Nullis said of the Antarctic. “We hear a lot about the Arctic, but this particular part of the Antarctic peninsula is warming very quickly. Over the past 50 years it’s warmed almost 3°C.”

Amid steadily warming temperatures, Ms. Nullis also noted that the amount of ice lost annually from the Antarctic ice sheet “increased at least six-fold between 1979 and 2017”.

Most of this ice loss happens when ice shelves melt from below, as they come into contact with relatively warm ocean water, she explained.

Melting is especially marked in west Antarctica, according to WMO, and to a lesser extent along the peninsula and in east Antarctica.


Accelerated glacier retreat


Turning to glacier melt, Ms. Nullis warned that around “87 per cent of glaciers along the west coast of the Antarctic Peninsula have retreated in the last 50 years, with most of these showing an accelerated retreat in the last 12 years”.

Concern is particularly high over the main glacier tributaries to the West Antarctic Ice Sheet, in particular the Pine Island glacier, where two large rifts that were first spotted in early 2019 have each grown to some 20 kilometres long.

“There’s quite a lot of conversation on Twitter at the moment; the satellite image showing cracks in the Pine Island glacier in Antarctica”, said Ms. Nullis. “They’ve been growing rapidly over the past few days. The European Union has a satellite called Sentinel that’s been measuring and monitoring these, and there are pretty dramatic images.”

Roughly twice the size of Australia, the Antarctic is cold, windy and dry. The average annual temperature ranges from about minus 10C on the Antarctic coast to minus 60C at the highest points of the interior.

Its immense ice sheet is up to 4.8 kilometres thick and contains 90 per cent of the world’s fresh water, enough to raise sea level by around 60 metres, were it all to melt.


Millions at risk from ice melt


In a key report last September from the highly respected UN Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC), researchers warned that hundreds of millions of people are at risk from melting ice in the planet’s polar regions, linked to sea level rise.

AB/

Dictators in Trouble

Democracy Isn’t the Only System Under Stress


By Thomas Carothers, Foreign Affairs, 6 February 2020

 

Gloom about the state of democracy pervades Washington and other Western capitals. Restless, insecure, and alienated citizens in many democracies are challenging their leaders on the streets, electing illiberal demagogues, or simply rejecting all of the political choices available to them. Meanwhile, China, Russia, and several other authoritarian powers are growing more assertive and self-confident, claiming that democracy’s time has passed and working to bolster fellow autocrats.

Yet all this attention on the decline of democracy has obscured a story that is just as important: many authoritarians, dictators, and other nondemocratic leaders are also in trouble. Just like their peers in free countries, many citizens in nondemocracies are deeply frustrated with their political systems and have in the last several years been acting on that unhappiness by challenging those in power. The central political dynamic of the current moment is thus not the gradual eclipsing of democracy by authoritarianism. It is, rather, the growing difficulty of political elites in all types of regimes to satisfy the demands of their citizens.


What the world is witnessing is less a crisis of democracy than a broader crisis of governance. The likely result is increased political flux across all types of political systems. Regardless of what kind of regime they lead, only those leaders who get serious about responsiveness and accountability will survive; those who don’t will see their grasps falter.


IT’S NOT EASY BEING MEAN


The last few years have seen a remarkable wave of unrest push a number of authoritarian leaders to resign under pressure. In Ethiopia, protests that began in 2015 over the economic marginalization of the Oromo ethnic group eventually expanded into broader demands for enhanced political rights. The protests persisted and, in 2018, the ruling regime—which sympathetic observers had long cited as an example of how a development-minded authoritarian state could deliver for its subjects—finally fell. The new prime minister, Abiy Ahmed, has implemented a wave of liberalizing reforms that include restoring access to blocked websites, establishing councils to review restrictive laws, releasing thousands of political prisoners, and appointing women to over half of the positions in his cabinet.

In 2018 in Sudan, major protests—sparked by increases in the price of bread and fuel and then sustained by public fatigue with corruption and political stagnation—eventually led to the resignation of President Omar al-Bashir, who had governed oppressively since 1989. The protests continued even after Bashir stepped down, ultimately resulting in an agreement between the military and protest leaders to share power until elections in 2022.

Such developments have hardly been limited to sub-Saharan Africa. In Armenia, for example, widespread public discontent over corruption and poor governance led to widespread public protests in 2018 that ultimately drove out President Serzh Sargsyan, who had tried to prolong his tenure through political machinations. His ouster disrupted a long-standing “soft authoritarian” system in which a group of political elites dominated the country for roughly two decades, in part through manipulating the electoral system. A new government led by a former opposition leader, Nikol Pashinyan, has launched a series of democratizing reforms, including measures to increase accountability and curb corruption. Last year, Bolivian President Evo Morales attempted to rig an election and gain an unprecedented fourth term, triggering widespread protests and a backlash from the military, which in turn led to his resignation and flight from the country. Elections in May will likely make clear whether the anger over Morales’s overreach can translate into a return to democratic pluralism.


In Algeria last year, protests drove President Abdelaziz Bouteflika from office after 20 years of dictatorial rule. Although the military-backed regime remains in power, the protest movement has demonstrated remarkable staying power in continuing to demand fundamental changes. And in numerous other nondemocratic countries, including Haiti, Jordan, Nicaragua, Russia, Togo, and Venezuela, significant protests have shaken power holders even if they have not ejected them.

Meanwhile, other autocratic leaders and parties have been humbled at the ballot box and replaced by more liberal rivals. In Malaysia, Barisan Nasional, the semiauthoritarian ruling coalition, saw its decades-old grip begin to slip in 2015 when public protests erupted over the 1MDB scandal, in which billions of dollars went missing from a major investment fund and more than $700 million turned up in bank accounts of then Prime Minister Najib Razak. Three years later, a rival coalition, Pakatan Harapan, defeated the government in national elections—the first regime change in Malaysia since its independence in 1957—and has proceeded to deepen the investigation of the 1MDB scandal, free political prisoners, ratify several international human rights treaties, and establish a committee to explore significant institutional reforms. Similarly, in The Gambia, President Yahya Jammeh’s 20-year reign of self-enrichment and repressive abuse ended when he was defeated in the country’s 2016 election. The new government has freed dozens of political prisoners and reduced the frequency of state-backed human rights abuses. In the Maldives in 2018, President Abdulla Yameen Abdul Gayoom was voted out of office after five years of trampling on democratic norms by detaining political opponents and restricting the press. The victor in that election, Ibrahim Mohamed Solih, has taken some steps to prosecute past human rights abuses, and his party won over two-thirds of the seats in 2019 parliamentary elections.

Even some elected strongmen who for years have seemed politically untouchable have been dented by recent electoral setbacks. In Turkey, President Recep Tayyip Erdogan tried to nullify his party’s defeat in the Istanbul mayoral election last year but was handed a stinging defeat in the subsequent do-over election that he himself had engineered. And in Hungary, Prime Minister Viktor Orban’s party lost control of Budapest and several other cities in last October’s local elections.


THINGS ARE TOUGH ALL OVER


Of course, some of these cases of authoritarian reversal or liberalization could well deteriorate in the face of pushback from deeply entrenched power structures or in reaction to new tensions released by liberalizing changes. For example, Abiy, the Ethiopian prime minister, has been facing new ethnic unrest as a result of his efforts to rebalance the inequities of the prior system. Moreover, some autocracies remain quite stable, including Belarus, the United Arab Emirates, and Vietnam—although it is worth remembering that various nondemocratic regimes that have experienced turbulence in recent years, such as Algeria and Sudan, were until recently also seen as secure.

But there is little doubt that the many recent cases of authoritarian collapse and slippage highlight a crucial fact: the factors that have brought down many established parties and institutions in democratic countries have close parallels in autocracies. This is true especially when it comes to the economy. Many democracies are struggling to provide a decent life for all their citizens, limit economic dislocations, and avoid rising inequality. But so are most autocratic countries, even ones with significant energy resources. The rigors of a ruthlessly competitive global economy apply just as much in repressive countries as in free ones. Owing to China’s success in lifting hundreds of millions of its people out of poverty, “authoritarian capitalism” has attracted attention as an alternative to liberal democracy. But China is an outlier: only a handful of regimes have been able to combine political repression with far-reaching economic reforms that produce real economic dynamism.

Corruption is another problem that often comes up in analyses of what ails democracy. And public anger over corruption has indeed led to the defeat of established parties and even brought down leaders in a number of democracies in recent years, including in Brazil and South Korea. Yet corruption is also an enormous problem for many autocracies, and despite their willingness to clamp down on dissent, public anger about the problem has sparked many of the protest movements that have brought down authoritarian regimes in recent years.

Democratic decline has also been tied to the fact that citizens in free countries increasingly report that they find the ideas and agendas of established political parties to be stale and unappealing, and many voters have embraced radical, often demagogic, alternatives. But many nondemocratic regimes, such as Iran and Venezuela, are also facing the exhaustion of their traditional ideological narratives and show little ability to offer anything new for citizens to believe in.

 

 

 

Unpacking the engagement of nontraditional actors in Africa: China and other emerging players

 

By Yun Sun, Brookings, 14 January 2020


Editor's Note: Below is a Viewpoint from Chapter 6 of the Foresight Africa 2020 report, which explores six overarching themes that provide opportunities for Africa to overcome its obstacles and spur inclusive growth. Read the full chapter on bolstering Africa’s role in the global economy.

 


While China, Europe, and the United States have been intensifying their competition in Africa over the last decade, the next decade is likely to see other players making more prominent moves. Among them, India, Russia, and major actors in the Middle East are already shifting resources and attention to the promising continent.


Chinese financing begins to show downsides


China’s comparative advantage has laid in the large financial resources at its government’s disposal and its state-backed economic engagement model. Although Beijing has indicated a desire to increase private equity investment in Africa, it is unlikely to abandon its overall priority on infrastructure development financed by Chinese loans. But as the frenzy over the large Belt and Road Initiative infrastructure projects in Africa subsides with the existing projects’ loan payments due, African governments have to deal with the sobering financial consequences of projects such as the Addis-Djibouti railway and the Mombasa-Nairobi railway.

The Chinese financing model has been widely criticized by observers, and the debt sustainability problem does not only affect African government borrowers, but also the Chinese banks as creditors. As the Second Belt and Road Forum in April 2019 ushered China into a stage of more stringent and responsible lending mechanisms, the hope is that Chinese financing to Africa will become more disciplined. But this also requires African governments to be more disciplined and cautious in their economic cooperation with China. Instead of indulging in what appears to be easily available funding, African governments will have to recognize and prepare for the consequences of debt to China, both economically and in terms of security and other strategic implications.


India looks to engage through technology


India is also growing its partnership and deepening economic and political relations with Africa. Although the amount of financing may not rival that of China, India’s engagement efforts are comprehensive, including bilateral senior visits, increased trade and investment, development assistance, and trilateral cooperation alongside other countries. Indian technology centers in Africa have the potential to advance high-tech development in the region, an area that other partners have generally neglected. In fact, since 2015, six IT centers have been established in the region, including the Center of Excellence in Information Technology in Morocco, a Center for Advanced Information Technology in Lesotho, and related centers in Madagascar and Zimbabwe. India has also built up vocational training centers in seven nations, including the Gambia and Rwanda.


Russia is reviving its involvement


Although Russia is nowhere near where the Soviets had been in terms of engagement and influence in Africa, Moscow is launching a charm offensive to resurrect old bonds, strengthen its commercial and security presence, and garner support on the world stage. Notably, this relationship is drawing scrutiny, largely from the United States, which is critical of what it calls Russia’s “votes for arms” deals. In the meantime, Russia remains a key player in arms sales to Africa, although investment and other economic activities have a long way to go.

Although Russia’s commercial engagement is lagging, progress is notable, with its trade with Africa jumping from $1.8 billion in 2010 to $4.8 billion in 2018. Given Russia’s strength and Africa’s needs in the energy sector, partnerships and investments in traditional oil and gas as well as nuclear power are arising in Côte d’Ivoire, Egypt, Ethiopia, Ghana, Kenya, Nigeria, Rwanda, Zambia, and elsewhere. Furthermore, in October 2019, Russia hosted the first-ever Russia-Africa Summit in Sochi, during which $12.5 billion worth of deals were struck. Russia also announced the forgiveness of $20 billion in debt.


Turkey is igniting engagement


Turkey has been gradually raising its profile in Africa for the past decade. In the past 15 years, its trade with African countries has quadrupled from $5.4 billion to $20.6 billion. Turkey and Africa have established summits and a formal partnership since 2008, and Turkish President Tayyip Erdoğan has made more than 30 trips to Africa since coming to power in 2003. Under his watch, Turkey has expanded its diplomatic presence to more than 40 embassies in Africa, up from 12 in 2009. Similarly, the state-controlled Turkish Airlines now flies to more than 50 African destinations, up from 14 just nine years ago.


Countries in the Middle East look to bolster their regional presence


The Middle Eastern countries have demonstrated increasing interest in Africa’s economic potential in recent years. As a regional and global trade hub, the United Arab Emirates (UAE) is quickly recognizing the tremendous potential Africa’s emerging markets and industrialization bring, and has become a leader in African investment within the Gulf Cooperation Council, overtaking Saudi Arabia in 2016. Due to the UAE’s geographical proximity to Africa, many large multinational companies have already established their Middle East and Africa headquarters in Dubai. Both Dubai and Abu Dhabi have made considerable investments in African infrastructure, technology, and energy: For example, during President Cyril Ramaphosa’s visit to the UAE in July 2018, the country announced a $10 billion investment in infrastructure and enterprise growth within the South African economy over the next few years.

Partially reflecting the competitive relationship between the UAE and Saudi Arabia, during that same trip, Ramaphosa was able to secure a $10 billion investment commitment—focused on reviving South Africa’s energy sector—from Saudi Arabia. In its quest for food security, Saudi Arabia has also become the top investor in agriculture in Africa.

Africa might just be the new battleground for the feud between the Gulf states and Qatar. Qatar currently has more embassies in Africa than any country other than Turkey. To expand security ties and develop economic relations, including in its quest for food security, the Qatari government has been increasingly active in African peace and security affairs and economic investment. Indeed, Qatar has played the roles of both a mediator and an investor in the Sudan Darfur issue and between Eritrea and Djibouti in their border disputes.

As the world’s fastest-growing continent, Africa is attracting attention and resources from all key world and regional players. This trend will continue to grow in the foreseeable future, resulting in a much more diverse and complex picture in terms of the external players’ roles and impact on Africa. The diversification of Africa’s external partners, which will continue over the next decade, is generally a positive trend, as the involvement of more interested players will reduce the continent’s dependence on any single party. Now, African policymakers and leaders must manage the complex competitive relations among these new partners while maximizing the gains for African society and peoples. Capacity building of African states and civil society is now an even more pressing task.

 

 

BY MICHAEL YOUNG, Carnegie Middle East Center, 31 January 2020


In an interview, Marwan Muasher outlines what scares Amman in the Trump peace plan for Palestinians and Israelis.

