Main News

Europe

HAMBURG, Germany - A Turkish family in the northern German city of Hamburg received a letter allegedly containing the coronavirus, with a message by the sender saying that they hope the family contracts the virus.

The incident came just after German police announced they don't believe the perpetrator of the terrorist attacks in Hanau was a far-right extremist.

Önder Koca received the letter Tuesday from an unidentified sender.

“I have a surprise for you. I have coronavirus and I coughed on this letter and licked it several times. I will not leave the world alone,” the sender said, adding that their final mission was to leave a foreigner-free Germany for their children and grandchildren.

“Die, die slowly. Leave Germany to the Germans. I wish bad things to happen to you, I hope the virus spreads among your family,” the anonymous sender said.

The letters ends by saying, “greetings to victory and Hitler.”

Lawyer Ender Demir from Istanbul Kültür University’s Faculty of Law said the German government needs to identify the sender and that German courts can impose a jail term of up to five years for the racist remarks and using prohibited symbols. Article 86a of the German Strafgesetzbuch (Criminal Code) outlaws the "use of symbols of unconstitutional organizations.”

Demir noted that if German authorities detect coronavirus on the letter, the perpetrator can also be charged with attempted murder.

He continued by saying that German authorities do not take enough action against racist crimes.

“The letter has anti-Turkish and xenophobic remarks against human dignity... Unfortunately, there has recently been an increase in such acts in Germany,” Demir told Demirören News Agency (DHA).

The Turkish minority in Germany has frequently been targeted in far-right attacks, while officials fail to take concrete action to prevent such violence.

Some 871 offenses targeted the Muslim community in Germany last year, according to a report by Germany's New Newspaper of Osnabrück.

Germany has been recording anti-Muslim crimes since 2017. The total number of cases in 2019 has not been officially announced but in 2018 there were 910, including 48 attacks on mosques alone. That year was a little lower than the number in 2017: 1,095 crimes. More than 90% were attributed to politically motivated crimes by the far-right. While the overall number of crimes has decreased, violent assaults have increased, according to news agency Die Tageszeitung. In 2017, authorities reported 56 anti-Muslim assaults resulting in 38 injuries. In 2018, there were 74 offenses and 52 injuries – including two attempted murders.

Every other day, throughout 2019, a mosque, a Muslim institution or a religious representative in Germany was targeted in an anti-Muslim attack, an inquiry by the Left Party recently showed. The figure was collated by the German Interior Ministry under the scope of the new "Attack Catalog," listing anti-Muslim attacks on cultural associations, cemeteries, mosques, religious institutions, representatives, symbols and other places of worship since January 2019. The catalog only contains a portion of all the crimes against Islam but has a broader scope than only listing the attacks on mosques.

The latest violent anti-Muslim attacks took place in the town of Hanau on Feb. 19. Tobias Rathjen, a terrorist allegedly harboring racist views, gunned down nine people of immigrant backgrounds, including five Turkish nationals, before killing himself. The Hanau attack ignited the debate over the seriousness of far-right terror threats that are often ignored by authorities. It was one of the worst acts of terrorism with alleged racist motives in recent memory.

In a speech following the attack, German Interior Minister Horst Seehofer acknowledged the crime as a "terrorist attack," while noting that it was the "third right-wing terrorist attack in just a few months." "Danger from right-wing extremism, anti-Semitism, and racism is very high in Germany," he said. Seehofer also dismissed references to the assailant's psychological state as being responsible for the killings. "The racist motivation for this crime is in my view incontestable and cannot be relativized by anything," he said.

Germany is home to 81 million people and the second-largest Muslim population in Western Europe after France.

Of the country’s nearly 4.7 million Muslims, at least 3 million are of Turkish origin.

Racist attacks targeting Muslims or immigrants increasingly make headlines as white supremacists become more efficient in an age where their ideals, or at least parts of them, are going mainstream. A large, unified group harboring a racist agenda against Muslims and immigrants does not exist at present, but copycat attacks apparently inspire more to take up arms.

The tolerant political climate under the pretext of freedom of speech has helped far-right sympathizers with violent tendencies expand their support.

Facing ballooning far-right extremism, Germany has been shaken by more than 100 bomb and death threats that were sent to lawyers, politicians and institutions last year by German neo-Nazi groups, local media reported, revealing the threat of a growing presence in the country.

The extremist group known as "Reichsburger" is considered a terrorist organization in Germany, where its members procure arms and ammunition. Reichsburger members do not recognize the modern German state as legitimate, citing technicalities about the fall of the Nazi Third Reich in May 1945. The Reichsbürgers have no leadership or "cells," but are loosely associated with each other only by some of their common ideas.

In October, Chancellor Angela Merkel's government outlawed the sale of guns to members of extremist groups monitored by security agencies and obliged online platforms to inform police about hate content. Those measures followed the killing of a pro-immigration German politician in June and an attack four months later on a synagogue and a kebab shop in Halle by an anti-Semitic gunman, who livestreamed his actions.

 

 

Germany hopes Bayer malaria drug could treat Covid-19

BERLIN - Germany is hoping that a malaria drug called Resochin (chloroquine phosphate) from pharmaceutical company Bayer could be used to treat severe cases of Covid-19.

In an interview with Bild newspaper (link in German), federal health minister Jens Spahn said that there "are early indications that certain medications seem to help," and that there were ongoing studies in Germany into what drugs could potentially work in treating coronavirus, "including with this old malaria drug."

He added that more studies are needed as all drugs have side effects. However, he expects an effective drug to treat COVID-19 to come on the market much earlier than a vaccine.

While tests into the effectiveness of malaria drugs against Covid-19 are still ongoing, the US Food and Drug Administration issued emergency approval to distribute millions of doses to hospitals on Sunday 30 March.

The Department of Health and Human Services in the US said it was taking 30 million doses of hydroxychloroquine sulfate donated by Novartis (NVS), and 1 million doses of chloroquine phosphate donated by Bayer.

"I would be the happiest health minister in the world if we had a vaccine in three or six months," Spahn told Bild. "But I'm also realistic, and have had enough advice from experts to know that it can take 12 months."

Germany's death toll from Covid-19 passed 1,100 on Friday, with 84,794 confirmed cases, according to Johns Hopkins University data.

German chancellor Angela Merkel, who was self-quarantining and having tests after coming into contact with a doctor who later tested positive for coronavirus, returned to work today. She had been working from her apartment in the centre of Berlin since 22 March.


Harvest workers


The government, which has earmarked an aid package of €750bn (£656bn, $810bn ) in loans, grants, and other financial aid for firms and the economy, has now agreed to allow 40,000 seasonal workers to enter the country for the harvest.

Most of Germany's borders were closed in March to all but essential cargo. However, farmers warned that fruit and vegetables – including the much-prized white asparagus, which will soon need picking — were in danger of wasting in the fields. Normally around 300,000 seasonal workers come to Germany every year, many from neighbouring Poland.

The seasonal workers will be required to arrive in Germany by plane, and the farmers hiring them will need to ensure they are kept apart from the rest of the harvesting crews for 14 days, and remain in the employers' accommodation.

AB/

BRUSSELS - North Macedonia has officially become NATO's 30th member, the military alliance says.

North Macedonia became NATO's newest member with the presentation of its "instrument of accession" to the U.S. State Department in Washington D.C., NATO said in a statement from its headquarters in Brussels.

North Macedonia was granted a protocol on accession to NATO membership in February 2019 after a 2017 agreement with Greece that changed the former Yugoslav republic's name from Macedonia, resolving a decades-long dispute between Skopje and Athens.

Since then, all NATO-member parliaments have voted to ratify the country's membership, and Macedonian President Stevo Pendarovski on March 20 signed the final accession document for the country's entry into the alliance.

"North Macedonia is now part of the NATO family, a family of 30 nations and almost 1 billion people. A family based on the certainty that, no matter what challenges we face, we are all stronger and safer together," NATO Secretary-General Jens Stoltenberg said.

Pendarovski said his country could not appropriately mark the event given the current coronavirus pandemic.

"But this is a historic success that after three decades of independence finally confirms Macedonian security and guarantees our future," he said. "Congratulations to all of you! We deserve it!"

U.S. Secretary of State Mike Pompeo said the country's membership "will support greater integration, democratic reform, trade, security, and stability across the region."

It also reaffirms that NATO's door remains open "to those countries willing and able to make the reforms necessary to meet NATO's high standards, and to accept the responsibilities as well as benefits of membership," Pompeo added.

North Macedonia's flag is to be raised alongside those of the other 29 member states at NATO headquarters in Brussels and at two other commands simultaneously on March 30.

After resolving its name dispute with its neighbor, Greece has also agreed to drop objections to North Macedonia's eventual European Union membership.

The country came closer to joining the bloc on March 26 when EU leaders gave it the green light to begin membership talks.

 

MOSCOW - President Putin of Russia said he would support legislation to let him run for two more terms. That could keep him in power until 2036.

Citing the need for stability, the Russian leader said he should be allowed to seek two more terms, if the Constitutional Court agrees.

The proposal, unexpectedly floated by a lawmaker at a session of Russia’s lower house of Parliament, would allow Mr. Putin — who is 67 years old and was first elected president in 2000 — to remain in power until at least 2036.

After lawmakers voiced support for the idea, Mr. Putin arrived in person at the State Duma to say he agreed with it, in what appeared to be a tightly choreographed course of events. Mr. Putin said he believed he should have the right to run again for the sake of Russia’s stability, even though future presidents should continue to be bound by a two-term limit.

It appeared that under the proposal endorsed by Mr. Putin, the limit of two six-year terms would be reset for him if he were to run again when his current term ends in 2024.

The president is the guarantor “of the security of our state, of its internal stability — its internal, evolutionary stability,” Mr. Putin said. “And I mean evolutionary. We’ve had enough revolutions.”

Currently, the Russian Constitution bars presidents from serving more than two consecutive terms. This would mean that Mr. Putin — who served as president from 2000 to 2008, as prime minister from 2008 to 2012, and again as president since 2012 — would need to step down when his current term ends in 2024.

AB/

Mediterranean

By Lefteris Papadimas

KASTANIES/LESBOS, Greece - Greece has repulsed nearly 35,000 migrants trying to cross onto its territory illegally since Turkey opened its border nearly a week ago, government sources said on Thursday, as it prepares to deport hundreds of others who made it through.

Thousands of migrants have made for Greece since Ankara said on Feb. 28 that it would let migrants cross its borders into Europe, reneging on a commitment to hold them on its territory under a 2016 deal with the European Union.

Hundreds have made it into Greece, many by sea to Lesbos and other Greek islands. Ankara and Athens are accusing each other of using excessive force in the border area, where migrants have clashed with security forces in recent days.

The situation at the Kastanies border crossing, where Greek and Turkish riot police both used tear gas on Wednesday, was calm on Thursday morning. Migrants huddled in tents and makeshift camps on the Turkish side of the border.

Greek border guards rebuffed nearly 7,000 attempts in the last 24 hours alone, taking the total since Feb. 29 to 34,778 and the number of arrests of those who got through to 244, the Greek government sources said.

Migrants who arrived in Greece illegally after March 1 will be transferred to the northern city of Serres and deported back to their own countries, Greek Migration Minister Notis Mitarachi said late on Wednesday.

“Our aim is to return them to their countries,” he told the Athens News Agency.


CRITICISM


Mitarachi also said migrants who entered the country prior to Jan. 1, 2019 and living on the islands would be transferred to the mainland in the coming days.

Greece announced on March 1 that it would not accept any new asylum applications for a month following the build-up of migrants at the border. This has triggered criticism from human rights agencies.

Turkey accused Greek forces of shooting dead one migrant and wounding five others, a charge strongly denied by Greece, which said Turkish police were using tear gas to help the migrants illegally cross onto its territory.

Turkish Interior Minister Suleyman Soylu, who visited the land border with Greece on Thursday, said late on Wednesday that Ankara was preparing a case in the European Court of Human Rights over Greece’s treatment of migrants.

Turkey’s change in policy toward the migrants on its soil came after at least 33 Turkish soldiers were killed by Russian-backed Syrian government forces in an air strike in Syria.

The Aegean Sea separating Greece and Turkey remained choppy on Thursday and there were no further sightings of dinghies carrying migrants to Lesbos and other Greek islands from the nearby Turkish coast.

Lesbos already hosts more than 20,000 asylum seekers, many of them living in filthy conditions in overcrowded camps

Greece and the EU accuse Turkey of deliberately goading the migrants to cross the border as a way of pressuring Brussels into offering more money or supporting Ankara’s geopolitical aims in the Syrian conflict.

Turkey, which already hosts 3.6 million Syrian refugees and faces another influx from an upsurge in fighting in northwest Syria, says it cannot take in any more and complains that EU aid falls well short of what is needed for the refugees.

 

 

GENEVA - Refugees became political pawns between the EU, Greece, and Turkey this week, but there was also a timely reminder of what can happen when people feel compelled to attempt ever more dangerous journeys. The UN’s migration agency, IOM, announced that the drowning of 91 people last month and other recent fatalities had taken the toll in the Mediterranean Sea since 2014 above 20,000. The rise in deaths has slowed in recent years, but the death rate per crossing has been increasing, as riskier trips are attempted and as search and rescue efforts have been curtailed – by right-wing governments and, latterly, the coronavirus. This week, The New Humanitarian revamped its migration coverage, breaking it down into five sub-themes: Why people move; Risky journeys; Shifting responses; Life in limbo; and Going home. Do take a look and send us some feedback, or, even better, some story ideas. We’re always open to suggestions on how to humanise those at the heart of displacement crises, who are too often politicised or reduced to statistics.

 

 

Impunity persists for violations in Occupied Palestinian Territories, UN Human Rights Council

GENEVA - Justice is still absent for Palestinian demonstrators shot by Israeli soldiers during weekly protests in Gaza, the UN Human Rights Council heard on Wednesday.

“Impunity continues to prevail,” the Office of the High Commissioner for Human Rights (OHCHR) said in a report on accountability for alleged violations of international law in the Occupied Palestinian Territories (OPT) since 2008, including during large-scale protests beginning in March 2018 along the Gaza-Israel fence.

According to the report, which is produced annually at the Council’s request, and was presented today by UN Assistant Secretary-General for Human Rights Ilze Brands Kehris, Israeli security forces killed 131 Palestinians throughout the OPT from November 2018 to October 2019: 103 men, five women and 23 children.

Over the same timeline, 11 Israelis were killed by Palestinians, including one girl.


Persistent lack of accountability


Suggesting a lack of accountability for the killing and injuring of civilians, the report highlights the killing of double-amputee Ibrahim Abu Thoryah on 15 December 2017.

A double amputee in a wheelchair, Abu Thoryah was shot dead with live ammunition to the head.

According to media reports, the Israeli military contacted Palestinian officials to obtain the bullet that had hit Mr. Thoryah, but their request was denied.

They then concluded that there was no evidence that the man had been killed by direct Israeli fire.

“There was no indication that Mr. Abu Thoryah had posed an imminent threat of death or serious injury at the moment he was killed,” the report states. “His physical disability must have been clearly visible to the person who shot him, in the front of the head, some 15 to 20 metres from the fence.”

Questioning the efficacy of the accountability system in place by the Israeli military despite its assertion that allegations of misconduct are investigated effectively and thoroughly, the report says that 19 months after the start of the Great March of Return, the Israeli military system had delivered only one sentence in relation to “possible unlawful acts” by Israeli security forces.

“The persisting lack of accountability for possible unlawful acts committed against Palestinians perpetuates a cycle of impunity that facilitates the occurrence of further violations,” the report states.

While noting that Israeli soldiers had used live ammunition against protesters, paramedics and journalists covering the demonstrations, Commissioners highlighted that little was done by the Great March organisers to keep children out of harm’s way.

“The Higher National Commission for the Great March of Return continued to provide buses to shuttle demonstrators, including children, from different places in the Gaza Strip to the five demarcated demonstration sites along the eastern border,” the report insists.

“Witnesses reported that only on very rare occasions were children prevented from boarding the buses, and then only when the children under the age of nine.”

 

 

THE UNITED NATIONS - Despite the loss of its last stronghold in Syria and the death of its leader, ISIL “remains at the centre of the transnational terrorism threat”, a senior UN official told the Security Council on Friday.

In presenting the latest UN report on ISIL, Vladimir Voronkov, head of the UN Office of Counter-Terrorism, urged the international community to remain united in fighting the group’s reach, which extends to Africa, Europe and Asia.

“ISIL has continued to seek resurgence and global relevance online and offline, aspiring to re-establish its capacity for complex international operations. ISIL’s regional affiliates continue pursuing a strategy of entrenchment in conflict zones by exploiting local grievances”, he said.

Thousands of foreigners travelled to Syria and Iraq to support ISIL, also known as Daesh, and its estimated that up to 27,000 are still alive. They will continue to pose threats in the short and long-term, Mr. Voronkov reported.

For example, European countries are concerned over the anticipated release this year of some 1,000 terrorism-related convicts, some of whom include returned former fighters.

“ISIL lost its last stronghold in the Syrian Arab Republic in March last year and has seen a change in leadership after the death of al- Baghdadi in October, but this report shows that the group remains at the centre of the transnational terrorism threat. We must stay vigilant and united in confronting this scourge.”

The Council also heard from Mona Freij, a civil society representative, who fled the Syrian city of Raqqa after ISIL fighters “armed to the teeth” stormed her house in September 2014.

