LONDON - Growing inequality means a group of men that could easily fit into one golf buggy own the same wealth as half the world, campaigners have warned world leaders gathering for talks in Switzerland.

The eight billionaires have riches equivalent to the wealth of the world's 3.6 billion poorest people, according to research by Oxfam.

It said the gap between rich and poor was far greater than had been feared and called for an overhaul of a "warped" economy that allowed a small group to have more wealth than they could ever spend while one in nine people went hungry.

Theresa May and Philip Hammond will attend the World Economic Forum of global political and business leaders in Davos this week.

The annual event, held in a luxury Swiss ski resort, is often criticised for being little more than a talking shop for the rich and powerful.

Oxfam is calling on international leaders to improve international cooperation to stop tax dodging, action to encourage companies to act for the benefit of staff as well as shareholders, wealth taxes to fund healthcare, education and job creation, and improvements in opportunities for women.

It also urged business chiefs to commit to paying a living wage and their fair share of tax.

Mark Goldring, Oxfam GB chief executive, said: "This year's snapshot of inequality is clearer, more accurate and more shocking than ever before.

"It is beyond grotesque that a group of men who could easily fit in a single golf buggy own more than the poorest half of humanity.

"While one in nine people on the planet will go to bed hungry tonight a small handful of billionaires have so much wealth they would need several lifetimes to spend it.

"The fact that a super-rich elite are able to prosper at the expense of the rest of us at home and overseas shows how warped our economy has become.

"Inequality is not only keeping millions of people trapped in poverty, it is fracturing our societies and poisoning our politics.

"It's just not right that top executives take home massive bonuses while workers' wages are stagnating or that multinationals and millionaires dodge taxes while public services are being cut."

Oxfam said out-of-control pay ratios meant the average pay of FTSE100 chief executives was 129 times that of the average employee and works out to the equivalent of 10,000 people working in Bangladeshi garment factories.

It said new and better data on the distribution of global wealth, particularly in India and China, showed the poorest had less wealth than previously thought.

The charity said if the information had been available when it carried out research last year, its report would have found that nine billionaires owned the same wealth as the poorest half of the planet instead of 62.

Among the eight billionaires from the latest research, Bill Gates, who tops the list, and Warren Buffett, the world's third richest man, are known philanthropists who have pledged to give away most of their wealth.

Oxfam said the move was "welcome" but did not replace the needed for a fair tax system.

Its report added: "The fortune of Bill Gates has risen 50% or 25 billion US dollars since he left Microsoft in 2006, despite his commendable efforts to give much of it away.

"If billionaires continue to secure these returns, we could see the world"s first trillionaire in 25 years.

"In such an environment, if you are already rich you have to try hard not to keep getting a lot richer."

Oxfam said under its calculations, which were based on the Forbes billionaires list and Credit Suisse global wealth distribution data, just under 10% of the world's poorest were in debt.

That included a "tiny fraction" of workers who may be earning good salaries but were paying off debts such as student loans or were in negative equity.

The number of billionaires who owned the same as half the world went up to 56 if everyone in net debt was taken out of the calculation.

But the charity said that most in the bottom half of the world's population were very poor and faced a daily struggle to survive.

Mr Goldring said: "Extreme inequality isn't inevitable - with the right policies, world leaders can rebalance our broken economies so they work for all of us and bring the end of poverty closer.

"We need a new common sense approach that ensures a fair deal for workers and producers; requires those who can afford it to pay their fair share of tax; and ensures that women get a fair chance to realise their potential.

"Oxfam welcomes the Prime Minister's pledge to tackle inequality in the UK - we'd like to see her make a similar commitment on the global stage.

"Standing up to powerful interests and corporate bad behaviour won't be easy but is vital if we're to ensure a better future for people at home and around the world."

The Adam Smith Institute free market think tank accused Oxfam of putting out misleading information.

Head of research Ben Southwood said the welfare of world's poor was improving with the proportion of the global population surviving on less than 2 dollars-a-day - falling from 69% in 1981 to 43% in 2008.

"Each year we are misled by Oxfam's wealth statistics. The data is fine - it comes from Credit Suisse - but the interpretation is not," he said.

"It is not the wealth of the world's rich that matters, but the welfare of the world's poor - and this is improving every year.

"The consumption of the world's poor continues to rise, as does their education, healthcare, and height." 

Main News

Europe

LONDON - British trade union leaders linked to the opposition Labour Party have agreed to back a second referendum on any Brexit deal reached by the next Conservative prime minister or a no-deal exit, according to a copy of the agreement seen by Reuters.

Labour leader Jeremy Corbyn last month supported holding a second referendum on any Brexit deal, but some in his party want him to unequivocally back a second vote and to commit Labour to campaigning to remain in the European Union.

The unions agreed on Monday that in a choice between a Conservative deal or a no deal and remaining in the EU, they believed Labour should campaign to remain, the text of the agreement shows.

Trade unions are Labour’s biggest financial backers and the decision will add to pressure on Corbyn, who has come under fire for trying to keep both “Leave” and “Remain” sides happy, to move the party to supporting remaining in the EU.

On Sunday, the party’s finance spokesman John McDonnell told BBC TV he wanted to campaign to remain if there were a second referendum.

Asked about the union agreement, a Labour source said Corbyn had been working to unite the party and wider Labour movement around a common agreed position.

The text of the union agreement said that if a national election were called, Labour’s position should be that it would negotiate its own exit with the EU and then that deal should be put to the public in a second referendum.

In that scenario, the choice on the ballot paper would be between Labour’s deal and remaining in the EU, the unions said, and how Labour campaigned in a second referendum would depend on the deal negotiated.

A Conservative spokesman said: “Labour promised to respect the Brexit vote, but re-running the referendum and backing remain would be an attempt to frustrate Brexit and ignore the democratic mandate to deliver it.”

 

BY Philip Pullella

VATICAN CITY - Russian President Vladimir Putin thanked Pope Francis for “very substantive” talks on Thursday, a day before Ukraine’s Catholic leaders were due at the Vatican.

Putin, who has met with Francis twice before, arrived an hour late. He had been 50 minutes late for their first meeting in 2013 and more than an hour late for their second in 2015 - highly unusual for world leaders meeting the pope.

“Thank you for the time you have dedicated to me,” Putin said at the end of 55 minutes of talks, helped by two interpreters.

“It was a very substantive, interesting discussion,” he told the pope within earshot of reporters as they were exchanging gifts in the frescoed private papal study, which Francis uses only for official occasions.

A Vatican statement said the talks concentrated on the situations in Syria, Ukraine and Venezuela.

Putin and Russian Foreign Minister Sergey Lavrov, who did not join the talks, later held a separate meeting with the Vatican’s secretary of state, Cardinal Pietro Parolin, and its foreign minister, Archbishop Paul Gallagher.

Francis gave Putin a signed copy of his peace message for this year and a large 18th century etching of St. Peter’s Square, “so you don’t forget Rome”.

Putin gave the pope a DVD of a movie about the Renaissance master painter and sculptor Michelangelo by the Russian filmmaker Andrei Konchalovsky and a large painted Orthodox icon of the apostles Peter and Paul.

Putin is scheduled to see both the Italian president and prime minister later on, and is expected to return to Moscow in the evening after an official dinner.

Ukraine, which remains a bone of contention between the Vatican and Russia, was expected to be a main topic of the men’s discussion, held in the official papal library in the Vatican’s Apostolic Palace.

When they last met in 2015, the pope urged Putin to make a “sincere and great effort” to achieve peace in Ukraine and help bring an end to fighting between government forces and pro-Russian separatist rebels in the east.


TENSIONS IN UKRAINE


On Friday, leaders of Ukraine’s Catholic Church begin two days of meetings at the Vatican to discuss various problems in their former Soviet republic.

The Ukrainian Orthodox Church, which had for centuries been effectively under the control of the Russian Orthodox Church, declared its independence and set up a national Church.

Putin has aligned himself closely with the Russian Orthodox Church and Moscow strongly opposed the move, saying it had been done for political rather than religious motives.

Three years ago, Francis held brief talks with Russian Orthodox Patriarch Kirill in Cuba — the first such meeting in history and a landmark step in healing the 1,000-year-old rift between the Western and Eastern branches of Christianity.

The meeting took place amid speculation that Putin’s visit could be a prelude to the first trip by a pope to Russia.

Mikhail Gorbachev, the last leader of the Soviet Union, and Boris Yeltsin, the first president of post-Soviet Russia, had invited the late Pope John Paul to visit.

But a trip was not possible because of tensions between the Vatican and the Russian Orthodox Church, the largest and most influential in world Orthodoxy, with 165 million of the world’s 250 million Orthodox Christians.

Since meeting Kirill, Francis visited a number of countries with predominantly Orthodox populations, including, this year, Romania, Bulgaria and North Macedonia.

 

 

 

 

LONDON - The leak of confidential memos from Britain’s ambassador to the United States in which he describes President Donald Trump’s administration as “dysfunctional” and “inept” could damage relations, a British minister said on Monday.

Trade Minister Liam Fox, who is on a visit to Washington, said he would apologise to the president’s daughter Ivanka Trump who he is due to meet during his trip.

“I will be apologising for the fact that either our civil service or elements of our political class have not lived up to the expectations that either we have or the United States has about their behaviour, which in this particular case has lapsed in a most extraordinary and unacceptable way,” he said.

“Malicious leaks of this nature are unprofessional, unethical and unpatriotic and can actually lead to a damage to that relationship which can therefore affect our wider security interest,” he told BBC radio.

AB/

ATHENS - Greece’s opposition conservatives returned to power with a landslide victory in snap elections on Sunday, and Prime Minister elect Kyriakos Mitsotakis said he had a clear mandate for change, pledging more investments and fewer taxes.

The win appeared driven by fatigue with years of European Union-enforced belt-tightening, combined with high unemployment, after the country almost crashed out of the euro zone at the height of its financial travails in 2015.

Conservative New Democracy had a commanding lead of 39.6 percent of the vote based on 73 percent of the votes counted versus 31.6 percent for incumbent leftist Prime Minister Alexis Tsipras’ Syriza, the official interior ministry tally showed.

Exit polls showed New Democracy winning between 155 and 167 seats in the 300 member parliament, taking advantage of an electoral system which gives bonus seats to the frontrunner.

Mitsotakis said in a televised address that the election outcome gave him a strong and clear mandate to change Greece.

“I am committed to fewer taxes, many investments, for good and new jobs, and growth which will bring better salaries and higher pensions in an efficient state,” Mitsotakis said.

Tsipras said he respected the will of the Greek people.

“Today, with our head held high we accept the people’s verdict. To bring Greece to where it is today we had to take difficult decisions (with) a heavy political cost,” he told journalists.

Tsipras took over from the conservatives in 2015 as Greece was at the peak of a financial crisis which had ravaged the country since 2010. Initially vowing to resist deeper austerity, he was forced into signing up to another bailout months after his election, a decision which went down badly with voters.

The handover will take place on Monday, after Mitsotakis’s swearing in as new Prime Minister.

Sunday’s poll was the first national election since the country shook off close scrutiny by its European partners who loaned Greece billions in three bailouts.

Tsipras signed up to the latest, in 2015, in return for debt relief.

Mitsotakis, 51, assumed the helm of New Democracy in 2016. Although he is regarded as a liberal, his party also harbors members with more right-wing views.

Golden Dawn, an extreme right-wing party detractors accuse of having neo-Nazi sympathies, lost significant ground with early results suggesting it may not reach the 3 percent threshold to parliament.


SNAP ELECTION


“The basic reason (for the result) is the economy,” said analyst Theodore Couloumbis. “In the past 4.5 years people saw no improvement, on the contrary there were cutbacks in salaries and pensions,” he said.

The focus now turns to Mitsotakis’s picks for the key economics ministries - finance, energy, development and foreign affairs. He has been tight-lipped on choices during the campaign.

Mitsotakis will inherit an economy that is growing at a moderate clip - at a 1.3% annual pace in the first quarter - and public finances that may fall short of targets agreed with official lenders.

The Bank of Greece projects that the 3.5% of GDP primary surplus target that excludes debt servicing outlays is likely to be missed this year and reach just 2.9% of economic output.

With Greece still challenged by its debt overhang, the fiscal policy stance of the new government will be closely watched.

The real test will be next year’s budget with Mitsotakiss expected to outline the key contours in the traditional economic address in Thessaloniki in September.

“I want the government that will be elected to do its best for the people, who are hungry,” said pensioner Christos Mpekos, 69. “To give jobs to the young so they don’t leave.”

Tsipras says that a vote cast for Mitsotakis would go to the political establishment, which forced Greece to the edge of the precipice in the first place.

But he has also been roundly criticized for mismanagement of crises and for brokering a deeply unpopular deal to end a dispute over the name of neighboring North Macedonia.

Greece wrapped up its last economic adjustment program in 2018 but remains under surveillance from lenders to ensure no future fiscal slippage. While economic growth has returned, Greek unemployment of 18 percent is the euro zone’s highest.

New Democracy has promised to invest in creating well-paid jobs with decent benefits. It has also promised to be tough on crime in some neighborhoods of Athens where there is a strong anti-establishment movement.

In one neighborhood, activists stormed a polling station and made off with a ballot box.