 

Marwan Muasher is vice president for studies at Carnegie, where he oversees research in Washington and Beirut on the Middle East. Muasher is a former Jordanian foreign minister (2002–2004) and deputy prime minister (2004–2005). He is the author of The Arab Center: The Promise of Moderation (Yale University Press, 2008) and The Second Arab Awakening and the Battle for Pluralism (Yale University Press, 2014). Diwan spoke with Muasher on January 30 to get his perspective on the Trump administration’s recent plan for peace between Israelis and Palestinians and ask, particularly, about how Jordan perceives it.

Michael Young: What is Jordan’s biggest fear about the Trump administration’s plan for peace between Israelis and Palestinians?

Marwan Muasher: Jordan believes that the death of the two-state solution might mean that Israel will seek a solution at Jordan’s expense. If there is no Palestinian state on Palestinian soil in the West Bank, East Jerusalem, and Gaza, and if on top of this Israel does not want to have a Palestinian majority in areas under its control (today there are 6.6 million Palestinian Arabs in Israel proper, the West Bank, East Jerusalem, and Gaza, alongside 6.5 million Israeli Jews), then Israel might attempt to negate that majority through a number of scenarios. It could either force a mass expulsion of Palestinians into Jordan, something that ceased to be improbable after the Syrian crisis, in which more than 6 million Syrians left their country. Or Jordan could be handed administrative control over those parts of the West Bank that Israel does not want to keep.

MY: Does the U.S. plan signal that Jordan no longer enjoys the privileged status it once did as an interlocutor of the United States on Palestinian issues?

MM: Yes, the U.S. plan seemed to ignore Jordan’s traditional role as an interlocutor. Amman was not consulted on the plan, and the only mention of Jordan was in regards to its continuing role as custodian of the Muslim holy places in Jerusalem. Through this plan, the Trump administration is effectively treating Jordan as “collateral damage.”

MY: For a long time politicians on the Israeli right tried to push an argument that “Jordan is Palestine.” Is there any way that this argument can make its way back into the discussion on the Israeli and even the U.S. side?

MM: With the U.S. plan, this argument has been revived among the Israeli right, which has now rejected a viable two-state solution, with the support of the United States. Whereas this argument had been limited to the Israeli radical fringe before, today it is being promoted by mainstream Israeli political leaders. The U.S. plan has only bolstered the thinking of the Israeli right on this issue.

MY: What are Jordan’s options in addressing the latest U.S. plan, all the more so as it was received with surprising ambiguity from a number of Arab countries?

MM: Jordan cannot commit political suicide by accepting a plan that falls far short of meeting the minimal needs of the Palestinians and Jordan, regardless of any threats or incentives. This is an existential issue for the country.

Jordan can rely on a large volume of international laws and the position of the vast majority of states in the international community, who are all against this plan. One option that Jordan is likely to undertake is engaging in a major diplomatic effort to garner support for ending the Israeli occupation and establishing a Palestinian state on Palestinian soil. Another option would be to gather international support, financial and otherwise, to help keep Palestinians on their land and prevent any mass expulsion of Palestinians by Israel.

 

Africa

DAKAR - The number of people facing a critical lack of food and vital livelihood opportunities in the Central Sahel has spiked in one year due to rising insecurity and climatic shocks. The situation may further deteriorate unless the international community acts now, three United Nations agencies warned today.

Despite an overall satisfactory agricultural production, 3.3 million people need immediate assistance in the Central Sahel, according to the latest Cadre Harmonisé food security analyses, the Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO), the United Nations Children's Fund (UNICEF) and the United Nations World Food Programme (WFP) said. Experts forecast that close to 4.8 million people in the Central Sahel will be at risk of food insecurity during the lean season (June-August 2020) if no appropriate actions are taken urgently.

The unprecedented escalation of humanitarian needs in the Central Sahel is a major factor for the alarming situation that the overall West Africa region is facing in 2020, where the number of people at risk of food insecurity could rise up to a total 14.4 million, a level that has not been reached since 2012.

Of biggest concern are the Central Sahelian countries of Burkina Faso, Mali, and Niger, where conflict and its impacts on communities have become the main cause of food insecurity. The three countries are experiencing a rise in the number of security incidents, including attacks by armed groups and community conflicts that frequently lead to population movements.

In Burkina Faso in particular, the situation is alarming. The number of internally displaced people (IDPs) is now six times higher than it was in January 2019, going from 90,000 to 560,033 in December 2019. This shows how quickly and massively the situation deteriorated during in 2019.

“We are seeing a staggering rise in hunger in the central Sahel. The number of food insecure people has doubled after harvest time, when it should have dropped. Unless we act now, a whole generation are at risk,” said Chris Nikoi, Regional Director for WFP in West and Central Africa.

Climate change is disrupting already fragile livelihoods. There are already early departures of transhumance herds. This situation is exacerbated by armed and community conflicts, theft, and banditry, which disrupt the mobility of animal herds, access to fodder and water resources. It also leads to a concentration of animals in some more secure areas, with the risk of aggravating farmer-pastoralist conflicts.

Overall, the increasing vulnerability of rural populations, insecurity and conflict over resources, are disrupting social cohesion amongst communities, leading to a longer-term worsening of the crisis in the Sahel. Therefore, immediate assistance to respond to urgent needs must be coupled with substantial investments in rural livelihoods and social services, in order to reinforce social cohesion and provide the foundations for peace in the region.

“Unless we address these crises from their roots, millions of vulnerable pastoralists and agro-pastoralists will continue requiring urgent assistance each year, as it was in 2019 and as it will be in 2020,” said Robert Guei, FAO Sub-regional Coordinator for West Africa, adding that the Global Network against Food Crises provides framework for that support.

Thanks to collective efforts in providing essential preventive and curative services, the results of the 2019 national nutrition surveys in the Sahel do not show an immediate decline in children’s nutritional status. However, the situation remains fragile with rate of global acute malnutrition that are still above or close to the WHO “serious threshold” in Niger (10.9%), and Mali (9.4%). The situation is particularly worrying in northern Burkina Faso where widespread insecurity is significantly hindering the prevention and treatment of acute malnutrition among mothers and young children. Rapid nutrition assessments conducted in municipalities with high numbers of internally displaced people show a sharp deterioration of the nutritional status among children under five. More in-depth analysis involving both institutional and operational partners is ongoing to identify the most at-risk areas.

Household food insecurity, compounded by population displacement, limited access to health services and safe drinking water, as well as poor knowledge on optimal child feeding practices will have a serious impact on the nutritional status of young children, and on the capacities of communities to bounce back, if nothing is done now to protect the nutritional status of young children and prevent life-threatening acute malnutrition. Integrated approaches for the prevention and care of acute malnutrition must be implemented at scale immediately in the most affected areas.

“The conflict in the Central Sahel is a cascading crisis sweeping across the region, putting a whole generation of children at risk. Hundreds of thousands of children are deprived of education, vulnerable to exploitation and at risk of malnutrition. Children and young people continue to pay the highest price for a crisis not of their making. We need to act now with partners to avert a tragedy”, said Marie-Pierre Poirier, Regional Director for UNICEF.”

 

ABOUT FAO


The Food and Agriculture Organization (FAO) is a specialized agency of the United Nations that leads international efforts to defeat hunger. Its goal is to achieve food security for all and make sure that people have regular access to enough high-quality food to lead active, healthy lives. With over 194 member states, FAO works in over 130 countries worldwide.


ABOUT UNICEF


UNICEF works in some of the world’s toughest places, to reach the world’s most disadvantaged children. Across more than 190 countries and territories, we work for every child, everywhere, to build a better world for everyone.

Follow UNICEF on Twitter and Facebook. For more information on UNICEF’s work in the West and Central Africa Region visit www.unicef.org/wca/


ABOUT WFP


The United Nations World Food Programme is the world’s largest humanitarian organization, saving lives in emergencies, building prosperity and supporting a sustainable future for people recovering from conflict, disasters and the impact of climate change.

AB/

 

By Frank Phiri

LILONGWE - Malawi’s Constitutional Court on Monday annulled the May 2019 presidential vote that declared Peter Mutharika a winner and ordered a re-run after an application from opposition parties citing irregularities.

Mutharika, Malawi president since 2014, won the election with a 38.57% share of the vote, with opposition party leader Lazarus Chakwera getting 35.41% and Deputy President Saulos Chilima, who formed his own party, had 20.24% in the final tally.

The electoral commission declared Mutharika the winner despite complaints of irregularities including results sheets with sections blotted out or altered with correction fluid.

Mutharika had pledged to crack down on corruption and revive the economy in his second five-year term.

But Chakwera, the president’s main rival, and Chilima rejected the results and filed a petition to the High Court asking it to nullify the results.

In a unanimous decision, a panel of five judges ordered that a new presidential vote be held within 150 days.

“It is almost impossible to have an election free of irregularities,” said Justice Healey Potani, who headed the panel. “However, in the present matter our finding is that the anomalies and irregularities have been so widespread, systematic and grave such that the integrity of the result was seriously compromised, and can’t be trusted as the will of voters of the May 21, 2019 election.”

In a landmark ruling for the country, the court describe the conduct of the electoral commission as “very lacking and demonstrated incompetence”.

The status in the presidency would revert to before the elections, Potani said, which meant Chilima would be reinstated as vice president.

The court also directed Parliament to consider recalling the current electoral body, which is headed by Supreme Court of Appeal Judge Jane Ansah, to “ensure smooth conduct of fresh elections.”

The streets in Lilongwe and the commercial capital Blantyre were unusually quiet ahead of the ruling, and many businesses were shut, fearing violence and looting from supporters of the losing side.

Security forces were out on the streets in large numbers, and the judges delivering the verdict were flown in on a military plane and arrived at the venue in armoured vehicles.

Malawi, a lakeside nation on the southern tip of the Great Rift Valley, is dependent on foreign aid and is frequently beset by drought which threatens the lives of thousands of people.

Former law professor Mutharika, 79, oversaw infrastructure improvements and a slowdown in inflation in his first five-year term, but critics accuse him of cronyism and failing to tackle graft.

 

By Patsy Widakuswara

WASHINGTON - The latest round of talks between Egypt, Ethiopia and Sudan in Washington has failed to reach a comprehensive agreement on the Grand Ethiopia Renaissance Dam (GERD), a massive hydropower project on Ethiopia's Blue Nile River.

The White House released a statement saying President Trump spoke with Ethiopian Prime Minister Abiy Ahmed on Friday, and "expressed optimism" that a deal was close.

The tripartite meeting hosted by the U.S. Treasury is the parties' last-ditch attempt to resolve the question of the operation of the dam, particularly the filling of its reservoir, an issue that has triggered concerns of a "water war" between Egypt and Ethiopia.

The meeting was scheduled to end Wednesday but continued until Friday without an agreement on filling the reservoir.

The U.S. Treasury released a statement Friday that the parties will continue to work on the legal and technical aspects of the agreement for a signing by the end of February. The agreement would include a schedule for a stage-based filling plan of the reservoir, and a mitigation mechanism for filling and operations during periods of drought and prolonged drought.

Ethiopia and Egypt have been negotiating for years, but several technical sticking points remain, including the duration and rate at which Ethiopia will draw water out of the Nile and the quantity of water that will be retained. Cairo fears Ethiopia's plans to rapidly fill the reservoir could threaten Egypt's source of fresh water.

The technical details of how, when, and where the water will flow are a life-and-death matter for each party," said Bronwyn Bruton, deputy director of the Atlantic Council's Africa Center. Bruton added that the situation is complicated by "international organizations and mediating third party countries, which all come with their own interests and agendas."

With the Trump administration's urging, last November the parties agreed to hold four technical governmental meetings at the level of water ministers with the World Bank and the United States attending as observers. They agreed to a deadline of January 15, 2020, for reaching an accord. When they failed to reach an agreement, the parties agreed to another round of talks this week.

The main issue has been a lack of consensus, said Mirette Mabrouk, director of the Egypt Program at the Middle East Institute. "Ethiopia's priority has been to complete the dam and Egypt's priority has been to ensure that its near sole source of water is not decimated," Mabrouk said.


A flexible treaty


In previous statements, the ministers have recognized that flexibility in trans-boundary water management is essential considering the constantly changing levels of the Nile.

They have agreed that guidelines for the filling and operation of the GERD "may be adjusted by the three countries, in accordance with the hydrological conditions in the given year."

However, competing hydrological and political interests have hindered negotiations.

The director of the Water Institute at the University of North Carolina, Aaron Salzberg said that parties are striving for an agreement that is "easily codified in terms of numbers" –how fast you can fill, how much water is released." At the same time, he says, the agreement must establish a joint decision-making process that allows flexibility in responding to changing conditions, but not one that may be "too open to interpretation and set the stage for conflict down the line."

This is not something that should be forced, Salzberg added. "The parties themselves must drive the process. This is an agreement that will need to last multiple lifetimes," he said.


Mediation?


On their first Washington meeting on November 6, the foreign ministers agreed that if a deal is not reached by January 15, 2020, Article 10 of the 2015 Declaration of Principles will be invoked.

Article 10 of the declaration, signed in Khartoum, addresses the peaceful settlement of disputes. It states that "if the parties involved do not succeed in solving the dispute through talks or negotiations, they can ask for mediation or refer the matter to their heads of states or prime ministers."

Egypt has long-sought external mediation, while Ethiopia wants to keep the negotiations on a tripartite level. But earlier this month Ethiopian Prime Minister Ahmed said he has asked South African President Cyril Ramaphosa to intervene. Ramaphosa has accepted the task.

Under the 1959 Nile Waters Agreement between Egypt and Sudan, signed before Egypt began constructing the Aswan High Dam, Egypt can take up to 55.5 billion cubic meters of water from the Nile each year, and Sudan can take up to 18.5 billion. Ethiopia was not part of that agreement.


US involvement


U.S. involvement in the dam issue came about after Egyptian President Abdel-Fattah el-Sisi last year requested that President Trump help mediate the conflict. A senior Trump administration official confirmed that the president had offered "the good offices of Mnuchin" to lead the effort and the U.S. Treasury Secretary Steve Mnuchin has played the role of host and observer in negotiations since last November.

Trump appears to have sustained his interest on the negotiations and has even gone so far as inviting the ministers to impromptu meetings at the Oval Office on November 6 and January 14.

After the last meeting, the White House released a statement that Trump emphasized to the foreign and water resources ministers of Egypt, Ethiopia, and Sudan that the United States "wants to see all of these countries thrive and expressed hope that each country will take this opportunity to work together so that future generations may succeed and benefit from critical water resources."

 

WASHINGTON - U.S. Defense Secretary Mark Esper says the Pentagon does not intend to remove all its forces from Africa, amid concerns from allies that Washington could abandon the continent militarily while China and Russia "aggressively" look to increase their influence and as the extremist threat remains.

"We are not going to totally withdraw forces from Africa...I know that is the concern of many folks, but again I would say that no decisions have been made yet, this is a process," Esper said on January 30.