She escaped after a neighbour diverted the fighters, but her family members were subsequently arrested, tortured and left traumatized.

Ms. Freij returned to Raqqa in 2017 after the “Daesh nightmare” had ended. “Women were deprived of education and they were in a very difficult situation,” she recalled.

“I found orphaned children…and they told me that they had been forced to join Daesh, and the women had to bear children by the fighters. If they refused the sexual advances of the fighters, they were punished. They could not put an end to their pregnancies. They were hostages who had to obey the orders of monsters. Even today, they have difficulty in proving who the fathers of the children are.”

Mr. Voronkov told the Council that the most pressing concern now is the situation of more than 100,000 people associated with ISIL, mainly women and children, currently in detention and displacement camps.


Appalling conditions forISIL-linked families


Michele Coninsx, Executive Director, Counter-Terrorism Committee Executive Directorate, reported that they are living in appalling conditions, leaving them open to further radicalization.

She welcomed countries’ efforts to repatriate these women and children, and called on other nations to follow suit.

“ISIL has destroyed entire communities, uprooted families and brainwashed thousands by spreading its toxic and misguided ideology. Today the international community has an opportunity to prosecute the perpetrators, rehabilitate the victims and facilitate reconstruction and community development in places destroyed by ISIL violence”, she said.

“The repatriation of women and children will accelerate that process, and the prosecution of ISIL fighters and their affiliates, in accordance with international human rights will help bring closure to the victims. This is one of the defining counter-terrorism challenges of our time. Inaction now will only make our future counter-terrorism efforts harder.”

AB/

North Africa

By Wydad El Jaouhari

LONDON - Libya's conflict has become an unsolvable impasse following a series of fights between the rival governments in Tripoli and Benghazi. In power for more than forty years, Muammar Gaddafi, a military officer, developed a regime of the masses implemented from the coup d’état of 1969, thus ending the parliament, the parties as well as the centralized administration. Gaddafi, the ultimate arbiter, held the reins of power in the country and quickly created a dictatorship system of fear and loyalty around his person.

The Arab Spring swept Tunisia and Egypt and Libya was also affected by the popular uprising in 2011. Gaddafi responded with violence to popular uprisings demanding more freedom and social justice. The rebellion eventually led to chaos and division between the warring factions and triggered an ongoing civil war.

Gaddafi’s downfall left a power vacuum occasioning the start of military and political turmoil that is still reverberating and tearing the country apart. The conflict has fuelled rivalry and ambitions of local tribes and other militia groups leading to an eruption of violent clashes throughout the country. In 2012 the attempt to stabilize the country through constitutional reforms and the democratic process became unsuccessful, prompting General Khalif Haftar to emerge as a military leader who wants to control the country from his base in Benghazi despite the fact the Tripoli government is recognised by the United Nations. Intense rivalry within tribal groups made the task of securing a meaningful agreement impossible. Faced with the inability of the new government to secure the country, on February 14, 2014, General Khalifa Haftar unleashed an unsuccessful attack on the elected government in Tripoli. This former Libyan military refugee in the United States for two years took command of the National Liberation Army (ANL) to liberate the South and quickly gain some sort of legitimacy thanks to the military assistance of Egypt, the United Arab Emirates and Russia.

Since then, Libya has been divided into two camps, with a Parliament established in Tobruk in the East, under the control of Marshal Haftar's army, and the Government of National Unity (GNA) in the West based in the capital Tripoli, and recognized by the international community. The Prime Minister Fayez al-Sarraj is still at loggerheads with Haftar despite several attempts at reconciliation to reach a political compromise. Oil has sustained the current conflicts and serves as a catalyst for internal interests and factions. General Haftar has secured major oil-producing regions and facilities but cannot sell it to the international markets without breaching the United Nations sanctions put in place.

Extensive geopolitical contests also continue to catalyze conflict in Libya. Foreign powers are divided into two camps, according to their political and economic interests. In the East, Marshal Haftar claims to be engaged in the fight against Islamic terrorism. He receives support from the UAE, Egypt and Russia. In the West, the UN-recognised government of El-Sarraj receives assistance from Turkey and Italy, two countries dependent on Libyan oil. Officially, the EU aligns itself with the positions of the UN while the United States has adopted an ambiguous position despite the fact that Haftar and El-Serrah were both received at the White House separately. China and South Korea are watching and ready to engage because of their economic interests in the country.

Special Forces have been accused of supporting Haftar's forces through training. Conflicting sides continue defying the U.N. arms embargo, and pressure to facilitate peace seems unsuccessful. The fearless onslaught on Libya's capital shows no signs of changing soon. Foreign support for both sides of the conflicting parties has failed to unlock the major underpinnings of the conflicts. The sporadic fighting since 2014 between factions has left thousands of people killed. Leaders seem to rule out compromising their ambitions for peace. For instance, Haftar continues to maintain that he can only pursue a political solution if armed groups providing support to the Tripoli government leave the capital. Both sides have considered external backing to turn the Tripoli government in their favour but the number of casualties keeps increasing

Currently, dialogue appears impossible between the two Libyan opponents who no longer speak to each other as both refuse to recognize the legitimacy of the other.

At the end of 2019, tension reached a dangerous level when Turkish troops set foot on Libyan soil in support of El-Sarraj. Haftar threatened to call on Egyptian forces to respond to the move. Recent attempts by Italy, Turkey, Russia and Egypt to bring El-Sarraj and Haftar together to accept a ceasefire, have failed twice.

More recently in February, the Libyan government of national unity (GNA) announced the suspension of its participation in the work of a joint military commission in Geneva, under the aegis of the UN, following repeated violations of the truce. A month later, after 3 years in office, the UN envoy to Libya Ghassan Salamé resigned for health reasons. Despite leaving his post vacant, the emissary called on both sides to unify the Libyan institutions and encouraged the continuation of the inter-Libyan negotiation process, facilitated by the United Nations even though both sides announced the suspension of their participation in the peace talks.

At least one health worker was injured when the Al-Khandra General Hospital came under heavy shelling on Monday, damaging the fully-functioning 400-bed facility.

Yacoub El Hillo, UN Resident and Humanitarian Coordinator in Libya, said the attack not only violated international humanitarian law, but also defied calls for a global ceasefire amid the coronavirus pandemic.

It also showed ongoing disregard for a truce announced in mid-January between the UN-recognized Government of National Accord (GNA) and the so-called Libyan National Army (LNA) led by commander Khalifa Haftar that began to lay siege to the capital Tripoli, a year ago.

As of March, a total of 27 health facilities in Libya have sustained damage to varying degrees due to the proximity of fighting, with 14 being forced to close and the remainder at risk of following suit as lines of conflict shift.

In a statement on 4 April, the first anniversary of the start of the LNA’s offensive to seize Tripoli, the United Nations Support Mission in Libya (UNSMIL) said the country was in the midst of a needless conflict that has shattered hopes for a peaceful political transition through a UN-backed National Conference and subsequent elections.

“The conflict has since escalated into a dangerous and potentially endless proxy war fueled by cynical foreign powers that has now widened geographically, with civilians paying the highest price”, it said.

The humanitarian situation has deteriorated to unprecedented levels, it said, with UNSMIL documenting at least 356 civilian deaths and 329 injuries in the year to 31 March. Some 149,000 people in and around Tripoli have been forced to flee their homes since the offensive began; nearly 345,000 civilians remain in frontline area and an estimated 749,000 live in areas affected by fighting.

An estimated 893,000 are in need of humanitarian assistance, UNSMIL said, adding that it has received a growing number of reports of human rights violations, including hundreds of cases of arbitrary detention, enforced disappearance, torture and extrajudicial executions by armed groups across Libya.

The conflict is taking a heavy toll on Libya’s already struggling economy. An oil blockade imposed on 17 January has results in more than $4 billion in financial losses, while funds that should be going into critical infrastructure are being redirected to the war effort.

“The influx of foreign fighters and advanced weapons systems into the country continues unabated and their use on the battlefield has directly lead to an intensification of the conflict,” UNSMIL said, pointing as well to a “flagrant disregard” of an embargo on arms shipments into Libya.

 

Algiers - Algerian protesters have called off their weekly anti-government demonstrations for the first time in more than a year to reduce the spread of coronavirus.

This would have been the 57th week in a row that Algerians came out onto the streets.

Authorities banned the demonstrations, but opposition activists also urged supporters to stay inside.

There have been at least 10 deaths and 90 confirmed virus cases in Algeria.

Imprisoned activist Karim Tabbou was among the protest leaders who told demonstrators to suspend their marches, according to Reuters news agency.

The protests began in February 2019 after the then president Abdelaziz Bouteflika announced he was going to seek a fifth term in office.

As the protests grew, the 82-year-old scrapped his plans and stood down from power.

But demonstrators continued to fill the streets every Friday, demanding the whole ruling regime stand down too and accusing them of widespread corruption.

Some weeks, tens of thousands of people filled the streets of the capital Algiers.

On Friday, Algiers' streets were empty – apart from police and journalists, Reuters reports.

 

ALGIERS - Thousands of Algerians defied the threat of coronavirus on Friday to march against the ruling elite, keeping up a campaign of weekly protests that have lasted for more than a year and convulsed national politics.

Algeria has confirmed 26 cases of the coronavirus and two deaths, and the prime minister this week urged citizens to reduce their demands on the government and lessen their street presence in view of the risks to public health.

In downtown Algiers, police wore face masks and a group of youngsters sold protective gear and liquid soap along with national flags, which many protesters have waved during demonstrations.

“It is against coronavirus,” said 25-year-old protester Ahmed Saci as he bought soap.

Those who marched on Friday said they remained committed to keeping their protest movement - known as Hirak, or ‘movement’ - in force until they achieve their demand of pushing the old ruling elite from power.

“I will continue. I will never stop until the system is defeated,” said Slimani Aissi, 22, on Didouche Mourad Boulevard in the city center.

However, the threat from the coronavirus persuaded some protesters to desist for now.

“Hirak as it is now does not comply with health measures to fight coronavirus... I suggest postponing it temporarily,” said Liess Merabet, a doctor and the leader of a labor union.

The government, which has publicly praised Hirak while using police tactics and arrests to put protesters under pressure, has banned spectators from sports events and closed schools and universities.

This week it also barred political and social gatherings, but it did not specify whether this measure would apply to the weekly mass protests.

By Lisa Schlein

GENEVA - U.N.-mediated political talks aimed at resolving the crisis in Libya have ended in disarray, with nothing accomplished except an agreement to meet again next month.

The talks got off to a shambolic start. Before the first round of Libyan political negotiations even began, members of opposition warring groups suspended their participation. U.N. envoy to Libya Ghassan Salame acknowledged that this caught him off guard.

"We were surprised the day the meeting was supposed to start that some people had to leave because they were asked to. However, those who stayed decided that the occasion was too rare and precious and therefore that the political track should start with those who stayed in Geneva," Salame said.

Libya has been in a state of crisis ever since rebel military commander Khalifa Haftar attacked Tripoli last April. The military assault on the capital and seat of the internationally recognized Government of National Accord has killed more than 1,000 people and displaced hundreds of thousands.

The U.N. has been pursuing three parallel negotiations. The resolution of Libya's crisis hangs on the continuation and outcome of those military, economic and political tracks.

Salame said the economic-financial track is going well. But the military track is in trouble because the warring parties continue to violate a temporary cease-fire. That, he said, is having a serious effect on the political negotiations.

During the past week, he said, many areas have been hit by shelling, including the Tripoli airport.

"Many areas of the capital have been also shelled. It is clear that neither one of the three tracks can move positively while the cannon is doing what it is doing right now," he said.

Salame is calling on the two sides to respect the truce they had accepted last month during a summit in Berlin. He also is calling on countries of influence, including those that are intervening in Libyan affairs, to put pressure on those that violate the cease-fire and on those that violate the U.N. arms embargo on Libya.

A United Nations report names Jordan, Turkey and the United Arab Emirates as chief offenders.

 

Research Papers & Reports

Brian M. Perkins, Publication: Terrorism Monitor Volume: 18 Issue: 7, Jamestown Foundation, 06 April 2020

 

Northern Mozambique has witnessed a significant escalation of operations by Islamic State Central Africa Province (IS-CAP) in recent weeks, with the group claiming two substantial attacks over a span of just three days. The attacks, which took place in Mocimboa da Praia and Quissanga between March 23-25, demonstrated a notable, concerning tactical evolution as well as improved capabilities at a moment of particular vulnerability (Club of Mozambique, March 26).

The majority of attacks claimed by IS-CAP since its establishment in Mozambique, as well as those previously attributed to Ansar al-Sunna, have primarily consisted of hit-and-run style attacks conducted by small cells, often with rudimentary weapons. Past attacks have also either explicitly targeted civilians or demonstrated little regard for collateral damage with an increasing trend toward attacks on security forces.

The attacks in Mocimboa da Praia and Quissanga, however, were more sustained operations targeting entire cities. IS-CAP fighters overran security forces and seized control of Mocimboa da Praia, the capital of Cabo Delgado province, before attacking Quissanga, which is more than a hundred miles south. Unlike previous attacks, the fighters seemingly attempted to limit civilian casualties while attacking state institutions, looting banks and stores, and reportedly redistributing provisions to civilians (Daily Maverick, March 26). Rather than small cells armed with old rifles or machetes, the attacks were conducted by upwards of 40 fighters dressed in camo and equipped with automatic weapons and RPGs, a notable departure from most attacks over the past several years.

IS-CAP released a series of photographs as well as a rare video message claiming responsibility for the attacks, with the speaker brandishing an Islamic State (IS) flag and calling on fighters to come join them to establish Sharia rule in Mozambique (Club of Mozambique, March 26). Previously rare, claims of responsibility have grown more common and IS has increased coverage of activities in Mozambique (Twitter.com/emorier, March 26).

While the exact level of IS involvement in the overall violence that has plagued northern Mozambique is still unclear, these recent attacks are evidence that the dedicated IS-CAP core has grown, both in size and capability. IS-CAP has evolved from its nascent phase of questionable claims of responsibility to overt displays of its involvement. At the same time, its fighters have seemingly improved their coordination as well as their access to more sophisticated weaponry than what had been used in the earlier days of the conflict. Similarly, the group has seemingly moved on to a growth phase in which it is leveraging its improved capabilities to launch more sustained operations that allow it to target and loot state institutions, while beginning a hearts and minds campaign in an attempt to gain further local traction. The video claim of responsibility also demonstrates the group’s efforts to draw in regional and global jihadists. Looking forward, these attacks demonstrate the weakness of the state and set a precedent that it is no longer the remote roadways and townships that are in danger, but also key cities where those who have been displaced by violence in rural areas have relocated. The group may yet prove to be strong enough to hold territory for prolonged periods of time, but its ability to enter a key location such as Mocimboa da Praia by sea and land and control it for hours before successfully withdrawing is a worrying trend of the group’s operational growth.

 

Geopolitics and the Greater Maghreb Security Complex in a Time of Financial Distress

Publication: Terrorism Monitor Volume: 18 Issue: 7, Jamestown Foundation

By Dario Cristiani, April 6, 2020

 

Introduction


The first months of 2020 witnessed significant diplomatic activity between the Gulf and the Maghreb. However, the emerging global economic crisis caused by the COVID-19 pandemic will likely affect some of these diplomatic dynamics. In January 2020, the Berlin conference on Libya offered an occasion for many countries to target Maghrebi partners. Germany largely ignored local actors: Morocco, Mauritania, and the Arab Maghreb Union were not invited. Taieb Baccouche, the Secretary-General of the Arab Maghreb Union openly criticized this European attitude, voicing the regional disappointment for this approach (Affari Internazionali, March 5). Tunisia was invited only the day before the conference, and the new President Kais Saied made an explicit reference to this late invitation when rejecting the offer (Tunisian Ministry of Foreign Affairs, January 18).

Among Gulf countries, the UAE was the sole country invited to the conference. This should not come as a surprise. The UAE is likely the most influential external actor in Libya these days and the only country with the ability to impose choices on Field Marshal Khalifa Haftar, the warlord dominating eastern Libya (see Terrorism Monitor, February 7).

In the immediate aftermath of the conference, the Crown Prince of Abu Dhabi and Deputy Supreme Commander of the Armed Forces, Sheikh Mohamed bin Zayed, flew to Morocco, where he owns a house, and met with the Moroccan King Mohammed VI (Twitter.com/forsan_uae, January 20). The picture of the meeting was widely shared online, but this did not change the complex nature of Emirati-Moroccan relations, which remain tense due to Rabat’s commitment to neutrality over the Qatar blockade. In March, Morocco recalled its ambassador and two consuls from the UAE. Notably, this decision came after Fouad Ali El Himma, one of the most influential Moroccan politicians and a close senior advisor to King Mohammed VI, toured the Gulf in late February, excluding the UAE from his visit (Le1 Maroc, March 11).

Emirati regional diplomatic activism continued in the following weeks. In essence, the UAE Foreign Minister Sheikh Abdullah bin Zayed al-Nahyan met his Algerian counterpart, Sabri Boukadoum, Prime Minister Abdelaziz Djerad, and President Abdelmadjid Tebboune in Algiers in late January, with Libya being at the forefront of the talks (Algeria Press Service, January 27, Ashar Al-Awsat, January 28). A few days later, the Mauritanian President Mohamed Ould Ghazouani also went to the UAE for an official state visit.