 

 

 

 

Mediterranean

TEL AVIV - The Falic family, owners of Duty Free Americas shops, donated at least $5.6 million to settler organizations in West Bank over past decade, and have given more money than any other donor to Prime Minister Benjamin Netanyahu

When travelers shop at dozens of duty free shops at airports worldwide, they may be paying for more than a bottle of vodka or box of chocolates.

The Falic family of Florida, owners of the ubiquitous chain of Duty Free Americas shops, funds a generous and sometimes controversial philanthropic empire in Israel that runs through the corridors of power and stretches deep into the West Bank.

An Associated Press investigation shows that the family has donated at least $5.6 million to settler organizations in the West Bank and East Jerusalem over the past decade, funding synagogues, schools and social services as well as far-right causes considered extreme even in Israel.

The Falics' philanthropy is not limited to the settlements and they support many mainstream causes in the U.S. and Israel. However, they are a key example of how wealthy U.S. donors have bolstered the contentious settlement movement. Most of the world considers Jewish settlements in the West Bank and east Jerusalem to be obstacles to peace, but Israel considers the territories "disputed."

The Falics support the ultranationalist Jewish community in Hebron, whose members include several prominent followers of a late rabbi banned from Israeli politics for his racist views, and whose movement is outlawed by the U.S. as a terrorist organization. They back Jewish groups that covertly buy up Palestinian properties in East Jerusalem, and they helped develop an unauthorized settlement outpost in the West Bank. The outpost was later retroactively legalized.

They have supported groups that are pushing for the establishment of a Third Temple for Jews at the holiest and most contested site in the Holy Land. They also have given more money than any other donor to Prime Minister Benjamin Netanyahu, a strong supporter of settlements, and have donated to other leaders of his Likud party.

In a response to Associated Press questions through his lawyer, Simon Falic, who spoke on behalf of the family, said Jews should be able to live anywhere in the Holy Land, whether it's Israel, Israeli-annexed East Jerusalem or the West Bank. He condemned violence and claimed none of the groups he supports do anything illegal under Israeli law.

"We are proud to support organizations that help promote Jewish life all over the Land of Israel," said Falic, whose business is based in Miami, Florida. "The idea that the mere existence of Jewish life in any geographical area is an impediment to peace makes no sense to us."

However, the international community overwhelmingly believes the settlements violate international law, which prohibits an occupying power from transferring its own population into the territory it occupies.

Since capturing the West Bank and East Jerusalem in the 1967 Six-Day War, the settler population has grown to about 700,000 people, roughly 10% of Israel's Jewish population. In recent years, it has received a boost from Netanyahu's pro-settler government and from a far more tolerant attitude by President Donald Trump, whose top Mideast advisers are longtime settlement supporters.

This growth has been fueled in part by fundraising arms for leading settlement groups in the United States. According to a past investigation of U.S. tax forms by Haaretz, fundraising organizations in the U.S. raised more than $230 million for settlement causes between 2009 and 2013 alone.

"Far-right foreign donors are a pillar of the settlement enterprise," said Peace Now, an Israeli anti-settlement watchdog group.

Other prominent settlement donors include casino magnate Sheldon Adelson, U.S. billionaire Ira Rennert, American financier Roger Hertog and the U.S. ambassador to Israel, David Friedman. Names of dozens of other lesser-known donors adorn buildings, playgrounds and even park benches throughout the West Bank.

But the Falics stand out for the wide scope of groups they support and their close ties with leading Israeli politicians. Critics say activities billed as harmless philanthropy have come at the expense of Palestinians.

Duty Free Americas is headed by three Falic brothers: Simon, Jerome and Leon. The chain operates over 180 stores at airports and border crossings in the U.S. and Latin America. Leon Falic told the trade publication TRBusiness that the privately held company last year posted over $1.65 billion in sales.

The family has two main charitable organizations, the U.S.-based Falic Family Private Foundation and the Segal Foundation in Israel. During the decade ending in 2017, the U.S. foundation distributed about $20 million to "various worldwide Jewish organizations," according to tax filings.

The Israeli foundation gave away roughly $15 million over that time. Financial reports do not outline recipients, but an AP analysis of the tax records of more than two dozen settlement organizations identified at least $5.6 million in donations. Other funds went to other causes, including the country's amateur American football league, a Jerusalem hospital and a Jewish seminary in northern Israel.

Perhaps the Falics' most controversial activity is in Hebron, a city where several hundred ultranationalist settlers live in heavily guarded enclaves amid some 200,000 Palestinians.

Relations between the populations are tense, and some of the Jewish leaders are followers of the late Rabbi Meir Kahane, whose "Kach" party was outlawed in Israel in the 1980s for calling for a mass expulsion of Arabs from the country. The U.S. also branded Kach a terrorist group.

According to the AP analysis, the Falics donated roughly $600,000 to "Hachnasat Orchim Hebron," a group that hosts visitors to the Jewish community. Baruch Marzel, a former aide to Kahane, is deeply involved.

Falic said his connections to Marzel were primarily through a "beautiful project" that distributes snacks to Israeli soldiers protecting the residents of Hebron.

"While I may not agree with everything he has said, the work we have done that has been affiliated with the Hebron community has been positive, non-controversial and enhances Jewish life in the Hebron area — which we strongly support," he said.

Issa Amro, a Palestinian activist in Hebron, disagrees. He said the seemingly harmless project serves the settler cause at the expense of Palestinians.

"We are suffering from settler violence," he said. "When I tell the soldiers 'protect me,' they tell me 'we are not here to protect you. We are with our own people, who are the settlers.'"

 

 

MOSCOW - Turkey is moving special forces and military equipment to its border with Syria, the Anadolu news agency reported on Friday, after Turkish forces shelled the Syrian army's positions in Idlib.

A convoy of armoured vehicles and special forces units have arrived in Reyhanli and Kirikhan cities in Turkey's southern province of Hatay on the border with Syria, according to the local media.

The shelling by the Turkish forces came a day after a Turkish soldier had been killed in an attack on a Turkish observation post in Idlib. The Turkish Defence Ministry has said that the shelling had been carried out from the territory controlled by the Syrian government and was deliberate.

Reuters reported late on Thursday, citing the Turkish Defence Ministry, that Russia's Ankara attache had been summoned after the attack on the observation post. The Russian Embassy in Ankara declined to comment on the matter.

Last year, Russia and Turkey agreed a deal that created a demilitarised zone in Idlib along the contact line between the armed opposition and the government forces.

 

GENEVA - The heads of 11 global humanitarian organizations warned on Thursday that the embattled rebel-held province of Idlib in Syria, stands on the brink of disaster, with three million civilian lives at risk, including one million children.

In a direct video address to launch a worldwide campaign in solidarity with civilians trapped there, dubbed #TheWorldIsWatching, the humanitarian leaders said that they face the constant threat of violence. “Too many have died already” and “even wars have laws” they declared, in the face of multiple attacks by Government forces and their allies on hospitals, schools and markets, together with fierce resistance from extremist fighters that have gained control of much of the territory.

“Idlib is on the brink of a humanitarian nightmare unlike anything we have seen this century”, they warn.

UN relief chief and Humanitarian Coordinator, Mark Lowcock, said that “our worst fears are materializing…Yet again innocent civilians are paying the price for the political failure to stop the violence and do what is demanded under international law – to protect all civilians.

A huge influx of civilians - many displaced by fighting during urban offensives in places such as Aleppo and eastern Ghouta – has seen the northwestern Governorate double in population since 2015.

At least 330,000 have been forced to seek shelter elsewhere within the region, during the huge uptick in violence of the past two months. Many of them have nowhere left to run.

“Our campaign expresses solidarity with the families under attack and tells everyone that we are watching and witnessing what is happening”, said OCHA chief Lowcock.


‘Universal principles and values must prevail’: Rochdi


With more than 300 civilians have been killed in the so-called de-escalation area in northwestern Syria since the latest Government offensive, including many women and children, said the Senior Humanitarian Adviser on Syria, Najat Rochdi.

During a Syria Humanitarian Taskforce meeting in Geneva on Thursday, she noted the ambulance that had been hit by aerial bombardment just last week, and the death of three medical workers, who had been attempting to rescue a female patient who also died, while they were trying to reach a local hospital.

“Everything needs to be done to protect civilians”, she said. “Universal principles and values must prevail when so many innocent lives are at stake.”

In Rukban camp on the Jordanian border, she said around 27,000 displaced civilians still lacked the most basic services, in dire need of assistance. “We continue to call for humanitarian access to Rukban to be able to deliver life-saving aid and to assist those who would like to leave”, she added.


UN envoy urges Russia and Turkey to ‘stablize’ Idlib


The UN Special Envoy for Syria, on Thursday urged the Security Council to “work at the highest level to stabilize the situation in Idleb” as the guarantors of the de-confliction zone in and around Idlib, set up last September.

Gier Pedersen told the Council that both countries “have reassured me that they remain committed” to the Memorandum of Understanding and had set up a working group.

“We must see this assurance reflected on the ground” said the Envoy, adding that he hoped Syria would be a main item for discussion at this weekend’s G20 Summit of nations, taking place in Japan.

“We hope that Russia and the United States can build on recent talks and deepen their dialogue at the highest level too”, he said, noting that five international armies were still present in war-torn Syria, making the need for a nationwide ceasefire critical.

Mr. Pedersen also highlighted the “significant presence” of terrorist group, Hayat Tahrir al-Sham inside the de-escalation area as another major drawback: “Its attacks must cease. But all due protection must be afforded to the up to three million civilians in Idlib.

“Undoubtedly, there is no easy solution for Idlib. But the only way to find one, is for hostilities to stop, and for key stakeholders to engage in a cooperative approach towards countering terrorism – an approach that safeguards the protection of civilians.”

AB/

MOSCOW - Bahrain hosted a two-day forum on 25-26 June, which sought to encourage rich Arab countries to invest in Palestinian projects as part of US President Donald Trump’s "deal of the century".

Russian Foreign Ministry on Thursday lambasted the US approach to the Palestine-Israel settlement presented at a workshop in Manama, Bahrain.

According to the ministry, the US stance on the issue appears 'counterproductive'.

The ministry lamented the fact that the issues of relaunching direct Palestine-Israeli negotiations as well as the creation of an independent Palestinian state within its 1967 borders were excluded from the talks in Manama.

 

 

North Africa

GENEVA - “As a priority, we ask that 5,600 refugees and migrants currently held in centres across Libya be freed in an orderly manner and their protection guaranteed” the UN refugee and migrants chiefs said in a joint statement.

The call comes in response to the 3 July airstrikes on the Tajoura Detention Centre in the eastern suburbs of the Libyan capital, Tripoli, which killed more than 50 migrants and refugees and injured more than 130, despite the location of the centre being known by both sides of the ongoing conflict in the country.

António Vitorino, Director General of the International Organization for Migration (IOM), and UN High Commissioner for Refugees Filippo Grandi, insisted that the international community should “consider the protection of the human rights of migrants and refugees a core element of its engagement in Libya”, pointing out that they have appealed to the European Union and African Union to prevent a repeat of the “tragedy”.

If the protection of refugees and migrants in Libya cannot be guaranteed, said the UN officials, they must be evacuated to other countries. For this to be possible, countries, they said, must provide more evacuation and resettlement places, and extra resources.

Mr. Vitorino and Mr. Grandi called for Libya to end the practice of detaining refugees and migrants rescued at sea, and consider alternatives, such as allowing them to live in the community, in open spaces, or establishing semi-open safe spaces such us the Gathering and Departure Facility run by the UN High Commission for Refugees (UNHCR).

Some 400 survivors of the airstrike have been moved to the Facility, they continued, which is now badly overcrowded. UNHCR is working to evacuate them from Libya, particularly the most vulnerable.

Libya ‘cannot be considered a safe port’

Some 50,000 registered refugees and asylum seekers, and an estimated 800,000 migrants, are currently living in Libya, and many remain detained in the country where “sufferings and human rights abuses continue”.

People rescued from the Mediterranean, said the UN officials, should not be taken to Libya, because it “cannot be considered a safe port”, and ships from European countries should resume search and rescue operations which have saved thousands of lives.

Commercial vessels should not be directed to bring rescued passengers back to Libya, the statement continues, and NGO boats which have attempted to take on similar operations must “not be penalized for saving lives at sea”.

Support to Libyan authorities, they conclude, should be conditional on an end to arbitrary detention of refugees and migrants, and a guarantee that human rights will be upheld. “Without this guarantee, support should be halted.”

 

 


ALGIERS - The speaker of Algeria's lower house of parliament resigned Tuesday, an official told AFP, following calls for him to quit by demonstrators.

"Mouad Bouchareb resigned this morning from his post as speaker of the lower chamber," said Abdelhamid Si Affif, president of parliament's foreign affairs commission.

Bouchareb, the former head of the ruling National Liberation Front (FLN) parliamentary group, was elected to the post in October 2018.

No reason was given for his decision to quit, which led to the cancellation of Tuesday's planned closing session of the lower house.

Despite his relatively low-profile role, Bouchareb had drawn the ire of protesters rallying against the country's ruling elite.

Mass rallies against veteran president Abdelaziz Bouteflika began in February and forced the ailing leader to quit in early April.

But demonstrators have kept up their protests ever since, pushing for key backers of Bouteflika during his 20-year rule to step down.