Esper is carrying out a global troop review meant to find ways to free up more resources to address challenges from China's military in Asia.

French especially has expressed concerns about a dramatic U.S. pullout of its 6,000 forces from various troubled areas in Africa. Paris relies on U.S. intelligence and logistical support for its 4,500-strong mission in the Sahel region, which has been hit by deadly extremist violence.

Separately, in a congressional hearing on January 30, General Stephen Townsend, the head of U.S. Africa Command, said Africa is key ground for competition with China and Russia "who are aggressively using economic and military means to expand their access and influence."

He also pointed out the "first visible sign of cooperation we've seen" in Africa between the militaries of China and Russia, including their joint naval exercise off the coast of South Africa last year.

"China and Russia are seeking to counter the strategic access that we need for American security and American prosperity," he said.

Moscow has been pursuing ventures involving the continent's rich mineral resources.

Meanwhile, he said China has been offering African countries "smart cities" technology equipped with facial recognition technology and using that information for itself before delivering it to the host countries.

The general told lawmakers that U.S. security at home depends on what is happening in places elsewhere in the world, given the threat from terror groups that have been pressured by U.S. forces but remain active.

"A secure and stable Africa remains an enduring American interest," Townsend said.

"In the past, maybe we've been able to pay less attention to Africa and be OK in America. I don't believe that's the case for the future."

"We cannot take pressure off major terrorist groups like Al-Qaeda and [Islamic State]," he said. "These groups and many others remain an inconvenient reality in Africa."

Townsend also said intelligence has suggested Iran and Iran-backed forces were looking at opportunities to hit back at the United States after the killing of Iranian Major General Qasem Soleimani in Iraq and that one of those places could be in Africa.

AB/

Francais

Crisis Group, 30 December 2019

Des violences intercommunautaires opposant principalement des communautés arabes et non arabes ont ravagé l’Est du Tchad en 2019, et pourraient menacer la stabilité du pays. Le gouvernement devrait ouvrir un large débat sur la gestion des mobilités pastorales et soutenir l’organisation d’une conférence inclusive à l’Est.


Que se passe-t-il ? En 2019, l’Est du Tchad a connu des conflits intercommunautaires meurtriers, en particulier entre communautés arabes et non arabes. En dépit d’une accalmie ces derniers mois, ces violences révèlent de profondes fractures identitaires et mettent en lumière une compétition pour la terre, les chefferies traditionnelles et le pouvoir local.

En quoi est-ce significatif ? Dans un contexte intérieur fragile, une recrudescence des violences au Tchad oriental, frontalier de la région soudanaise du Darfour, pourrait menacer la stabilité du pays.

Comment agir ? Le gouvernement devrait assouplir l’état d’urgence pour permettre aux habitants d’accéder aux marchés et aux services publics, ouvrir un large débat sur la gestion des mobilités pastorales, sanctionner les abus des autorités militaires et administratives et soutenir l’organisation d’une conférence inclusive à l’Est.


Synthèse


En 2019, des violences intercommunautaires ont fait des centaines de morts dans l’Est du Tchad. Les tensions ont notamment opposé les communautés majoritaires des régions du Ouaddaï et du Sila aux populations arabes. Loin d’être uniquement le produit de rivalités classiques entre agriculteurs et éleveurs, ces conflits révèlent de profondes fractures identitaires et une compétition pour la terre, les chefferies traditionnelles et le pouvoir local dans ces régions. Ils se doublent d’une crise de confiance entre population et autorités locales, accusées de partialité dans la résolution des litiges. Alors que le changement de donne politique au Soudan voisin inquiète N’Djamena, l’Est du Tchad, frontalier du Darfour, est une zone à risque. Les autorités tchadiennes devraient assouplir l’état d’urgence, qui a fait baisser le niveau de violences mais pèse sur les populations locales. Pour éviter de nouveaux affrontements, elles devraient aussi ouvrir une large réflexion sur la gestion des mobilités pastorales, sanctionner les dérives des autorités militaires et administratives au niveau local et promouvoir une conférence inclusive à l’Est.

Les violences au Ouaddaï et au Sila en 2019 ont des origines diverses. Elles sont d’abord liées à un mouvement croissant de sédentarisation d’éleveurs nomades venus du nord. Si ce processus n’est pas nouveau, il génère aujourd’hui, par son ampleur, de fortes angoisses identitaires au sein des communautés sédentaires et principalement agricoles, majoritaires dans ces régions. Elles craignent d’être dépossédées de leur pouvoir local et accusent les nouveaux arrivants, notamment parmi les éleveurs arabes, de vouloir s’imposer sans respecter leurs coutumes. Les éleveurs se sentent quant à eux stigmatisés. Certains Arabes disent être considérés comme des étrangers dans une région qu’ils ont contribué à façonner.

Ces conflits plongent leurs racines dans les liens tourmentés de cette région avec la province soudanaise du Darfour. Dans les années 2000, la crise au Darfour voisin et la guerre par procuration entre le Tchad et le Soudan exacerbent les antagonismes locaux à l’Est du Tchad et attisent le ressentiment entre les groupes aujourd’hui en conflit. A cette époque, des milices soudanaises progouvernementales, les Janjawid, recrutant principalement dans les communautés arabes, multiplient les attaques contre des villages tchadiens au Ouaddaï et au Sila, forçant de nombreux habitants à s’enfuir et générant une profonde méfiance à l’égard des Arabes. Aujourd’hui encore, les autres communautés accusent souvent ces derniers de vouloir s’accaparer leurs terres et d’avoir des visées hégémoniques.

Les autorités tchadiennes sont très préoccupées par ces foyers de tension à l’Est, comme en témoignent les nombreux déplacements du ministre de la Sécurité publique et du président lui-même dans la région en 2019. A N’Djamena, on craint que ces épisodes de violence fassent tâche d’huile et contaminent d’autres régions, voire que se crée dans cette région un consortium de mécontents agrégeant des ambitions et des groupes très différents. Cette crise intervient en effet dans un contexte intérieur dégradé, quelques mois après une incursion rebelle au Tchad depuis la Libye, en février 2019. Sur le plan régional, la nouvelle donne politique au Soudan, saluée par de nombreux acteurs internationaux, y compris régionaux, n’offre pas encore de réels gages de stabilité pour le Tchad oriental et de sécurité de la frontière entre les deux pays.

Face à la montée des tensions à l’Est, les autorités ont voulu muscler leur réponse en instaurant en août 2019 l’état d’urgence au Ouaddaï, au Sila mais aussi au Tibesti, au Nord. Le gouvernement a renforcé le dispositif militaire au Tchad oriental et intensifié les opérations de désarmement des communautés et acteurs en conflit dans la zone. Cela a fait baisser les affrontements communautaires et la criminalité fin 2019. Mais la présence importante de militaires, les abus des forces de l’ordre et les restrictions des libertés de mouvement et de commerce pèsent sur les conditions de vie des habitants. Surtout, ces réponses ne permettent pas de réduire les fractures entre communautés et font l’impasse sur les problèmes de gouvernance locale qui nourrissent ces conflits. Alors que les défis s’accumulent à l’Est, l’organisation du scrutin législatif prévu en 2020 pourrait s’avérer difficile.

Pour éviter une nouvelle escalade et traiter, même avec des ambitions limitées, les causes profondes de cette crise, les autorités tchadiennes devraient :

ouvrir une large réflexion sur les mobilités pastorales avec la société civile et les partenaires internationaux du Tchad déjà impliqués sur ce sujet, en vue de revoir les politiques foncières et les modalités d’attribution des terres, et d’édicter des règles claires et concertées pour l’installation de nouvelles populations. Un tel débat est d’autant plus nécessaire qu’en raison notamment du changement climatique, le mouvement des éleveurs nomades du Nord, qu’il se manifeste par une transhumance plus précoce et méridionale ou par une sédentarisation croissante va se poursuivre, renforçant l’anxiété et les tensions identitaires à l’Est et ailleurs au Tchad.
 
sanctionner les responsables administratifs et militaires qui, parce qu’ils ont investi dans les troupeaux ou défendent les intérêts de grands propriétaires d’animaux, prennent parti dans les conflits entre agriculteurs et éleveurs. Pour prévenir de tels conflits d’intérêt, les autorités devraient éviter de nommer des représentants de l’Etat dans des zones où ils possèdent leur propre bétail.
 
soutenir l’organisation d’une conférence inclusive à l’Est du Tchad, regroupant entre autres autorités traditionnelles, commerçants, députés, associations de jeunes, acteurs économiques et religieux. Elle devrait porter sur les relations entre agriculteurs et éleveurs, les questions d’accès à la terre, de la diya (prix du sang), le rôle des chefferies traditionnelles ou encore la circulation des armes, et formuler des recommandations. Cette conférence devrait aboutir à la création d’un comité permanent de médiation, composé de membres sélectionnés par et parmi les participants à la conférence, qui s’assurerait de la mise en œuvre des résolutions, puis deviendrait une structure de médiation entre les communautés en conflit à l’Est, reconnue par les autorités.
 
accompagner et soutenir les autorités traditionnelles plutôt que de faire pression sur elles.
 
assouplir l’état d’urgence pour permettre aux habitants du Ouaddaï et du Sila d’accéder aux marchés hebdomadaires et aux services publics et de reprendre leurs activités. Les autorités devraient également sanctionner les responsables qui abusent de leur pouvoir contre des commerçants et des civils.
 
s’assurer que les armes collectées lors des opérations de désarmement soient systématiquement détruite.

Les partenaires internationaux et les bailleurs du Tchad devraient encourager les autorités en ce sens. Les acteurs humanitaires devraient aussi inclure dans leurs stratégies d’intervention une capacité de réaction pour l’Est au cas où la crise regagnerait en intensité.


Nairobi/Bruxelles, 30 décembre 2019

Pour le texte integral, visiter: https://www.crisisgroup.org/fr/africa/central-africa/chad/284-eviter-la-reprise-des-violences-communautaires-lest-du-tchad?utm_source=Sign+Up+to+Crisis+Group%27s+Email+Updates&utm_campaign=534f836538-EMAIL_CAMPAIGN_2019_12_27_09_31&utm_medium=email&utm_term=0_1dab8c11ea-534f836538-359395045


Crisis Group, 23 Janvier 2020


Trois Etats de la région des Grands Lacs – Burundi, Rwanda et Ouganda – s’accusent mutuellement de subversion, chacun reprochant à l’autre de soutenir des rebelles en République démocratique du Congo, leur voisin commun. Les puissances extérieures devraient aider le président congolais à dénouer ces tensions pour éviter une mêlée meurtrière.


Que se passe-t-il ? Les tensions s’intensifient dans la région des Grands Lacs africains entre le Burundi, le Rwanda et l’Ouganda, qui soutiendraient tous des insurgés basés dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC). Parallèlement, le président congolais Félix Tshisekedi envisage d’inviter ces pays en RDC pour combattre les groupes auxquels ils s’opposent respectivement.

En quoi est-ce significatif ? Compte tenu de leur animosité croissante, ces trois pays, s’ils sont invités en RDC, pourraient intensifier leur soutien à des milices alliées tout en ciblant des ennemis. Historiquement, les voisins de la RDC se sont servis des milices qui y opèrent pour s’attaquer mutuellement. Un nouveau conflit par procuration pourrait déstabiliser davantage la RDC, et même provoquer une véritable crise de sécurité dans la région.

Comment agir ? Au lieu d’impliquer ses voisins dans des opérations militaires, Tshisekedi devrait renforcer ses efforts diplomatiques pour apaiser les frictions régionales, en s’appuyant sur une récente initiative conjointe de la RDC et de l’Angola et sur le soutien des Nations unies, des Etats-Unis, du Royaume-Uni et de la France.


I.Synthèse


L’intensification de l’hostilité entre les Etats des Grands Lacs risque de provoquer une reprise des guerres régionales qui ont déchiré cette région au cours des décennies précédentes. Le président du Rwanda, Paul Kagame, accuse le Burundi et l’Ouganda de soutenir les rebelles rwandais actifs dans les provinces du Nord et du Sud-Kivu de la République démocratique du Congo (RDC), et menace de répondre aux attaques menées par ces groupes contre son pays. De leur côté, le Burundi et l’Ouganda affir-ment que le Rwanda soutient les rebelles burundais et ougandais en RDC. Au même moment, le nouveau président de la RDC, Félix Tshisekedi, a fait part de son intention d’inviter le Burundi, le Rwanda et l’Ouganda à mener des opérations militaires con-jointes avec les troupes de la RDC contre les insurgés qui ont trouvé refuge dans son pays, une politique qui risque d’alimenter les conflits par factions interposées. Tshisekedi devrait plutôt privilégier la voie diplomatique qu’il a également lancée, avec le président

angolais João Lourenço, pour apaiser les tensions entre ses voisins. Les Nations unies et les gouvernements occidentaux, en particulier ceux des États-Unis et du Royaume-Uni, devraient appuyer ses efforts.

Les tensions entre le Rwanda et ses deux voisins, le Burundi et l’Ouganda se sont aggravées au cours des deux dernières années. En novembre 2019, Kagame a ouvertement menacé d’exercer des représailles contre ses voisins après un raid mené en octobre 2019 au Rwanda par une milice basée au Nord-Kivu qui, selon lui, est soutenue par le Burundi et l’Ouganda. De son côté, le Burundi affirme que le Rwanda soutient les rebelles burundais, basés au Sud-Kivu, qui seraient à l’origine des récentes attaques au Burundi. Les gouvernements burundais et rwandais ont déployé des troupes sur leur frontière commune. La rivalité de longue date entre Kagame et son homologue ougandais, Yoweri Museveni, s’est également aggravée, ce dernier accusant le premier de soutenir les insurgés basés en RDC contre Kampala. Les deux dirigeants ont retiré de leurs forces de sécurité des responsables perçus comme étant trop étroitement liés à leur adversaire ; le Rwanda a fermé son principal point de passage frontalier avec l’Ouganda ; et

l’Ouganda a déployé des troupes à la frontière de la RDC. La méfiance croissante entre les voisins de la RDC comporte de graves risques pour le pays, étant donné la façon dont leurs rivalités s’y sont affrontées par le passé.

Félix Tshisekedi, en poste depuis à peine un an, a mis l’accent sur la diplomatie pour apaiser les tensions. Avec Lourenço, il a facilité des discussions en juillet 2019 entre les présidents rwandais et ougandais à Luanda. Tshisekedi a également cherché à améliorer les relations de la RDC avec le Rwanda. Cependant, il a parallèlement mis en œuvre un plan selon lequel le Burundi, le Rwanda et l’Ouganda mèneraient des opérations militaires, sous l’autorité de l’armée de la RDC, contre les insurgés qui ont trouvé refuge dans son pays. Cette politique risque d’attiser des conflits entre factions interposées en RDC. Le président congolais devrait plutôt relancer la voie diplomatique, en sollicitant le Burundi ainsi que le Rwanda et l’Ouganda. Il devrait inviter l’envoyé spécial de l’ONU pour les Grands Lacs à superviser des pourparlers tripartites en vue d’apaiser les hostilités. L’envoyé de l’ONU devrait encourager les représentants burundais, rwandais et ougandais à partager des preuves du soutien de leurs

rivaux aux insurgés en RDC, en vue de la rédaction d’une feuille de route prévoyant le retrait de ces soutiens. Les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France devraient utiliser leur influence de longue date dans la région des Grands Lacs pour encourager une désescalade.