The UAE’s recent diplomatic activity was matched by a renewed activism from Qatar as well. At the end of February, the emir of Qatar went to Tunisia, the regional country in which Doha likely has the most significant leverage (AnsaMedInfo, February 25). The UAE has been trying to deepen its role in Tunisia for years, but these ambitions have often been frustrated. The Qatari emir also went to Algeria and despite some ongoing problems—the most notable being the Ooredo issue—on more strategic and regional issues the countries seemed to be on the same page (The Arab Weekly, February 23, The Peninsula (Qatar), February 25)

This activism on both sides remains part of the broader confrontation, despite some feeble attempts to start settling issues regarding the 2017 blockade. This confrontation goes beyond the mere diplomatic sphere, as it embraces a much more comprehensive set of questions: it is a confrontation between models of governance, ideological approaches to the relationship between power and religion, and how to develop their global presence in the coming years


Mauritania as the UAE’s Key to the Region?


The diversified problems that the UAE face vis-à-vis Morocco, Algeria, and Tunisia are likely the main reasons explaining why, over the past few months, Abu Dhabi has become even keener in deepening relations with Mauritania. Relations between the two countries were already good. Under previous President Mohammad Ould Abdul Aziz, Mauritania took several positions that were in line with Abu Dhabi’s feelings—a harsh stance towards the Muslim Brotherhood; and severing diplomatic ties with Qatar in the wake of the spat that led to the blockade in 2017 (GulfNews, September 24, 2018, Khaleej Times, June 7, Al-Araby, September 27, 2014). The situation did not change after the Mauritanian power transition.

The UAE’s greater engagement with Mauritania is becoming increasingly multidimensional and not only limited to political and security issues. The Emiratis announced the allocation of $2 billion towards investment and development projects. National media highlighted how this effort is particularly significant, as Mauritania’s GDP is worth $5 billion. As such, the UAE plan would represent no less than 40 percent of its entire economy (The National {Abu Dhabi}, February 9). Cooperation is also ongoing in areas like environmental and social issues (Mauritanian News Agency, February 19). In March, the UAE-led “Forum for Promoting Peace in Muslim Societies” organized the first consultative forum for scholars from Sahel countries in Nouakchott under the patronage of the Mauritanian presidency (Emirates News Agency, March 12). The two countries signed a memorandum regarding a mutual visa exemption (SaharaMedias, February 2). The UAE even helped Mauritania evacuate its citizens stuck in China as the coronavirus outbreak erupted. The two countries also coordinated a response to deal with this crisis (Al-Mashhad Al-Araby, March 4; Emirates News Agency, March 30).

Over the past years, Mauritania’s regional importance has indeed increased, partially as a result of growing economic investments, especially in the oil sector (Africa News, December 25, 2016). In the geostrategic context of the Maghreb-Sahel region, Mauritania can hardly be considered a crucial player, given its limited demographic and economic size. However, its position as a country in between the Maghreb and the Sahel—areas whose connections have been more and more important over the past few years—makes it an ideal target for diplomatic action by Abu Dhabi. A more substantial presence there can be used as a tool of influence in both regional blocs, but also vis-à-vis the other countries of the Maghreb in which, for one reason or another, Abu Dhabi struggles to exert influence.

The current Mauritanian president was the primary political architect behind the significant strengthening of relations between Mauritania and Western actors, namely France and NATO (The New Arab Weekly, November 4, 2018, NATO, May 29, 2018). As the UAE is increasingly close with France, as observable in the Libyan quagmire, deepening its ties with Mauritania can also serve as a means to become more involved in the Sahel. France could seek greater support from the UAE as it tries to step up its efforts in the region to make up for American disengagement from Africa and the increasing profile of globally connected local jihadist organizations in the region, both al-Qaeda and Islamic State (IS). Mauritania has also built up a reputation of being effective in coping with the jihadist threat. As it takes the leadership of the G5 Sahel, Nouakchott will become a major asset to UAE eyes.


Conclusions: Diplomatic Depth in a Time of Profound Financial Distress


This diplomatic activism will inevitably be affected by the looming economic crisis set to burden the world over the next several years. The impact of the ongoing global coronavirus crisis is set to be quite significant since the foreign policies of both the UAE and Qatar are directly in service to their economic well-being. In addition, for Gulf countries, the financial crisis will be even more significant given the ongoing price wars that are bringing the global demand for energy, already in freefall because of the coronavirus impact, to a total standstill. The economic crisis is also likely to shake the social fabric and economic foundations of Maghrebi countries, whose health systems are weak and socio-economic stability are already undermined by years of financial crisis. In Tunisia, a country whose democratic transition moved ahead despite years of economic troubles, people in historically marginalized areas of the capital, such as Mnihla, have already taken to the streets, and Algeria and Morocco are bracing to cope with the economic sequences of the pandemic (Tuniscope, March 30; Courrier International, March 27; Yabiladi, April 3; Tuniscope, March 30).

At the same time, these issues create problems and potential for more engagement. Maghrebi countries will need money to support their economies. Gulf countries might need to reduce their external commitment, however, depending on the extent of the impact, and the length, of the ongoing crisis. So far, in the theater in which the UAE is more active, Libya, economic hardship has not turned into lesser engagement, at least yet. Mauritania will remain at the forefront of UAE efforts to become more relevant in both the Maghreb and the Sahel. That said, the impact on the external projection of the Emirates might be significant. Paradoxically, the fact that Qatar had to adapt to the blockade since 2017 made it more resilient to sudden economic and logistic shocks. This aspect might also play a role in determining the efficiency of its external engagement in the coming months, as it needs less time to adapt to its foreign projection to a more challenging domestic economic environment.

 

 

 

The coronavirus: A geopolitical earthquake


By Javi López, European Council on Foreign Relations, 2 April 2020


2020 is shaping up to be one of the most difficult years since the end of the second world war. As unexpected as it is disruptive, the global pandemic has huge social, economic, and political consequences. Today, states are fighting a threat that is growing exponentially and puts most of their citizens at risk. This is a global war against an invisible enemy.

The coronavirus crisis will undoubtedly be a defining moment in contemporary history. We will have to change our way of living as we knew it for a considerable time. We will close factories, ground planes, and empty office skyscrapers, while closing borders and enduring long waits in supermarkets, overcrowded hospitals, and many online meetings. We will suffer a significant loss of life, while social customs such as hugging or shaking hands will temporarily disappear from our habits. There is no doubt that we will eventually overcome this crisis, but its effects could be as relevant as those of a concentrated blend of 9/11, the Great Recession, and the Ebola epidemic. After we return to some form of normality, many geopolitical divisions will have grown and we will all be left with a deep sense of vertigo.

The covid-19 crisis is holding up a mirror to Western countries – making us realise that the perception we have of ourselves might be distorted. The crisis will be a huge test: our effectiveness in managing it could alternately accelerate or slow the de-Westernisation of the world. In any case, it will challenge globalisation and rearrange the world order.

Europe, currently the epicentre of the pandemic, is addressing the crisis in a state of fragility. Its usual divisions are more evident than ever and its relatively old population is at particularly high risk from covid-19. However, one should never underestimate the old continent. Europe has the tools to reaffirm and reposition itself in the world in the face of this crisis. Our states are powerful public policy machines; we have the best universal healthcare systems on the planet; and we have built the greatest framework of supranational action the world has ever known: the European Union. A global pandemic requires a capacity for resistance, coordination, and public action – all areas in which we have proven skills.

The old nation states of the continent are waking up, slowly but ruthlessly launching huge fiscal stimulus packages. For its part, the European Central Bank, after a shaky and eventful start, has decided to fulfil its role by implementing a comprehensive asset-purchase plan that will safeguard public debt and provide liquidity. Now, there is a pressing need for a stimulus at the community level and real European fiscal instruments. We risk becoming caught up in ordoliberal obsessions that will bring to light, once again, the deficiencies in the institutional design of the single currency. In this, let’s hope that we can apply the lessons of the long and painful recession that followed the 2008 financial crisis.

Transatlantic relations have also suffered a new blow in the crisis. With President Donald Trump in denial about the seriousness of the crisis until recently, and his unilateral ban on commercial flights with the EU, the United States has once more revealed its aggressive isolationism. And we must watch closely as events unfold within the superpower: the US lacks a universal healthcare system, has a highly volatile labour market, and is run by an administration that displays deep incompetence seasoned with a persistent contempt for scientists and other experts. And all this is occurring in an election year. Nonetheless, the US does have an invaluable asset: the proactive attitude of the Federal Reserve and the dollar’s global strength. We will see.

China, however, seems intent on embodying some of the values with which the West has historically identified itself: solidarity and cooperation. China’s decision to send medical staff and equipment to Europe to fight the coronavirus was not only an act of solidarity, but a geopolitical exercise: the country has extended a helping hand to a West that is facing serious problems. This is not mere altruism; it is a demonstration of China’s will to play the role of ascending hegemon and capitalise on the growing void left by the US.

The Asian powerhouse is determined to gain new centrality in a global system traditionally organised around the Atlantic alliance. This presents a huge challenge to the global order, as the Chinese model is in tension with our democratic vision of governance. Yet the crisis could open the door to a new relationship between Europe and China. Wouldn’t this demonstrate the strategic autonomy demanded from the EU?

At the same time, globalisation is under strain and whatever comes next will almost certainly adjust the global market-orientated rationale that we’ve seen to date. This crisis will redraw the borders between the state and the market in democracies, probably pushing us towards a certain level of industrial relocation to protect supply and production lines, and emphasising national initiatives to the detriment of international coordination. But could it conversely push us towards greater governance through international institutions, in the face of the obvious risks to humanity as a whole?

The coronavirus has put us on the ropes. However, we must continue advocating for a rules-based, open, and connected world, while preserving multilateralism, pursuing truly supportive and responsible globalisation, and establishing control and compensation mechanisms that create a joint response to emergencies. The way in which we escape this crisis will largely determine our ability to face the next one.


This article first appeared in Política Exterior on 20 March 2020

 

 

CRISIS GROUP, 7 April 2020

Disease has long been a daily concern at al-Hol, a detention camp in north-eastern Syria for families of ISIS militants, but now each death raises anxiety about COVID-19. With repatriations on hold, the UN and other international bodies must step up medical and humanitarian aid.

 

When someone dies at al-Hol, a detention camp in north-eastern Syria that holds mostly women and children related to ISIS militants, the blame turns rapidly to COVID-19. Fears are mounting about the illness, even though there are no confirmed cases, and even though untimely death is already common, due to harsh living conditions and other infectious diseases that kill dozens of people on average each month.

Scary rumours started spreading in al-Hol early in March, when a three-year-old child and a seventy-five-year old woman, both Russian citizens, died. It was definitely COVID-19, some women maintained. Others said the child had died of tuberculosis and the woman of a heart attack. As camp authorities instructed residents to stay in their tents and shops in the camp’s market began to shut, women started stockpiling food and water. When guards dug a perimeter trench, one frightened woman blurted out that they were readying mass graves. A deep disquiet arose as well in Roj, a smaller detention camp close to the Iraqi border. Women in both camps began calling and texting relatives abroad if they felt sick, frantically recounting their symptoms. “We’re having conversations about how we expect to die here”, one wrote.

Crisis Group has been unable to visit the camps under present conditions. But from telephone calls and WhatsApp/Telegram messages with camp residents and their relatives as well as with UN officials and humanitarian organisation staffers, a vivid sense of panic emerges.

As in all displacement camps in Iraq and Syria, people live without clean water, adequate food or reliable medical services – much less soap, hand sanitisers or protective gear. Al-Hol and Roj hold 66,000 and 4,000 women and children, respectively, most of them relatives of ISIS militants but some former affiliates of the group themselves. The majority are either Syrians or Iraqis, with the numbers roughly split, and around 13,500 are from other countries. Their hazy legal status as neither combatants nor civilians, and the stigma attached to them, discourages some UN aid bodies from providing any service at all. It also puts doctors and guards in the position of looking after women whom they view as unrepentant ISIS militants.

As of now, there are no confirmed cases of COVID-19 in either camp, though there are no testing kits, either. But with a key border crossing from Iraq, Faysh Khabour, closed because of the virus, cutting off aid supplies, and medical capacity in the region direly limited, the outlook is bleak. “They already have a hard time isolating tuberculosis cases, so forget social distancing”, Fabrizio Carboni, regional director for the Near and Middle East at the International Red Cross, told Crisis Group. “Should this virus hit places like al-Hol, or much of north east Syria, we risk being in a position where we are just going to watch people, the most vulnerable, die”.

Since the last ISIS strongholds in Syria fell in early 2019, the Syrian Democratic Forces (SDF), a Kurdish-led militia that partnered with the U.S.-led coalition, has largely been left to deal with tens of thousands of ISIS detainees and affiliated family members. Many of the detainees’ home countries refuse to take them back. In addition to al-Hol and Roj, which mostly house women and children, the SDF struggles to guard, care for and feed thousands of men and boys crammed into makeshift prisons. It receives some U.S. funding, but its resources are woefully lacking. The anti-ISIS coalition has been slow to deliver extra support – more training for guards and new equipment – that it promised for overseeing detainees. Humanitarian workers describe these sites as ridden with tuberculosis and perilously overcrowded, with one speaking of “dramatic mortality rates”.

On 30 March, ISIS detainees rioted and overran a prison in Hassakeh city, ripping off doors and taking control of one floor of the facility. It took nearly a day for the SDF to quell the uprising and determine that no one had escaped. The militants had been compelled to break out, SDF authorities later said, partly by fear of contracting the virus in such cramped quarters. The prospect that something similar could happen at al-Hol, where tensions flared regularly between militant women and camp guards even in pre-pandemic times, worries Western officials, as well as the Autonomous Administration of north-eastern Syria, the political entity that governs the SDF-protected region.

The strain of guarding so many detainees is overwhelming the Autonomous Administration. Badran Çiya Kurd, one of its senior officials, told Crisis Group that it must look after not just camps like al-Hol but also a native population of over five million (a recent UN estimate cites three million), as well as a million internally displaced Syrians. Following ISIS’s defeat, he said, the authorities inherited a fragile health system and destroyed infrastructure, the overhaul of which required massive international support just to meet the population’s basic needs, let alone ward off a pandemic. The camps, he continued, would be hardest hit, because of overcrowding and lack of facilities and preparedness: “Any spreading of the virus will lead to unprecedented catastrophe”. Much of the north east’s population relies on daily jobs to get by, forcing workers to choose between self-isolation measures and survival. The area has also suffered from Turkey cutting the water supply it controls from Allouk station, a step emanating from disputes between Ankara and the SDF over the exchange of water and electricity between regions the two respectively control. The water is now flowing again, but it has yet to reach civilians in a number of areas. The loss of the Yaroubia border crossing with Iraq earlier in the year (a January UN resolution failed to re-authorise its use), Çiya Kurd said, was now causing intense hardship, reducing the movement of humanitarian aid into the area, in a manner now compounded by the recent COVID-related closure of Faysh Khabour.

As camp managers struggled in late March to get a doctor into Roj, citing increasing demand for medics in the area, women took to selling each other goods at inflated prices as anxiety grew in both camps. Huddled on the dirt floor in her six square meters tent in with her four children, a 31-year-old French woman texted from al-Hol to her mother back home that she feared they’d had their last full meal for a while. A Syrian woman wrote that she felt ill, had no tent for shelter and worried about who would care for her two boys if she died. Another Syrian woman said a local NGO came to instruct women on how to wash their hands properly. But usually, she added, there isn’t enough water in al-Hol for regular hand washing. “We don’t understand what is going on, so people are scared”, she said. “It’s hard to breathe”, another woman in Roj said by text to Alexandra Bain, director of the Canada-based Families Against Violent Extremism, “and we have heavy coughs”. In exchanges Bain showed to Crisis Group, women in the camps, using shared phones, described “never-ending coughing”, fever and successive days without access to a doctor or basic pain medications.

The messages paint a picture of an area already acutely lacking in medical personnel and supplies, where need is greatest in hospitals and camps recede in priority, and where nervous doctors reprimand women for asking about the virus. Sometimes the messages are punctuated by asides (“Ahhh, my daughter just vomited”); sometimes by desperation (“some people here want to take their own lives”); and sometimes by resignation (“if corona hits here, we are done for”).

Though the majority of these camps’ inhabitants are children and women under 50, a great many may already suffer from pneumonia, chest infections and tuberculosis. These “co-morbidities”, says Will Turner, emergency operations manager at Médecins Sans Frontières, put the camp population in elevated peril from the coronavirus. The danger is highest in areas like the “foreigners’ annex”, where non-Syrians and non-Iraqis are housed. Due to difficult access negotiations between aid groups and camp authorities, the annex has received no direct medical services in months. Even trying to pass COVID-19 health advice into the annex is a challenge; the camp does not officially permit women detainees to have mobile phones and will not allow the distribution of flyers inside.

As of mid-March, at least two countries had active repatriation plans under way for the foreigners in the camps, one for a small number of detainees and the other for a significant number that – in a rare occurrence – included men. Getting to this stage typically requires ceaseless and multi-layered political wrangling – within home governments, and between those governments and north-eastern Syria’s governing authorities. But for now, COVID-19 has disrupted these plans. “This definitely means a halt to repatriations”, one Western official told Crisis Group. “[No one] can commit resources to repatriation now or for the foreseeable future”.