Plans to elect Bouteflika's successor on July 4 were scrapped after the only two candidates were rejected.

Interim president Abdelkader Bensalah, former speaker of the upper house, is constitutionally due to stay in his post only until July 9.

With no clear solution to the political crisis, demonstrators took the streets again Friday demanding the establishment of independent institutions.

Protesters are calling for transitional bodies to be set up, sweeping aside Bouteflika loyalists such as army chief Ahmed Gaid Salah who had backed the July polls.

 

 

 

ANKARA - Turkey's Defense Minister Hulusi Akar says Ankara will retaliate against any attack by militia fighting for renegade Libyan General Khalifa Haftar, who has ordered to target Turkish interests in Libya.

"There will be a very heavy price for hostile attitudes or attacks. We will retaliate in the most effective and strong way," Turkish state news agency Anadolu quoted Akar as saying in reference to potential attacks by Haftar's forces.

"It should be known that we have taken all kinds of measures to deal with any threat or antagonistic action against Turkey," he added.

The minister also said Turkey's efforts in Libya sought to "contribute to peace and stability in the region."

Haftar has ordered his self-styled Libyan National Army (LNA) to target Turkish ships and companies, ban Turkish flights, and arrest Turkish nationals in Libya.

Turkey supports Libya's internationally-recognized government in Tripoli, which has been under assault by Haftar's forces trying to seize the capital for three months.

Turkey has supplied drones and trucks to the forces allied to UN-backed Prime Minister Fayez al-Serraj, while the LNA has received support from the United Arab Emirates and Egypt, according to diplomats.

Libyan government forces recently dealt a major blow to the LNA by retaking the strategic town of Gharyan, a supply line for Haftar's forces on the Tripoli front.

Haftar's offensive has upended UN-led plans to stabilize Libya after years of conflict that have left the oil-rich nation divided and caused living standards to plummet.

Libya has been the scene of increasing violence since 2011, when former dictator Muammar Gaddafi was toppled from power after an uprising and a NATO military intervention. His ouster created a huge power vacuum, leading to chaos and the emergence of numerous militant outfits, including the Daesh terrorist group.

Algiers - The Algerian authorities have arrested a well-known veteran of the war of independence against France after he reportedly criticised military chief Ahmed Gaid Saleh.

Lakhdar Bouregaa, 86, was arrested at his home in the upscale Hydra neighbourhood overlooking Algiers on Saturday and taken to a intelligence services base, grandson Imad Bouregaa said.

Bourega said that his grandfather was arrested for saying Gaid Salah wanted to impose his own candidate in presidential elections but state TV said he had insulted a state body and undermining army morale.

The prosecution charged the 86-year old man of demoralizing the army in times of peace, and harming the national defense, state-run news agency APS reports.

In comments to DzVid news website, Lakhdar Bouregaa had accused army Chief of Staff, Ahmad Gaid Saleh, of wanting to impose his candidate in presidential elections, following the resignation early April of former leader Abdelaziz Bouteflika, according to his grandson, Imad Bouregaa.

“My grandfather said that Gaid Salah wanted to impose his own candidate in presidential elections” to replace Bouteflika.

Algeria is currently led by an interim president whose mandate ends this month. The initial July 4 elections have been scrapped after the Constitutional Council rejected the only two candidacies it received.

Gaid Salah, a key mastermind of Bouteflika’s resignation has become the country’s strongman. The Chief of Staff has assigned the justice to drive a purge against members of Bouteflika’s entourage. The sweeping campaign has targeted several prominent figures including politicians, businessmen and army officers.

Gaid Salah has called for elections to elect a new leader warning that the North African country could find itself in a constitutional vacuum.

Lakhdar Bouregaa fought as commando in the National Liberation Army and was founder of the Front for Socialist Forces (FFS) in 1963.


 

 

Research Papers & Reports

NEW YORK - There are vast inequalities across countries, and among the poorer segments of societies, says a new UN report.

The 2019 global Multidimensional Poverty Index (MPI) from the UN Development Programme (UNDP), shows that, in the 101 countries studied – 31 low income, 68 middle income and 2 high income – 1.3 billion people are “multidimensionally poor”(which means that poverty is defined not simply by income, but by a number of indicators, including poor health, poor quality of work and the threat of violence).


Poverty is everywhere, inequality within countries is ‘massive’


“Action against poverty is needed in all developing regions”, the report states, noting that Sub-Saharan Africa and South Asia are home to the largest proportion of poor people, some 84.5 per cent.

Within these regions, the level of inequality is described as “massive”: in Sub-Saharan Africa it ranges from 6.3 per cent in South Africa to 91.9 per cent in South Sudan. The disparity in South Asia is from 0.8 per cent in the Maldives, to 55.9 per cent in Afghanistan.

Many of the countries studied in the report show “extensive” internal levels of inequality: in Uganda, for example, the incidence of multidimensional poverty in the different provinces, ranges from six per cent in Kampala, to 96.3 per cent in Karamoja.


Children bear the greatest burden


Over half of the 1.3 billion people identified as poor, some 663 million, are children under the age of 18, and around a third (some 428 million) are under the age of 10.

The vast majority of these children, around 85 per cent, live in South Asia and Sub-Saharan Africa, split roughly equally between the two regions. The picture is particularly dire in Burkina Faso, Chad, Ethiopia, Niger and South Sudan, where 90 per cent or more of children under the age of 10, are considered to be multidimensionally poor.


Signs of progress towards poverty reduction


One section of the report evaluates the progress that is being made in reaching Goal 1 of the UN’s 2030 Agenda for Sustainable Development, namely ending poverty “in all its forms, everywhere”.

The report identifies 10 countries, with a combined population of around 2 billion people, to illustrate the level of poverty reduction, and all of them have shown statistically significant progress towards achieving Goal 1. The fastest reductions were seen in India, Cambodia and Bangladesh.

Speaking ahead of the launch, Pedro Conceição, Director of the Human Development Report Office at UNDP, told UN News that the report “gives a more comprehensive picture of poverty, and gives an indication of where to target policies that may address the dimensions in which people are deprived, whether it’s education, health, or other aspects that could enable people to be lifted out of poverty if these investments are made.”

However, the report notes that no single measure is a sufficient guide to both inequality and multidimensional poverty, and that studies such as the MPI, Human Development Index, and Gini coefficient (which measures countries’ wealth income distribution), can each contribute important and distinctive information for policy action to effectively reduce poverty.

 

 

 

By Thomas Wright, Brookings, 11 July 2019


Editor's Note: In forcing the ouster of British ambassador to the U.S. Sir Kim Darroch, President Trump sends a clear message: everything is transactional, argues Thomas Wright. This piece originally appeared in The Atlantic.


Theresa May did everything she could to accommodate Donald Trump. She was the first leader to visit him as president. She offered him a state visit to the United Kingdom at a much earlier stage in his tenure than his predecessors had received one. She uttered nary a word of criticism of his administration. She had a foreign secretary, Boris Johnson, who Trump likes. She accepted without protest when Trump’s decisions went against her advice—on climate change and the Iran deal, in particular.

Trump actively undermined May on at least a dozen occasions—whether by interfering in investigations into terrorist attacks or criticizing her Brexit strategy—but every single time, the prime minister turned the other cheek. She went out of her way to make the state visit a success. The president brought his extended family to London and seemed to treasure every moment. Trump could not have wished for a prime minister who was less demanding or more sycophantic.

Trump gave May nothing in return. Her government’s extraordinary generosity and tolerance of the intolerable could not even save the U.K.’s ambassador, Kim Darroch, from the president’s wrath. After the ambassador’s cables were leaked to the Daily Mail, Trump denounced him as a “pompous fool” who had not served the U.K. well. He declared that his administration would no longer deal with him. Darroch was immediately disinvited from a White House dinner with the emir of Qatar. He resigned this morning.

This brings U.S.-U.K. relations to a new postwar low. The president’s casual cruelty toward friends and the failure of Darroch’s many friends inside the Trump administration to say anything publicly on his behalf speak volumes about how much value the Trump administration places on alliances.

Darroch’s crime was to state the obvious: that the Trump administration is inept and dysfunctional. Gérard Araud, who served as France’s ambassador to the United States for four years, told me that “anyone who has any experience of Washington would agree” with Darroch’s assessment. “There is no bureaucratic process anymore,” Araud said. He offered Syria as an example: “When Trump announced the withdrawal of U.S. forces, nobody in the administration—not Bolton, not the head of the CIA, not the chairman of the Joint Chiefs—knew he would take this decision. They did not know what it meant. Syria was just one of countless examples. Trump makes these decisions from the hip. No one knows what he will decide or what will happen the day after.”

The administration’s brazen hypocrisy on what is expected of ambassadors is unsurprising but still shocking. Gordon Sondland, the U.S. ambassador to the European Union, has been scathing in his criticism of Brussels, calling the European Commission “out of touch with reality” and “off in the clouds.” In a New Year’s Eve interview on BBC Radio 4, Woody Johnson, the U.S. ambassador to the U.K., said he had traveled throughout the United Kingdom and found the people desperate for new leadership. Richard Grenell, the U.S. ambassador to Germany, began his term by calling for the United States to shame Germany on defense spending, and said he wanted to empower Trumpian conservatives in Europe. And this is what they have said on the record. One can only imagine their private briefings to the president.

I asked Araud if the United Kingdom should retaliate by restricting the U.S. ambassador’s level of access in London. He responded with a resounding no. There would be no reciprocity. “The U.S.” he said, “is playing in a different category. Ultimately, politicians do not care about ambassadors. They will not create an existential crisis over the fate of a diplomat. If necessary, they will make the sacrifice.” Darroch “is the victim of a political game in London.” Araud acknowledged that if his own cables had been leaked while he served as ambassador, he would have been recalled to Paris after a short interval. For this reason, he took extraordinary precautions in how he communicated his private impressions of the Trump administration to Paris.

There are important lessons to be learned. For the United Kingdom’s next prime minister, it is obvious that flattery and sycophancy are not enough when dealing with Trump. In one cable, Darroch noted that Angela Merkel and Emmanuel Macron were busy distancing themselves from Trump but warned London: “I don’t think we should follow them.” He was wrong. The United Kingdom needs to fight its own corner. Trump respects only power and leverage.

The problem for London, as Araud told me, is that “the U.K. is trapped by Brexit.” Its positions on Iran, climate, and trade are almost identical to those of continental Europe, but it is leaving Europe and so has no natural allies to turn to. The United Kingdom hoped to survive because of the special relationship, but in Trump’s Washington, Araud said, “alliances don’t matter and there is no sentimentality. The past is increasingly irrelevant.” It’s not just Trump. “Americans are not romantic; all that matters is what you are doing.”

Boris Johnson may believe that he gets on with Trump, but when he is in power, he will find that his personal rapport buys him nothing of substance. He needs leverage. He needs to be transactional. He is dealing with a man without honor.

 

International Crisis Group, 12 July 2019


Somalia and Somaliland have been at odds since the latter’s 1991 declaration of independence, which the former rejects. The dispute has cooled after heating up in 2018, but lingering tensions could threaten regional stability. To restart dialogue, the two sides should meet for technical talks.

 

What’s new? Relations between Somalia and Somaliland, while back from the brink after a difficult 2018, remain tense. International actors are leading efforts to revive dialogue between the two sides.

Why does it matter? Absent progress toward dialogue, the parties’ relationship is likely to deteriorate in ways that could endanger regional stability.

What should be done? The two sides should agree to technical talks as a step toward negotiations on more sensitive political subjects. These talks should focus on security and economic issues where tangible gains can build mutual confidence. Discussing Somaliland’s political status could create counterproductive dynamics, including with Gulf states, and should happen later.


Executive Summary


Tensions between Somalia and Somaliland remain high. The core bone of contention is still Somaliland’s political status in light of its 1991 declaration of independence, which Somalia rejects. Relations frayed in 2018 when troops from Somaliland and Puntland, a semi-autonomous regional state in Somalia notionally loyal to the federal government in Mogadishu, clashed over disputed territory. Somaliland’s deal with an Emirati conglomerate and Ethiopia to manage its main port – which Mogadishu saw as challenging its claim to sovereignty there – deepened antagonism. But frictions have eased in 2019, and outside pressure has created some momentum toward renewed negotiations between the two sides, which last gathered to talk in 2015. The two sides should meet for technical talks, focusing on security and economic matters of mutual concern, and avoiding for now the polarising issue of Somaliland’s political status. A neutral party such as the African Union ought to convene the talks, so that none of the many states vying for regional influence sees the mediation as threatening its interests.

Getting back to talks will likely not be easy. In addition to historical grievances and decades of separate rule, efforts to restart dialogue face political opposition on both sides. With parliamentary and presidential elections approaching in 2020 and 2021, respectively, Somalia’s President Mohamed Abdullahi Mohamed “Farmajo” is particularly susceptible to pressure from his nationalist support base to shy away from talks and the give-and-take they may entail. Somaliland leader Muse Bihi, a former rebel commander who fought against the government in Mogadishu in the late 1980s, is less open to compromise than his predecessor. He will also face political pressure from hardline separatists, including other former insurgents, for whom any concession to Somalia is anathema.