II.Le président Kagame brandit le sabre alors que les tensions régionales s’intensifient


Le 14 novembre 2019, le président rwandais Paul Kagame a prononcé un discours cinglant à Kigali, insinuant que les voisins du Rwanda commanditaient des attaques transfrontalières. S’exprimant lors d’une cérémonie d’assermentation de ministres et de responsables militaires, et visiblement agité, Kagame s’est adressé aux membres du parlement rwandais en anglais et en kinyarwanda, sa langue maternelle. Le pays est stable, a-t-il déclaré, depuis que sa prise de pouvoir militaire a mis fin au génocide de 1994, mais sa sécurité est de nouveau en péril, en raison cette fois-ci de facteurs extérieurs. Le président n’a pas nommé les coupables, mais son message était clair : les voisins du Rwanda compromettent la sécurité du pays, et il est prêt à riposter si nécessaire. « Les bruits qui viennent des pays voisins... je ne peux pas y faire grand-chose », a-t-il affirmé. Mais tout ce qui franchit notre frontière et entre ici pour nous déstabiliser... nous avons prouvé que nous pouvions y faire face. Nous allons vous
remettre à votre place. Il n’y a aucun doute là-dessus ».

Kagame a prononcé son discours peu de temps après une attaque menée contre le Rwanda depuis l’est de la RDC. Le 4 octobre, des combattants basés en RDC ont tué quatorze personnes dans le village de Kinigi, une plaque tournante du tourisme d’observation des gorilles de montagne dans le district de Musanze au Rwanda. Les responsables rwandais et les sources de renseignement régionales attribuent cette attaque aux Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), un vestige de la milice hutue rwandaise qui a massacré une grande partie de la minorité tutsie et de nombreux Hutus modérés pendant le génocide.  De plus en plus de signes permettent de penser qu’il existe une alliance entre les FDLR et les rebelles du Congrès national rwandais (RNC). Le RNC, également basé en RDC, est dirigé par des transfuges tutsis du gouvernement de Kagame, dont ferait partie Kayumba Nyamwasa, autrefois l’un des généraux les plus fiables de Kagame maintenant exilé en Afrique du Sud.

Kagame a prononcé son discours en réaction à l’attaque de Kinigi et à l’escalade des tensions entre le Rwanda et ses deux voisins, le Burundi et l’Ouganda. Kigali soupçonne les deux de parrainer les rebelles rwandais, y compris les FDLR et le RNC, dans l’est de la RDC. Des représentants rwandais disent avoir des preuves du soutien récent de l’Ouganda aux FDLR, dont les combattants sont concentrés dans la province du Nord-Kivu en RDC.  Ils accusent l’Ouganda et le Burundi de soutenir le RNC. Depuis 2017, les combattants du RNC sont basés dans des bastions sur le plateau isolé de la province du Sud-Kivu, où ils se sont alliés avec des miliciens tutsis banyamulenge congolais hostiles à l’armée congolaise et au Rwanda. Selon des responsables rwandais et congolais, ainsi que des sources locales, certains combattants du RNC ont quitté ces zones pour rejoindre des unités des FDLR dans le territoire de Rutshuru au Nord-Kivu, une zone proche des frontières rwandaise et ougandaise d’où semblent avoir été organisées

les attaques sur Kinigi.  Les autorités rwandaises estiment que des agents de renseignement burundais et des Imbonerakure, la milice de jeunes du parti au pouvoir au Burundi, sont intégrés aux forces du RNC.

Alors que le Rwanda se voit de plus en plus menacé du côté ouest, le pays a également subi de récentes attaques sur sa frontière sud avec le Burundi. Des chefs des services de renseignement rwandais et congolais signalent que le Burundi laisse entrer des éléments dissidents des FDLR du Sud-Kivu, qu’il a déployés sur sa frontière avec le Rwanda.

 En décembre 2018, des assaillants venus du Burundi ont lancé une attaque dans la forêt de Nyungwe, au sud-ouest du Rwanda, un autre lieu touristique et une destination de week-end privilégiée des habitants de Kigali. Les assaillants ont tué deux civils rwandais et en ont blessé huit autres.  L’armée rwandaise a depuis renforcé sa présence à Nyungwe, afin de consolider ses positions et de rassurer les Rwandais et les diplomates étrangers sur la possibilité de traverser la forêt en sécurité.  Après les attaques, Kagame a ressuscité un ministère de la Sécurité intérieure qu’il avait dissous il y a deux ans, en nommant à sa tête un ancien chef d’état-major.

Les autorités de Kigali évoquent l’arrestation en avril 2019 du rebelle rwandais Callixte Nsabimana pour étayer leurs accusations d’ingérence extérieure. Nsabimana, arrêté par l’Office rwandais d’investigation, un organisme de lutte contre la criminalité, est un ancien membre du RNC, devenu plus tard le porte-parole des Forces nationales de libération, la branche armée d’un autre groupe d’opposition rwandais, le Mouvement rwandais pour le changement démocratique (MRCD), qui comprend en partie des éléments dissidents des FDLR. Au cours de son procès, il a plaidé coupable d’avoir ordonné l’attaque de Nyungwe et a admis avoir reçu le soutien du Burundi et de l’Ouganda.  Cependant, le MRCD a laissé entendre dans un communiqué de presse que les services de renseignement rwandais avaient obtenu les aveux de Nsabimana sous la contrainte.

Les rapports de l’ONU appuient en partie les revendications de Kigali concernant les liens entre le Burundi et l’Ouganda et les rivaux armés de Kagame. En décembre 2018, le Groupe d’experts des Nations unies sur la RDC, qui relève du Conseil de sécurité, a conclu que le P5, un groupe de factions de l’opposition rwandaise comprenant le RNC, travaillait avec les rebelles en RDC dans le but de renverser le gouvernement de Kagame. Les experts ont indiqué que le P5 recevait des armes et d’autres formes de soutien de Bujumbura, ce que les autorités burundaises ont nié.  Le même mois, deux membres éminents des FDLR, le porte-parole du groupe, Ignace Nkaka, connu sous le nom de La Forge, et son adjoint, Jean-Pierre Nsekanabo, agent de renseignements, ont été arrêtés à Bunangana, au Nord-Kivu, à la frontière entre la RDC et l’Ouganda. Les deux hommes ont été extradés vers Kigali en passant par Kinshasa. Interrogés par des diplomates de la mission de l’ONU en RDC (Monusco) dans la capitale congolaise avant leur

extradition, ils ont déclaré avoir rencontré des membres du RNC et un ministre ougandais à Kampala.  Un représentant ougandais a admis à Crisis Group que le ministre avait peut-être rencontré La Forge et Nsekanabo, mais à titre privé.

De leur côté, des représentants burundais accusent Kigali de soutenir le groupe rebelle burundais RED-Tabara, basé au Sud-Kivu, une affirmation que le Rwanda dément.  Fondé en 2011, le groupe RED-Tabara serait dirigé par Alexis Sinduhije, un opposant tutsi au gouvernement burundais dominé par les Hutus, que les Etats-Unis sanctionnent depuis 2015 pour incitation à la « rébellion armée ».  Le 22 octobre – soit deux semaines et demie après les attaques de Kinigi – RED-Tabara a affronté les forces de sécurité à Musigati, au Burundi, faisant au moins une douzaine de morts de chaque côté de la frontière ; RED-Tabara a reconnu qu’il avait attaqué en premier.  Le 16 novembre, les assaillants ont lancé un nouvel assaut contre une position militaire burundaise. Au moins huit soldats burundais sont morts dans l’échange de tirs à dix kilomètres de la frontière rwandaise dans la commune burundaise de Mabayi de la province de Cibitoke, et des dizaines d’autres sont portés disparus.  Le groupe RED-Tabara n’a ni confirmé ni nié sa responsabilité. Le 6 décembre, le président burundais Pierre Nkurunziza a accusé le Rwanda d’avoir organisé cette attaque « lâche », une affirmation que les responsables rwandais ont démentie.

Ces attaques surviennent alors que les tensions politiques s’intensifient au Burundi à l’approche des élections prévues en mai 2020. Comme Nkurunziza dépend de plus en plus des Imbonerakure pour réprimer les opposants politiques, le Rwanda souligne la présence de plus en plus grande de la milice de jeunes dans l’est de la RDC, y compris dans les rangs du RNC.  Un représentant burundais a déclaré que si des unités des Imbonerakure ont effectivement été déployées au Sud-Kivu, il s’agirait alors d’une mesure défensive, étant donné le soutien présumé du Rwanda à la tentative de coup d’Etat contre Nkurunziza en 2015 et la fuite ultérieure de certains putschistes au Sud-Kivu.  Le représentant a noté que Nkurunziza était déterminé à prévenir toute tentative des rebelles burundais de compter sur le soutien rwandais et d’attaquer le pays à l’approche des élections.  Le Burundi a également renforcé ses déploiements militaires à Cibitoke après l’attaque de novembre.


III.La dangereuse rivalité entre le Rwanda et l’Ouganda


La rivalité entre Kagame et le président ougandais Yoweri Museveni figure depuis longtemps comme l’un des facteurs les plus graves d’instabilité dans la région des Grands Lacs. L’animosité entre les deux hommes s’est considérablement accrue au cours des deux dernières années.

La concurrence entre le Rwanda et l’Ouganda s’est traditionnellement jouée surtout en RDC, où les deux pays ont cherché à gagner de l’influence et à quadriller le terrain. Pendant la deuxième guerre du Congo de 1998-2003, les deux pays ont soutenu des factions rebelles concurrentes dans l’est de la RDC et ont déployé leurs propres forces dans le pays, les troupes rwandaises et ougandaises se battant pour la ville de Kisangani en 2000. Après la guerre, les chefs rebelles soutenus par Kigali ou Kampala ont obtenu des postes au sein du gouvernement de transition de Joseph Kabila, leurs combattants respectifs ayant été officiellement intégrés dans l’armée nationale.  Cependant, de manière informelle, les chefs rebelles ont conservé certains liens avec l’étranger et leur commandement d’anciens combattants à l’intérieur et à l’extérieur de l’armée.

Deux rébellions au cours des quinze dernières années ont bénéficié du soutien du Rwanda et de l’Ouganda. La première, en 2008, a été menée par le Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), dont le chef, Laurent Nkunda, était un chef de guerre tutsi congolais qui avait été intégré dans l’armée congolaise. Les enquêteurs de l’ONU ont par la suite révélé le soutien de Kigali aux forces de Nkunda, ce qui a incité le Rwanda à retirer son soutien et à arrêter Nkunda, qui s’était retiré en territoire rwandais lorsque sa rébellion a pris fin, en grande partie à cause du retrait du soutien du Rwanda face à la pression internationale.  Kabila, alors président congolais, avait de nouveau intégré de nombreux rebelles dans l’armée ; les unités d’élite de l’armée que Kabila avait ensuite déployées dans les zones de conflit les plus touchées du pays comprenaient souvent d’anciens combattants du CNDP.  En 2012, certaines anciennes unités du CNDP qui s’étaient intégrées dans l’armée se sont détachées, formant le

groupe rebelle M23. Cette fois, le Rwanda et l’Ouganda ont tous deux soutenu les rebelles.  Lorsque les forces congolaises et celles de l’ONU ont vaincu le M23 en 2013, les partisans d’un chef du M23, Bosco Ntaganda, ont fui et ont rendu les armes au Rwanda, tandis que plusieurs qui étaient encore fidèles à Nkunda, désormais arrêté, ont rendu les armes en Ouganda.

Au cours des deux dernières années, d’anciens combattants des deux factions du M23 sont retournés en RDC, ce qui a alimenté l’animosité entre le Rwanda et l’Ouganda. A l’approche des élections de 2018 en RDC, les combattants ont commencé à s’infiltrer à nouveau et à s’intégrer dans les conflits locaux dans l’est de la RDC.  Ceux qui ont été accueillis par l’Ouganda ont accusé leurs anciens camarades qui étaient au Rwanda d’être les marionnettes de Kigali – et vice versa.  Des représentants de l’ONU ont souligné que l’Ouganda avait permis à la majorité de la cohorte de plus de 1 300 anciens rebelles congolais du M23, qui avaient rendu les armes à Kampala, de quitter un camp militaire près de la ville ougandaise de Bihanga où ils étaient logés.  Certains sont apparus dans des zones sensibles de l’est du Congo au cours des deux dernières années. Bien que Kigali ait été autrefois le principal soutien du M23, parce que cette faction s’était rendue à l’Ouganda, des chefs des services de renseignement rwandais
pensent que Kampala les envoie maintenant pour son propre compte.

De plus, des représentants des groupes insurgés congolais, y compris d’anciens cadres du M23, opèrent librement à Kampala et rencontrent régulièrement des officiers militaires ougandais, alors même que l’Ouganda nie catégoriquement soutenir les rebelles en RDC ou comploter pour déstabiliser ce pays ou le Rwanda.  Ces représentants font des allers et retours au Nord-Kivu et dans la province agitée de l’Ituri, dans l’est de la RDC.  Des représentants ougandais disent être conscients de la présence de chefs de groupes armés et d’anciens combattants du M23 en Ouganda, mais ils ne peuvent agir que contre ceux pour lesquels ils ont des preuves de leur implication dans des complots visant à déstabiliser la région.  Des responsables rwandais soutiennent que des responsables ougandais ferment tout simplement les yeux sur les activités des groupes armés et que le RNC lui-même recrute librement en Ouganda.

Pour leur part, des représentants ougandais accusent le Rwanda de soutenir les Forces démocratiques alliées (ADF), un mouvement rebelle ougandais actif dans l’est de la RDC.  Aucun organe indépendant n’a vérifié l’accusation, mais les allégations en elles-mêmes ajoutent aux tensions. L’Ouganda a renforcé les patrouilles frontalières et déployé la brigade de montagne, une unité spéciale de l’armée, dans les montagnes du Rwenzori à la frontière entre la RDC et l’Ouganda, pour surveiller le territoire de la RDC qui a été au cœur des activités des ADF au cours des dernières années.