It is likely that COVID-19 will afflict the whole of the north east, indeed all of Syria, including regions under state control and the rebel-held pocket of Idlib. The authorities in the north east cannot be expected to bear the entire burden of this escalating and enormously trying humanitarian crisis. The majority of the population in al-Hol and Roj are children, and whether they are Iraqi, Syrian or of some other nationality, their well-being and that of their caregivers needs safeguarding.

The U.S. should push both the Iraqi authorities and the Autonomous Administration in the north east to agree to a regular, two-way humanitarian exemption to the temporary border closure at Faysh Khabour, so that aid groups working across the Iraqi border can maintain their activities and supply lines in both directions. To be persuasive to the Iraqi and SDF authorities alike, this request should be accompanied by delivery of humanitarian aid and COVID-19-relevant kits and equipment for the populations in Syria’s north east and Iraq proper, including other displaced persons camps. International bodies, in particular the UN, should make a major push to provide health education and test kits. The SDF, for its part, should continue to release as many Syrians from al-Hol as possible, reducing the camp’s congestion. But one border crossing is not enough: the UN Security Council should also consider immediately re-authorising the use of Yaroubia as a humanitarian access point into the north east. Waiting for the next resolution on the logistics of aid delivery into Syria, likely this summer, would result in a damaging delay. Moscow should reverse its earlier position and refrain from opposing the reopening of Yaroubia, as Damascus has not permitted the delivery of health supplies through its territory in a way that would compensate for its closing.

At no time in recent months have prospects for the men, women and children detained in these camps looked more uncertain. While the Autonomous Administration is seeking to step up the release of Syrian detainees at al-Hol, for Iraqis and other non-Syrians the chances of leaving do not look good. The painfully slow process of repatriation by home governments, already so fraught within states’ domestic politics, is now frozen, and it will take a monumental effort to make it a priority again anytime in the near future. Which is why women’s anxiety about the virus, together with the symptoms they are presently experiencing, merges with a more generalised panic about the future.

 

 

Africa

LONDON - South Sudan, Zimbabwe, Rwanda and the Central African Republic (CAR) are amongst the unhappiest countries in the world, according to the UN’s World Happiness Index.

Only Afghanistan beats them to bottom place of the 153 countries listed.

Finland has been named the world's happiest country for the third year running.

Nordic countries make up four of the top five places with the authors saying the happiest places are those where people feel a sense of belonging, and trust their fellow citizens and institutions.

The researchers asked people around the world to assess their own levels of happiness, as well as taking account of factors such as national income and levels of corruption.

This year's report was compiled before the coronavirus pandemic.


Top five:


1) Finland
2 Denmark
3) Switzerland
4) Iceland
5) Norway


Bottom five:


149) Central African Republic
150) Rwanda
151) Zimbabwe
152) South Sudan
153) Afghanistan

 

By Jeff Seldin

WASHINGTON - Western-backed efforts to counter terror groups across Africa are falling short, increasing the chances one or more affiliates of Islamic State or al-Qaida could try to carve out their own caliphate on the continent, according to the latest assessment by a top U.S. commander.

The stark warning, shared with lawmakers Tuesday, builds on previous intelligence showing Africa-based groups have been growing more ambitious and more capable, with some increasingly bent on targeting the West.

"Western and international and African efforts there are not getting the job done," Gen. Stephen Townsend, commander of U.S. Africa Command, told lawmakers regarding developments in West Africa and the Sahel.

"ISIS and al-Qaida are on the march," he said, using an acronym for Islamic State. "If ISIS can carve out a new caliphate, or al-Qaida can, they will do it."

U.S. officials warn that many of the IS and al-Qaida affiliates have already grown so strong that Africa Command has been forced to shift its strategy to trying to contain the groups rather than to degrade their capabilities.

Much of the attention has focused on the IS affiliates, buoyed by publicity from a steady stream of attacks on Nigerian government forces and others in the region.

"We're seeing increased activity by ISIS affiliates in West Africa, East Africa," State Department counterterrorism coordinator, Ambassador Nathan Sales, said late last month. "The ISIS brand lives on."

But military officials warn it is the increased activity by al-Qaida affiliates in West Africa that is their biggest cause for concern.

"They want to eventually establish a caliphate," Brig. Gen. Dagvin Anderson, commander of Special Operations Command Africa, recently told the Combating Terrorism Center Sentinel.

"They're quietly establishing their connections," he said. "We've seen them intermarry into the local tribes. We've seen them become very entrenched in local politics and do this very quietly. But they know if they're too public about their intentions, or if they raise the flag over some city, that will draw the attention of the West."

Making matters more complicated, U.S. military and intelligence officials say they see an increasing willingness by al-Qaida and IS affiliates to collaborate.

One United Nations official said such cooperation was one of the factors behind a "devastating surge" that saw 4,000 civilians killed in Burkina Faso, Mali and Niger last January.

There are also concerns in East Africa, where the U.S. has focused increased firepower on al-Shabab in Somalia.

"The (al-Shabab) threat has been higher in the last few months than it was eight months ago when I first got to AFRICOM," Townsend told reporters Tuesday after the hearing. "They aspire to attack Americans wherever they find us, to include the homeland."

However, some U.S. allies are pushing back, agreeing that while the long-term concerns are real, the immediate threat is overstated.

"In the short term, the Sahel region and the Horn of Africa are unlikely to replace the Middle East and Afghanistan as regions from which the main threat to Europe emanates," one European Union security official recently told VOA.

That type of sentiment may be making it more difficult for the U.S. to persuade some European partners to put more resources into the counterterror fight at a time when the Pentagon is looking at reducing its military footprint.

The U.S. has about 6,000 troops in Africa, but officials are in the middle of a review that could reduce that number by perhaps 10% or more over the next few years.

"The Sahel is principally a CT (counterterror) mission," Defense Secretary Mark Esper said during a trip to Europe last month. "I'm not looking to put more troops in that fight."

Instead, the U.S. and France, which has been leading the counterterror fight in West Africa with about 5,100 troops, have been pressuring other European countries to increase their military contributions.

"We're not a lead partner in any of that. We're a supporting player," Townsend told reporters. "We, the world, need to do something about that."

 

Somali troops clashed with forces from the country’s semi-autonomous Jubaland region this week in a flare-up of violence that is raising tensions with neighbouring countries and may play into the hands of the militant group al-Shabab. Tensions have been rising since August, when Jubaland’s incumbent president, Ahmed Madobe, won regional elections that Mogadishu described as “not free and fair”.

The central government wanted a loyalist candidate to win as it seeks greater control over Somalia's five regions ahead of upcoming national elections. Neighbouring Kenya, which has troops deployed as part of an African Union peace enforcement operation, is on the side of Madobe, who it sees as an ally against al-Shabab, while Ethiopia has aligned with Mogadishu.

On Wednesday, Kenya accused Somali troops of encroaching on its territory and destroying property during this week’s violence, while the US said last week that the clashes are a distraction in efforts against al-Shabab. An estimated 56,000 people have been uprooted, according to the UN.

Jubbaland borders Kenya and is one of five semi-autonomous states in Somalia.

Both Kenya and Ethiopia have troops in Somalia as part of an African Union-led peacekeeping force.

The AU peacekeepers, Somali federal government and local states are all supposed to be fighting the al Shabaab insurgency. Instead, some are fighting each other.

The United States warned last week the rivalries were distracting from the war on al Shabaab, which is linked to al Qaeda and has been battling central government since 2008.

Jubbaland is particularly important - it borders both Kenya and Ethiopia and is the breadbasket of Somalia while its capital Kismayo is a strategically important port. Kenya helped Madobe oust al Shabaab from Kismayo in 2012.

Hostilities escalated in Gedo region, Jubaland State, resulting in largescale displacement of civilians mainly from Belet Xaawo town and the nearby Belet Amin Internally Displaced Persons (IDP) settlements since February. As of 5 March 2020, an estimated 56,000 people (9,000 households) have been displaced from their homes according to the Regional Inter-Cluster Coordination Group (R-ICCG) in Gedo.

Belet Xaawo is one of biggest towns in Gedo region. It is strategically located on the Somali- Kenya border. Movement of goods and persons doing business between the two countries has spurred the growth of the town in recent years, which have been affected by closure of the border. Authorities estimate that the current population of Belet Xaawo is around 120,000 people (20,000 households) together with an estimated 18,000 IDPs (3,000 displaced households).

The new IDPs are an addition to 207,000 displaced people living in Gedo region.

AB/ 

 

By Humeyra Pamuk

WASHINGTON - The United States has created a special envoy for Africa’s Sahel region, a State Department spokesman said on Friday, to counter rising violence from groups linked to al Qaeda and Islamic State which are expanding their foothold.

Envoy Peter Pham, started his new role earlier this week, the spokesman said. He has been serving as U.S. Special Envoy for the Great Lakes Region of Africa since November 2018.

“Sahel is one of the places where the situation is getting worse in the continent,” the spokesman said.

Security has progressively worsened in the Sahel, an arid region of West Africa, just below the Sahara desert, with militants linked to al Qaeda and Islamic State strengthening their foothold across the region, making large swathes of territory ungovernable and stoking ethnic violence.

Former colonial power France intervened in 2013 to drive back militants who had seized northern Mali the previous year. Fighters have since regrouped and spread. Over the past year, militants have stepped up attacks in Mali, Burkina Faso and Niger.

Particularly worrying for Europeans has been possible U.S. troop cuts. The Pentagon is considering withdrawing the personnel as part of a global troop review meant to free up more resources to address challenges from China’s military, after nearly two decades of prioritizing counter-terrorism operations around the world.

Such a potential move has alarmed France, which relies on U.S. intelligence and logistics for its 4,500-strong mission in the Sahel. The deaths of 13 French soldiers in a helicopter crash during a combat mission in Mali in November increased France’s determination to secure more support in the zone.

The U.S. currently has around 6,000 military personnel in Africa. Although some experts say a repositioning of forces is overdue, many U.S. officials share French concerns about relieving pressure on militants in Africa.

State Department’s latest counter terrorism report, which was published in November 2019, said attacks by militant groups in the region have been on the rise.

“In the Sahel, terrorist groups – including affiliates and adherents of al-Qaeda and ISIS as well as non-aligned groups – have expanded their operations in north and central Mali and the Tri-Border Region of Burkina Faso, Mali, and Niger,” the report said.

U.S. Secretary of State Mike Pompeo in November warned that there was growing concern over Islamic State in West Africa and called on the global coalition against Islamic State to focus on Sahel.

 

Francais

Covid-19 et conflits : sept tendances à surveiller

Crisis Group, 24 March 2020


La pandémie de Covid-19, déjà mortelle et déstabilisatrice, menace de s'aggraver et pourrait avoir des répercussions politiques durables y compris quand la contagion sera maîtrisée. Crisis Group a identifié sept points de préoccupation majeure.

 

Synthèse


La pandémie de Covid-19 marque indéniablement un tournant pour la santé publique et l’économie mondiale. Ses implications politiques, à court et à long terme sont moins bien comprises.

Cette pandémie pourrait semer le chaos dans les Etats fragiles, déclencher des perturbations de grande ampleur et mettre gravement à l’épreuve les systèmes de gestion des crises. Ses conséquences seront particulièrement alarmantes pour les populations touchées par un conflit si, ce qui est vraisemblable, le virus interrompt l’approvisionnement de l’aide humanitaire, limite les opérations de maintien de la paix et détourne l’attention des parties au conflit des efforts naissants ou en cours de diplomatie, ou remet ces efforts à plus tard. Des dirigeants sans scrupules pourraient se servir de la pandémie pour faire avancer leurs intérêts en risquant d’exacerber les crises nationales et internationales – répression de l’opposition à l’échelle nationale ou escalade des tensions avec les Etats rivaux – avec l’assurance de s’en tirer à bon compte puisque le reste du monde est occupé ailleurs. Le Covid-19 a ravivé des tensions géopolitiques – les Etats-Unis accusent la Chine d’être à l’origine de cette pandémie tandis que Beijing tente de se faire des amis en apportant son soutien aux pays affectés – ce qui tend encore davantage les relations entre les grandes puissances et rend plus difficile la coopération nécessaire à la gestion de cette crise.

On ne sait pas encore quand et où le virus frappera le plus durement ni de quelle façon les aspects économiques, sociaux ou politiques se combineront pour déclencher ou aggraver les crises. Il n’est pas non plus certain que les conséquences de la pandémie soient entièrement ou uniformément négatives pour la paix et la sécurité. Les catastrophes naturelles ont parfois permis d’apaiser les conflits, lorsque les parties rivales ont été contraintes de coopérer, ou du moins de maintenir le calme, pour concentrer leur attention sur la protection et la reconstruction de leurs sociétés. Certains gouvernements ont montré leur volonté de relâcher les tensions politiques dans le contexte du Covid-19, comme, pour ne citer qu’un exemple, les Emirats arabes unis et le Koweït qui ont proposé à l’Iran – centre de l’un des principaux foyers primaires de Covid-19 en dehors de la Chine – leur aide humanitaire. La pandémie risque d’aggraver certaines crises internationales, mais elle pourrait aussi être l’occasion d’en enrayer d’autres.

Les prochains mois seront particulièrement risqués : tandis que les Etats-Unis et les pays européens se concentreront sur les répercussions du Covid-19 à l’échelle nationale, la pandémie risque de se propager vers les pays pauvres et en proie à la guerre. A l’exception de l’Iran, le premier stade de la pandémie a principalement touché des pays – la Chine, la Corée du Sud et l’Italie – qui avaient les capacités de gérer le problème, même si cette gestion était inégale et a mis les systèmes de santés et les économies à rude épreuve. A ce jour, on a recensé moins de cas dans des pays dotés de systèmes de santé moins robustes, des Etats moins bien équipés face à la crise ou touchés par de graves conflits internes, où les conséquences d’une épidémie pourraient être dévastatrices.

Ce n’est cependant qu’une maigre consolation. Le nombre peu élevé de cas est à n’en pas douter le résultat de tests insuffisants ou du délai entre la transmission du virus et ses manifestations. Le nombre de cas confirmés augmente dans les parties fragiles du monde arabe et de l’Afrique. Si les pays peinent à imposer les mesures de distanciation sociale ou d’autres mesures permettant d’arrêter la propagation du virus, ou s’ils tardent à le faire, ils pourraient faire face à une explosion du nombre de cas comme celle que l’on observe dans certaines régions d’Europe, mais sans pouvoir compter sur le même nombre d’infrastructures de soins d’urgences qui permettront de sauver des vies. Les souffrances qui en découleraient sont incalculables. Si le virus se propage dans des centres urbains densément peuplés dans des Etats fragiles, il pourrait être pratiquement impossible à maitriser. Le ralentissement brutal de l’activité économique, déjà perceptible, va perturber les flux commerciaux et entrainer une augmentation du taux de chômage, ce qui causera des dommages difficiles à anticiper et laisse présager des lendemains sombres. La récession pourrait frapper de plein fouet les Etats fragiles dans lesquels les risques de tensions et de conflits sont plus élevés.

Les gouvernements sont tous confrontés à des choix difficiles sur la façon de gérer le virus. Des pays allant de l’espace Schengen au Soudan ont déjà imposé des restrictions aux frontières. De nombreux Etats interdisent partiellement ou complètement les rassemblements publics et insistent pour que les citoyens restent chez eux. Ces mesures sont à la fois nécessaires et très coûteuses, d’autant plus que des projections montrent que la pandémie pourrait durer bien plus d’un an avant qu’un vaccin ne puisse être commercialisé. Limiter les déplacements des populations pendant de nombreux mois aura probablement un effet dramatique sur l’économie. Mais si ces restrictions étaient levées trop tôt, cela pourrait entrainer de nouveaux pics de contagion, nécessiter un retour aux mesures de confinement, aggraver les répercussions économiques et politiques et nécessiter de nouvelles injections de liquidités et de nouvelles incitations fiscales de la part de l’ensemble des gouvernements du monde.

Ces difficultés sont universelles, mais en tant qu’organisation dont la mission est la détection précoce et la prévention des conflits, Crisis Group est particulièrement préoccupée par les convergences entre les enjeux de santé mondiale et les guerres ou les situations politiques – telles que des institutions faibles, des tensions entre les communautés, un manque de confiance envers les dirigeants et des rivalités entre les Etats – qui pourraient donner lieu à de nouvelles crises ou exacerber les crises existantes. Nous espérons également pouvoir identifier des situations où la pandémie, et la mise en œuvre d’une diplomatie efficiente, pourraient contribuer à la réduction des tensions. Ce briefing, le premier d’une série de publications de Crisis Group sur le Covid-19 et ses effets sur les situations de conflits, repose principalement sur les recherches de nos analystes dans le monde entier et dresse une liste de sept tendances qu’il faudra surveiller au cours de cette pandémie.


I. La vulnérabilité des populations vivant dans des situations de conflit


Les populations des pays touchés par des conflits – qu’il s’agisse d’une guerre ou de ses conséquences – sont susceptibles d’être plus vulnérables à la propagation du virus. Dans de nombreux cas, la guerre ou les troubles prolongés, en particulier lorsqu’ils ont été aggravés par une mauvaise gestion de crise, la corruption ou des sanctions internationales, ont affaibli les systèmes de santé nationaux et les ont rendus peu aptes à faire face au Covid-19.