Moreover, Gulf states could very well use their influence with leaders and others in Somaliland and throughout Somalia (including in its federal member states) to play the spoiler if talks are not carefully designed to take their interests into account. The United Arab Emirates (UAE) in particular enjoys close relations with the Somaliland government in Hargeisa and is unlikely to welcome a negotiation in which Somaliland is pressed to yield decision-making power to Mogadishu on issues that affect its interests. The Emiratis would likely prefer to engage on weighty matters with Somalia after its next elections in the hope of dealing with a federal government more sympathetic to their concerns.

But there are issues short of Somaliland’s political status that the two parties could meaningfully tackle to the benefit of both. Some relate to security. Defeating Al-Shabaab’s Islamist insurgency will require Mogadishu and Hargeisa to share intelligence and pool resources. And calming the volatile military standoff between Somaliland and Puntland over contested territories along their border will require Hargeisa to commit to de-escalation and Mogadishu to support, as it did in 2018, UN-led mediation efforts.

Other mutual interests are economic in nature. Agreements on freedom of movement and trade are essential in order for businesses in Somalia – especially livestock farmers – to benefit from the upgrade of Somaliland’s Berbera port and development of the trade corridor between it and Ethiopia’s capital, Addis Ababa. Both Somalia and Somaliland also have incentives to cooperate on sharing the benefits of debt relief packages under discussion with international financial institutions and on negotiating access to shared territorial waters for companies interested in oil and gas exploration.

Given high levels of suspicion between Somalia and Somaliland, international mediation will be crucial to achieving progress, but roles need to be assigned carefully. While Turkey and Ethiopia have been diplomatically very active in both Mogadishu and Hargeisa, neither is ideally positioned to play the lead role. Turkey’s relationship with Saudi Arabia, which also has deep interests in both Somalia and Somaliland, is too fraught. And despite Ethiopia’s recent improvement of ties with the Farmajo administration, it has historically enjoyed too close a relationship with Somaliland for Mogadishu to trust it fully.

The most promising approach might be for the African Union to convene the talks, ask an eminent statesperson to lead them and solicit technical assistance from a “group of friends” that might include countries like Turkey, Ethiopia, Sweden and Switzerland – which have been at the forefront of efforts to encourage talks – as well as the European Union.

The time for serious discussions about Somaliland’s political status will likely come after Somalia’s next elections. But waiting until then to have any talks at all would be dangerous: tensions between the two sides persist, regional powers are competing for advantage at a cost to local stability, and Somaliland and Puntland remain at loggerheads as forces gather in border areas. Against this backdrop, drifting along with no movement toward reconciliation raises risks of conflict. Engaging in technical talks about common security and economic challenges might help defuse those tensions and could build mutual confidence and create good-will for the more difficult negotiations down the road.

Nairobi/Brussels, 12 July 2019

 

By Siemon T. Wezeman, SIPRI, June 2019


Since 1993 states have been asked to annually report exports and imports of major arms to the United Nations Register of Conventional Arms (UNROCA) as a transparency mechanism to prevent destabilizing accumulations of arms. UNROCA has been a partial success with most states participating at least once since 1993.

However, reporting to UNROCA has never been universal and has in recent years dropped to barely 25 per cent of UN member states—the lowest levels since 1993. Participation from states in regions with international tensions and conflict has been particularly low. UNROCA reports also continue to suffer from various quality problems.

This paper focuses on reporting for 2017, the most recent reporting year, as indicative for both the problems of participation and quality. Despite the problems and ‘competition’ from a similar reporting system under the Arms Trade Treaty (ATT), UNROCA remains the only global transparency instrument for arms transfers. However, it needs to be reinvigorated and expanded in scope.

 

Contents

 

I. Reporting trends

II. Assessing the quality of reporting for 2017

III. Conclusions

 

ABOUT THE AUTHOR(S)/EDITORS


Siemon T. Wezeman is a Senior Researcher with the SIPRI Arms Transfers and Military Expenditure Programme.

To download the full report, visit: https://mail.aol.com/webmail-std/en-us/basic#

 

Africa

KIGALI/KAMPALA - A coalition of East African citizen groups announced Tuesday they were suing Uganda and Rwanda in a regional court for financial losses resulting from a border dispute between the feuding nations.

Trade has been severely disrupted since late February when Rwanda abruptly closed the border with its northern neighbour, severing a major economic land route used daily by merchants and businesspeople on both sides.

The closure followed months of rising acrimony between Rwanda's Paul Kagame and Uganda's Yoweri Museveni, former allies turned foes who have exchanged public accusations of spying in each other's territory.

Apart from a brief interlude in June the frontier has remained shut, damaging the local economies of both countries reliant on cross-border trade to survive.

Three civil society groups, on behalf of communities along the border, said they had filed a complaint with the East African Court of Justice demanding reparations from Uganda and Rwanda for their losses.

The court, in the northern Tanzanian town of Arusha, was set up to rule on matters of the East African Community (EAC) — a six-member bloc including Rwanda and Uganda as well as Tanzania, Burundi, Kenya and South Sudan.

Sheila Kawamara-Mishambi, executive director of the East African Sub-regional Support Initiative for the Advancement of Women, one of the complainants, told AFP the attorney generals of both countries had been served with court papers "over the continued arbitrary border closure".

In a statement, the coalition said the blockade contravened the treaty terms of the EAC concerning freedom of trade and movement over the border.

"The court should declare that this impunity must not be allowed to happen anywhere else within the EAC," the statement read.

The closure has "far reaching effects on the lives and livelihoods of the business community, and has caused social and emotional distress among the local people, anguish and dislocation of families, deaths among others", it continued.

The coalition said it had received statements from 400 citizens affected by the blockade, and demanded that they be "adequately compensated" for their losses.

Analysts say the spat between Kagame and Museveni risks not only economic integration but stability in the strife-prone region.

 

ABUJA - A planned common currency for 15 western Africa states boasting a market of 385 million people that will come to force next year will be known as the ECO.

Leaders of the member states of the Economic Community of West African States, known as ECOWAS, formally agreed on the name at the end of a summit in Abuja Nigeria.

The single currency is expected to boost cross border trade between Benin, Burkina Faso, Cape Verde, Gambia, Ghana, Guinea, Guinea-Bissau, Ivory Coast, Liberia, Mali, Niger, Nigeria, Senegal, Sierra Leone and Togo.

Eight ECOWAS countries - Benin, Burkina Faso, Guinea-Bissau, Ivory Coast, Mali, Niger, Senegal and Togo - currently use the CFA franc but the other seven have own currencies that are not freely convertible.

AB/

ADDIS ABABA - African countries have joined the list of nations seeking an end to a United States veto on judicial appointments at the World Trade Organization (WTO), leaving Washington isolated on the matter.

A statement from the African Group of 43 countries that was circulated on Wednesday in New York confirms a large majority of WTO member states - 114 out of 163 - now openly oppose the US position.

The US is blocking new appointments to the WTO's dispute appeals tribunal which has potential to override US law and comes after several rulings went against US tariffs.

AB/

NOUAKCHOTT - Mauritania's electoral commission announced Sunday that ruling party candidate Mohamed Ould Ghazouani had won the presidential election with 52 percent of the vote, Reuters reported. His nearest rival, anti-slavery campaigner Biram Dah Abeid, came reportedly second with 18.58 percent.

The vote took place on Saturday. Mauritania's government reportedly declared Ghazouani's victory ahead of the official announcement of the country's electoral commission.

In March, Mauritania’s Defence Minister Ghazouani announced that he would run in the upcoming presidential election, vowing to "to preserve the territorial belongings, strengthen national unity and social integrity, improve the status of women and achieve economic progress".

The election was the first in the northwestern African country's history to choose a successor to a democratically elected president since independence from France in 1960. Former Mauritanian President Mohamed Ould Abdel Aziz stepped aside after serving the maximum two five-year terms in the country.

Abdel Aziz has been reportedly criticized for not tackling the country's most grievous injustice - the persistence of slavery.

Mauritania continues suffering from slavery, a phenomenon dating back to times when Arab tribes bought slaves as if they were horses or camels and inherited them, but is driven in the 21st century by chronic poverty and the illiteracy of former slaves, as well as insufficient government protection of these vulnerable people.

Slavery in this northwestern African country was banned by presidential decree in 1981, which freed a special caste of Haratins from their masters. A lack of law enforcement and a painful historical legacy contribute to a continuation of the deeply-rooted practice.

As a result, children of former slaves returned to work for their parents’ masters, being incapable of making their living amid a lack of government support and effective labor legislation, as well as illiteracy, acute poverty, and marginalization created by centuries-old slave practices.

AB/

Francais

 

Que se passe-t-il ? En février, le gouvernement de la République centrafricaine a signé un accord avec les groupes armés qui contrôlent de larges portions du territoire, s’engageant à intégrer certains de leurs combattants dans de nouvelles unités de l’armée et à faire entrer leurs dirigeants au gouvernement. Cet accord bénéficie d’un large soutien international, mais la violence fait encore rage dans les provinces.

En quoi est-ce significatif ? Le gouvernement, l’Union africaine et les Nations unies ont beaucoup investi dans cet accord, qui a aussi le soutien des pays voisins. Si les responsables centrafricains y mettent du leur, il devrait être possible de mettre un terme à six années de violence généralisée.

Comment agir ? Le gouvernement devrait établir des critères clairs pour évaluer la conduite des groupes armés ; il devrait écarter du gouvernement les chefs de groupes qui ne les respectent pas. Le gouvernement et les acteurs internationaux devraient soutenir les initiatives de paix locales. Le Tchad et le Soudan devraient user de leur influence sur les groupes armés pour qu’ils cessent leurs abus.

 

Synthèse

 

Quatre mois après la signature d’un accord de paix, facilité par l’Union africaine, entre le gouvernement de la République centrafricaine (RCA) et quatorze groupes armés, sa mise en œuvre reste incomplète. Les unités mixtes prévues par l’accord, qui seraient composées de combattants des groupes armés et des forces armées nationales, pourraient contribuer à accélérer la démobilisation, mais leur mise en place s’avère difficile. Le nouveau gouvernement, qui a accordé aux représentants des groupes armés des postes importants au niveau national et local, est loin de faire l’unanimité auprès d’une population qui souhaite avant tout voir les niveaux de violence et de prédation diminuer. S’il semble nécessaire de faire des compromis avec des groupes puissants, le gouvernement et ses alliés internationaux devraient établir des critères de conduite clairs conditionnant l’accès de leurs représentants à des postes gouvernementaux. Le gouvernement et ses alliés devraient aussi soutenir les initiatives de paix locales, qui ont permis dans certains cas de négocier des trêves, de résoudre des litiges et de réduire la violence dans les provinces où les groupes armés sont actifs. Les acteurs internationaux devraient maintenir la pression sur les voisins de la RCA pour qu’ils poussent ces groupes à cesser les abus.

L’accord, négocié à Khartoum et signé à Bangui le 6 février, est au moins le sixième accord conclu avec les groupes armés depuis que certains d’entre eux se sont emparés de la capitale centrafricaine en 2013, provoquant une crise qui perdure encore aujourd’hui. Facilité par l’Union africaine, avec le concours des voisins de la RCA, cet accord est le fruit des efforts des hauts diplomates de l’organisation régionale pour ramener dans le giron de l’Union africaine (UA) une initiative parallèle de la Russie et du Soudan qui, à la mi-2018, a failli anéantir les efforts internationaux de médiation. Comme d’autres accords signés par le passé, il expose les principales causes du conflit, engage les parties à résoudre pacifiquement les différends et les groupes armés à désarmer. Cet accord comprend également deux autres dispositions notables. Premièrement, il prévoit la création d’unités spéciales mixtes de sécurité réunissant certains combattants issus de groupes armés et des formations de l’armée. Deuxièmement, le président de la RCA, Faustin-Archange Touadéra, s’y engage à former un « gouvernement inclusif », ce qui, pour les médiateurs de l’Union africaine et les groupes armés eux-mêmes, implique de faire une plus grande place à ces derniers au sein du gouvernement.

La mise en œuvre de ces dispositions s’est vite heurtée à plusieurs obstacles. Les unités mixtes de sécurité pourraient contribuer à la démobilisation des groupes armés, certains combattants intégrant l’armée et d’autres retournant à la vie civile. Mais les divergences d’interprétation concernant les structures de commandement de ces unités et la réticence des groupes armés à engager des combattants dans un désarmement pérenne ont entravé leur formation. L’idée d’un gouvernement inclusif s’est avérée particulièrement controversée. Le 3 mars, le nouveau Premier ministre du Président Touadéra a formé un cabinet accordant quelques postes, tous relativement mineurs, à des représentants des groupes armés. Les groupes s’y sont opposés et ont menacé de sortir de l’accord. Après une réunion d’urgence avec les chefs des groupes armés au siège de l’Union africaine à Addis-Abeba, le Premier ministre a nommé un nouveau gouvernement fin mars. Les groupes armés se sont vus confier de nombreux postes ministériels, ainsi qu’au sein des gouvernements locaux dans des zones sous leur contrôle. La réaction à Bangui a été vive : beaucoup ont considéré ces postes comme une concession inacceptable faite aux groupes armés.