Kigali et Kampala ont toutes deux pris d’autres mesures de nature à exacerber les tensions. Les présidents Kagame et Museveni ont retiré de leurs services de sécurité des responsables considérés comme trop étroitement liés à l’autre pays.  Les autorités ougandaises ont même arrêté l’ancien chef de la police du pays, Kale Kayihura, en juin 2018, l’accusant de collaborer avec d’autres policiers et agents rwandais entre 2012 et 2016 pour kidnapper des dissidents rwandais en Ouganda et les expulser au Rwanda.  L’acrimonie entre les deux pays était à son comble en février 2019, lorsque Kigali a fermé un passage frontalier important pour le commerce, sur fond d’accusations mutuelles d’espionnage.  En mai et novembre, les forces de sécurité rwandaises ont tué un petit nombre d’Ougandais et de Rwandais accusés de contrebande, suscitant la colère des responsables ougandais qui estiment que ces fusillades étaient des actes hostiles entre nations.  L’Ouganda a procédé à des arrestations de ressortissants rwandais pour les placer en détention.

Enfin, le rôle de l’Ouganda au Burundi est devenu un point de discorde. Des représentants rwandais critiquent le rôle de Museveni en tant que médiateur de la Communauté de l’Afrique de l’Est quant à l’échec du dialogue interburundais.  Ils estiment que Museveni a préféré éviter d’intervenir avec force pour aider à résoudre la crise afin de préserver ses relations avec le président Nkurunziza, dont il a besoin comme allié contre le Rwanda.


IV.Améliorer les relations entre le Rwanda et la RDC


Si les relations du Rwanda avec le Burundi et l’Ouganda sont de plus en plus tendues, ses liens avec la RDC, marqués par des périodes de discorde et de détente, se sont améliorés, surtout depuis l’entrée en fonction du président Tshisekedi. Mais l’amélioration des relations entre le Rwanda et la RDC pourrait risquer de créer des tensions entre le nouveau président de la RDC et Kampala.

Depuis la fin de la rébellion du M23 en 2013, Kinshasa et Kigali ont tenté de maintenir des relations cordiales. Pendant son mandat, l’ancien président Kabila a veillé à ce que ses services de sécurité coopèrent et partagent les renseignements avec Kigali.  Les dirigeants rwandais ont cherché à rendre la pareille, déclarant en privé qu’ils collaboreraient avec les autorités de la RDC pour neutraliser les groupes armés par des moyens clandestins.  Depuis que les enquêteurs de l’ONU ont mis au jour en 2008 et 2012 des preuves du soutien de Kigali au CNDP et au M23, le Rwanda cherche à montrer qu’il coopère. Les responsables rwandais sont encore sous l’effet du tollé international qui a suivi et veulent éviter d’autres accusations de soutien aux rébellions dans l’est de la RDC.

Sous la présidence de Tshisekedi, Kinshasa a plutôt resserré ses liens avec le Rwanda. Kinshasa affiche une nouvelle volonté de s’attaquer aux FDLR et à certains de ses groupes dissidents, que l’armée de la RDC a souvent soutenus par le passé pour disposer de factions contre Kigali. Par exemple, les responsables militaires de la RDC disent que le partage accru de renseignements a permis de mener à bien des opérations contre un groupe dissident des FDLR au Sud-Kivu à la fin de 2019 ; des centaines de ses combattants et des personnes à leur charge se sont rendus et sont retournés pacifiquement au Rwanda en décembre.

Les liens plus étroits de Kinshasa avec Kigali auraient même entraîné la RDC à éliminer des renseignements suggérant l’implication continue de Kigali dans ce pays.  En privé, certains représentants de la RDC disent que les forces de sécurité rwandaises ont été impliquées dans les meurtres du commandant des FDLR, Sylvestre Mudacumura, en septembre, et d’un éminent chef dissident des FDLR, Juvenal Musabimana, en novembre.  Tous deux sont morts lors d’obscures attaques-surprises dans le territoire de Rutshuru, au Nord-Kivu. Mais, en annonçant ces décès, les autorités militaires de la RDC ont affirmé que le Rwanda n’y était pour rien.

Le retrait récent par les autorités de la RDC des mandats d’arrêt contre l’ancienne faction du M23 exilée au Rwanda illustre encore davantage les relations plus étroites entre Tshisekedi et Kagame. Dans une lettre adressée au procureur militaire de la RDC, le coordonnateur du mécanisme national de la RDC pour la supervision de l’Accord-cadre de paix, de sécurité et de coopération (CPSC), un accord de paix régional de 2013 signé par la RDC et d’autres gouvernements africains, a déclaré que les anciens combattants du M23 devraient être autorisés à retourner en RDC, amnistiés et réintégrés dans l’armée et la bureaucratie congolaises, bien que l’ordre n’ait pas encore pris effet.  Le chef de cette cohorte du M23, Bosco Ntaganda, a été jugé et reconnu coupable de crimes de guerre par la Cour pénale internationale au début du mois de novembre.  La faction comprend des auteurs de certaines des pires atrocités qui ont été commises pendant la rébellion de 2012-2013. (Le statut de la cohorte du M23, plus nombreuse, qui s’est rendue à l’Ouganda et qui se déplace maintenant librement dans le camp militaire de ce pays et à l’extérieur reste flou, bien que certains espèrent également bénéficier d’une amnistie et rejoindre les rangs de l’armée. )

La coopération entre la RDC et le Rwanda est de bon augure, mais pourrait inciter Kampala et Bujumbura à renforcer leur soutien aux factions en RDC s’ils perçoivent l’alliance de Kinshasa avec Kigali comme une menace pour leur propre sécurité. En l’absence de mesures visant à désamorcer les tensions entre le Rwanda et l’Ouganda, la coopération de la RDC avec le Rwanda pourrait provoquer un retour de flamme, très probablement sous la forme d’une violente concurrence entre le Rwanda et l’Ouganda sur le territoire congolais. Cette situation pourrait déclencher une vive réaction de la population, provoquée par les politiciens congolais qui ont souvent attisé le sentiment anti-rwandais et anti-tutsi pendant les périodes où le Rwanda a soutenu des insurrections armées dans l’est du pays.  Des défections pourraient également augmenter au sein de l’armée de la RDC, certains commandants ou factions étant persuadés par les rivaux du Rwanda de prendre les armes contre le gouvernement.


V.Privilégier le dialogue aux opérations militaires


Le président Tshisekedi a d’abord cherché à tirer parti de ses meilleures relations avec le Rwanda pour apaiser les tensions régionales. Reconnaissant le danger que représente la rivalité entre le Rwanda et l’Ouganda, il a invité les présidents Kagame et Museveni à des rencontres à Luanda en juillet 2019, organisées conjointement avec son homologue angolais. Ces rencontres ont donné lieu à un Mémorandum d’accord, signé le 21 août à Luanda, dans lequel les deux parties s’engagent à s’abstenir de « toute action de déstabilisation ou de subversion sur le territoire de l’autre partie et des pays voisins ».  Cependant, en décembre, les représentants rwandais et ougandais n’ont pas réussi à s’entendre sur la manière de mettre en œuvre le mémorandum de Luanda et les pourparlers se sont rompus de manière acrimonieuse. Le désaccord est dû en partie au fait que le Rwanda accuse l’Ouganda de continuer à soutenir les factions, mais les parties ne parviennent pas non plus à s’entendre sur un mécanisme donné permettant de
corroborer les allégations de liens avec les groupes armés.

Entre-temps, Tshisekedi avait commencé à envisager des options militaires. L’accent mis par le président congolais sur de telles options émanerait d’une demande du président Kagame, qui est de plus en plus impatient face aux menaces émanant de la RDC.  En juin, les chefs des services de renseignement de la RDC, du Rwanda, de l’Ouganda et de la Tanzanie (alliée du Burundi) se sont réunis à Kinshasa pour discuter de la neutralisation des insurgés dans l’est de la RDC. Dans les mois qui ont suivi, les commandants militaires de ces pays, rejoints par des diplomates de la Mission de l’ONU en RDC (Monusco) et par l’armée américaine, ont tenté d’élaborer des plans de bataille.  En octobre, les commandants de l’armée de la RDC ont établi un arrangement selon lequel les forces des pays voisins lanceraient des offensives, supervisées par l’armée de la RDC, contre les milices sur le territoire congolais.  Mais les commandants congolais, burundais, rwandais et ougandais n’ont pas adopté le projet lors de leur dernière

réunion, en octobre 2019, principalement en raison de la réticence de l’Ouganda à permettre au Rwanda de suivre les FDLR à proximité de la frontière ougandaise. D’autres discussions sont attendues au début de 2020.

La pression du président Tshisekedi pour que les trois voisins envoient des troupes pour déloger les rebelles de la RDC est un pari risqué. Elle ouvre la porte à des opérations militaires sans désescalade politique simultanée, ce qui augmente les risques que les voisins utilisent l’intervention armée en RDC pour renforcer leurs propres factions aux dépens de leurs rivaux. Elle pourrait même éroder la cohésion interne de l’armée congolaise, en particulier compte tenu des plans de réintégration potentiels délicats pour les anciens rebelles du M23, qui sont susceptibles d’être manipulés par les Rwandais ou les Ougandais.

Plutôt que de poursuivre des opérations militaires, le président Tshisekedi devrait encourager la poursuite des pourparlers visant à réduire les tensions entre ses voisins de l’est. Il devrait s’appuyer sur le forum de l’Angola pour accueillir, avec le président Lourenço, de nouveaux pourparlers entre le Rwanda et l’Ouganda, tout en encourageant la tenue de discussions similaires entre le Rwanda et le Burundi.

De leur côté, l’ONU et la Conférence internationale de la région des Grands Lacs (CIRGL), un organisme intergouvernemental composé d’Etats de la région qui est l’un des garants de l’Accord-cadre de paix, de sécurité et de coopération, devraient recueillir et examiner les preuves de soutien aux groupes armés en RDC. Huang Xia, l’envoyé spécial de l’ONU pour la région des Grands Lacs, qui a joué un rôle déterminant dans la convocation des chefs des services de renseignement burundais, rwandais et ougandais, devrait pousser les voisins de la RDC à fournir les preuves dont ils disposent du soutien apporté par les autres gouvernements. Xia devrait leur demander de partager ces preuves avec le Groupe d’experts de l’ONU sur la RDC, qui est mandaté par le Conseil de sécurité pour enquêter sur les allégations et publier des preuves vérifiées, et avec le Mécanisme conjoint de vérification élargie (MCVE) de la CIRGL. Le MCVE est mandaté, selon les termes du CPSC, pour enquêter sur les allégations portées par tout Etat régional.

L’accumulation de preuves de soutien aux factions dans la région et, idéalement, une conception commune de ce soutien fournirait une base plus solide aux garants du CPSC – comprenant l’ONU, l’Union africaine et le bloc régional, la Communauté de développement de l’Afrique australe, en plus de la CIRGL – pour inciter les gouvernements des Grands Lacs à cesser d’alimenter le conflit en RDC. Certes, les défis que pose la vérification du soutien des gouvernements régionaux aux rebelles dans ce pays sont grands. Le groupe d’experts de l’ONU ne dispose que d’un personnel réduit et aurait du mal à examiner chaque allégation. Le MCVE, regroupant du personnel de sécurité des Grands Lacs et d’autres pays du continent, est également paralysé par des ressources limitées et par la politique interne de ses membres. Les représentants burundais, rwandais et ougandais au sein de l’organisme feraient probablement tous face à des pressions de la part de leurs gouvernements respectifs pour dissimuler des conclusions qui auraient
une mauvaise influence sur leurs capitales. Le Conseil de sécurité des Nations unies devrait maintenir la pression sur toutes les parties pour qu’elles coopèrent aux enquêtes du groupe d’experts et du MCVE.

Les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France peuvent aider. Tous trois sont des membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies qui ont historiquement été investis dans la région des Grands Lacs. S’ils ont déjà tous nommé des envoyés pour la région des Grands Lacs, ils pourraient en tirer davantage de profit et les charger de travailler de concert en vue d’encourager le dialogue régional.  Ces envoyés devraient également s’assurer que les enquêtes et les vérifications restent sur la bonne voie et que des pressions politiques soient exercées sur le Rwanda et l’Ouganda pour qu’ils retirent tout soutien aux groupes armés auxquels ils apportent leur appui. Un effort collectif de diplomatie régionale basé sur le dialogue et la vérification appropriée des allégations permettrait également de soulager la pression sur la Monusco, qui lutte depuis des années pour trouver une solution militaire au problème des rebelles des Etats des Grands Lacs qui ont trouvé refuge dans l’est de la RDC.


VI.Conclusion


La région des Grands Lacs est de plus en plus tendue. La méfiance règne entre le Burundi, le Rwanda et l’Ouganda, qui ont tous des liens avec les insurgés de l’est de la RDC. L’accent mis par le président Tshisekedi sur le rétablissement de la paix dans la région mérite d’être applaudi et sa coopération avec le Rwanda a porté ses fruits dans la lutte contre les rebelles rwandais. Mais ces efforts doivent aller de pair avec des efforts diplomatiques visant à mettre un terme à la rivalité entre Kigali et Kampala. Plus généralement, Tshisekedi devrait repenser son projet d’inviter ses trois voisins de l’est à participer aux opérations militaires en RDC. Il devrait plutôt rechercher un accord qui implique, premièrement, que ces voisins s’engagent à ne pas soutenir les groupes armés en RDC et, deuxièmement, qui établisse un mécanisme de vérification pour enquêter sur les allégations d’une telle implication. Ce volet politique devrait s’appuyer sur l’initiative de Luanda. La diplomatie récente de l’envoyé

spécial Xia signifie que l’ONU est bien placée pour soutenir cette initiative, conformément aux promesses du Secrétaire général António Guterres de mettre l’accent sur la diplomatie préventive. En renforçant leur implication diplomatique, les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France peuvent également jouer un rôle utile.

Sans ces efforts, le risque est réel que les tensions croissantes alimentent une crise de sécurité régionale plus large. Si les forces burundaises, rwandaises et ougandaises recevaient le feu vert pour des opérations en RDC, le danger serait d’autant plus grave, et agiterait le spectre d’une guerre par procuration où chaque pays des Grands Lacs soutient les ennemis de ses rivaux.


Nairobi/Bruxelles, 23 janvier 2020

By Jean-Hervé Jezequel, Director, Sahel Project, Crisis Group, 13 January 2020


La France et ses partenaires du G5 Sahel se réunissent à Pau lundi 13 janvier pour réaffirmer leur engagement à lutter ensemble contre le terrorisme jihadiste. Pourtant, la réponse militaire n'est pas suffisante. Face à l’ampleur de la menace, il est donc nécessaire de trouver une solution politique.

 
Le 13 janvier à Pau, le président Macron et ses homologues du G5-Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger, Tchad) discuteront de la situation dans le Sahel en présence du secrétaire général des Nations unies, du président de la commission de l’Union Africaine et du chef de la diplomatie européenne. Sauf surprise, cette réunion de haut niveau devrait se contenter de réaffirmer l’engagement des différents pays à lutter ensemble contre le terrorisme jihadiste qui gagne tant de terrain au Sahel. Pourtant, face à l’ampleur des insurrections, les opérations militaires menées par la France et les pays sahéliens ne peuvent constituer une réponse suffisante tant qu’elles n’appuient pas une réponse politique claire qui continue de faire défaut. Lors du sommet de Pau, la France et ses partenaires sahéliens devraient initier une révision majeure de leur stratégie : ils devraient remettre au cœur de leurs réponses les processus politiques de résolution des conflits, que ce soit par des actions de long terme comme la réforme de la gouvernance dans les zones rurales ou par des actes forts de court terme comme l’ouverture d’un dialogue avec une partie des insurgés. Les opérations militaires continuent d’être nécessaires mais leur conduite devrait être subordonnée à la réalisation de ces objectifs politiques.