En Libye, par exemple, le gouvernement de Tripoli reconnu par l’ONU s’est engagé à consacrer environ 350 millions de dollars à la lutte contre la pandémie, mais il reste difficile de savoir à quoi servira cette somme : le système de santé s’est effondré après le départ de nombreux médecins étrangers pendant la guerre. Au Venezuela, comme Crisis Group l’avait annoncé en 2016, l’affrontement entre le gouvernement chaviste et l’opposition a gravement mis à mal les services de santé. Le Covid-19 risque de submerger très rapidement les hôpitaux encore sur pied. En Iran, la réponse léthargique du gouvernement conjuguée à l’incidence des sanctions des Etats-Unis a provoqué la débâcle : on compterait près de 50 nouveaux cas et cinq à six nouvelles victimes toutes les heures. A Gaza, où le système de santé affaibli par des années de blocus était mal préparé pour traiter une population très dense bien avant l’apparition du Covid-19, le ministère de la Santé s’affaire pour réunir des experts et obtenir le matériel nécessaire pour faire face à la pandémie quand elle arrivera. La pente semble difficile à remonter : les fournisseurs de matériel médical ont confié à Crisis Group que leurs stocks étaient épuisés avant même que le ministère n’annonce deux cas de Covid-19 le 21 mars.

Au-delà de ces difficultés institutionnelles, lorsque la confiance envers le gouvernement et les responsables politiques est érodée, il peut s’avérer difficile de convaincre des populations de suivre des directives de santé publique. Dans son analyse de l’épidémie du virus Ebola de 2014 en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone, Crisis Group avait indiqué que « dans un premier temps, le virus s’était propagé de façon incontrôlée, non seulement du fait du suivi épidémiologique limité et du manque de capacité et de réactivité du système de santé, mais aussi parce que les populations restaient sceptiques vis-à-vis des déclarations du gouvernement et de ses directives ». Cette remise en question était en partie liée à la désinformation et aux mauvais conseils des gouvernements impliqués au sujet de la contagion, mais elle découlait aussi des tensions politiques récurrentes dans une région marquée par la guerre pendant la dernière décennie.

Dans les cas de conflits en cours, les médecins et les acteurs humanitaires nationaux et internationaux pourraient avoir du mal à obtenir des secours pour les populations concernées. En 2019, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et des ONG internationales ont eu des difficultés à contenir une épidémie du virus Ebola dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC), malgré le soutien des Casques bleus de l’ONU, car des milices locales violentes bloquaient l’accès à certaines des zones touchées par l’épidémie. Dans certains cas, les combattants ciblaient les médecins et les infrastructures médicales elles-mêmes. Même si les autorités congolaises et l’OMS sont visiblement parvenues à mettre fin à l’épidémie au cours des derniers mois, celle-ci a duré plus longtemps et a fait plus de victimes (au total, 2 264 décès confirmés) que si l’épidémie avait touché une région stable. De la même façon, les obstacles liés à la sécurité dans les zones actuellement touchées par des conflits risquent d’entraver les mesures de lutte contre le Covid-19.


Les zones de conflit en cours qui risquent le plus d’être touchées immédiatement par la flambée du Covid-19 pourraient être le Nord-Ouest de la Syrie, autour de l’enclave assiégée d’Idlib, et le Yémen. Ces deux pays ont déjà subi des crises sanitaires au cours de leurs guerres civiles et les violences ont freiné l’intervention de la communauté internationale dans le cas de l’épidémie de polio en Syrie en 2013-2014 et de l’épidémie de choléra au Yémen depuis 2016. Des représentants de l’ONU ont désormais signalé que le Covid-19 commençait à se propager au sein de la population d’Idlib, où une offensive des forces gouvernementales soutenues par la Russie a systématiquement ciblé les hôpitaux et les infrastructures médicales et conduit au déplacement de plus d’un million de personnes, rien qu’au cours des six derniers mois. Beaucoup de ceux qui fuient les conflits dorment dans des champs ou sous des arbres et l’absence d’eau courante et de savon, ainsi que la vie dans des abris exigus rendent impossible l’application des mesures d’hygiène élémentaire et de distanciation sociale. La livraison de kits de tests d’une importance vitale a été retardée de plusieurs semaines. Le personnel humanitaire craint qu’une flambée du virus à Idlib ne dépasse complètement les capacités médicales de la province, ce qui empêcherait de soigner les victimes de guerre.

Au Yémen, la guerre qui dure depuis 2015 a mis à genoux un système de santé déjà très affaibli. Plus de 24 millions de personnes ont déjà besoin d’une aide humanitaire. Après la suspension des vols internationaux par les autorités de facto de la capitale Sanaa et le gouvernement d’Aden reconnu au niveau international – visant à prévenir la propagation du virus – les équipes internationales de secours n’ont gardé que les membres essentiels de leur personnel. Une épidémie de Covid-19 pourrait rapidement submerger les efforts d’aide et empirer encore davantage une des plus graves catastrophes humanitaires au monde.

A Idlib, au Yémen et au-delà, les personnes déplacées dans leur propre pays, les demandeurs d’asile et les réfugiés sont particulièrement exposés à la pandémie de Covid-19, du fait de leurs conditions de vie déplorables et de leur accès limité aux soins de santé. Les données fournies par le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés en 2019 indiquent que plus de 70 millions de personnes dans le monde entrent dans la catégorie des déplacés internes et ce chiffre a certainement encore augmenté depuis lors, en particulier au vu des événements récents en Syrie. Les quelques rares possibilités qu’avaient auparavant les déplacés internes d’être réinstallés dans des lieux plus sûrs sont désormais exclues dans tous les cas de figure du fait du Covid-19.

L’histoire a montré que l’effet de contagion était souvent démultiplié parmi les déplacés internes et dans les camps de réfugiés. Ce risque existe pour la pandémie de Covid-19, même si, dans certaines régions, les services médicaux des camps sont parfois meilleurs que ceux de la région environnante. Les représentants de l’ONU sont particulièrement préoccupés par le camp d’al-Hol au nord-est de la Syrie, qui abrite 70 000 personnes, y compris des femmes et des enfants qui ont fui le dernier bastion de l’organisation Etat islamique au moment de sa chute, et parmi eux des Syriens, des Iraquiens et environ 10 000 personnes issues d’autres pays. Lorsque nous avons décrit le camp à l’automne 2019, il s’agissait déjà d’une « scène de tragédie humanitaire, infestée par les maladies – les habitants manquent de nourriture, d’eau potable, et n’ont souvent pas accès à des services médicaux », ce qui rend sa population particulièrement vulnérable face au Covid-19.

La situation des camps de réfugiés Rohingya au Bangladesh est également préoccupante : plus d’un million de personnes y vivent dans des abris surpeuplés et les services d’assainissement et de soins de santé sont réduits au strict minimum. Le gouvernement ayant interdit l’accès aux services d’Internet et de téléphonie mobile dans les camps, les habitants n’ont qu’un accès limité aux informations de prévention vitale et, parallèlement, le taux élevé de malnutrition risque d’augmenter le risque de contagion parmi les réfugiés et la population locale. Si le Covid-19 entre dans les camps, les organismes humanitaires craignent qu’il se propage comme une trainée de poudre, ce qui pourrait déclencher une réaction hostile de la part des Bangladais qui vivent dans les régions environnantes et sont déjà exaspérés par la présence prolongée des réfugiés.

Dans ces cas – comme dans ceux des communautés de personnes déplacées en Iraq et dans certaines régions du Moyen-Orient, d’Afrique ou d’Asie – les personnes déplacées et les réfugiés exposés à une flambée du Covid-19 dans les camps où ils résident pourraient tenter de fuir à nouveau pour se mettre en sécurité, ce qui pousserait les populations locales ou les autorités à réagir par la force pour les en empêcher, et risquerait de provoquer une escalade de la violence. Les Etats qui tentent de mettre un terme à la propagation du virus s’inquièteront certainement de l’arrivée de nouveaux flux de réfugiés. La Colombie et le Brésil, par exemple, qui avaient dans un premier temps généreusement accueilli ceux qui fuyaient la crise au Venezuela, ont fermé leurs frontières, mais la nécessité d’échapper à l’aggravation de la pauvreté et aux risques sanitaires au Venezuela pourrait pousser un nombre croissant de migrants à traverser la frontière illégalement.

La crise du Covid-19 pourrait également exacerber la crise humanitaire en Amérique centrale, liée en partie aux politiques d’immigration de l’administration Trump, et faire augmenter le nombre déjà élevé de crimes violents. Après avoir annoncé la fermeture de sa frontière sud pour tout le trafic non essentiel à partir du 21 mars, les Etats-Unis pourraient chercher à renforcer les mesures visant à empêcher les migrants et les réfugiés d’Amérique centrale d’entrer sur le territoire et à les renvoyer vers des pays hôtes. Le Salvador et le Guatemala ont interdit à la mi-mars l’atterrissage de tous les vols de ressortissants d’Amérique centrale expulsés des Etats-Unis. L’interdiction a été levée au Guatemala, mais il n’est pas certain que les Etats-Unis puissent poursuivre ces expulsions alors que les deux pays ont interdit tous les vols internationaux de passagers.

Dans un contexte où les économies déjà fragilisées d’Amérique centrale sont soumises à de fortes pressions, les expulsions venant des Etats-Unis et du Mexique pourraient exposer un nombre croissant de ces populations déplacées à un accueil glacial dans leur pays, car les populations nationales pourraient craindre qu’elles ne contribuent à propager le virus. De nombreuses personnes expulsées n’auront peut-être pas d’autre choix que de retourner vers la frontière américaine, avec l’aide de réseaux de traite d’êtres humains, ou de devenir les victimes ou les complices de groupes criminels et de gangs présents dans l’ensemble de la région.

Dans de nombreux cas, les répercussions du Covid-19 sur les réfugiés et sur les personnes déplacées affecteront davantage les femmes, qui sont souvent majoritaires parmi les populations déplacées dans les régions de conflit. Stigmatisées du fait du lien (réel ou présumé) qu’elles auraient entretenu avec les groupes armés, ces femmes rencontrent d’immenses difficultés à accéder aux services et à nourrir leurs familles. Les femmes et les enfants déplacés, exposés à l’exploitation ou à la violence sexuelle, et dont la réintégration au sein des communautés n’est pas la priorité de gouvernements faibles ou indifférents, seront les premiers touchés par les crises économiques qui accompagneront la propagation du virus.


II. Répercussions négatives sur la gestion des crises internationales et sur les mécanismes de résolution des conflits


La vulnérabilité au Covid-19 des réfugiés et des déplacés internes s’explique en partie par le fait que le virus pourrait affaiblir sérieusement la capacité des institutions internationales à opérer dans des zones de conflits. L’OMS et les représentants d’autres organismes internationaux craignent que les restrictions liées au virus n’interrompent les chaines d’approvisionnement humanitaires. Mais les organisations humanitaires ne sont pas les seuls acteurs du système multilatéral qui seront gravement mis à mal par la pandémie, les mécanismes de consolidation de la paix risquent également d’être affectés.

Les restrictions de voyage ont commencé à peser sur les efforts de médiation internationaux. Les envoyés des Nations unies qui travaillent au Moyen-Orient se sont vus interdits de voyager depuis et vers la région du fait des fermetures d’aéroports. Les organisations régionales ont suspendu leurs initiatives diplomatiques dans des régions telles que le Sud du Caucase ou l’Afrique de l’Ouest, tandis que l’envoyé du Groupe international de contact pour le Venezuela – un groupe composé d’Etats européens et latino-américains chargés d’envisager une solution diplomatique à la crise – a dû annuler un déplacement très attendu vers Caracas au début du mois de mars pour des raisons liées au Covid-19. Le virus pourrait également affecter les pourparlers de paix entre les parties au conflit en Afghanistan, prévus après l’accord préliminaire de février entre les Etats-Unis et les Taliban, ou du moins réduire le nombre de participants (néanmoins, si le groupe se limite aux décideurs et au personnel de soutien essentiel, cela pourrait permettre de mener de réelles négociations).

Plus généralement, le virus implique que les dirigeants internationaux, parce qu’ils doivent traiter de graves priorités nationales, ont peu, voire pas de temps à consacrer à la gestion des conflits ou aux processus de paix. Des responsables européens annoncent que les efforts visant à garantir le cessez-le-feu en Libye (annoncés en février comme étant une priorité de Bruxelles et Berlin) ne mobilisent plus l’attention au plus haut niveau. Les diplomates qui travaillent pour éviter un bras de fer meurtrier dans le Nord du Yémen ont cruellement besoin d’obtenir le temps et l’attention des hauts représentants saoudiens et américains, mais signalent que les réunions sont annulées ou écourtées. Le président kényan Uhuru Kenyatta a annulé le sommet du 16 mars qui devait se tenir en présence de ses homologues éthiopien et somalien et visait à limiter la dangereuse exacerbation des tensions entre Nairobi et Mogadiscio, pour, selon les dires des responsables kényans, se concentrer sur la nécessité d’arrêter la propagation du virus. Un sommet entre des dirigeants européens et les pays du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad) sera également annulé, ce qui met à mal les efforts déployés pour consolider les opérations de lutte contre le terrorisme dans la région.

Le virus pourrait également avoir une incidence sur les initiatives multinationales de consolidation de la paix et d’assistance à la sécurité. Début mars, le secrétariat des Nations unies a demandé à neuf pays fournissant des contingents – y compris la Chine et l’Italie – de suspendre la rotation de certaines ou de toutes leurs unités auprès des opérations de maintien de la paix, en raison des risques de propagation du Covid-19. Les opérations des Nations unies ont annoncé, depuis lors, de nouvelles restrictions relatives aux rotations des contingents, ce qui implique que la période d’affectation des Casques bleus sera prolongée d’au moins trois mois dans des missions difficiles telles que la République centrafricaine ou le Soudan du Sud, ce qui pourrait affecter leur moral et leur efficacité. Une décision du Conseil de sécurité de mettre sur pied une nouvelle mission politique chargée de soutenir la transition du Soudan vers un régime civil pourrait être reportée du fait de la modification du calendrier des réunions du Conseil de sécurité approuvée par ses membres dans le cadre des mesures de confinement. Ces décisions diplomatiques et opérationnelles n’auront pas d’effet immédiat sur les opérations de l’ONU, mais si la pandémie devait durer, il deviendrait difficile de recruter et de déployer de nouvelles forces et du personnel civil, ce qui risquerait d’affaiblir les missions.

La crise mettra les organisations internationales dans des situations délicates, tout comme les organes de presse et les ONG, qui pourraient avoir du mal à couvrir un conflit ou une crise du fait des restrictions de voyage, même si de nombreux lecteurs et spectateurs seront, au moins temporairement, moins intéressés par les informations qui ne seront pas liées au Covid-19. Certains gouvernements autoritaristes semblent prêts à se servir de la crise pour limiter l’accès aux médias. L’Egypte a, par exemple, censuré les journalistes occidentaux chargés de couvrir l’évolution de la pandémie dans le pays – en retirant son accréditation à un journaliste britannique de The Guardian – tandis que la Chine a renvoyé certains des principaux correspondants des Etats-Unis. Crisis Group a elle-même dû limiter drastiquement les voyages de ses analystes pendant la durée de la pandémie pour garantir leur sécurité. Comme le montre ce briefing, nous restons déterminés à continuer de faire la lumière sur les conflits – qu’ils soient ou non liés au Covid-19 – et à les couvrir autant que faire se peut, mais nous serons inévitablement limités dans nos travaux.


III. Risques pour l’ordre social


Le Covid-19 pourrait exercer une forte pression sur les sociétés et les systèmes politiques, créant ainsi potentiellement de nouvelles flambées de violence. A court terme, la menace de la maladie aura probablement un effet dissuasif sur l'agitation populaire, car les manifestants éviteront les grands rassemblements. L'émergence du Covid-19 en Chine a accéléré le recul des manifestations anti-Beijing à Hong Kong (même si le malaise de la population face aux éléments radicaux du mouvement de protestation pourrait également avoir joué un rôle). Le nombre de manifestants descendant dans la rue en Algérie pour dénoncer la corruption du gouvernement a également diminué. L'opposition russe a largement approuvé la décision des autorités, prétendument justifiée par des raisons de santé, de bloquer les manifestations contre la décision du président Vladimir Poutine de réécrire la constitution pour prolonger son mandat. Au moins une exception à cette prudence généralisée s’est produite au Niger, où les manifestants sont descendus dans la rue pour protester contre les règles interdisant les manifestations, que le gouvernement a étendues en invoquant le Covid-19. Trois civils ont été tués par les forces de sécurité le 15 mars.

Pourtant, le calme dans les rues peut être un phénomène temporaire et trompeur. Les conséquences de la pandémie sur la santé publique et l’économie sont susceptibles de mettre à rude épreuve les relations entre les gouvernements et les citoyens, en particulier lorsque les services de santé sont défaillants. Préserver l'ordre public pourrait s'avérer difficile lorsque les forces de sécurité sont débordées et que les populations sont de plus en plus frustrées par la réaction du gouvernement face à la maladie.