A ce jour, cet accord a porté quelques fruits. Il a permis d’attirer à nouveau l’attention de la communauté internationale sur la RCA et d’unir les diplomates derrière un effort conjoint de médiation. La participation des pays voisins, et en particulier du Tchad, aux pourparlers et au comité établi pour suivre la mise en œuvre de l’accord, pourrait les pousser à persuader les groupes armés qui recrutent et s’approvisionnent chez eux à réduire les abus. Etant donné qu’il y a quelques années, ces groupes exigeaient des amnisties et menaçaient de marcher sur Bangui, le simple fait de les avoir réunis autour de la table des négociations est une avancée.

Il est néanmoins difficile de dire si cet accord a permis de réduire la violence. L’accalmie observée dans les combats de forte intensité au cours des mois qui ont suivi la signature de l’accord pourrait aussi bien s’expliquer par le début de la saison des pluies. La violence quotidienne n’a que très peu diminué dans les provinces. Le 21 mai, un des groupes signataires de l’accord a perpétré une attaque qui a tué des dizaines de civils dans le Nord-Ouest. En outre, s’il appelle au désarmement, cet accord n’amorce aucune piste pour couper court aux affrontements entre les groupes armés, qui sont plus fréquents que ceux entre ces groupes et les forces armées régulières ou les Casques bleus de l’ONU. De fait, de nombreux détails restent encore à définir. Par conséquent, nombreux sont ceux, à Bangui, qui considèrent que l’accord a eu jusqu’à présent pour effet principal de récompenser de dangereux miliciens avec des postes gouvernementaux, sans apparente contrepartie.

Bien que des compromis avec les groupes armés les plus puissants soient nécessaires, le gouvernement et l’Union africaine devraient au moins exiger que ceux-ci honorent leurs engagements en échange du pouvoir qui leur a été concédé au sein du gouvernement. Le risque, énoncé par certains responsables de l’Union africaine, qu’une telle approche pousse les groupes armés à sortir de l’accord et déclenche une flambée de violence, semble surestimé. Les principaux groupes armés sont moins motivés par les postes gouvernementaux que par leur emprise territoriale. Les risques peuvent également être atténués par une approche qui verrait le gouvernement et ses partenaires internationaux compléter le dialogue mené à l’échelle nationale par des initiatives de paix au niveau local.

Les mesures suivantes pourraient contribuer à ce que l’accord mène à une amélioration de la situation sur le terrain :

Le gouvernement, de concert avec les garants de l’accord et les Nations unies, et, si possible, avec le consentement des groupes armés, devrait chercher à établir des critères que ces groupes devraient respecter pour garder leurs postes au gouvernement. Si aucun consensus n’est possible, le gouvernement et les acteurs internationaux devraient imposer leurs propres critères, sur la base des dispositions de l’accord, en les détaillant davantage et en fixant un calendrier précis. Dans un premier temps, ces critères pourraient inclure la réduction de la violence des groupes armés, la possibilité pour les représentants de l’Etat de se déployer dans les provinces et la liberté pour les organisations humanitaires de travailler sans entrave. Par la suite, ces critères devraient également comprendre des mesures de démobilisation, y compris à travers la participation à des unités mixtes de sécurité. Il importe de signaler que ces critères intègreraient également le principe de réciprocité dans les négociations.

Là où leur présence inégale sur le terrain le permet, le gouvernement et ses partenaires internationaux devraient soutenir les comités de paix locaux qui ont, dans certaines provinces, été en mesure de négocier des trêves et de résoudre des différends entre les groupes armés. Les comités préfectoraux établis par l’accord pour mettre en œuvre ses dispositions à l’échelle locale devraient s’appuyer sur ces efforts.

Le gouvernement devrait renforcer sa communication publique, non seulement au sujet de l’accord de février, mais également sur son approche plus globale des négociations. Il devrait expliquer à une population sceptique qu’il est nécessaire de faire quelques concessions aux groupes armées, mais que ces concessions sont indissociables de l’engagement des groupes armés à réduire la violence et à prendre des mesures vers le désarmement.

S’appuyant sur les récentes visites de travail conjointes à Bangui, l’UA, ainsi que les deux autres principaux partenaires du pays, l’UE et l’ONU, devraient maintenir la pression sur les pays voisins pour qu’ils reprennent les combattants étrangers après le désarmement en RCA, et pour qu’ils fassent usage de leur influence sur les groupes armés pour les persuader de réduire la violence, de permettre à l’Etat de revenir dans les zones sous leur contrôle et finalement de démobiliser. L’UA et l’ONU devraient, en particulier, chercher à ranimer les canaux diplomatiques bilatéraux entre la RCA et chacun de ses voisins, en particulier le Tchad et le Soudan. La Russie, qui joue un rôle de plus en plus important en RCA, devrait apporter son soutien aux efforts de démobilisation des groupes armés et maintenir la pression sur les pays voisins de la RCA avec lesquels elle entretient des relations étroites.

International Crisis Group, Nairobi/Bruxelles, 18 juin 2019

 

Réussite digitale du Maroc et  diplomatie digitale: un binome gagnant.(Pourquoi et comment?)

 

Par Noureddine Sefiani           

 

Le résumé exécutif de la présente recherche et des  propostions pratiques qu’elle contient est synthétisé   dans les 2tableaux  suivants:

  • Le premier contient un ensemble de propositions pratiques pourla réussite digitale.
  • Le second détaille le processus de mise en oeuvre des dites mesures

 

                     Les 5 piliers et les 15 commandements

                     pour une diplomatie digitale efficace:

 

                             1erPilier et ses 3 recommendations

 

 

 

2eme Pilier et see 3 recommendations

 

 

 

 

 

3emePilier et ses 3 recommendations

 

 

 

 

 

4eme Pilliers et see recommendations

 

 

 

 

 

 

5eme Pilliers et see recommendations

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La présente recherche a pour objectif d’expliquer pourquoi la réussite de la politique digitale du Maroc en interne est conditionnée par la réussite de sa diplomatie digitale en externe. En fait la réussite dans ce secteur est conditionnée par tellement de facteurs externes nécessitant une intervention ciblée et une stratégie spécifique dont l’un des piliers consiste en un renforcement du role et des moyens mis à la disposition du Ministère des Affaires Etrangères. L’autre volet de cette étude consiste à présenter un certain nombre de propositions pratiques d’action diplomatique qui pourraient contribuer à la réussite du plan digital du Maroc. Pourquoi? 1)Le digital est devenu un enjeu énorme dans les relations internationales du fait qu’il remet en cause l’un des fondements de base des relations interétatiques à savoir la souveraineté des États. Cette remise en cause concerne les domaines économique et technologique mais touche également les plans sécuritaire et culturel. Sur le plan économique, il y a lieu de rappeler quelques chiffres qui démontrent l’importance des principales compagnies du web par rapport à un grand nombre de pays. C’est ainsi qu’en 2016 leurs chiffres d’affaires en milliards de dollars américains étaient les suivants:


Apple: $ 216; Amazon: $ 136; Google : $ 90; Microsoft: $ 85 Par contre le Produit Interieur Brut du Maroc en 2016 a été de $ 103.6 milliards (Banque Mondiale, 2017) Par ailleurs toutes ces compagnies sont présentes dans tous les pays. Elles sont pratiquement présentes dans chaque foyer. A titre de comparaison le Maroc ne dispose de représentations diplomatiques que dans 96 pays sur un total de 192 États-membres des Nations-Unies.D’un autre coté Facebook compte 2.2 milliards d’utilisateurs actifs par mois, Whatsapp 1 milliard d’utilisateurs par jour et Gmail dispose également d’un milliard d’utilisateurs actifs (Joshua A. Geltzer, 2018) .

En comparaison aucun ministère des affaires étrangères même des pays les plus puissants ne peut se targuer d’avoir une telle audience et par voie de conséquence une telle influence. Enfin ces multinationales grâce à l’utilisation de ce qu’il est convenu d’appeler l’optimisation fiscale arrivent à échapper au fisc de la plupart des pays et ne paient pratiquement des impôts qu’aux Etats-Unis malgré qu’elles brassent des chiffres d’affaires importants dans chacun d’entre eux.

Tout ceci a amené les pays européens à réagir et à essayer de trouver des solutions juridiques pour pouvoir taxer ces compagnies et rétablir ainsi leur souveraineté fiscale pour des activités économiques qui se déroulent sur leur territoire. La réalité internationale de ces multinationales est là et surtout leur puissance financière, de négociations, et de marge de manœuvre au niveau mondial font que le Maroc en général et sa diplomatie économique en particulier doivent non seulement tenir compte de cette réalité mais aussi disposer d’une ligne de conduite claire à leur égard pour pouvoir d’une part les attirer à venir s’installer au Maroc notamment par des mesures d’encouragement sans avoir à payer le prix fort au niveau de la souveraineté, de la sécurité ou du dumping fiscal. Une telle approche s’impose d’autant plus que les géants du Net gèrent un secteur sensible et à haute valeur ajoutée en matière de savoir constituant par là un important enjeu technologique. Par ailleurs et à l’instar de ce que fait l’Australie le digital peut favoriser grandement le développement du commerce extérieur notamment dans sa partie exportations.


L’enjeu technologique est clair et le Maroc a un choix à faire: soit rester consommateur des nouvelles technologies et à supposer qu’il soit autorisé à les acquérir quand il s’agit de technologies de pointe soit devenir producteur même partiellement des dites technologies et devenir une partie prenante, même à une échelle réduite sur le plan international de l’économie du savoir et de l’innovation avec toutes les implications économiques, sociales et en matière de relations internationales que cela entraine. Il y a donc là un problème de dépendance technologique et de disposition des nouveaux instruments et moyens du développement économique et de son accélération qui se pose. La solution passe par la création d’un éco-systeme de technologie numérique au Maroc pour acquérir le savoir nécessaire ce qui requiert une coopération aussi bien avec les géants de l’internet qu’avec les start-up ainsi qu’avec le secteur privé marocain et les universités.

Le ministère des affaires étrangères dans le cadre de sa diplomatie économique en général et digitale en particulier se doit d’accompagner l’action qui sera entreprise en la matière aussi bien par la veille, les contacts notamment avec les start-up localisées à l’étranger en particulier celles dont les détenteurs sont de nationalité ou d’origine marocaine.
La dépendance technologique touche également la sécurité du pays. En effet chaque fois qu’une acquisition de technologie digitale est faite à l’étranger et indépendamment du pays vendeur celle-ci est parfois munie d’une application sous forme de cheval de troie qui permet au pays vendeur de faire la surveillance des activités menées par le pays acheteur grâce à la technologie acquise.

De par la législation existante la sécurité des systèmes d’information au Maroc est du ressort de l’Administration de la défense nationale; toutefois il serait peut-être souhaitable de créer une cellule chargée de la sécurité digitale comme c’est le cas dans certains pays comme les Etats-Unis, au sein du futur Conseil Supérieur de Sécurité (Sefiani, Le Conseil Supérieur de Sécurité du Maroc: Quels enjeux stratégiques, 2012) et dont la création est annoncée par la presse comme prochaine (Media 24, 2018).

Cette cellule pourrait être composée de représentants de tous les secteurs sécuritaires au Maroc qui gèrent le digital, en plus du Ministère des affaires étrangères du département de l’industrie, de l’Agence de Développement du Digital mais aussi du secteur privé et des universities.


Sur le plan culturel la question qui se pose non seulement pour le Maroc mais pour la majeure partie des autres pays c’est de savoir si la diversité culturelle mondiale qui existe actuellement va continuer ou si les valeurs culturelles véhiculées par les géants du Net qui sont tous américains vont dominer le référentiel culturel de l’ensemble de la planète. Comment? Afin de relever les défis sus-mentionnés il y aurait lieu pour le Maroc de considérer que: • La réussite digitale comme une question politique prioritaire • Le digital comme une question primordiale de l’agenda diplomatique du pays • La réussite en matière de diplomatie digitale comme un impératif 2) Les raisons qui militent en faveur de la gestion des questions digitales comme une question politique prioritaire sont les suivantes: En effet loin d’être une simple modernisation des méthodes de travail et de communication des administrations marocaines notamment du Ministère des affaires étrangères, la question du digital doit être pilotée avant tout comme une question stratégique prioritaire nécessitant une attention et une volonté politiques pour pouvoir être mise en œuvre. Il est réconfortant de constater qu’au plus haut niveau de l’État cette volonté a déjà été exprimée à plusieurs reprises par Sa Majesté Le Roi et elle n’a besoin actuellement que d’être traduite par des actes au niveau gouvernemental. A cet égard il y a lieu de rappeler que dans son message adressé aux participants au forum national de la haute fonction publique le 27 février 2018 Le Souverain a clairement indiqué: “Il convient par conséquent de tendre vers une généralisation de l’administration électronique par la fourniture de services à distance et la facilitation pour les différents départements de l’accès commun aux informations”.

Ceci au plan interne; sur le plan international Sa Majesté Le Roi a également indiqué dans le discours adressé au sommet extraordinaire de l’Union Africaine sur la Zone de libre-échange continentale le 21 mars 2018 : “ L’Afrique est en passe de devenir un laboratoire du monde numérique. Le numérique est en train de changer le visage de notre continent…Aujourd’hui plus que jamais il s’avère nécessaire de connecter les marchés africains de manière pérenne. La Zone de Libre Echange Continentale Africaine est un instrument essentiel pour promouvoir ce nouveau paradigme de développement économique centré sur l’innovation, la diversification et l’échange solidaire”.