Face à l’ampleur des insurrections, les opérations militaires [...] ne peuvent constituer une réponse suffisante tant qu’elles n’appuient pas une réponse politique claire .
Le sommet de Pau se déroule alors que les critiques contre la politique de la France au Sahel se multiplient sur fond d’impuissance à contenir les attaques jihadistes contre les bases militaires. Peu après la mort en opérations le 25 novembre de treize soldats français au Mali, le président Macron s’est agacé de ces critiques. Il a alors unilatéralement convoqué le sommet de Pau pour que les Etats sahéliens clarifient leur position sur l’engagement militaire français au Sahel. Si beaucoup d’accusations sur l’agenda caché de la France au Sahel tiennent des théories du complot, Paris a bien une part de responsabilité dans la situation actuelle. Elle assume depuis 2013 son rôle à l’avant-garde de la lutte anti-terroriste au Sahel à travers ses opérations militaires et en devenant le principal soutien du G5-Sahel, le mécanisme sous-régional de réponse à la crise. Comme ses partenaires sahéliens, la France est comptable de la dégradation de la situation et de l’impasse d’une stratégie de sécurisation du Sahel qui ne fonctionne pas.

Les principes essentiels de cette stratégie ont été définis au milieu des années 2010: une opération militaire française (Barkhane) prenait en charge la conduite d’opérations contre-terroristes pour contenir l’expansion de la menace et donner le temps aux armées nationales de se mettre à niveau et d’engager des formes de collaboration régionale. L’action militaire devait être complétée par des programmes de développement permettant aux Etats de réinvestir les zones dans lesquelles ils avaient perdu pied. Un processus politique, des pourparlers de paix entre l’Etat malien et des groupes politico-militaires non jihadistes, avait été également engagé sous médiation internationale afin d’isoler les jihadistes et d’établir un accord politique pour stabiliser le Nord Mali, alors principal foyer des violences.

Ce qui les menace n’est pas seulement le jihad international porté par des groupes terroristes transnationaux mais une vague d’insurrections tournées contre les Etats.
Cette stratégie n’a pourtant pas endigué l’expansion territoriale des groupes jihadistes qui ont considérablement étendu leurs capacités locales de recrutement. Elle est désormais inadaptée : le processus de paix inter-malien de 2015 tarde à se concrétiser et surtout il n’est plus une réponse suffisante à des insurrections qui se sont étendues bien au-delà du seul Nord Mali. Les Etats et leurs partenaires n’ont également pas pris la mesure de ce qui les menace : ce n’est pas seulement le jihad international porté par des groupes terroristes transnationaux mais une vague d’insurrections tournées contre les Etats et qui séduisent une part non-négligeable des populations rurales. Aucune victoire militaire ne permettra d’endiguer un phénomène qui se nourrit de la contestation d’ordres sociaux et politiques et de la dénonciation des élites qui les façonnent. La réponse est donc aussi d’ordre politique. Tout le monde le reconnait mais peu en tirent les conséquences concrètes sur la manière dont action militaire et action politique doivent s’articuler. Dans les réponses « multidimensionnelles » aux crises sahéliennes, les contingents militaires se déplacent mais le développement fait du surplace et le volet gouvernance reste à la traîne. Ce dernier est pourtant fondamental afin que les gouvernants sahéliens renouent avec les populations perdues et réintègrent au moins une partie de ceux qui ont pris les armes.

Pour initier un revirement stratégique, les Etats sahéliens, prenant acte que le compromis inter-malien de 2015 reste utile mais très insuffisant, devraient relancer et clarifier les processus politiques à travers lesquels ils vont tâcher de rebâtir la stabilité chacun dans leur pays et collectivement au Sahel. Ils doivent poser des actes forts à court terme et entreprendre des réformes structurelles à plus long terme pour que leurs systèmes de gouvernance soient moins producteurs d’exclusion et d’injustices. Cela requiert une vision politique qui fait jusqu’ici largement défaut. Sans un projet et une gouvernance politique renouvelés, les élites dirigeantes sahéliennes ne pourront reconquérir tous ceux qui voient dans l’ordre établi par les jihadistes non pas un régime idéal mais au moins une présence plus efficace et plus utile que celle de l’Etat.


Parmi les actes forts que les Etats peuvent poser, l’option du dialogue avec les insurgés devrait figurer parmi les « clarifications » réclamées à Pau. Elle n’est pas la solution magique mais pourrait offrir des options nouvelles pour sortir de l’impasse. Une part croissante de l’opinion publique sahélienne la réclame comme l’illustre le rapport final du Dialogue national inclusif malien qui recommande le dialogue avec les principaux chefs jihadistes maliens, Iyad Ag Ghaly et Hamadoun Koufa, comme le faisait déjà la Conférence d’Entente Nationale en avril 2017. Les chefs d’Etat du G5-Sahel et leurs partenaires internationaux gagneraient à explorer les différentes options du dialogue, dont on voit actuellement au Centre du Mali qu’ils divisent les groupes jihadistes sur la marche à suivre. Le cas échéant, les partenaires occidentaux devront accepter des compromis parfois douloureux (libération de prisonniers, suspension de frappe, voire intégration d’anciens jihadistes) qui permettront aux politiques sahéliens, s’ils le décident, de nouer de tels dialogues.

Le président Macron n’a pas choisi d’engager militairement la France au Sahel ; c’est une situation dont il a hérité de son prédécesseur. Afin de ne pas s’empêtrer, il gagnerait à initier avec ses homologues sahéliens un virement stratégique des politiques de gestion de la crise : clarifier des processus politiques nationaux qui permettent de dialoguer avec une partie des insurgés et, à terme, de regagner leurs soutiens populaires et subordonner l’action militaire à cette ambition politique. Cela demande des Etats sahéliens d’assumer l’initiative politique sans laquelle il n’y aura pas d’issue heureuse à la crise. Cela demande de la France et de ses militaires qu’ils acceptent de travailler au service d’une stratégie politique définie par les gouvernements qu’ils épaulent. Cela bouscule les habitudes prises depuis longtemps, mais si la France est au Sahel pour aider les Etats, y’a-t-il raisonnablement une autre option ?

 

 

L’Afrique de l’Ouest face au risque de contagion jihadiste

Crisis Group, 20 December 2019


Face à la percée jihadiste au Burkina Faso, porte ouverte sur les pays du Golfe de Guinée, ceux-ci craignent des attaques sur leurs territoires. Les Etats de la région devraient améliorer le partage du renseignement, renforcer les contrôles aux frontières et renouer un lien de confiance avec la population.


Que se passe-t-il ? L’expansion des militants islamistes au Sahel, en particulier au Burkina Faso, préoccupe de plus en plus les Etats côtiers d’Afrique de l’Ouest. Leurs dirigeants craignent que les militants ne puissent utiliser le Burkina comme rampe de lancement pour des opérations plus au sud.

En quoi est-ce significatif ? Des attaques dans les pays côtiers menaceraient leur relative stabilité. Certains affichent des fragilités similaires à celles que les jihadistes ont exploitées au Sahel, notamment des périphéries négligées qui en veulent à l’autorité centrale. En 2020, des élections potentiellement litigieuses pourraient distraire les dirigeants de la menace.

Comment agir ? La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) promeut des opérations militaires conjointes dans la région. Mais les Etats devraient plutôt partager le renseignement, renforcer les contrôles aux frontières et s’efforcer de rallier les communautés. La Cedeao devrait aussi prévenir les crises électorales que les militants pourraient exploiter.


I. Synthèse


En Afrique de l’Ouest, les mouvements jihadistes armés avancent comme le désert, du nord vers le sud. Leur influence au Burkina Faso inquiète de plus en plus les Etats côtiers d’Afrique de l’Ouest. Si quasiment aucune attaque n’a eu lieu dans ces pays, leurs dirigeants craignent que les militants utilisent le Burkina Faso comme une rampe de lancement pour des opérations plus au sud. La région envisage, via la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), de lancer des opérations militaires de grande envergure. Mais celles-ci pourraient se révéler contre-productives face à un problème qui nécessite des outils plus pointus ; elles risquent d’aggraver les tensions communautaires dans ces zones fragiles. Les pays côtiers devraient plutôt se concentrer sur des mesures moins onéreuses et sans doute plus efficaces : la collecte et le partage de renseignements, des arrestations ciblées, et l’amélioration des relations avec des communautés négligées du Nord. La Cedeao devrait par ailleurs œuvrer à limiter le risque de crise électorale dans plusieurs Etats côtiers, qui détourneraient des efforts contre les jihadistes.

Le spectre de la contagion du jihadisme au Golfe de Guinée hante l’Afrique de l’Ouest. L’expansion rapide du militantisme islamiste au Burkina Faso a considérablement accentué cette inquiétude. Ce pays occupe en effet une position centrale, reliant le Sahel aux pays côtiers et partageant des frontières avec quatre d’entre eux : le Bénin, la Côte d’Ivoire, le Ghana et le Togo. Le Burkina entretient aussi des relations historiques, humaines, économiques et politiques particulières avec ses voisins méridionaux. Tout ceci en fait une porte ouverte sur le Golfe de Guinée. Désormais implantés au Burkina, les groupes jihadistes occupent une position idéale pour se projeter vers le sud.

Les groupes jihadistes ont indiqué à plusieurs reprises vouloir étendre leurs activités à la côte de l’Afrique de l’Ouest. Certes, il n’est pas certain qu’ils en aient immédiatement les moyens : ils n’ont encore commis aucune attaque dans le septentrion des pays côtiers ; et n’ont frappé le Sud qu’une seule fois, en Côte d’Ivoire en mars 2016. Mais les militants agissent souvent plus par opportunisme ou en exploitant les désordres qu’en suivant une stratégie élaborée. La force de ces groupes armés pourrait donc naître de la fragilité même des Etats côtiers.

Dans ce contexte, les faiblesses des pays du Golfe de Guinée, souvent similaires à celles de leurs voisins du Nord, sont d’autant plus inquiétantes. Plus riches que les pays sahéliens, ils sont néanmoins rongés par le même sous-développement des périphéries éloignées du pouvoir central, le désenchantement d’une partie de la population vis-à-vis d’Etats absents ou brutaux, et des services de sécurité et de renseignement dysfonctionnels. Dans plusieurs pays du Golfe de Guinée, des élections qui s’annoncent litigieuses auront lieu en 2020, faisant planer la menace de violences politiques. Les élections présidentielles en Côte d’Ivoire, en Guinée et au Togo, pourraient créer des divisions et s’avérer particulièrement dangereuses.

La fragilité de la région tient aussi à l’incapacité des Etats à travailler ensemble. Ils ont peiné à trouver une réponse commune à la menace jihadiste. La création de plusieurs structures ayant une même mission de sécurité et de développement a dispersé les efforts. La Cedeao tente désormais de les coordonner, de ramener un certain ordre et de monter des opérations militaires conjointes entre ses Etats membres. Mais l’organisation sous-régionale n’a pas de chef de file, et le milliard de dollars nécessaire à ces opérations conjointes, que la Cedeao entend trouver parmi ses Etats membres, est sans doute hors de portée pour des pays en difficulté économique.

Une option plus efficace et moins onéreuse existe. Au lieu d’accélérer les opérations militaires, les Etats côtiers devraient se concentrer sur le partage de renseignements et le renforcement des contrôles aux frontières. Ils devraient redoubler d’efforts pour regagner la confiance des communautés locales et ralentir l’infiltration jihadiste dans leurs septentrions. A ce stade de la menace, les autorités devraient privilégier des opérations ciblées, sur la base de renseignements fiables, plutôt que des opérations de grande envergure qui risquent d’engendrer des abus contre des civils, en particulier au sein de communautés souvent suspectées d’être proche des jihadistes. Il importe aussi que la Cedeao et ses partenaires internationaux, en particulier l’Union européenne et la France, intensifient leurs efforts diplomatiques pour prévenir les crises électorales potentiellement violentes, qui pourraient menacer la stabilité de ces pays au même titre que les groupes jihadistes, et créer pour ces derniers un terrain fertile.


II. La porte burkinabè


La crise sahélienne s’est étendue au Burkina Faso. Apparus au Nord du Mali en 2012, des groupes armés qui se réclament du jihad ont ensuite essaimé au centre du Mali puis à la frontière entre le Mali et le Niger. Depuis l’été 2015, le Burkina a enregistré des centaines d’attaques de groupes jihadistes ou d’autres groupes armés, y compris des milices d’auto­défense.

La contagion de la crise sahélienne au Burkina représente un facteur potentiel de régionalisation de la violence car elle facilite considérablement la progression des groupes armés vers le sud côtier. Le Burkina occupe en effet une position géographique centrale en Afrique de l’Ouest. Partageant des frontières avec le Ghana, la Côte d’Ivoire, le Bénin et le Togo, le pays fait la jonction entre le Sahel et le Golfe de Guinée. Sa relation avec ses quatre voisins méridionaux est aussi ancrée dans l’histoire, la démographie, l’économie et la politique. La proximité est enfin religieuse : comme de nombreux pays côtiers, le Burkina compte une proportion importante de chrétiens et d’animistes, ce qui en fait un pays unique au Sahel, où l’écrasante majorité de la population est de confession musulmane. Il constitue donc une porte ouverte sur le Golfe de Guinée ou, selon une terminologie actuellement en vogue, un « verrou ».

L’implantation de groupes jihadistes au Burkina leur permet d’occuper une position géographique idéale pour se projeter vers le sud côtier, et de bénéficier, pour ce faire, de l’appui de réseaux humains, religieux, routiers, commerciaux et criminels très denses et établis de longue date. Les groupes armés jihadistes trouvent par exemple dans les nombreuses mines d’or artisanales du Burkina une source de financement potentielle. Ces sites sont reliés aux pays côtiers, principale voie de commercialisation de leur production. Dans les sites aurifères, artisanaux ou industriels, des pays du Golfe de Guinée, ces groupes peuvent notamment se procurer des détonateurs pour leurs bombes artisanales.