Les premiers signes de troubles sociaux sont déjà visibles. En Ukraine, des manifestants ont attaqué des bus transportant des évacués ukrainiens de Wuhan, en Chine, en réponse à des allégations selon lesquelles certains d'entre eux étaient porteurs de la maladie. Des évasions de prison ont été signalées au Venezuela, au Brésil et en Italie, les détenus réagissant violemment aux nouvelles restrictions associées au Covid-19, tandis qu’en Colombie, des émeutes dans les prisons et une déclaration d’évasion, déclenchées par la perception d’un manque de protection contre la maladie, ont entrainé la mort de 23 détenus à la prison de La Modelo le 21 mars. En Colombie également, des pillards ont attaqué des camions de nourriture en direction du Venezuela, au moins en partie pour protester contre les effets économiques de la décision prise par Bogota et Caracas de fermer la frontière entre la Colombie et le Venezuela pour des raisons sanitaires. Même des précautions raisonnables peuvent susciter des réactions de colère. Au Pérou, les autorités ont arrêté des centaines de citoyens qui avaient enfreint les règles de quarantaine, ce qui a parfois entrainé des violences.

Plus largement, l'impact économique catastrophique du virus pourrait bien semer les germes de troubles à venir. Les risques sont là, que les pays en question aient connu ou non des flambées massives de la maladie, même s’ils seront plus importants dans ceux qui en auront souffert. Une récession mondiale d'une ampleur encore sans précédent se profile à l'horizon ; les restrictions de transport liées à la pandémie perturberont le commerce et l'approvisionnement alimentaire, d'innombrables entreprises seront contraintes de fermer et le nombre de chômeurs risque de grimper en flèche.

Les gouvernements qui ont des liens commerciaux étroits avec la Chine, notamment certains en Afrique, ressentent déjà les conséquences du ralentissement provoqué par l’épidémie de Wuhan. Les producteurs de pétrole sont déjà aux prises avec l’effondrement des prix de l’énergie. Des pays comme le Nigeria, qui entretient des liens solides d’import-export avec la Chine et qui dépend des prix du pétrole pour soutenir ses finances publiques, en souffrent. Abuja aurait envisagé de réduire ses dépenses de 10 pour cent en 2020, ce qui signifie que les autorités pourraient ne pas tenir leurs promesses d’augmenter le salaire minimum. De telles mesures d’austérité, combinées aux autres effets économiques du Covid-19 – tels que la disparition des touristes dans les régions qui dépendent fortement des visiteurs étrangers – pourraient entrainer des chocs économiques qui durent bien au-delà de la crise immédiate, créant ainsi potentiellement des perturbations prolongées du travail et une instabilité sociale.

Comme l’a noté Crisis Group au début de l’année 2020, les protestations tapageuses de 2019 provenaient d’un « sentiment omniprésent d’injustice économique » qui pourrait « enflammer davantage de villes cette année ». La colère suscitée par les effets du Covid-19 et la perception que les gouvernements les gèrent mal pourraient déclencher à terme de nouvelles manifestations. Le déclin économique aura des effets encore plus immédiats sur les sociétés des pays à faibles revenus. Dans de vastes régions d’Afrique subsaharienne en particulier, des millions de personnes dépendent de leur revenu quotidien pour nourrir leur famille. Un confinement prolongé pourrait rapidement engendrer le désespoir et le désordre généralisés.

Le potentiel évident du Covid-19 à déclencher un sentiment xénophobe est également un phénomène préoccupant, en particulier dans les pays où les communautés d’immigrants sont importantes. Au début de la crise, les travailleurs chinois au Kenya ont été victimes de harcèlement à cause des soupçons selon lesquels les vols de China Southern Airline faisaient entrer le coronavirus dans le pays. Certains hommes politiques occidentaux, notamment le président américain Donald Trump, ont tenté d’attiser le ressentiment de Beijing par des plaisanteries sur le « virus chinois ». Il y a certaines indications selon lesquelles on assisterait à une augmentation des préjugés à l’égard des personnes d’origine chinoise aux Etats-Unis et dans d’autres pays occidentaux, ainsi qu’un risque sérieux que la maladie n’alimente encore davantage la violence raciste et dirigée contre les étrangers.


IV. Exploitation politique de la crise


Dans ce contexte de pressions sociales, les dirigeants politiques ont toute latitude pour tenter d’exploiter le Covid-19, soit pour consolider le pouvoir dans leur pays, soit pour poursuivre leurs intérêts à l’étranger. A court terme, de nombreux gouvernements semblent pris de court par la rapidité, la portée et le danger de l’épidémie et, dans certains cas, la maladie a infecté les élites politiques. Un foyer d’infection dans la capitale isolée du Brésil, Brasilia, a affecté un grand nombre de fonctionnaires et de responsables politiques. En Iran, des dizaines de cas ont été recensés parmi les hauts fonctionnaires et les parlementaires. Au Burkina Faso, où le gouvernement est déjà aux prises avec l’effondrement de l’autorité de l’Etat dans une grande partie du pays, une vague de cas a touché des membres du cabinet. La deuxième vice-présidente du parlement a été le premier décès enregistré en Afrique subsaharienne. Dans de tels cas, le virus est plus susceptible d’affaiblir la capacité des autorités à prendre des décisions concernant à la fois les questions de santé et d’autres crises urgentes.

Néanmoins, à mesure que la crise s'installe, certains dirigeants pourraient ordonner des mesures restrictives qui ont un sens pour la santé publique au plus fort de la crise, puis les prolonger dans l’espoir d’étouffer les dissensions une fois que la maladie aura reculé. Ces mesures pourraient inclure l’interdiction indéfinie des grands rassemblements publics – que de nombreux gouvernements ont déjà instaurée pour mettre un terme à la propagation du Covid-19 – afin d’empêcher les manifestations publiques. Là encore, la crise d’Ebola en Afrique de l’Ouest a créé des précédents : des groupes de la société civile locale et des partis d’opposition affirment que les autorités ont interdit les réunions plus longtemps que nécessaire afin de réprimer les protestations légitimes. Peut-être était-ce un signe avant-coureur de ce qui pourrait arriver en Hongrie, où le 21 mars, le Premier ministre Viktor Orban a demandé au parlement de prolonger indéfiniment l'état d'urgence qui prévoit des peines de cinq ans de prison pour ceux qui diffusent de fausses informations ou entravent la réponse de l’Etat à la crise.

Les élections prévues pour le premier semestre de 2020, voire plus tard, risquent également d'être reportées ; là aussi, la justification immédiate de santé publique peut être valable, mais la tentation d’utiliser le virus comme prétexte pour des retards supplémentaires et un resserrement de l’espace politique n’est pas loin. En effet, il y aura probablement de bonnes raisons pratiques de retarder les élections dans de tels cas. La pandémie, non seulement compliquera la planification nationale, mais elle entravera également le déploiement de missions internationales de soutien électoral et, le cas échéant, d’observation. Néanmoins, les partis d’opposition vont probablement soupçonner des tricheries, en particulier dans les pays où la confiance politique est réduite, où l’instabilité est récente, ou encore dans les cas où le gouvernement jouit d’une légitimité discutable ou a déjà manipulé les calendriers électoraux par le passé.

Là encore, il existe déjà des exemples. La présidente par intérim de Bolivie, Jeanine Añez, a annoncé le 21 mars que l’élection présidentielle prévue le 3 mai pour trouver un remplaçant à temps plein à Evo Morales – que les militaires ont évincé après des scrutins controversés en 2019 – serait reportée à une date future non précisée. Au Sri Lanka, une décision de la Commission électorale de reporter les élections parlementaires pour des raisons de santé publique pourrait accorder des pouvoirs accrus au président Gotabaya Rajapaksa – un nationaliste de la ligne dure associé à des violations des droits humains à l’encontre des minorités et de ceux qui critiquent le régime. Même si Rajapaksa a initialement souhaité que les élections puissent se dérouler normalement (ce qui témoigne de l’espoir d’une victoire écrasante), s’il décidait de refuser de rappeler le parlement tant que les élections n’auront pas eu lieu, la durée et la légalité de son régime provisoire pourraient bien susciter des controverses.

Certains dirigeants pourraient également voir le Covid-19 comme une couverture pour se lancer dans des aventures étrangères déstabilisantes, que ce soit pour détourner le mécontentement national ou parce qu’ils ont le sentiment qu’ils ne seront guère confrontés à une opposition structurée dans le contexte de la crise sanitaire mondiale. Aucune situation de ce type ne s’est encore présentée, et les analystes risquent désormais d’attribuer au Covid-19 des crises qui sont engendrées par d’autres facteurs. Néanmoins, alors que la pandémie préoccupe les grandes puissances et les organisations multilatérales, certains dirigeants pourraient considérer qu’ils peuvent s’affirmer d’une manière qu’ils jugeraient trop risquée dans une situation normale. Une série d’attaques contre des cibles américaines par des milices chiites soutenues par l’Iran en Iraq pourrait bien faire partie d’un effort déjà très actif de Téhéran pour pousser les Etats-Unis hors du Moyen-Orient. Mais étant donné que les dirigeants iraniens subissent déjà une énorme pression intérieure, le bilan du coronavirus pourrait également affecter ses calculs. Comme nous l’avons écrit, « se sentant assiégé et sans issue diplomatique manifeste, l’Iran pourrait conclure que seule une confrontation avec les Etats-Unis pourrait changer une trajectoire qui prend une direction très dangereuse ».

De même, pour les groupes jihadistes, la crise pourrait créer des occasions de lancer de nouvelles offensives contre des gouvernements affaiblis d’Afrique et du Moyen-Orient. Jusqu’à présent, ni l’Etat islamique (EI) ni aucune des différentes branches d’Al-Qaïda n’a affiché une vision stratégique claire concernant la pandémie (bien que l’EI ait diffusé des conseils sanitaires à ses militants sur la manière d'éviter la maladie en se basant sur le Coran). Néanmoins, comme l’a déjà fait valoir Crisis Group, les forces jihadistes ont tendance à « exploiter le chaos », en gagnant du terrain et des adeptes là où il existe déjà des conflits ou lorsque des Etats faibles sont confrontés à des troubles sociaux. L’EI, par exemple, a tiré parti du chaos post-2011 en Syrie pour arriver à un niveau de pouvoir que l’organisation n’aurait jamais atteint autrement. Il est possible que le chaos social et politique offre des occasions similaires pour les jihadistes à mesure que la crise actuelle se poursuit. Inversement, les groupes qui contrôlent des portions importantes du territoire – comme les Chabab en Somalie – pourraient, tout comme les gouvernements, faire face à une montée de la grogne populaire s’ils ne parviennent pas à enrayer l’épidémie de Covid-19.


V. Un tournant dans les relations entre les grandes puissances ?


Les effets potentiels du Covid-19 sur des points de tension spécifiques sont amplifiés par le fait que le système mondial était déjà en cours de réalignement. Ainsi, la période actuelle se distingue des autres crises internationales, encore relativement récentes. Lorsque la crise financière a provoqué un ralentissement économique mondial en 2008, les Etats-Unis avaient encore suffisamment d’influence pour façonner la réponse internationale par l’intermédiaire du G20, même si Washington a pris soin d’impliquer Beijing dans le processus. En 2014, les Etats-Unis ont pris les choses en main pour répondre d’une manière tardive et multilatérale à la crise d’Ebola en Afrique de l’Ouest, avec l’aide de pays tels que le Royaume-Uni, la France, la Chine ou Cuba. Aujourd'hui, les Etats-Unis – dont l’influence internationale s’était déjà considérablement affaiblie – ont simultanément mal géré leur réponse nationale au Covid-19, n’ont pas réussi à rassembler d’autres nations et ont suscité un ressentiment international. Le président Donald Trump n’a pas seulement insisté sur les origines chinoises de la maladie, mais a également critiqué le cafouillage de l’UE concernant le confinement.

En revanche, la Chine, après avoir dû faire face aux conséquences de la flambée initiale du virus, à sa décision précoce et couteuse de retenir l’information et à ses propres réactions inégales, et après avoir parfois cherché à blâmer les Etats-Unis en menant une campagne de désinformation irresponsable, voit maintenant dans la crise sanitaire une occasion de gagner de l’influence sur d’autres Etats par des gestes humanitaires.

La Chine a fait monter en puissance sa machine diplomatique pour se positionner comme chef de file de la réponse internationale à d’éventuelles épidémies généralisées de Covid-19 sur le continent africain. Le 16 mars, le milliardaire chinois Jack Ma a annoncé que sa fondation donnerait 20 000 kits de test, 100 000 masques et un millier d’unités d’équipements de protection à chacun des 54 pays du continent. Il a déclaré qu’il ferait transiter les dons par l’Ethiopie, et qu’il chargerait le Premier ministre Abiy Ahmed, lauréat du prix Nobel de la paix en 2019, de coordonner la distribution. Le 19 mars, Beijing a encore renforcé sa diplomatie dans ce domaine, en annonçant le projet de construction d’un centre de recherche africain pour la prévention et le contrôle des maladies à Nairobi. Beijing a également proposé une assistance aux membres de l’UE, atténuant ainsi les critiques européennes concernant sa gestion initiale de la contagion à Wuhan.


Dans l’ensemble, malgré les appels à l’unité de l’OMS, la pandémie prend une dimension géopolitique qui divise. Certains dirigeants l’ont formulée très clairement en ces termes. Le président serbe Aleksandar Vučić, par exemple, a déclaré que, faute d'un véritable soutien de l’UE, « tous mes espoirs personnels sont tournés vers la Chine et son président ». Alors que Riyad, qui préside actuellement le G20, a appelé à un « sommet virtuel » des dirigeants (similaire à celui déjà tenu par le G7), la crise pourrait renforcer les tensions entre Washington, Beijing et d’autres puissances. Les experts de l’UE ont indiqué que la Russie propageait la désinformation sur le Covid-19 dans les pays occidentaux. Le fait de se jouer des grandes puissances pour profiter du désordre général pourrait non seulement compliquer la coopération technique contre le Covid-19, mais aussi rendre plus difficile pour les puissances de s’entendre sur la manière de gérer les différends politiques que le virus crée ou exacerbe.

Plus généralement, le coronavirus et la manière dont il sera traité sont susceptibles d’avoir une influence profonde sur l'ordre multilatéral qui émergera dans son sillage. Il est trop tôt pour évaluer ces implications. Pour l’instant, on peut discerner deux discours contradictoires qui commencent à gagner du terrain – l’un selon lequel les pays devraient s’unir pour mieux vaincre le Covid-19, et l’autre selon lequel les pays devraient se démarquer afin de mieux se protéger. La crise représente également un test frappant des opinions divergentes des Etats libéraux et non libéraux pour mieux gérer la détresse sociale extrême. A mesure que la pandémie se développera, elle mettra à l’épreuve non seulement les capacités opérationnelles d’organisations comme les Nations unies et l’OMS, mais aussi les hypothèses de base sur les valeurs et les négociations politiques qui les sous-tendent.


VI. Opportunités à saisir


De nombreux voyants sont au rouge dans le contexte de la crise de Covid-19, mais il y a également des lueurs d’espoir. L’ampleur de l’épidémie permet des gestes humanitaires entre rivaux. Les Emirats arabes unis ont, par exemple, acheminé par avion plus de 30 tonnes d’aide humanitaire à l’Iran pour lutter contre la maladie (le Bahreïn, en revanche, a profité de l’occasion pour accuser la République islamique d’ « agression biologique »). Les Etats ayant des relations plus étroites avec l’Iran, dont le Koweït et le Qatar, ont également offert leur aide. Le président Trump a écrit au dirigeant de la Corée du Nord, Kim Jong-un, pour lui faire part de sa volonté d’aider Pyongyang à lutter contre la maladie, ce qui a suscité un message de gratitude. Malgré la fermeture de ses frontières avec le Venezuela, le gouvernement colombien a également eu son premier contact officiel avec Caracas depuis plus d’un an, sous l’égide de l’Organisation panaméricaine de la santé, dans le cadre d’une téléconférence visant à discuter d’une réponse commune en matière de soins de santé dans les zones frontalières. Les responsables politiques anti-chavistes ont également pris des mesures provisoires pour travailler avec leurs rivaux afin de résoudre la crise, comme cela s’est produit dans l’Etat frontalier de Táchira.

Deux autres exemples : dans le Caucase, les Etats-Unis ont envoyé des secours à la région sécessionniste géorgienne d’Abkhazie pour la première fois depuis plus d’une décennie en vue de lutter contre le Covid-19, même si les autorités abkhazes coordonnent leur action avec Moscou plutôt qu’avec Tbilissi. Aux Philippines, le président Rodrigo Duterte, belliciste en temps normal, a annoncé un cessez-le-feu unilatéral d’un mois avec les rebelles communistes, afin de laisser aux forces gouvernementales le temps de se concentrer sur la pandémie.

Il ne s’agit là que de mesures positives relativement modestes. Mais à mesure que la catastrophe s’étend et que les économies se contractent, les pressions pourraient se renforcer sur les gouvernements et l’opposition dans des situations polarisées pour trouver un terrain d’entente si c’est une condition préalable à la stabilité et pour bénéficier de l’aide internationale. Des études universitaires montrent que les parties en guerre réagissent souvent aux catastrophes naturelles par des accords visant à réduire la violence. Une dynamique similaire pourrait s’appliquer dans certains conflits face au Covid-19, même si, étant donnée l’ampleur de la crise – et sa nouvelle incidence sur la diplomatie internationale –, les médiateurs extérieurs et les organisations multilatérales pourraient rencontrer plus de difficultés à soutenir les initiatives de paix que dans un contexte plus habituel.