Il résulte de ce qui précède que l’appui politique est là. Il suffit de le traduire en moyens budgétaires et humains pour le concrétiser. Ceci passe par un renforcement et une implication accrue des Affaires Etrangères. L’objectif étant de permettre à ce département d’accorder une attention particulière à cette question prioritaire en y créant un niveau de décision adéquat. 3) Le digital est devenu une question clé de l’agenda diplomatique international. En effet le digital est discuté sous une multitude de formes et dans un grand nombre d’instances internationales. Il figure dans l’agenda international sous forme de gouvernance du Net, de gouvernance internationale du big data, d’éthique et de gouvernance de l’intelligence artificielle, de cybersecurité ,de fracture digitale…Ces points figurent à l’ordre du jour de plusieurs organisations internationales: l’Union Internationale des Telecommunications (U.I.T) l’Organisation des Nations-Unies (O.N.U) l’Organisation des Nations-Unies pour la Science et la Culture (U.N.E.S.C.O) l’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (I.C.A.N.N) le World Economic Forum (W.E.F)…

Ceci étant et quel que soit le nom retenu ou l’organisation ou la question du digital est débattue le Maroc a un rôle important à jouer à cet égard. Pour ce faire le MAECI pourrait préparer des documents de travail ou des propositions qui contiennent les préoccupations des pays du Sud en général, et des pays africains en particulier sur les dites thématiques débattues dans les diverses organisations internationales sus-mentionnées. Tous ces thèmes sont relativement nouveaux pour les pays du Sud et les positions ne sont pas clairement arrêtées à ce sujet.

En prenant l’initiative de préparer des documents qui défendent les intérêts africains ou même ceux du Sud en général, si besoin est en coordination avec d’autres pays comme le Rwanda, le Maroc peut jouer un rôle de leader dans ce domaine à l’instar de ce qu’a fait notre pays lors des négociations de presque deux décennies qui ont été nécessaires pour élaborer la Convention Internationale sur le Droit de La Mer.
Enfin s’agissant du Digital comme question clé de l’agenda international il y a lieu de constater que la Cyber Diplomatie est d’ores et déja devenue un enjeu stratégique pour les Etats et les mesures qui seront adoptées maintenant ou leur absence impacteront le role ,la place et l’influence des Etats sur le plan international. De ce fait le Maroc se doit de jouer un role important sur cette question. A titre purement d’exemple le Maroc pourrait reprendre l’idée émise par David Gosset proposant la création d’une Agence Internationale de l’Intelligence Artificielle (A.I.I.A) comme institution spécialisée des Nations-Unies sur le modèle de l’A.I.E.A (Gosset, 2016). La création d’une telle institution se justifie pour plusieurs raisons : d’abord pour des raisons éthiques et pour éviter les dérapages éventuels dans l’utilisation de l’Intelligence Artificielle qui pourraient se révéler catastrophiques pour l’humanité et pour diminuer la fracture existante entre pays développés et pays du sud qui risque d’accentuer davantage les différences de développement existantes (Chatham House, 2018) . Le Maroc pourrait utilement rédiger un policy paper sur cette question et proposer la création de l’A.I.I.A , ensuite faire adopter cette idée par l’Union Africaine et éventuellement par d’autres organisations régionales auxquelles le Maroc appartient, avant d’entamer une campagne de sensibilisation au siège des Nations-Unies pour pouvoir obtenir le maximum de ralliements à cette idée et son adoption. 4) Afin de concrétiser l’impératif de mise en oeuvre d’une diplomatie digitale réussie il serait souhaitable que plusieurs autres mesures soient prises rapidement: • La désignation d’un haut responsable en charge de ce secteur • La digitalisation rapide du Ministère des Affaires Etrangères.

• La définition d’une ligne éditoriale et de normes de conduite. La désignation d’un haut responsable en charge d’impulser à l’international la stratégie digitale du Royaume devrait normalement etre la première décision à prendre. Pour ce faire il y a lieu de tenir compte des précédents crées par les pays étrangers en la matière et tenir compte également de certaines données spécifiques au cas marocain. Sur le plan international deux formules ont été retenues ; soit la formule danoise qui est celle du Tech-Ambassador c’est à dire un diplomate chargé de la technologie ou celle de l’Australie qui est celle du Cyber-Ambassador c’est à dire une personne chargée de l’ensemble des questions digitales y compris l’utilisation du digital pour faire davantage de commerce ainsi que de la cybersécurité.

Mais qu’il s’agisse du cas danois ou australien, ces deux pays possèdent déjà une infrastructure digitale très développée notamment au ministère des affaires étrangères, y compris une excellente infrastructure en matière de diplomatie publique par le digital; la désignation d’un ambassadeur chargé du numérique vise un objectif précis à savoir gérer au niveau international les nouveaux défis posés par le développement du Net.

Le cas du Maroc est différent. Le Ministère des Affaires Etrangères à l’instar des autres départements ministériels doit d’abord mettre en oeuvre sa propre digitalisation. Mais en plus il doit gérer à l’international les défis, les risques et les dangers auxquels doit faire face le Maroc du fait du digital.

L’exécution de cette mission d’envergure nécessite de mettre au point un plan de mise en œuvre interne des techniques de la diplomatie digitale. En même temps il y a lieu de gérer les questions liées à la diplomatie digitale mondiale en tant que question clé de l’agenda international et ce par le canal des structures existantes ou modifiées si besoin est. Pour toutes ces raisons le Maroc a le choix entre 2 formules: soit considérer que la digitalisation du pays, de son économie et de son administration est une question politique prioritaire qui touche à la souveraineté de l’État notamment dans son aspect numérique et nommer pour son exécution un Secrétaire d’état auprès du Ministre des Affaires Etrangères qui serait chargé de la diplomatie économique, digitale et culturelle.

La nomination d’un responsable à ce niveau non seulement permettrait de disposer de l’appui politique nécessaire pour mettre en œuvre les propositions de diplomatie digitale mais cette personne disposerait de ce fait du poids politique et administratif voulu pour assurer les contacts et la coordination avec les autres départements notamment ceux responsables de la sécurité pour pouvoir gérer à l’international les multiples et complexes problèmes et défis liés à l’acquisition, l’emploi et la gouvernance des technologies liées à l’internet.

Si cette formule n’est pas retenue, la mise en œuvre de la stratégie de diplomatie digitale pourrait être répartie entre deux personnes: d’une part le Secrétaire Général pourrait être chargé de la partie digitalisation en profondeur du Ministère des affaires étrangères tout en mettant à sa dispositions les moyens humains et budgétaires nécessaires pour ce faire; d’autre part le Maroc pourrait lui aussi nommer un ambassadeur chargé du digital mais qui aura la double tache d’être un Tech-Ambassador et à cet égard mener des contacts utiles à l’international et être l’interface nécessaire pour amener aussi bien les grands que les start-up du Net à venir au Maroc pour contribuer à la création de l’éco-systeme digital pour diminuer la dépendance technologique à l’égard de l’étranger et en même temps s’occuper au niveau multilatéral de toutes les questions liées à la gouvernance de l’internet. 5) En ce qui concerne la digitalisation du Ministère des Affaires Etrangères il y a lieu de tenir compte du fait qu’actuellement pratiquement tous les pays ont procédé à une digitalisation plus ou moins avancée de leurs services diplomatiques. Ils exercent de ce fait une partie plus ou moins grande de leur mission par le biais du digital.La tendance générale va dans le sens de la densification et de l’amélioration constante de cet usage.


Il en résulte que l’objectif le plus raisonnable pour le Maroc c’est de prendre le virage digital dès maintenant plutot que de le faire sous la contrainte et suite à la digitalisation de la diplomatie mondiale qui est inéluctable et qui va impacter dans les années à venir aussi bien le modus operandi des diplomates que de la diplomatie . Pour ce faire il serait souhaitable d’agir dans deux directions et se fixer comme objectif que le digital puisse devenir : ● Un moyen d’influence au service de la Diplomatie Marocaine. ● Une méthode de travail habituelle du Diplomate marocain. S’agissant du Digital comme Moyen d’influence au service de la Diplomatie marocaine;trois niveaux pourraient etre envisagés qui requièrent chacun une approche différenciée: -le ou les sites du Ministère des Affaires Etrangères. -les sites des postes diplomatiques et consulaires du Maroc -la présence individuelle des diplomates marocains sur la toile et dans les réseaux sociaux.

Les différents sites qui relèvent du Ministère des Affaires Etrangères doivent etre remaniés de fond en comble aussi bien en ce qui conerne leur design, le contenu de leurs publications , les messages véhicules , ainsi que dans leur système de veille et de réactivité. Une partie de leurs activités pourraient etre confiées à des spécialistes de la communication . Par contre la conception du message à véhiculer devrait etre du resort de diplomates chevronnés. Quant à la présence individuelle des diplomates marocains sur la toile et dans les réseaux sociaux elle nécessite de remplir d’autres exigences. En effet pour atteindre l’objectif du Digital comme méthode de travail du diplomate marocain deux séries de mesures pourraient etre adoptées: la mise à niveau et la formation continue du Personnel existant; revoir le mode de recrutement du nouveau personnel et des modalités de sa formation.Il y aurait lieu probablement de prévoir aussi le recrutement d’une équipe d’ingénieurs pour l’essentiel des informaticiens si possible disposant également d’une formation complémentaire en relations internationales ou en économie. Exiger des futures recrues du Ministère outre la connaissance des langues et des relations internationales d’avoir également une bonne base ,vérifiable,en connaissances informatiques et la pratique du Digital.Introduire dans le cursus de formation des nouveaux cadres dispensé par l’AMED (Academie Marocaine des Etudes Diplomatiques) un module complet sur la diplomatie digitale .


L’objectif recherché est que le Personnel diplomatique marocain et quelle que soit son grade ou sa responsabilité actuelle au service central ou à l’étranger doit pouvoir disposer de trois qualités fondamentales: face à la surabondance et l’instantanéité des informations disponibles, savoir extraire l’information utile pour le Maroc et la Diplomatie marocaine en particulier tout en ayant l’expertise nécessaire pour savoir éviter les fake news et la désinformation si présents dans la Toile.Enfin savoir analyser et utiliser efficacement l’information extraite. L’action digitale proposée en matière internationale devrait reposer sur un thème ou une narration(a “narrative” en anglais ) à caractère global ayant pour but de façonner l’image de marque d’un Maroc qui gagne et qui pourrait etre declinée en plusieurs sous-thèmes et ajustée pour chaque niveau ciblé et non répétitive d’un niveau à l’autre pour éviter la désaffection des visteurs qui auraient la curiosité de vouloir visiter plusieurs sites gérés par le Ministère des Affaires Etrangères .Le thème global qui pourrait etre retenu,;mais ce n’est là qu’une hypothèse initiale de travail est:Le Maroc pluriel dans un monde pluriel.Le “narrative “ du Maroc pluriel pouvant facilement inclure les sous-thèmes de civilisation multiculturelle, multiconfessionnelle etc…Il en est de meme d’un Monde pluriel reflété par la pluralité des partenariats et des échanges fructueux qu’entretient le Maroc un peu partout dans le monde.


Il y aurait lieu également d’envisager deux mesures d’accompagnement dans le cadre de la narration: La définition d’une ligne éditoriale . Celle-ci devrait metre en relief le Maroc en tant que champion de l’unité, de la solidarité et de la diversité. L’autre mesure d’accompagnement est la rédaction d’un guide pratique sur la diplomatie digitale. Ces deux mesures d’accompagnement devraient etre mises à la disposition de tous les diplomates pour leur servir de support dans leurs activités. En conclusion il y a lieu d’observer que ce qui est proposé ici c’est le renforcement du role et non pas la gestion exclusive du digital par les Affaires Etrangères. Par définition les autres départements doivent conserver leurs prérogatives en la matière. Toutefois la composante essentielement internationale de ce dossier, son caractère très sensible car susceptible d’affecter les relations bilatérales comme on l’a vu dans les relations sino-américaines dans l’affaire Huawei, et le fait que beaucoup de pays appréhendent cette question avant tout sous l’angle de la souveraineté et s’assignent comme objectif premier de la sauvegarder militent en faveur d’un renforcement du role et des moyens mis à la disposition des Affaires Etrangères . La réussite digitale du Maroc en interne est conditionnée par la réussite de sa diplomatie digitale en externe. La réussite de ce binome gagnant contribuera à la création d’un Maroc qui gagne que nous voulons tous. Rabat Le 12 juin 2019


NOTES

1- Pour la définition de ce concept voir :Noureddine Sefiani “ A la recherche de la Diplomatie Digitale: Propositions de définition” Etude publiée le 10 juin 2019 dans le site public utilisé par les universitaires www.academia.edu 2- Source Banque mondiale. 3- Joshua Geltzer et Dipayan Ghosh “Tech companies are ruining America’s image” in Foreign Policy Mai 2018.
4- Décret du 21 septembre 2011 portant création d’une Direction Générale des systèmes d’information au sein de l’Administration de la défense nationale. BO du 17 octobre 2011.
5- Noureddine Sefiani «Le Conseil Supérieur de Sécurité du Maroc: Quels enjeux stratégiques” Revue Attawassol No 18 Avril 2012 6- Etre diplomate marocain c’est quoi ? article publié dans Medias24 du 26 avril 2018 7- Discours lu par le Chef du Gouvernement Monsieur Saadeddine El Othmani.
8- « Artificial Intelligence and global geopolitics » Huffington Post 29 juin 2016.
9- Voir “Artificial Intelligence and International Affairs” Rapport de Chatham House de juin 2018.
10-A l’heure actuelle la diplomatie digitale est abordée sous forme de conférences et non pas en tant que cours plein et entier étalé sur toute l’année

 

 

 

By Noureddine Sefiani

 

La diplomatie digitale est devenue un moyen d’action et d’influence diplomatique important pour les Etats. Mais de quoi s’agit-il exactement?. En langue française on retrouve aussi bien l’expression diplomatie digitale que diplomatie numérique. Le Larousse a tranché cette question en précisant que l’adjectif digital est synonyme à numérique. Malgré cela le débat subsiste et parfois de façon passionnée (Duretz, 2014). Certains persistant à penser que l’adjectif numérique serait préférable à digital. L’auteur du présent article a porté son choix sur l’adjectif digital . Celui-ci est beaucoup plus utilisé sur la toile que son synonyme numérique , et donc offrant plus de probabilités de voir un texte ou un document apparaître sur un moteur de recherche.


