La Turquie en Afrique: Un Positionnement Original

Par JULIEN FRIEDMAN, Research Project Manager, Atlantis Center for Geostrategic Research and Studies

Atlantis, Casablanca, July 2021.


RÉSUMÉ

Au cours des dix dernières années, la Turquie a fait preuve d’un intérêt économique, diplomatique
et social croissant envers l’Afrique, donnant ainsi une présence significative et un impact nonnégligeable aux intérêts turcs sur le Continent. L’augmentation de l’intérêt de la Turquie pour
l’Afrique mérite l’attention des dirigeants africains qui pourraient en tirer parti, à condition d’avoir
une bonne compréhension des priorités turques.

Ce rapport est établi à partir de l’étude de trois cas, mettant en évidence le rôle de la Turquie et ses
objectifs en Afrique durant les dix dernières années:

• Mise en place d’une organisation à but éducatif, la Fondation Maarif
• Installation d’un camp d’entraînement pour l’armée somalienne, TURKSOM
• Intervention militaire en Libye fin 2019

Ces cas de figures permettent de montrer comment la politique étrangère turque en Afrique est
intimement corrélée aux évènements majeurs de la vie politique en Turquie. On pense notamment
à la tentative de coup d’Etat contre le gouvernement Erdoğan en juillet 2016 ainsi qu’à l’élection
présidentielle de 2018 qui a mis en avant les politiques ultranationalistes. Ces évènements
dimensionnants, ont fait passer la politique étrangère de la Turquie envers l’Afrique au second
plan, signe que la politique intérieure reste une préoccupation majeure. On constatera qu’il en est
de même pour ses engagements auprès des institutions continentales africaines comme pour ses
engagements à l’international.

Pour ce qui est du développement de la Fondation Maarif en Afrique, il nous est donné de constater
que cette action dans le domaine éducatif avait aussi pour but d’affaiblir l’organisation politicoreligieuse Hizmet qui est tenue comme principal responsable de la tentative de coup d’état de 2016.
Deuxièmement, la participation de la Turquie au travers de l’installation d’une base militaire en
Somalie (TURKSOM) permet d’atteindre plusieurs objectifs, à savoir le soutien à l’armée somalienne,
une présence militaire turque à proximité du détroit de Bab el Mandeb et par là même, affirmer le
rayonnement de la Turquie dans la partie orientale de l’Afrique.

Pour ce qui est de l’intervention de la Turquie en Libye en 2019, les motivations ultranationalistes
affichées du gouvernement turc étaient de légitimer leur présence en Méditerranée orientale,
mais aussi de recevoir un appui économique à base de devise pour soutenir à l’époque une banque
centrale turque en crise.

La période de 2011 à 2021 a été marquée par une succession de faits marquants et dimensionnants
pour la Turquie, avec en particulier l’instauration d’un régime présidentiel, la gestion d’une crise
économique, un éloignement de ses partenaires de longue date, mais aussi par la tentative de coup
d’état de 2016 et la purge politique qui a suivi.

Il nous semble que la politique turque en Afrique est plus le reflet de ses préoccupations, centrées
sur sa politique intérieure, que sur un développement d’une stratégie économique ou politique sur le
Continent africain.

Il reste cependant clair que le Continent africain présente un intérêt économique important pour la
Turquie, en particulier dans le domaine des grands travaux, mais peut-être aussi par la capacité à
être présente sur un Continent où se côtoient les grandes nations du monde.

Fort de ce constat, structurer et maintenir des relations politico-économiques durables avec une
Turquie égocentrée, parait être une tâche délicate pour les dirigeants africains.

Pour l'integralite du rapport, visier: https://atlantis-center.org/wp-content/uploads/2021/07/Atlantis-Center_Rapport-TURKEY.pdf