Au début du mois, Crisis Group a insisté auprès des Etats-Unis et de l’Iran pour qu’ils saisissent ce moment et parviennent à une entente mutuellement bénéfique : Téhéran libérerait tous ses détenus binationaux ou étrangers (qui sont confrontés à des risques réels d’infection dans les prisons iraniennes) tandis que Washington assouplirait ses sanctions (qui exacerbent la situation humanitaire difficile à laquelle l’Iran est confronté en raison de sa propre mauvaise gestion de la crise du Covid-19). Depuis lors, Téhéran a fait des concessions sur les prisonniers – en échangeant un détenu français contre un Iranien détenu en France et en permettant à une prisonnière Irano-Britannique de sortir temporairement de prison. Alors que les Etats-Unis ont déclaré qu’ils enverraient une aide humanitaire à l’Iran, les dirigeants de la République islamique ont rapidement rejeté l’offre, la jugeant hypocrite et soulignant le fait que les sanctions américaines restaient pleinement en vigueur. Le Guide suprême, l’Ayatollah Ali Khamenei, a fait référence à des théories conspirationnistes selon lesquelles les Etats-Unis seraient responsables de la maladie.


VII. Mesures potentielles d’atténuation de la crise


A l’avenir, les gouvernements devront décider s’ils soutiennent des approches plus coopératives pour gérer la crise, non seulement en termes de santé publique mondiale, mais aussi dans sa dimension politique et sécuritaire. Les pressions augmentent sur les dirigeants pour qu’ils se concentrent sur les priorités nationales, qu’ils y consacrent de l’argent et du capital politique, et, en particulier, qu’ils ignorent les risques de conflits dans les Etats faibles pouvant sembler difficiles à résoudre ou simplement pas assez importants pour qu’on s’en préoccupe. Mais il y aura un après Covid-19, et si la période à venir n’est pas gérée avec sagesse, elle pourrait être marquée par des perturbations majeures dans des zones déjà en proie à des conflits, l’éruption de nouvelles violences et un système multilatéral beaucoup plus fragile. Crisis Group suivra les tendances négatives et positives que nous avons déjà développées et surveillera également si les Etats et les institutions multilatérales prennent des mesures de prévention et d’atténuation pour limiter l’impact de la pandémie sur la paix et la sécurité.

Dans cet esprit, et pour atténuer le risque que le Covid-19 entraine une nouvelle génération de crises sécuritaires, les gouvernements attachés à limiter l’impact de la pandémie pourraient envisager les mesures suivantes :

- Suivre les évaluations des besoins des Nations unies, du Comité international de la Croix-Rouge et d’autres organismes compétents, et injecter les fonds essentiels liés au Covid-19 dans l’aide humanitaire, en particulier pour les réfugiés et les personnes déplacées, en tenant compte des risques sans commune mesure pour les femmes déplacées ;

- Travailler avec les Nations unies, le Fonds monétaire international et la Banque mondiale – qui ont déjà commencé à mobiliser des fonds pour remédier aux défaillances des systèmes de santé et aux secousses économiques résultant du Covid-19 – pour évaluer les chocs sociaux et politiques que la pandémie pourrait faire subir aux gouvernements des Etats faibles, et proposer une aide financière et un allègement de la dette ;

- Offrir une aide aux Etats touchés par le Covid-19 et faisant l’objet de sanctions, par le biais de cadres multilatéraux tels que l’UE ou l’ONU, ou par la suspension de sanctions unilatérales, selon le cas, ne serait-ce que temporairement, pour des raisons humanitaires, et supprimer tout obstacle à l’acheminement de biens humanitaires ;

- Essayer de maintenir les processus de paix et les efforts de prévention des conflits en travaillant avec les envoyés des Nations unies et d’autres médiateurs pour, par exemple, maintenir des communications électroniques sécurisées avec les parties en conflit ;

- Lorsque les autorités retardent les élections ou d’autres scrutins pour des raisons légitimes liées au Covid-19, proposer un soutien extérieur – comme des déclarations d’assistance électorale supplémentaire une fois que la maladie aura disparu, ou une diplomatie discrète entre les parties – pour signaler aux citoyens qu’ils pourront bien finalement voter ;

- Dans la mesure du possible, établir ou renforcer les voies diplomatiques à double sens entre les Etats et les acteurs non étatiques les plus touchés par la crise afin de communiquer sur les risques potentiels d’escalade dans les régions tendues ;

- Investir dans les efforts menés par l’OMS, les médias indépendants, les organisations non gouvernementales et la société civile pour partager des informations impartiales sur le Covid-19 dans les Etats faibles afin de contrer les rumeurs et la manipulation politique de la crise ainsi que pour ne pas perdre de vue les conflits qui nécessitent une aide internationale.

La pandémie du Covid-19 promet d'être longue et épuisante. Elle rendra la diplomatie, et surtout la diplomatie de crise, plus difficile. Mais il est crucial de maintenir les canaux de communication – et l’esprit de coopération – intacts dans une période où le système international semble plus que jamais prêt à se fragmenter.


New York/Bruxelles, 24 mars 2020

 

 

Crisis Group, 7 February 2020


Dernièrement, l'Union africaine a pris une part plus active dans la gestion des questions de paix et de sécurité sur le continent. Notre revue annuelle identifie huits situations dans lesquelles l'intervention de l'organisation pourrait contribuer à résoudre, mitiger ou éviter un conflit.

 

Que se passe-t-il ? Les chefs d’Etat africains se réunissent cette semaine à Addis-Abeba pour le sommet annuel de l’Union africaine. Le thème de cette année, « Faire taire les armes », fait écho à la volonté de l’organisation continentale exprimée par le passé de mettre un terme aux conflits et d’empêcher les génocides en Afrique.

En quoi est-ce significatif ? L’Union africaine a assumé davantage de responsabilités en matière de gestion des conflits en Afrique, avec un certain succès, notamment au Soudan et en République centrafricaine récemment. Pourtant, l’organisation pourrait redoubler d’efforts dans le cadre de nombreux conflits. Les chefs d’Etat africains semblent de moins en moins engagés dans les efforts collectifs de rétablissement de la paix et plus méfiants quant au rôle de l’Union africaine en matière de paix et de sécurité.

Comment agir ? L’Union africaine et le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, qui assume la présidence tournante de l’Union africaine en 2020, doivent saisir l’occasion de la réunion d’Addis-Abeba pour inciter les chefs d’Etat africains à déployer des efforts plus intenses en faveur de la lutte contre les crises les plus meurtrières qui touchent actuellement le continent africain. Ce briefing définit huit priorités de l’Union africaine pour 2020.


Synthèse


Les chefs d’Etat africains se réuniront cette semaine à Addis-Abeba (Ethiopie) pour le sommet annuel de l’Union africaine (UA). Le thème de cette année, « Faire taire les armes », a pour but de raviver la volonté des chefs d’Etat africains exprimée en 2013 de mettre un terme aux conflits et d’empêcher les génocides en Afrique d’ici à 2020. Même si l’objectif de résoudre tous les conflits en l’espace de sept ans se voulait très ambitieux, l’UA a enregistré quelques réussites. Par exemple, au cours de la dernière année seulement, l’organisation est intervenue à des moments critiques pour sauvegarder la révolution au Soudan et empêcher le pays de sombrer dans la violence. Elle a aussi contribué à la signature d’un accord entre le gouvernement et les rebelles en République centrafricaine. Toutefois, dans d’autres régions, telles que le Cameroun, le Sahel et le Soudan du Sud, l’organisation n’a pas atteint les objectifs fixés. De plus, les chefs d’Etat africains se montrent aujourd’hui plus méfiants à l’égard des efforts collectifs de rétablissement de la paix, certains étant visiblement désireux de limiter le rôle de l’instance continentale en matière de paix et de sécurité. L’Afrique du Sud, qui assumera la présidence tournante de l’UA lorsque le sommet commencera, pourrait saisir l’occasion de cette réunion pour relancer les efforts de l’Afrique visant à apaiser les crises les plus meurtrières qui touchent actuellement le continent.

En 2019, l’UA a conduit des interventions remarquées dans le cadre de deux crises majeures. Le Conseil de paix et de sécurité (CPS), l’organe décisionnaire permanent de l’UA chargé de la prévention, la gestion et la résolution des conflits, a fait preuve de détermination après la destitution du président du Soudan, Omar el-Béchir. Malgré l’opposition de la présidence de l’UA, assumée par le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, le CPS a suspendu, début juin, l’adhésion du Soudan à l’organisation en réaction au massacre de manifestants pacifiques par les militaires putschistes. L’UA a ensuite servi de médiateur entre les dirigeants civils et les chefs militaires. En outre, l’UA a affirmé son contrôle sur le processus de paix en République centrafricaine, en parrainant un accord entre le gouvernement et quatorze groupes rebelles, tout en phagocytant une initiative russo-soudanaise qui menaçait de se transformer en dialogue parallèle. L’accord n’a peut-être pas réduit la violence de manière significative, mais il a permis d’attirer à nouveau l’attention internationale sur la crise et d’obtenir le soutien des diplomates en faveur d’un processus de médiation unique.

Dans les autres pays, les résultats de l’UA sont plus mitigés. L’organisation n’a pas réussi à empêcher la crise anglophone au Cameroun de dégénérer en un conflit pouvant être assimilé à une guerre civile de grande ampleur. Elle est restée spectatrice de l’instabilité qui affecte le Sahel et a conservé un rôle d’arrière-plan dans les efforts visant à mettre fin au conflit sanglant qui sévit au Soudan du Sud. Plus largement, même si l’UA a condamné des coups d’Etat, elle a eu bien du mal à réagir aux élections truquées et aux plans des dirigeants visant à modifier les règles pour conserver le pouvoir. Il est particulièrement inquiétant de constater que l’engagement des responsables africains dans les efforts multilatéraux de contrôle des conflits sur le continent semble avoir diminué. Le CPS se réunit moins souvent au niveau des chefs d’Etat. En dépit de l’apparente volonté de « Faire taire les armes », le projet d’ordre du jour du sommet à venir laisse penser que les discussions consacrées à la paix et la sécurité ne seront pas au cœur des débats et que le nombre de réunions de haut niveau prévues en marge du sommet pour traiter de chaque conflit sera inférieur à celui des années précédentes. Cette situation, si elle était avérée, serait à déplorer, car un engagement accru et plus soutenu des chefs d’Etat africains permettrait de limiter plusieurs crises qui touchent actuellement le continent.

La gestion interne de l’UA en 2020 risque également de détourner l’attention du processus de rétablissement de la paix. Premièrement, les préparatifs à la constitution d’une nouvelle Commission en 2021, le Secrétariat de l’UA, risquent d’entraver les efforts en ce sens. La réélection du président, Moussa Faki, et des autres membres de la commission sera soumise à de nouvelles procédures de recrutement plus strictes. Ils feront certainement campagne pour conserver leurs postes, ce qui est tout à fait raisonnable, mais ne devront pas pour autant perdre de vue l’activité principale de l’organisation.

Deuxièmement, la fusion des départements « Affaires politiques » et « Paix et Sécurité » est en cours. Ce regroupement semble approprié, car les tâches des deux départements sont intimement liées : la politique est la pierre angulaire de la plupart des conflits du continent et des efforts déployés pour les résoudre. Toutefois, les chefs d’Etat africains voient cette fusion comme l’occasion de supprimer des emplois, faire des économies et affaiblir la commission, dont l’influence dans le domaine de la paix et la sécurité suscite de la méfiance chez nombre d’entre eux. Les propositions actuelles suggèrent la suppression de 40 pour cent des postes. Une telle coupe au sein de départements déjà en sous-effectif aurait des conséquences désastreuses pour le moral du personnel et réduirait la capacité de l’UA à faire face aux crises qui touchent le continent. Les Etats membres devraient faire machine arrière et s’assurer que la commission dispose des effectifs et des ressources adéquates.

Le sommet de février est l’occasion pour l’UA et les chefs d’Etat africains d’afficher clairement leurs ambitions quant à la résolution de certaines des pires crises qui affectent le continent. Dès l’ouverture du sommet, l’Afrique du Sud remplacera l’Égypte à la présidence tournante de l’UA et « Faire taire les armes » sera la priorité de son mandat à la tête de l’organisation. Pendant plus d’une décennie, l’Afrique du Sud n’a pas déployé toute sa force d’influence sur la scène internationale. Cependant, la présidence de l’UA et un siège au Conseil de sécurité de l’ONU devraient offrir à Pretoria une occasion rare de concentrer son attention sur les conflits d’importance, non seulement pour ses intérêts nationaux, mais aussi pour l’UA et les programmes des Nations unies. Le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, devrait chercher à inciter les chefs d’Etat africains à déployer des efforts plus intenses en faveur de la paix et de la sécurité sur le continent. Cyril Ramaphosa et l’UA pourront se concentrer sur les huit domaines suivants au cours de cette année :

Chercher à obtenir un compromis avec les Nations unies quant au cofinancement des opérations de paix.

Soutenir les élections cruciales en Ethiopie et se tenir prêt à jouer le rôle de médiateur en cas de contestation des résultats.

Dissuader les chefs d’Etat de Côte d’Ivoire et de Guinée de faire usage d’amendements constitutionnels pour se maintenir au pouvoir.

Aider à calmer l’insurrection au Burkina Faso et empêcher les violences électorales.

Inciter Yaoundé et les séparatistes à engager un dialogue plus inclusif pour aider à mettre fin à la crise qui sévit dans les régions anglophones du Cameroun.

Pousser le gouvernement somalien et les dirigeants régionaux vers un compromis en vue des élections en Somalie.

Amener les chefs d’Etat d’Afrique de l’Est à redoubler d’efforts pour maintenir le processus de paix au Soudan du Sud sur la bonne voie.

Soutenir la transition du Soudan en proposant d’assumer le rôle de garant de l’accord passé entre les forces de sécurité et les dirigeants civils.
Bien que non exhaustive, cette liste répertorie les actions qui auront vraisemblablement le plus d’impact au cours de l’année à venir. Les étapes mentionnées ci-après ne feront pas taire les armes en Afrique, mais elles permettront, dans une certaine mesure, de limiter la destruction et les traumatismes engendrés par les conflits les plus violents du continent.


I. Chercher à obtenir un compromis avec les Nations unies quant au cofinancement des opérations de paix


L’UA et les Nations unies sont aux prises depuis plus de dix ans avec la question de savoir si les contributions des Nations unies pourraient servir à financer les opérations de soutien à la paix de l’UA. Toutefois, ces deux dernières années, les discussions se sont intensifiées et complexifiées. En septembre, l’UA a suspendu les négociations portant sur un accord qui permettrait aux Nations unies de cofinancer certaines missions de l’UA et ce, afin que ses dirigeants puissent examiner les éléments clés des modalités proposées et adopter une position commune.

Les discussions s’articulent essentiellement autour des efforts déployés par l’UA pour parvenir à un accord dans lequel les Nations unies couvriraient 75 pour cent du coût des missions de maintien de la paix dirigées par l’UA et autorisées par le Conseil de sécurité, et où l’UA assumerait les 25 pour cent restants. Un accord en ces termes serait bénéfique à la fois pour l’UA et pour les Nations unies, aucune d’elles n’étant en position de faire face, sans l’aide de l’autre, à la dynamique des conflits en constante mutation qui touchent le continent. Bien que l’UA soit prête à engager les missions d’imposition de la paix et de lutte contre le terrorisme dont le continent a besoin pour aider à stabiliser la situation des Etats africains, et qu’elle ait les capacités de le faire, elle ne dispose pas des ressources financières suffisantes pour assurer le soutien stable et prévisible de ces opérations. Les Nations unies peuvent toutefois fournir cet appui. De son côté, le Conseil de sécurité des Nations unies peut tirer parti de la volonté de l’UA d’entreprendre les missions difficiles dont les répercussions sur la paix et la sécurité vont bien au-delà des frontières de l’Afrique et qui dépassent la portée des opérations de maintien de la paix déployées traditionnellement par les Nations unies.

Toutefois, la conclusion d’un accord de cofinancement a été entravée par certaines problématiques complexes et sensibles d’un point de vue politique. Ces dernières années, les discussions entre l’UA et les Nations unies ont achoppé sur trois d’entre elles. La première problématique concerne l’incapacité des parties à définir clairement la manière dont l’UA honorera ses obligations financières selon la répartition 25/75 proposée actuellement, avec certains membres du Conseil de sécurité ayant exprimé leurs inquiétudes quant au fait que l’organisme africain tiendrait ses engagements. La deuxième porte sur la remise en question, par les membres du Conseil de sécurité, de la capacité des missions de l’UA à respecter le droit international des droits humains et les normes des Nations unies relatives à la responsabilité et la transparence financières. Enfin, la troisième problématique concerne la désignation de l’une des deux institutions à la tête de l’ensemble des forces.

La suspension des négociations est une occasion bienvenue pour l’UA et les Nations unies de clarifier leurs positions respectives et de décider des efforts qu’elles sont prêtes à fournir pour parvenir à un compromis. Si les deux institutions souhaitent instaurer un cofinancement, les grandes lignes d’un accord peuvent être définies : l’UA pourrait envoyer des troupes (qui ne seraient pas financées par les Nations unies ou des donateurs) comme paiement en nature pour honorer sa part de la répartition des charges selon la formule 25/75. Les Nations unies pourraient reconnaître davantage les progrès réalisés par l’UA quant à la mise en œuvre de mécanismes de respect des droits humains, tout en en gardant à l’esprit que la véritable preuve de conformité sera fournie lorsque les missions seront en cours de déploiement. L’UA et les Nations unies pourraient s’appuyer sur la Cinquième Commission des Nations unies pour surveiller la gouvernance financière. Enfin, les parties pourraient exiger des commandants des forces qu’ils remettent leurs rapports aux deux organisations.