Ceci étant les définitions de la diplomatie digitale ne manquent pas. La plus large est la suivante et elle a été émise par Digital Diplomacy Review dans sa page consacrée à la méthodologie et pourrait être traduite comme suit: “La diplomatie digitale au sens large est définie comme l’exercice de la diplomatie par chaque personne (y compris les diplomates et les leaders sans qu’ils en aient le monopole) ayant accès à internet, aux réseaux sociaux, aux plateformes, aux instruments, appareils et applications digitaux”. Celle-ci ressemble plutôt à un fourre-tout ou tout acteur qui se mêle de diplomatie même de loin, de façon épisodique, avec une influence nulle ou minime est considéré comme partie prenante à la diplomatie.


La définition la plus originale est la suivante proposée par Morgane Bravo dans son blog “Think tank Digital Diplomacy”: “La diplomatie digitale consiste à résoudre les problèmes de politique extérieure grâce à l’internet… C’est de la diplomatie conventionnelle sous d’autres formes. Elle consiste à écouter et dialoguer, à évaluer par de nouveaux et intéressants moyens. C’est un instrument du soft power pour un nouveau visage des relations internationales.”


La définition la plus restrictive de la diplomatie digitale est le fait de plusieurs auteurs. Un point commun les unit à savoir qu’ils considèrent tous que la Diplomatie digitale est une extension de la diplomatie publique. A titre d’exemple deux auteurs peuvent être cités, l’un anglophone Olubukola S. Adesina l’autre francophone Thomas Gomart* . Ces deux auteurs donnent pratiquement la même définition bien qu’en des termes et langues différents. Selon Thomas Gomart: ”La diplomatie numérique consiste en la continuation de la diplomatie publique par les nouveaux outils de l’information et de la communication. Elle permet donc de s’adresser autant à la population nationale qu’aux étrangers de manière simplifiée et rapide” (Bacher, 2014).

Le reproche qui pourrait être fait à cette approche est qu’elle se contente de constater l’élargissement du champ d’activité de la diplomatie publique sans faire état de nouvelles thématiques qui d’ores et déjà remplissent le calendrier des ministères des affaires étrangères du fait de la diplomatie digitale. A tel point d’ailleurs que certains pays ont procédé à la nomination de ce qu’on appelle les Tech-Ambassador et le premier à l’avoir fait a été le Danemark en janvier 2017. La mission de ces nouveaux diplomates est de négocier avec les entreprises géantes ainsi qu’avec les start-up à forte valeur technologique sur des projets de coopération (Gagnière, 2017). Par ailleurs l’agenda des ministères des Affaires étrangères de tous les pays s’est enrichi par de nouvelles questions importantes et sur lesquelles doit porter la négociation entre autres: la gouvernance du Net, la cyber-sécurité, la fracture numérique etc..


Ceci étant toute une panoplie d’expressions et de notions plus ou moins proches a fait florès simultanément avec l’apparition et l’évolution de la diplomatie digitale telle que e-diplomacy ou Techplomacy. Ces notions connexes peuvent être regroupées en deux catégories. Dans la première on peut inclure les expressions e-diplomacy et cyber diplomacy qui peuvent être considérées comme désignant le même contenu que la diplomatie digitale. Par contre les expressions suivantes désignent chacune un aspect spécifique de la diplomatie digitale : Techplomacy, Twiplomacy, Data diplomacy, Algorithmic diplomacy, Hashtag diplomacy et Smart diplomacy.


La notion de Techplomacy a été employée par la diplomatie danoise à l’occasion de la nomination d’un Ambassadeur auprès de Silicon Valley. Il s’agit donc de l’activité diplomatique consistant à traiter d’un sujet unique la technologie. Le gouvernement danois considère que le pouvoir économique des grandes compagnies technologiques est devenu tel qu’il peut se transformer en influence politique c’est à dire jouer le même rôle que les États (Fletcher, 2018).


La twiplomacy c’est l’usage de Twitter pour traiter de sujets à caractère diplomatique de la part aussi bien des hommes politiques, des diplomates, de la société civile que de simples individus.
La data diplomacy est la diplomatie qui se sert des données notamment les mégadonnées (big data) pour mettre en œuvre sa politique extérieure ou à tout le moins une partie de celle-ci.

L’algorithmic diplomacy peut être considérée comme une sous-spécialité de la Data diplomacy, puisqu’elle se sert aussi des données mais en les analysant grâce aux algorithmes pour arriver à des conclusions devant lui faciliter la prise de décisions.


La Hashtag diplomacy consiste dans l’usage des hashtags # notamment dans Facebook et Twitter pour amplifier et démultiplier le message que l’on veut faire passer en vue d’atteindre l’audience la plus large possible et en suscitant un maximum de réaction et de commentaires: l’idéal étant d’arriver à créer le buzz.


Enfin la Smart power diplomacy consiste dans la combinaison et le bon dosage entre hard et soft power afin d’arriver à la smart power diplomacy. La notion de smart power a été forgée par le Professeur Joseph Nye (Etheridge, 2009) et c’est Hillary Clinton qui a popularisé l’emploi de l’expression ainsi que son utilisation effective en diplomatie en parlant de smart power diplomacy lorsqu’elle était secrétaire d’état (CBC, 2009).


Au dela de ces concepts qu’en est-il maintenant de l’évolution du concept de diplomatie digitale ? Sur le plan historique le premier acte de diplomatie digitale est attribué par Tom Fletcher dans son ouvrage “Naked Diplomacy” à Carl Bildt, ancien Premier Ministre de Suède qui a envoyé au Président américain un courriel en date du 4 février 1994 pour le féliciter à propos de la levée de l’embargo à l’égard du Vietnam (Fletcher, Naked Diplomacy, 2016). En allant outre les canaux traditionnels utilisés jusqu’à cette date et en utilisant pour la première fois internet pour une correspondance officielle, l’homme d’état suédois aurait ainsi été le premier utilisateur de la diplomatie digitale. Par contre Xavier de la Porte estime que la Diplomatie Digitale a démarré en 2009 au moment où Hillary Clinton était Secrétaire d’état. Celle-ci a recruté deux jeunes férus de technologie Alec Ross et Jared Cohen afin que la politique extérieure américaine puisse tirer le maximum de l’influence et du pouvoir que permet l’utilisation des réseaux sociaux. Et l’auteur de conclure que : « les américains ont été les pionniers dans cette nouvelle manière de faire la diplomatie » (Porte, 2013). Au-delà de l’aspect concernant la date et l’origine exacte de l’apparition de la diplomatie digitale, le plus important demeure que cette forme nouvelle de diplomatie n’a pu se développer et connaître autant de succès qu’avec l’apparition des réseaux sociaux et la croissance exponentielle de leurs membres tout au long des quinze dernières années. A cet égard il y a lieu de rappeler comme suit leurs dates de création.


● 2003 : Linkedin avec 610 millions d’utilisateurs à la date du 4 mars 2019 ● 2004 : Facebook avec 2,271 milliards d’utilisateurs par mois à la date de janvier 2019 ● 2005 : Youtube avec 1,9 milliards d’utilisateurs par mois à la date de janvier 2019 ● 2006 : Twitter avec 338 millions d’utilisateurs actifs à la date du 1 janvier 2018 ● 2010 : Whatsapp avec 1,5 milliards d’utilisateurs par mois et 60 milliards de messages par jour à la date de janvier 2019 ● 2010 : Instagram avec 1 milliard d’utilisateurs à la date de janvier 2019 Aux dates de création des réseaux sociaux et des statistiques de leur audience il faut ajouter d’autres faits significatifs dans l’évolution de la diplomatie digitale à savoir : ● 2007 : Les Maldives créent la 1ere ambassade virtuelle suivis peu de temps après par la Suède et l’Estonie. Les trois sites diplomatiques virtuels ont été” crées auprès de Second Life qui est un site très populaire auprès des jeunes et avaient pour objectif de répondre à toutes les questions posées sur les Maldives, la Suède ou l’Estonie. Toutefois cette expérience ne semble pas avoir été concluante car très peu d’autres pays ont emprunté cette meme voie. ● 2009 : Pour la 1ere fois un ambassadeur en exercice publie un tweet sur son compte en sa qualité d’Ambassadeur; il s’agit en l’occurence de l’ambassadeur du Mexique à Washinghton ● 2015 : Le Foreign and Commonwealth Office à Londres devient le 1er ministère des affaires étrangères à ouvrir un compte Snapchat. Afin de faire ressortir l’évolution qui s’est produite ces dernieres années certains auteurs parlent d’un passage de la diplomatie analogique à la diplomatie digitale. (Wallin, 2012). D’autres notamment l’Ambassadeur espagnol Antonio Casado Rigalt utilise d’autres images dans ce sens. En effet le diplomate espagnol dans la revue du ministère des affaires étrangères de son pays parle quant à lui d’un passage de la diplomatie digitale 2.0 à la diplomatie digitale 3.0 voulant dire par là que la 2.0 a consisté dans l’intégration de la communication digitale dans la pratique des ministères des affaires étrangères. Par contre la 3.0 serait l’étape suivante qui est la pratique de la diplomatie essentiellement par le digital.

Enfin d’autres comme Ilan Manor pensent par contre que l’évolution de la diplomatie digitale devrait amener celle-ci à terme à engager un dialogue direct avec les nations et populations étrangères. Toujours selon Manor le complément indispensable à toute stratégie de diplomatie digitale serait le “tailoring”(le sur mesure) plutôt que le “targeting”(le ciblage). L’auteur donne l’exemple de la perception des Etats-Unis au Pakistan et en Israël pour justifier sa proposition de solutions sur mesure plutôt que le ciblage global car manifestement la stratégie digitale américaine ne peut pas être la même au Pakistan et en Israël (Manor, 2018). Ceci étant l’examen de l’état des lieux de la diplomatie digitale au niveau mondial révèle l’existence d’un nombre incroyable de défis auxquels les ministères des affaires étrangères et les diplomates de chaque pays doivent faire face.

Tout d’abord l’élargissement de la liste des acteurs de la diplomatie pour inclure les individus, la société civile et les différents groupes d’intérêt change les données de base de ce métier dont les acteurs étaient uniquement des responsables gouvernementaux professionnels et respectant un code de conduite écrit (Convention de Vienne sur les relations diplomatiques) et non écrit (essayer à chaque fois d’arriver à un compromis équilibré et qui tient compte des intérêts légitimes des uns et des autres).

L’arrivée des nouveaux acteurs a amené avec elle les fake news ainsi que d’autres menaces beaucoup plus graves et qui peuvent affecter profondément la sécurité nationale. Il s’agit en l’occurrence des hackers aux motivations différentes; certains sont des lanceurs d’alerte et d’autres des criminels tout court.

Il s’agit aussi de ceux qui sont mus par une idéologie extrémiste pour défendre ce qu’ils croient être des causes justes et qui se servent de la toile pour le faire. Le résultat final dans ces cas est le développement de la cybercriminalité, du crime organisé et du terrorisme. La diplomatie dans tous ces cas de figure est amenée finalement y compris par le biais de la diplomatie digitale à lutter contre tous ces risques en gérant au mieux la négociation et la coopération internationales dans ces différents secteurs.

Enfin parmi les acteurs nouveaux ou peut être des acteurs anciens quand ce sont les États qui la pratiquent il y a la cyber guerre. On ne peut refermer cette liste des nouveaux acteurs sans mentionner les individus et/ou les groupes qui utilisent la toile pour engager un dialogue citoyen et même cette catégorie n’est pas facile à gérer. En effet les ministères des affaires étrangères disposent désormais d’une nouvelle audience plus élargie, composée de nationaux et d’étrangers et avec lesquels le dialogue doit être engagé pour obtenir leur adhésion à la politique extérieure suivie; faute de quoi cette frange de la population est capable de faire échouer si elle se mobilise les meilleures politiques tracées et appliquées. Enfin le dernier aspect concernant la diplomatie digitale et les ministères des affaires étrangères a trait à ce qu’on pourrait appeler la souveraineté digitale .