Depuis début 2019, la majorité des incidents survenus aux frontières des pays côtiers et impliquant, directement ou indirectement, des groupes armés jihadistes ont été reliés au Burkina. Deux touristes français enlevés au Bénin le 1er mai, à priori par des bandits qui auraient cherché à les revendre à des groupes jihadistes, ont été libérés quelques jours plus tard dans le Nord du Burkina. Fin avril, le président togolais Faure Gnassingbé annonçait l’arrestation de membres présumés de groupes armés en provenance du voisin du Nord. Ce même mois, les services de renseignement burkinabè ont prévenu leurs voisins que plusieurs militants jihadistes armés avaient quitté le pays pour se réfugier au Bénin et au Ghana. Quelques jours plus tard, le Bénin lançait l’opération militaire Djidjoho à la frontière avec le Burkina. Koury, une localité malienne proche du Burkina où des individus armés non identifiés ont attaqué un poste de contrôle frontalier, faisant sept morts le 19 mai, constitue un important point de passage routier vers la deuxième ville du pays, Bobo-Dioulasso.

Le Burkina n’est pas le seul point de passage possible pour des groupes qui cherchent à étendre leur influence en Afrique de l’Ouest. Plusieurs incidents ont eu lieu à la frontière malo-ivoirienne, comme l’enlèvement d’une nonne colombienne dans la région de Sikasso en février 2017. Depuis plusieurs mois, des membres du groupe jihadiste Etat islamique dans le Grand Sahara (EIGS) s’efforceraient d’ouvrir un corridor allant du Nord du Mali au Nord-Ouest du Nigéria et au Nord du Bénin, en passant notamment par la ville nigérienne de Dogondoutchi. De son côté, l’Etat islamique en Afrique de l’Ouest (EIAO ou ISWAP en anglais), une ramification de Boko Haram, tente de profiter du chaos provoqué par une vague de criminalité sans précédent dans l’Etat nigérian de Zamfara, frontalier du Niger, pour y vendre des armes et faciliter l’accès de ses membres au Sud-Ouest du Niger.

Les groupes jihadistes semblent actuellement progresser vers le sud et l’est du Burkina, se rapprochant des pays du Golfe de Guinée. L’attaque contre un convoi de travailleurs de la mine d’or de Boungou, qui a fait au moins 38 morts le 7 novembre 2019, est venu confirmer leur implantation dans l’Est du pays, frontalier du Bénin et du Togo, en dépit de l’opération militaire Otapuanu, lancée le 7 mars 2019 et présentée jusqu’alors par les autorités comme un succès. Cette attaque a renforcé les inquiétudes des entreprises minières en montrant que des groupes armés étaient actifs dans un espace géographique relativement proche des sites qu’elles exploitent, notamment dans le Nord du Ghana. On peut relier ce constat à la récente intervention des forces de sécurité burkinabè dans la région de Pô, une ville frontalière du Ghana, dans le Sud-Est du pays, qui a tué six individus suspectés de terrorisme.

La stabilité du Burkina n’est pas seulement liée à la situation sécuritaire de régions comme le Nord et l’Est, où des groupes armés sont présents. Dans un pays où deux insurrections populaires (1966 et 2014) ont déjà conduit à la démission du chef de l’Etat, les tensions sociales, liées aux conditions de vie, constituent une véritable menace pour le pouvoir sorti des urnes en 2015. En plus de l’aider à rendre plus performant son appareil sécuritaire, les partenaires du Burkina devraient contribuer à désamorcer la colère publique en soutenant financièrement le gouvernement du président Roch Marc Christian Kaboré, mais aussi en facilitant le dialogue entre celui-ci, l’opposition et la société civile.

Les pays partenaires et les institutions régionales et internationales devraient aussi accorder une attention accrue à la fragilité politique du Burkina. L’élection présidentielle prévue en 2020 est cruciale pour le pays, mais rien ne garantit un processus pacifique et crédible. Pour la première fois depuis des décennies, ce scrutin est ouvert et le vainqueur n’est pas connu à l’avance. Cela aiguise les appétits des responsables politiques. Dans un contexte sécuritaire marqué par le militantisme de groupes armés jihadistes, mais aussi de groupes d’autodéfense, et l’engagement de volontaires civils aux côtés des forces armées, l’un ou l’autre des candidats pourrait être tenté d’utiliser ces forces contre ses adversaires. Enfin, pour la première fois dans l’histoire du pays, la diaspora, qui compte plusieurs millions d’individus dans la sous-région, pourra voter. Elle est en mesure de faire basculer l’élection. L’opération de recensement de ces électeurs doit être irréprochable afin d’éviter toute contestation crédible. En d’autres termes, l’élection devra aussi se préparer dans les pays côtiers, notamment la Côte d’Ivoire.

Le Burkina Faso ne peut se permettre une nouvelle crise politique ou une nouvelle période de transition comme celle qui a suivi le départ de Compaoré en 2014. Les acteurs de cette transition ont instrumentalisé l’armée à des fins politiques, pour faire avancer ou défendre leur propre intérêt, et l’ont dévoyée de sa mission de défense du territoire. Une nouvelle phase d’instabilité politique marquée par l’absence d’un exécutif fort et légitime produirait des effets similaires et entamerait un peu plus encore les capacités des forces de sécurité à combattre les groupes armés. De fait, plus la « porte burkinabè » sera ouverte, plus le risque de régionalisation de la violence au Sahel central sera élevé. Les mois qui viennent sont importants pour le pays et la région. S’il était confronté à la double pression des groupes armés jihadistes et d’une crise institutionnelle, l’Etat burkinabè menacerait rapidement de s’effondrer, perdant ainsi toute capacité à limiter la descente des groupes armés jihadistes vers le sud.

 

III. Velléités jihadistes d’expansion au Golfe de Guinée

 

Depuis plusieurs années, les groupes armés actifs au Sahel évoquent dans leurs discours la déstabilisation de pays du Golfe de Guinée. Dans une vidéo en date du 8 novembre 2018, trois responsables du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM) – Iyad Ag Ghali, Djamel Okacha et Hamadoun Koufa –, une coalition de groupes jihadistes formée en 2017 et affiliée à Al-Qaïda, ont appelé les Peul à « poursuivre le jihad » dans d’autres pays, citant notamment le Sénégal, le Bénin, la Côte d’Ivoire, le Ghana et le Cameroun.

Aucune figure d’Al-Qaïda ou de l’Etat islamique n’a encore exposé publiquement et dans le détail un projet visant à déstabiliser le Burkina Faso pour en faire une sorte de corridor jihadiste menant aux pays côtiers, mais plusieurs incidents signalent une collaboration entre différents groupes armés jihadistes sur le sol burkinabè. En 2014 et 2015, des combattants non identifiés venant du Mali auraient mené des opérations de reconnaissance au Bénin et au Burkina, dans le parc du W, non loin du parc de la Pendjari où deux touristes français ont été enlevés et leur guide béninois tué en mai dernier. Interpellé en avril 2019 au Burkina, Oumarou Diallo, le commandant d’un groupe jihadiste local dit « groupe de Diawo », possédait une liste de contacts au Bénin, au Togo et au Ghana, démontrant des liens avec ces pays. Plusieurs analystes interprètent cette collaboration comme le signe d’un projet concerté visant à l’effondrement du Burkina, pour ensuite atteindre le Togo, le Bénin, le Ghana ou la Côte d’Ivoire.


Pour ces groupes, l’ouverture de nouveaux fronts méridionaux dans le Nord des pays côtiers offre bien des avantages. Prolongement du Sahel, ces zones frontalières ont d’abord un intérêt pratique, pouvant servir de base arrière pour le repos et la logistique. Plusieurs sources ont signalé à Crisis Group la circulation régulière de militants armés en provenance du Burkina le long des frontières ghanéenne et togolaise pour rejoindre des « zones de repos » dans ces pays.

L’extension et la dispersion géographique des attaques permettent par ailleurs aux groupes jihadistes de mettre les forces régionales et internationales à l’épreuve en les poussant à s’éparpiller. Cela s’inscrit dans la stratégie de déconcentration qu’ils ont adoptée en 2013, lorsque l’opération française Serval les a chassés des villes maliennes qu’ils occupaient. Ils ont depuis lors cherché à investir les espaces ruraux abandonnés par les Etats et fragilisés par les tensions locales, en particulier ceux situés dans les zones frontalières. La poussée actuelle vers le Golfe de Guinée semble s’inscrire dans le prolongement de ce mouvement de dispersion de l’ennemi et de pression sur des espaces frontaliers fragiles.

Enfin, un ancrage dans le Nord des pays côtiers permettrait très certainement aux groupes jihadistes de la région d’établir des relais utiles pour se rapprocher des cibles de choix que sont les grandes villes du littoral. Répéter un coup d’éclat comme l’attentat contre la cité balnéaire ivoirienne de Grand-Bassam en mars 2016 ajouterait aux désordres dont ils se nourrissent et leur permettrait de punir des pays comme le Togo ou la Côte d’Ivoire, qui participent à la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma). Les autorités ivoiriennes, appuyées par les services de renseignement français, auraient déjoué plusieurs attentats programmés à Abidjan au mois de mai 2019. Ceci permettrait aux groupes jihadistes d’étendre le corridor allant du Nord du Mali au Nord-Ouest du Nigéria et au Nord du Bénin.


IV. Sahel central et Golfe de Guinée : des faiblesses similaires


Il est difficile d’identifier les pays du Golfe de Guinée les plus susceptibles d’être touchés par l’expansion de la violence jihadiste dans les mois ou les années à venir. Ce vaste espace comprend non seulement les voisins immédiats du Burkina mais aussi la Guinée, qui semble pour l’instant imperméable aux attaques jihadistes, et même le Sénégal, qui, ces dernières années, a renforcé la sécurité à ses frontières afin d’éviter notamment une attaque à Dakar, la capitale.

Le Nord des pays côtiers frontaliers du Burkina est relativement méconnu. A l’exception du Nord ivoirien, les zones septentrionales du Bénin, du Togo et du Ghana sont restées, jusqu’à une date récente, en marge de l’actualité et des travaux de recherche, du moins dans une perspective sécuritaire. Cette zone géographique a été épargnée par les grandes crises ouest-africaines des dernières décennies, tant les guerres du fleuve Mano que les premières années de la crise sahélienne.

En outre, il n’existe pas de fragilités communes évidentes que les groupes armés pourraient exploiter. Le Nord de ces pays est constitué de terroirs extrêmement divers d’un point de vue humain, politique et économique. Dans cet espace long de plusieurs centaines de kilomètres, les dynamiques locales détermineront où les tensions communautaires et les frustrations de la population resteront en l’état et où elles se transformeront en mouvements violents, qu’ils soient animés par des groupes jihadistes ou par d’autres acteurs violents. De même, les équilibres religieux de chaque pays sont complexes. L’idée que les pays côtiers se structurent autour d’un Nord musulman et d’un Sud chrétien est simpliste. Elle ne prend pas en compte l’immigration massive au Sud de ressortissants du Nord ; le nombre élevé de mariages intercommunautaires, qui a augmenté avec l’urbanisation ; ou encore la présence d’importantes communautés animistes dans ces pays.

Une tendance générale se dessine néanmoins depuis plusieurs années : le fossé se creuse entre ces zones septentrionales et l’Etat central, tandis que le littoral, au Sud, tend à aimanter l’essentiel du développement et de la modernité économique. Ce phénomène est par exemple flagrant au Ghana. Environ un quart de la population de ce pays vit sous le seuil de pauvreté. Mais la pauvreté touche 70 pour cent de la population au Nord, en dépit d’efforts entrepris par l’Etat ghanéen dans les années 2000, comme la construction d’infrastructures, notamment de santé, à Tamélé et ses environs. Selon la Banque mondiale, la situation est similaire en Côte d’Ivoire, où « le Nord et le Nord-Ouest du pays sont plus pauvres (plus de 60 pour cent) que le littoral et le Sud-Ouest (moins de 40 pour cent) ».

L’existence dans les pays du Golfe de Guinée de périphéries délaissées par l’Etat, à proximité immédiate d’une région sahélienne en crise, est particulièrement préoccupante. Au Sahel central, la rupture avec l’Etat a constitué un facteur déterminant dans le basculement de certaines régions périphériques dans la violence. A l’image de ce qui se passe de l’autre côté de la frontière, au Burkina, au Mali et au Niger, de nombreuses zones du Nord des pays du Golfe de Guinée connaissent aussi des problèmes d’accès aux ressources naturelles, générateurs de conflits entre pasteurs et éleveurs, qui ont largement contribué à la montée des périls au centre du Mali et au Nord du Burkina Faso.

Pour réduire le risque que le Nord excentré des pays côtiers bascule dans un conflit armé, il est urgent d’élaborer des solutions politiques. Les Etats du Golfe de Guinée devraient cesser de lier dépense publique et calculs électoraux en investissant en priorité dans les zones les plus peuplées en électeurs ou favorables au parti au pouvoir, comme ils le font aujourd’hui. Les partenaires internationaux devraient quant à eux rompre avec un des dogmes du développement, qui consiste à établir les infrastructures dans les zones les plus densément peuplées afin de rentabiliser l’investissement.

Evaluer l’étendue de la menace jihadiste n’est pas chose aisée. Les pays du Golfe de Guinée et leurs partenaires sont passés en quelques mois de l’anxiété à l’état d’alerte. Une mission de reconnaissance de l’armée française dans le Nord du Bénin en avril 2019 témoignait déjà d’un certain degré d’inquiétude. En juillet dernier, le chef d’état-major français des armées, François Lecointre, répondait à la question, « la contagion jihadiste menace-t-elle l’Afrique de l’Ouest jusqu’à la côte ? », en disant, « on n’en est pas là ». Fin novembre, il estimait pourtant que la présence française avait entre autres pour but « d’éviter que cette hydre [jihadiste] continue de produire un effet de contagion dans d’autres pays de l’Afrique de l’Ouest ». L’intensification des violences au Burkina Faso a largement contribué à diffuser ce sentiment d’insécurité.

La rente que plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest et centrale tirent de leur engagement dans la lutte antiterroriste a pu conduire certains d’entre eux à exagérer une menace dont le degré de gravité fait débat. Aucun groupe armé jihadiste n’a encore attaqué le Nord d’un pays du Golfe de Guinée. Plusieurs incidents aux frontières de ces pays ont été attribuées à des jihadistes mais n’ont jamais été revendiquées. C’est le cas notamment du meurtre d’un prêtre espagnol et de quatre douaniers burkinabè le 15 février 2019 près de la frontière du Burkina avec le Togo. Par ailleurs, des bandits auraient enlevé deux Français dans le parc du W, au Bénin, en mai 2019, puis essayé de les vendre à l’Etat islamique dans le Grand Sahara ou à la Katiba Macina, un groupe jihadiste principalement actif au centre du Mali. Si l’implication des jihadistes semble indirecte, cet incident a renforcé les craintes des pays de l’Afrique de l’Ouest et de leurs partenaires et ajouté un argument supplémentaire à l’idée que l’architec­ture régionale de sécurité en place au moment des faits était insuffisante et devait être repensée.


V. L’introuvable réponse régionale


Faute d’englober l’Afrique de l’Ouest dans son ensemble, la force du G5 Sahel, qui réunit des troupes du Burkina Faso, du Mali, de la Mauritanie, du Niger et du Tchad, semble inadéquate pour répondre aux risques de contagion régionale de la violence jihadiste. Le G5 Sahel s’est bâti sur le constat que celle-ci suivait une expansion horizontale, traversant le Sahel occidental d’est en ouest. La possibilité d’une expansion verticale de la crise n’a pas été assez prise en compte, en dépit des mises en garde de plusieurs personnalités. Dès 2017, un haut représentant de la Cedeao s’inquiétait des lacunes du maillage sécuritaire de la force du G5, avançant l’hypothèse d’attaques sur les pays côtiers, notamment au Bénin.

La collaboration entre le G5 et les autres pays d’Afrique de l’Ouest n’a jamais vraiment fonctionné. Ses détracteurs soulignent que le G5 repose sur une division artificielle de l’Afrique de l’Ouest en deux espaces distincts, faisant fi de l’imbrication humaine et politique entre les pays du Nord et du Sud. La construction d’un Sahel réduit à quatre pays francophones plus la Mauritanie a d’ailleurs été source de division dans la région, ravivant de vieilles rivalités entre francophones et anglophones, et des suspicions sur les velléités néocoloniales de la France. Le président ivoirien Alassane Ouattara, patriarche de l’Afrique de l’Ouest et sans doute le plus fidèle allié de la France dans la région, parrain du G5, a publiquement souligné les limites de cette organisation en juin dernier : « la Minusma et le G5 Sahel ne suffisent pas. Nous devons trouver des moyens de coordination plus élargis et plus efficaces pour aider ces pays voisins à combattre le terrorisme ».

C’est la Cedeao qui va s’essayer, dans les prochains mois, à cette mission de coordination élargie. Lors de la session extraordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement à Ouagadougou le 14 septembre dernier, l’organisation régionale a adopté un plan d’action pour coordonner et rendre plus efficace la lutte antiterroriste, et fait le pari de mobiliser à cette fin un milliard de dollars auprès de ses Etats membres entre 2020 et 2024. Cette lutte est actuellement répartie entre plusieurs organisations, dont les trois principales sont le G5, la Force multinationale mixte qui associe le Nigéria, le Tchad, le Cameroun et le Niger dans la lutte contre Boko Haram, et l’Initiative d’Accra qui réunit le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Ghana et le Togo dans des actions ponctuelles de lutte contre le crime organisé et l’extrémisme violent aux frontières des pays membres.

La Cedeao est l’organisation la mieux placée pour coordonner la lutte contre la violence jihadiste à l’échelle régionale. Elle est la seule plateforme où l’ensemble des chefs d’Etat des pays membres peuvent se rencontrer régulièrement, se concerter et tenter de trouver des positions communes. La plupart des pays de la région étant dotés d’un système présidentiel et leurs chefs d’Etat d’un pouvoir étendu, c’est un atout crucial pour la prise de décision.

Mais comme le G5, la Cedeao souffre d’un manque de vision et aucun président des pays qui la composent n’arrive à s’imposer comme chef de file incontesté. L’organisation peine à s’exprimer d’une seule voix sur les grandes problématiques de paix et de sécurité. La mission de coordination des efforts de lutte contre le terrorisme qu’elle s’est fixée à Ouagadougou aura du mal à porter ses fruits sans une locomotive forte engagée en faveur d’une plus grande intégration régionale, englobant les questions de sécurité collective. Première puissance économique et démographique régionale, le Nigéria devrait jouer ce rôle. Mais le pays est actuellement concentré sur ses problèmes intérieurs et se trouve parfois même en porte-à-faux avec la Cedeao. Le Nigéria devrait faire de la restauration de son influence régionale une priorité et jouer ce rôle de chef de file.

Le point le plus prometteur du plan d’action présenté à Ouagadougou tient à la volonté d’autofinancement de la lutte antiterroriste de 2020 à 2024. Le G5 a montré à quel point la dépendance financière pouvait être paralysante. Sa force armée est, depuis sa création, handicapée par des problèmes financiers, liés au fait qu’elle n’a pas la maîtrise de son propre budget : ses financements extérieurs sont restés au stade des promesses ou ne sont pas gérés par les pays membres mais par les bailleurs.

Le budget d’un milliard de dollars évoqué par la Cedeao s’annonce néanmoins difficile à mobiliser dans son intégralité. Comme de nombreuses organisations régionales, la Cedeao se heurte à la prédominance des logiques et des intérêts nationaux. Elle est aussi confrontée à un contexte particulier : plus du tiers de ses membres préparent une élection présidentielle en 2020. Cela va certainement peser sur la capacité de mobilisation des fonds annoncés à Ouagadougou, ces pays préférant sans doute concentrer leurs ressources sur leurs processus électoraux, voire sur la réélection des chefs d’Etat sortants. La Cedeao devra aussi compter avec l’insolvabilité de certains membres, comme les pays sahéliens qui n’arrivent pas à financer le G5 sur leurs fonds propres. Enfin, son contributeur le plus riche, le Nigéria, couvre déjà 70 pour cent de son budget, et il est difficile de lui demander de faire plus.

L’opportunité, pour un groupe de pays pauvres et endettés, de consacrer une somme aussi importante à la lutte antiterroriste peut par ailleurs être débattue. L’expérience montre que l’argent n’offre aucune garantie de résultat. Le Nigéria a consacré deux milliards de dollars à la défense en 2018 mais ne parvient toujours pas à vaincre l’insurrection de Boko Haram, qui compte seulement quelques milliers d’hommes. Le pays a été contraint d’appeler à l’aide le Tchad, dont les dépenses de défense, bien moindres, s’élevaient à 233 millions de dollars en 2018.

La région doit trouver des moyens plus raisonnables et plus efficaces de contenir la menace jihadiste : une coordination accrue des efforts, une amélioration de la collecte et du partage de renseignements, des contrôles aux frontières plus efficaces, ce qui passe par une réduction de la corruption, endémique dans de nombreux services de douanes et de police. Il s’agit désormais, pour la Cedeao, de diriger ses investissements en priorité vers ce qui manque plutôt que de financer des opérations militaires lourdes qui n’ont, jusqu’à présent, pas apporté le résultat escompté. Dans le cadre de l’Initiative d’Accra, trois grandes opérations conjointes transfrontalières ont été conduites en mai et novembre 2018, et en novembre 2019. S’il est difficile de déterminer le degré d’implication réel des centaines de personnes interpellées dans ce cadre, la surreprésentation de Peul parmi elles interroge. Céder à la stigmatisation communautaire aurait pour effet – déjà observé au Sahel – de faciliter le recrutement des jihadistes.

Les pays de la région devraient mettre en place des plans de lutte antiterroriste fondés sur des budgets qu’ils sont capables de renouveler sur le long terme et éviter de privilégier des solutions hors de portée au regard de leurs moyens réels. Ceci est d’autant plus important que les observateurs sont d’accord sur un point : la guerre contre les mouvements jihadistes actifs en Afrique de l’Ouest s’inscrit dans la très longue durée.

Le sommet de Ouagadougou n’a pas réussi à lever le doute sur les capacités de la Cedeao à collaborer plus efficacement avec son voisinage, notamment les pays d’Afrique du Nord et d’Afrique centrale. Cela fait pourtant partie de sa mission de coordination. Les crises au Sahel et dans le bassin du lac Tchad ont montré la continuité géographique et l’internationa­li­sation des activités des groupes armés. Des Etats membres de regroupements régionaux différents doivent donc élaborer des réponses coordonnées. Dans cette perspective, le reproche fait au G5 d’être trop limité géographiquement pour lutter efficacement contre le terrorisme peut aussi être fait à la Cedeao. Le jihadisme armé dépasse les frontières de l’Afrique de l’Ouest et touche par exemple un pays comme le Tchad.

La Cedeao n’a pas dit, pour le moment, comment elle entend articuler son plan d’action présenté à Ouagadougou avec les initiatives européennes en matière de sécurité et de développement du Sahel. Comment va-t-elle, par exemple, composer avec le nouveau « Partenariat pour la sécurité et la stabilité au Sahel » ou P3S, annoncé à Biarritz en août 2019 par la France et l’Allemagne ? Pour l’instant, le P3S n’intègre pas la Cedeao en tant que telle – le premier point du communiqué annonçant sa création ne cite pas l’organisation régionale ouest-africaine alors qu’il mentionne explicitement l’Union africaine, le Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (Nepad), et le G5 Sahel – mais accueillerait éventuellement certains de ses membres. Comme la Cedeao, le P3S, dont le contenu n’est pas finalisé, entend améliorer la coordination des actions de sécurité et de développement dans la région, notamment celles des partenaires européens.

Plus fondamentalement, la lutte contre la violence jihadiste a dominé le sommet de la Cedeao à Ouagadougou, au détriment des questions politiques. Ce faisant, cette réunion a perpétué une lecture simpliste qui veut que les violences survenues depuis six ans au Sahel soient uniquement le résultat d’actes terroristes, et pas d’autres phénomènes, comme les insurrections rurales. Pour faire une différence notable, la Cedeao devrait endosser un rôle plus politique que sécuritaire, en commençant par faire la distinction entre des actions qui peuvent être qualifiées de terroristes, comme l’attentat de Grand-Bassam en 2016, et la rébellion armée d’une partie des populations des campagnes sahéliennes. Si elle continue de qualifier systématiquement les violences de terroristes, elle risque de passer à côté de l’essentiel : le caractère très politique d’une crise qui se traduit par le rejet parfois brutal de l’Etat, et pose la question de sa capacité à réguler les conflits autour de l’accès aux ressources naturelles.


VI. La menace de crises politiques


La Cedeao devra jouer un rôle politique accru pour prévenir un autre danger dans la région, lié aux processus électoraux. Dans plusieurs pays côtiers, où des élections doivent avoir lieu l’an prochain, des acteurs politiques s’emploient « à créer de nouveau les conditions de la polarisation, et donc de la tension et de la violence ». Dans un futur très proche, plusieurs pays membres pourraient être considérablement affaiblis par ces tensions politiques. La concentration actuelle sur les questions sécuritaires liées au terrorisme ne doit pas faire oublier que les crises politiques sont souvent aussi meurtrières que les conflits avec les groupes armés. Elles ont aussi tendance à affaiblir les forces armées en les déchirant selon des lignes partisanes ou ethniques. Elles ruinent des années d’investissement en formation et poussent les Etats à utiliser les appareils de sécurité pour surveiller et punir les opposants. Tout cela les rend beaucoup moins aptes à faire face à des groupes armés bien renseignés et bien entrainés.

Le Bénin, par exemple, connait depuis plusieurs mois de sérieuses tensions. Celles-ci sont nées d’une manœuvre du pouvoir exécutif visant à ce que seules les deux formations qui soutiennent le président Patrice Talon prennent part aux élections législatives d’avril 2019. Des violences ont éclaté dans plusieurs localités, faisant au moins sept morts dans la capitale Cotonou en mai. Le dialogue politique ouvert par le président Talon le 10 octobre dernier reste une coquille vide car aucun des ténors de l’opposition n’y participe. Au Togo voisin, la crise politique qui oppose depuis quatre décennies une opposition fragmentée à un pouvoir dynastique ne trouve pas d’issue, alors qu’une élection présidentielle est prévue l’an prochain.

En Côte d’Ivoire, les obstacles sont multiples à moins d’un an de l’élection présidentielle prévue en octobre 2020. Aucun consensus n’a encore émergé sur le cadre électoral, le principal parti d’opposition, le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), refusant de siéger à la Commission électorale indépendante. Le désaccord des protagonistes sur les règles du jeu laisse augurer un vote tendu et une éventuelle contestation des résultats. La tension actuelle pourrait même déboucher sur des manifestations violentes et une crise pré-électorale. Par ailleurs, le gouvernement a lancé depuis quelques mois une campagne d’intimidation et de pression sur les opposants, y compris les plus éminents, qui limite les possibilités de dialogue politique et attise la rancœur.

En Guinée, le président Alpha Condé envisage de briguer un troisième mandat en 2020. Sa volonté de modifier la Constitution pour pouvoir se présenter a d’ores et déjà entrainé d’importantes manifestations, faisant plusieurs morts en octobre et en novembre 2019. Sa détermination à rester au pouvoir pourrait à terme générer des affrontements ethniques entre sa communauté, les Malinké, et la population peul, majoritaire dans le pays et acquise à l’opposition.

Dans certains des pays du Golfe de Guinée, la sincérité de l’engagement dans la lutte antiterroriste est sujette à caution. Les gouvernements utilisent une partie des ressources sécuritaires pour surveiller ou réprimer l’opposition et non pour lutter contre la menace des groupes armés. De même, certains dirigeants ont compris l’intérêt qu’ils avaient à proclamer leur engagement dans la lutte antiterroriste, puisque celle-ci est désormais récompensée par les bailleurs, soit par des financements, soit par une tolérance marquée face aux comportements autoritaires.

Le risque réside dans la combinaison de l’extension de la menace jihadiste aux pays du Golfe de Guinée et du développement de crises politiques violentes dans les villes du Sud de ces pays. Si de telles crises venaient à éclater dans un ou plusieurs pays côtiers, cela mobiliserait une partie de l’appareil de sécurité au Sud et éloignerait un peu plus les Etats du Nord de leur territoire, facilitant considérablement la pénétration et l’implantation des groupes jihadistes armés. La Cedeao, avec le soutien de partenaires d’expérience, en particulier le Bureau des Nations unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel, devrait s’employer au plus vite à limiter l’ampleur des crises politiques qui se profilent.

L’organisation régionale devrait condamner les atteintes aux droits fondamentaux qui ont lieu dans certains pays membres, comme l’expulsion et l’intimidation d’opposants et la répression violentes des manifestations. Elle devrait aussi faire preuve de fermeté et rappeler aux pays concernés les règles communes concernant la loi électorale et l’indépendance des institutions encadrant les élections. Conformément au Protocole sur la démocratie et la bonne gouvernance que les membres de la Cedeao ont adopté le 21 décembre 2001, les gouvernements devraient s’abstenir de toute « réforme substantielle de la loi électorale […] dans les six mois précédant les élections » et s’assurer que « les organes chargés des élections soient indépendants et/ou neutres et aient la confiance des acteurs et protagonistes de la vie politique ».


VII. Conclusion


Pour la première fois de son histoire post-indépendance, l’Afrique de l’Ouest pourrait être confrontée, en 2020, à une crise globale : politique au Sud et sécuritaire au Nord. La jonction de ces deux foyers de tension serait catastrophique pour la région. Pour éviter un tel scénario, une prise de conscience doit avoir lieu au plus haut niveau. Les dirigeants doivent reconnaitre que le terrorisme n’est pas la seule menace qui pèse sur la région et que les intérêts régionaux doivent primer sur les calculs personnels et nationaux. Sans cela, de nombreux chefs d’Etat dirigeront bientôt des pays en pleine tourmente.

 

International Crisis Group, Dakar/Bruxelles, 20 décembre 2019

 

 

Banners