En effet le métier de base des diplomates est de défendre la souveraineté nationale; or de nos jours celle-ci est assaillie de tous les côtés par les assauts du digital; qu’il s’agisse des données personnelles, des données étatiques de la puissance et de l’influence des grandes sociétés qui utilisent le digital et qui arrivent à contourner la souveraineté fiscale des États, ainsi que leur puissance économique. De ce fait tout État qui n’a pas la maitrise de tout le cycle du numérique se trouve finalement sous l’emprise et le bon vouloir de ceux qui contrôlent les dits instruments digitaux et de ce fait la souveraineté numérique, sinon la souveraineté tout court de l’État s’en trouve par définition diminuée. Tenant compte de toutes les donnees qui précèdent la définition suivante nous semble la plus appropriee: “La diplomatie digitale est le recours aux Technologies de l’Information et de la Communication ainsi que la participation à l’élaboration des règles régissant la gouvernance de l’Internet afin de concrétiser les objectifs de la politique extérieure de l’État.”

 

NOTES


1- Marlene Duretz:”Dilemne numérique” in Le Monde du 14 janvier 2014. 2- Foreign policy in an era of digital diplomacy in Cogent Social Sciences. Mars 2017 3- L’explosion du numérique dans les relations internationales in Revue des deux mondes.
4- Thomas Gagniere: Google, Amazon, Facebook, Apple, la diplomatie est morte vive la Techplomatie. Voir aussi Martin Untersinger “Un ambassadeur dans la Silicon Valley pour “conserver du pouvoir à l’ère du numérique” Le Monde 6 juin 2018 5- How Casper Klynge is reinventing diplomacy as the first tech ambassador in Journal The National du 3 mai 2018.
6- Eric Etheridge “How soft power got smart” New York Times 14 janvier 2009. 7- «Clinton touts smart power diplomacy for foreign policy », CBC News 13 janvier 2009. 8- voir page 78. 9- “Toute petite histoire de la diplomatie numérique”, France Culture le 6 novembre 2013.
10- Mattew Wallin “Analog vs Digital Diplomatic world” publié le 17 mai 2012 par American Security Project.
11- Ilan Manor, ”The digitalization of diplomacy: towards clarification of a fractured terminology” publié par Oxford digital diplomacy group.
12- Andres Ortega :”Soberania digital” El Cano Institute 29/52018.

 

Par Michaël Béchir Ayari, Senior Analyst, Tunisia.

International Crisis Group, 7 March 2019

 

Que se passe-t-il ?

Le 10 février 2019, dans une lettre à la nation, le chef de l’Etat Abdelaziz Bouteflika, 82 ans, a annoncé son intention de briguer un cinquième mandat lors de l’élection présidentielle d’avril prochain, malgré une santé fragile qui l’empêche de s’exprimer publiquement, et à fortiori de faire campagne – il a été victime de plusieurs accidents vasculaires cérébraux depuis 2013. De nombreux Algériens ont interprété cette annonce comme la proclamation d’un nouveau quinquennat, vu le manque de transparence des scrutins. Une série de protestations contre « le mandat de trop » s’est alors emparée du pays. Leur ampleur est inédite et leur issue incertaine.

Ces protestations, qui se concentrent principalement sur le refus de cette nouvelle candidature, ont largement dépassé en intensité celles de 2014 contre le quatrième mandat. Le 1er mars, elles ont réuni entre 700 000 et 800 000 personnes à Alger et près de 2 millions dans le reste du pays, d’Annaba (Est) à Tlemcen (Ouest), même dans des régions jusque-là peu mobilisées.

Malgré l’ampleur de ces protestations, le directeur de la campagne de Bouteflika, Abdelghani Zaalane, a déposé le 3 mars devant le Conseil constitutionnel la candidature du président de la République, actuellement hospitalisé à Genève (Zaalane est le gendre du chef d’état-major de l’armée, Gaïd Salah). Le même jour, dans une lettre lue par une présentatrice à la télévision publique, Bouteflika s’est engagé, s’il est réélu, à mettre en place une « conférence nationale inclusive et indépendante » afin de « débattre, concevoir et adopter des réformes » sur le plan constitutionnel, institutionnel, politique et économique ; à établir un « mécanisme indépendant » pour organiser une élection présidentielle anticipée ; et à convoquer un référendum sur une nouvelle constitution qui ouvrirait la voie à une nouvelle République et à un nouveau « système », afin d’assurer « la transmission générationnelle ».

Dans cette même lettre, le président-candidat a aussi affirmé avoir « entendu les cris du peuple ». Sans succès. La rue algérienne a interprété ces mots comme un énième affront, voire comme une provocation. Si cette déclaration a répondu en partie aux demandes des manifestants et de certains partis politiques d’opposition (une conférence nationale inclusive, une commission indépendante pour organiser les élections, et une nouvelle constitution), de nombreux Algériens estiment que le président de la République, au pouvoir depuis vingt ans, n’est plus en mesure de prendre l’initiative et de fixer le rythme des réformes. Les manifestations continuent. Une nouvelle série de protestations est attendue pour le vendredi 8 mars, qui se trouve être aussi la Journée internationale des femmes, généralement marquée par des rassemblements.

En attendant, plusieurs mouvements d’opposition, dont les islamistes et le parti Talaie al Horiat (l’Avant-garde des libertés) d’Ali Benflis, ancien Premier ministre (2000-2003) et candidat aux présidentielles de 2004 et 2014, se sont réunis à Alger le 4 mars. Ils ont appelé à appliquer l’article 102 de la Constitution, qui permet de déclarer la vacance de la présidence en cas d’incapacité du président de la République à gouverner en raison de son état de santé. Ils ont aussi demandé le report du scrutin.


Comment analyser ce mouvement de protestation ?


L’annonce de la candidature du président Bouteflika à un cinquième mandat a suscité un sentiment d’humiliation nationale. Beaucoup de manifestants estiment que l’actuel chef de l’Etat ne représente plus les forces vives de la nation et que son instrumentalisation par des groupes d’intérêts qui gravitent autour de lui confine à l’absurde, vu son état de santé. Certains affirment également que le pays a perdu trop de temps et que, si Bouteflika avait cédé sa place en 2014, des réformes sociétales auraient déjà pu hisser l’Algérie au rang des grandes nations économiques.

Au-delà du refus d’un cinquième mandat, le mouvement en cours exprime quelque chose de plus profond. Il est alimenté par le désir de se réapproprier la rue, alors que les manifestations sont interdites dans la capitale depuis 2001. Les slogans ne sont pas sans rappeler ceux qui avaient animé le soulèvement tunisien de décembre 2010-janvier 2011 : « Game Over », « Le peuple veut la chute du régime/système », « Voleurs, vous avez pris le pays », « Algérie, libre et démocratique ». Mais contrairement à ce qu’on a pu observer en Tunisie, la question du mépris (hogra) dont souffrent les individus et régions marginalisés sur le plan économique passe au second plan.

Le mouvement possède également une dimension socio-culturelle. Les classes moyennes urbaines comme les classes populaires demandent que chacun puisse « profiter de la vie en Algérie et dépasser le traumatisme de la décennie noire » (1992-2002), et que personne ne doive « plus mourir en mer en traversant la Méditerranée vers l’Europe dans l’espoir d’y trouver l’eldorado et d’accéder aux plaisirs de la société de consommation ». Pour les manifestants, les réponses à ces aspirations existent, mais le « clan de Bouteflika » – le président de la République, sa famille, son directeur de campagne, le Premier ministre et une poignée d’hommes d’affaires du sérail – empêche leur mise en œuvre par son incapacité à trouver un successeur consensuel.

Jusqu’à présent, une forme d’union nationale est de mise lors des manifestations. Les revendications régionalistes sont absentes, et diverses catégories sociales défilent ensemble de manière pacifique face à un adversaire commun. La présence de familles (femmes, enfants, personnes âgées) dans les cortèges est un élément marquant en ce qu’il contraste avec ce qu’on a pu observer par le passé.

Enfin, les protestataires aspirent à un changement tout en affirmant leur soutien à l’armée nationale, « issue du peuple », mais aussi à d’autres forces de sécurité, comme le montre le slogan « Frères, frères, les policiers sont nos frères ».


Beaucoup d’observateurs dans le monde entier évoquent un mouvement spontané. Qu’en est-il sur le terrain ?


A Alger, rares sont les manifestants qui affirment que ce mouvement est entièrement spontané. La plupart d’entre eux disent ne se faire aucune illusion quant à la présence d’acteurs de l’ombre issus de différents secteurs de la société algérienne, qui alimentent ce mouvement à défaut de l’avoir suscité.

Nombre de ces acteurs participent en effet à ces protestations ou les soutiennent discrètement. C’est le cas de généraux mis à la retraite anticipée ces dernières années, de cadres et agents de sécurité frustrés par la dissolution du Département du renseignement et de la sécurité en 2015, et d’hommes d’affaires à la stature internationale, empêchés par les premiers cercles du pouvoir de développer pleinement leurs activités économiques. C’est aussi le cas de hauts fonctionnaires, de syndicats autonomes, d’associations de jeunesse, de militants des droits humains, d’étudiants, de journalistes, d’avocats, et de partis d’opposition intégrés au « système ».

La plupart de ces acteurs estiment nécessaire de « réinstitutionnaliser » le pays en neutralisant les forces « extraconstitutionnelles » (le clan Bouteflika) qui affaibliraient la résilience de l’Etat face aux défis économiques, sociaux et régionaux. Ceux-ci risquent de devenir encore plus aigus dans les années à venir, notamment si les réserves de change diminuent de manière significative, que l’inflation augmente et que le contexte sécuritaire se dégrade dans les pays voisins.

Enfin, ces acteurs semblent converger sur la nécessité de réduire le caractère informel, opaque et fragmenté du pouvoir pour « sauver le pays ». L’objectif, au-delà des discours pro-démocratie, est de rétablir les équilibres régionaux tacites au sein des centres de pouvoir, hérités de la guerre d’indépendance (1954-1962), et de renouer avec un minimum de règles pour réduire le règne de l’arbitraire dans le processus officiel de prise de décision.


Quels sont les scénarios possibles ?


Ce mouvement de protestation émerge dans un contexte régional et international particulier. Les Algériens sont tiraillés entre le souvenir de leur printemps démocratique raté de 1988-1991, la crainte d’un retour des violences de la décennie noire, l’aspiration à la liberté et la conviction que le mouvement actuel ne constitue pas une rupture par rapport au « système » mais s’y inscrit (notamment via le rôle de l’armée). Ils veulent éviter un scénario à l’égyptienne (polarisation entre islamistes et anti-islamistes, suivie d’un retour violent à l’autoritarisme) ou à la syrienne (guerre civile), et se rendent compte que les vertus de la démocratie libérale sont remises en cause au niveau international et même en Tunisie. Il est donc très difficile de dire ce qu’il adviendra, en particulier parce que tout dépendra de l’intensification ou de l’affaiblissement de l’élan mobilisateur dans différents secteurs de la société.

Mais vu la diversité des acteurs qui aspirent au changement, il est probable que les protestations montent crescendo tant que Bouteflika maintiendra sa candidature. Leur caractère pacifique ou violent dépendra principalement de la réponse des forces de sécurité. Si celles-ci se montrent aussi professionnelles que lors des récentes protestations, se gardant de charger les foules sauf lorsque celles-ci convergent vers les bâtiments publics, il y a de fortes chances que les violences demeurent limitées du côté des manifestants.

L’article 102 de la Constitution pourrait éventuellement être appliqué. Il serait mis fin au mandat de Bouteflika pour des raisons de santé. Dans ce cas, le président du Conseil de la nation (chambre haute du parlement) assumerait la charge de chef de l’Etat pour une durée de 90 jours au maximum, au cours de laquelle une élection présidentielle serait organisée.

Les partis d’opposition, qui se contentent de suivre le mouvement de peur d’être accusés de récupération, risquent d’avoir du mal à faire entendre leur voix dans le cadre d’un débat politique ouvert sur les solutions potentielles. D’autant que si les mobilisations de masse s’intensifient, de nouvelles forces politiques et associatives émergeront, portant des revendications pour l’instant marginales, comme l’élection d’une Assemblée nationale constituante.

En parallèle, l’armée pourrait être tentée de piloter ouvertement un éventuel processus de transition. Le général à la retraite Ali Ghediri, candidat à la présidentielle, pourrait représenter une personnalité consensuelle, incarnant la « rupture dans la continuité ».

Les Algériens ont tiré les leçons de leur douloureux passé. Mais ils semblent une fois de plus contraints d’expérimenter avec des formes inédites de libéralisation politique, comme ce fut le cas en 1988, avec des conséquences incertaines. Certes, la polarisation entre islamistes et anti-islamistes n’est plus d’actualité. Les partis d’inspiration islamiste qui participent aux élections et sont représentés au sein du parlement et des assemblées populaires régionales et communales pourraient tirer profit de ces contestations et négocier une meilleure représentation politique, mais dans le contexte actuel, leur rôle, tout comme celui des salafistes quiétistes, apparait très marginal. Le risque de violences entre pro- et anti-cinquième mandat, voire entre partisans de la « réinstitutionnalisation » et défenseurs du statu quo, en revanche, est réel. Toute rupture avec le passé devra donc se faire progressivement et dans le respect de l’ordre constitutionnel. Ce ne sera pas facile.

 

Banners