Cet accord n’est peut-être pas parfait, que ce soit du point de vue de l’UA ou des Nations unies, mais il constitue une bien meilleure alternative que de laisser les missions de soutien à la paix de l’UA continuer à faire face aux difficultés financières qu’elles rencontrent dans le cadre des arrangements financiers ad hoc, et de prendre le risque que certains besoins essentiels en matière de paix et de sécurité en Afrique ne soient pas satisfaits. Il offre aux parties la possibilité de parvenir à un accord qui aiderait les deux institutions à assumer leurs responsabilités communes en matière de prévention, de gestion et de résolution des conflits en Afrique. Elles devraient la saisir.


II. Se préparer à soutenir les élections en Ethiopie


L’Ethiopie, le deuxième pays le plus peuplé du continent africain, traverse actuellement une période de transition certes prometteuse, mais agitée. Le gouvernement du Premier ministre, Abiy Ahmed, s’est engagé à ce que les élections provisoirement prévues le 16 août 2020 soient les plus pacifiques et ouvertes de l’histoire du pays. Cependant, des frictions grandissantes entre communautés qui ont fait des centaines de morts et des millions de déplacés au cours des dernières années menacent d’assombrir les élections, voire de les faire échouer, car les dirigeants pourraient essayer de manipuler les divisions sociales à leur avantage. L’UA est bien entendu réticente à l’idée d’intervenir dans les affaires intérieures de l’Ethiopie, notamment du fait que son siège se situe dans la capitale éthiopienne, Addis-Abeba. Toutefois, au vu de l’importance capitale des élections dans la transition et la stabilité du pays, l’UA devrait apporter son soutien à la préparation des élections et envoyer une large équipe d’observation. Elle devrait également se tenir prête à jouer le rôle de médiateur en cas de contestation des résultats, si elle est invitée à le faire.

Depuis son entrée au pouvoir en avril 2018, en surfant sur la vague des protestations massives qui marquent le pays depuis 2014, Abiy Ahmed a réalisé des progrès considérables en faveur de l’ouverture des systèmes autoritaires dont il a hérité, notamment en libérant des prisonniers politiques, en permettant le retour de groupes dissidents et en nommant des réformateurs au sein d’institutions clés, telle que la nouvelle Commission électorale nationale d’Ethiopie. Cette large ouverture a toutefois fait ressortir des tensions ethniques autrefois enfouies, telles que des ressentiments de longue date au sein des trois communautés les plus influentes, les Omoros, les Amharas et les Tigréens, et entre ces communautés. Les élections pourraient accentuer ces clivages ethnorégionaux, tandis que l’insécurité persistante pourrait rendre difficile l’organisation d’élections crédibles.

La nouvelle Commission électorale d’Ethiopie qui dispose de peu d’expérience est actuellement sous pression pour organiser des élections nationales en moins de sept mois. L’institution a été félicitée pour sa bonne gestion du référendum de novembre 2019 sur l’indépendance régionale de la zone Sidama, mais les élections à venir constituent un enjeu bien plus important. Les limites des capacités de la commission électorale se font déjà jour : elle doit encore établir une liste des électeurs et publier les règles électorales. L’UA doit apporter un appui technique à la Commission et lui fournir notamment des conseils en matière de sécurisation des élections et de résolution des différends.

L’UA doit également exprimer sa volonté de déployer une mission de surveillance électorale. L’ampleur et la complexité des élections, pour lesquelles près de 50 000 bureaux de vote et 250 000 agents sont prévus, nécessitent le soutien d’une équipe d’observation importante. Celle-ci devra être déployée bien en amont des élections de sorte à couvrir la totalité du territoire et pouvoir accorder une attention particulière aux éventuels foyers de tension. En outre, l’UA peut assumer un rôle crucial dans la coordination des observateurs internationaux, comme cela a été le cas durant les élections contestées au Kenya en 2017, où elle a diffusé des informations et publié des déclarations conjointes, en collaboration avec l’Union européenne et d’autres observateurs. Comme mesure de précaution, il serait utile de désigner un chargé de mission disposant d’une influence politique et d’une expérience suffisantes pour agir comme médiateur. L’UA, et sa mission une fois déployée, devront également exhorter les autorités éthiopiennes à renoncer aux déclarations incendiaires qui entravent de plus en plus la transition.


III. Éviter la violence alimentée par les chefs d’Etat qui amendent les règles
constitutionnelles pour se maintenir au pouvoir

Outre l’Ethiopie, 21 autres pays africains devraient organiser des élections présidentielles, parlementaires ou locales en 2020. Nombre de ces pays sont touchés par des conflits ou s’en relèvent et des élections litigieuses pourraient se terminer dans une effusion de sang. Dans certains cas, les « coups constitutionnels », à savoir la tentative des personnes au pouvoir de modifier les règles pour prolonger leur mandat, risquent d’alimenter la colère et d’accroître la menace de violences électorales. Depuis sa création en 2002, l’UA a fermement condamné les prises de pouvoir militaires en prenant des mesures d’ostracisme si fortes que peu sont enclins aujourd’hui à mener des coups de manière aussi manifeste. Pourtant, elle ne s’est pas montrée aussi sévère envers les dirigeants tentant de contourner les règles relatives à la durée du mandat. Son incapacité ou son refus de s’exprimer à ce sujet affaiblit sa prise de position ferme contre les changements anticonstitutionnels de gouvernement. Les élections en Côte d’Ivoire et en Guinée prévues en 2020 sont particulièrement exposées au risque de violence en raison des révisions constitutionnelles très controversées contre lesquelles l’UA devrait prendre plus fermement position.

En Côte d’Ivoire, le président Alassane Ouattara, qui a déjà effectué deux mandats, a émis des déclarations contradictoires quant à son intention de briguer un troisième mandat en octobre. Il a affirmé plusieurs fois ne probablement pas se représenter. Toutefois, récemment, il a déclaré qu’il ferait connaître sa décision finale en juillet 2020. Il a également menacé de participer si ses principaux rivaux, et en particulier l’ancien président Henri Konan Bédié, décidaient de se présenter aux élections. Alassane Ouattara craint qu’Henri Konan Bédié batte son successeur favori, Amadou Gon Coulibaly, le Premier ministre actuel. Le président a longtemps soutenu qu’un troisième mandat était possible, malgré la limite de deux mandats fixée par la Constitution. Il avance comme argument que puisque la nouvelle Constitution est entrée en vigueur en 2016, le mandat qu’il a servi avant cette date n’est pas comptabilisé dans la limite des deux mandats fixée par la Constitution.

Henri Konan Bédié est actuellement en pourparlers avec un autre ancien président, Laurent Gbagbo, concernant une alliance entre leurs partis respectifs. Si une telle alliance venait à être créée, le parti d’Alassane Ouattara ferait face à une coalition d’opposition de poids qui pourrait donner lieu à des élections très serrées. Pour compliquer un peu plus la situation, Laurent Gbagbo menace désormais de revenir en Côte d’Ivoire après avoir été acquitté par la Cour pénale internationale des crimes contre l’humanité dont il était accusé. Son retour pourrait raviver les conflits. En effet, son refus d’admettre sa défaite face à Alassane Ouattara aux élections de 2010 avait déclenché des violences qui ont coûté la vie à plus de 3 000 personnes. Le retour possible de Laurent Gbagbo associé à l’éventuelle décision d’Alassane Ouattara de briguer un troisième mandat pourrait faire craindre la reprise des massacres de 2010, en particulier si les partisans de Laurent Gbagbo descendent dans la rue et déclenchent des affrontements avec les forces de sécurité ou les défenseurs d’Alassane Ouattara.

L’UA, soutenue par la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) et le Bureau des Nations unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (Unowas), devrait exhorter Alassane Ouattara à se retirer. En outre, ces organisations devraient appeler les chefs d’Etat à éviter tout discours qui pourrait aviver les tensions et les inciter à s’engager à recourir uniquement à des moyens légaux en cas de contestation des résultats. Les deux institutions devraient également proposer d’envoyer des observateurs électoraux.

Dans la Guinée voisine, pas moins de 30 personnes, principalement des protestataires, ont perdu la vie depuis octobre 2019 dans des manifestations contre le possible amendement constitutionnel qui permettrait au président Alpha Condé, 81 ans, de briguer un troisième mandat. Même si la Constitution actuelle fixe une limite de deux mandats, le projet de révision n’indique pas expressément si le nombre de mandats pourra être remis à zéro. Il est donc encore possible qu’Alpha Condé conteste les élections d’octobre. Beaucoup sont convaincus qu’il le fera. La destitution organisée par Alpha Condé en 2018 du président de la cour constitutionnelle, qui avait clairement refusé de soutenir une interprétation de la Constitution qui permettrait au président d’exercer un troisième mandat, n’a fait que renforcer les préoccupations à ce sujet. Les partisans du président font campagne pour un troisième mandat depuis déjà plusieurs mois.

Pour éviter une recrudescence de la violence, l’UA et la Cedeao devraient appeler Alpha Condé à s’abstenir de modifier la Constitution en vue de renouveler son mandat et l’encourager à ne pas se représenter. Elles devraient inciter vivement le gouvernement à laisser l’opposition faire campagne librement et s’assurer que les membres des forces de sécurité responsables des récentes attaques contre les civils soient amenés à rendre des comptes. D’ici là, l’UA et la Cedeao devraient exprimer leur volonté d’envoyer également des observateurs électoraux en Guinée.


IV. Aider le Burkina Faso à contenir l’insurrection rurale et empêcher les violences
électorales

Les troubles au Burkina Faso ne montrent aucun signe d’apaisement en 2020. Depuis 2016, les combats entre les forces de sécurité et les militants islamistes qui sévissent dans le Nord du pays se sont intensifiés et répandus à l’Est et au Sud. Par ailleurs, le banditisme, les rivalités entre les éleveurs et les agriculteurs, ainsi que les revendications territoriales ont alimenté les conflits intercommunautaires locaux. C’est également le cas de la multiplication des « forces d’autodéfense », ces justiciers qui apportent leur soutien à l’armée pour faire face aux militants. Jusqu’à présent, l’UA s’est intéressée au Burkina Faso à travers le prisme du Mali et du Sahel, mais l’instabilité croissante dans le pays nécessite désormais une plus grande attention de sa part.

En 2019, le nombre de décès dus aux violences était plus élevé au Burkina Faso, avec plus de 2 000 personnes tuées, qu’au Mali, généralement considéré comme l’épicentre des troubles au Sahel. Plus d’un demi-million de personnes ont fui leurs foyers et près de 1,2 million aurait besoin d’une aide humanitaire d’urgence. Même si les conflits se concentrent dans les zones rurales, les tensions dans les villes, et en particulier dans la capitale Ouagadougou, sont aussi en progression. L’année dernière, le projet Armed Conflict Location and Event Data Project a recensé 160 manifestations contre les conditions de vie déplorables, le manque de réformes économiques et l’incapacité du gouvernement à mettre fin à l’insurrection. Certaines d’entre elles se sont transformées en véritables émeutes.

L’instabilité pourrait compromettre la légitimité des élections législatives et présidentielles prévues en novembre. Aussi bien le gouvernement que l’opposition peinent à maintenir leur influence et pourraient mobiliser des groupes d’autodéfense pour maîtriser les rivalités, inciter leurs propres électeurs à se rendre aux urnes et dissuader les partisans de leurs rivaux à voter. Plus les membres des groupes d’autodéfense enrôlés seront nombreux, plus il est probable que des violences entachent la campagne. Les autorités ont de plus en plus recours à la répression pour faire taire la montée des critiques, arrêter les activistes et restreindre les activités des partis d’opposition. L’intérêt accordé aux élections détourne l’attention du gouvernement de la lutte contre l’insurrection, pourtant si cruciale.

L’UA peut prendre des mesures pour empêcher les violences électorales et protéger l’intégrité des élections. En collaboration avec la Cedeao, les Nations unies et l’Union européenne, elle devrait exhorter le gouvernement et l’opposition à renouer le dialogue engagé en juillet dernier afin de définir des paramètres électoraux et d’apaiser les violences politiques, en particulier les affrontements intercommunautaires. L’UA doit continuer à fournir un appui technique à la Commission électorale pour renforcer ses capacités en matière de sécurité et de résolution des conflits. Une mission d’observation électorale de l’UA pourrait contribuer à dissuader les violences pendant le scrutin et sera d’autant plus importante qu’il semble peu probable que l’Union européenne déploie des observateurs. Si elle y est invitée, l’UA devrait envoyer une équipe de surveillance dirigée par une personnalité politique influente qui serait également en mesure de jouer un rôle de médiation le cas échéant.

Par ailleurs, l’UA devrait s’attaquer aux autres facteurs de l’instabilité au Burkina Faso. Elle pourrait enjoindre le gouvernement à lutter contre les abus des forces armées et à limiter son recours aux groupes d’autodéfense pour combattre les militants. L’organisation devrait rapidement finaliser sa stratégie de stabilisation du Sahel et commencer à la mettre en œuvre. Elle devrait aider tout particulièrement les autorités burkinabè à établir un plan national de résolution des différends portant sur les terres et les ressources naturelles qui alimentent l’expansion de la mouvance jihadiste et font le lit d’autres conflits. La stratégie de l’UA pour le Sahel devrait aussi prévoir la démobilisation des groupes d’autodéfense, ou du moins une meilleure régulation de leur rôle, la réduction des abus commis par les forces de sécurité et le retour des services de base en milieu rural, y compris les services de santé, d’éducation, de règlement des différends et de développement économique. Bien que le plan de l’UA pour le Sahel ne soit qu’un élément dans une myriade de plans similaires, l’organisation continentale a l’avantage de pouvoir collaborer plus étroitement avec les groupements sous-régionaux et les gouvernements du Sahel. L’UA pourrait ainsi susciter l’adhésion d’un plus grand nombre d’acteurs locaux en faveur de ses propositions.


V. Faire avancer le dialogue inclusif au Cameroun


La crise anglophone au Cameroun a fait environ 3 000 morts depuis 2017 et a fait des ravages parmi les citoyens. Les combats entre les rebelles séparatistes et les forces de sécurité dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest anglophones ont provoqué le déplacement de 700 000 personnes et forcé 52 000 d’entre elles à fuir au Nigéria, selon les Nations unies. La moitié des anglophones a maintenant besoin d’une aide humanitaire, soit quinze fois plus qu’il y a trois ans, lorsque le conflit a commencé. Pour la quatrième année consécutive, les écoles sont fermées dans les zones anglophones et 800 000 enfants (85 pour cent de la population anglophone en âge d’être scolarisée) n’ont désormais plus accès à l’éducation. Sans une médiation externe entre le gouvernement et les dirigeants séparatistes, les conditions vont presque certainement se détériorer davantage. L’UA doit faire passer le Cameroun au premier plan de son programme de paix et de sécurité et encourager les parties au conflit à s’engager plus fortement dans un dialogue inclusif. Elle doit également pousser le gouvernement camerounais à autoriser une mission d’observation de l’UA pendant les élections législatives et municipales de février, et faire pression sur toutes les parties pour qu’ils désamorcent les tensions ethniques dans tout le pays avant les élections.

Un récent dialogue national contrôlé par le gouvernement, qui s’est tenu fin septembre 2019, n’a guère contribué à empêcher la crise anglophone de s’aggraver. Les séparatistes, dont les dirigeants sont pour la plupart basés à l’extérieur du pays ou en prison à Yaoundé, n’ont pas été invités aux consultations, et les ont considérées comme un stratagème du gouvernement pour détourner les critiques internationales. Même ceux qui parmi les anglophones recherchent une solution fédéraliste plutôt que la création de leur propre Etat ont eu peu d’opportunités de présenter leur point de vue. Les fonctionnaires responsables n’ont pas donné aux participants au dialogue la possibilité de discuter des recommandations qui ont été transmises au président. Elles comprenaient l’idée d’un statut spécial pour le Sud-Ouest et le Nord-Ouest en vertu des dispositions de décentralisation de la Constitution de 1996, mais dans l’ensemble, elles n’ont guère apporté de nouveautés. Au contraire, le dialogue national n’a fait que renforcer la détermination des séparatistes à poursuivre leur rébellion et a donné du pouvoir, des deux côtés, aux partisans de la ligne dure.

L’UA n’a jusqu’à présent pris que des mesures limitées pour contribuer à éviter l’aggravation du conflit. Parmi les plus récentes figure une mission tripartite au Cameroun en novembre 2019, en collaboration avec le Commonwealth et l’Organisation internationale de la Francophonie, visant à contenir la violence et, selon les propres termes de la mission, à « accroître la cohésion nationale ». La Commission africaine des droits de l’homme et des peuples a condamné les violations commises pendant la crise. Mais le CPS de l’UA, l’organe chargé du maintien de la paix et de la sécurité sur le continent, a refusé de mettre la crise anglophone à son ordre du jour, en grande partie à cause des pressions exercées par Yaoundé. Si le Cameroun rejoint le CPS en avril 2020, comme cela semble probable, il sera encore plus difficile pour le conseil de discuter du conflit. Il est essentiel que le gouvernement s’appuie sur son dialogue national et entame des discussions avec les dirigeants anglophones de toutes tendances, ce qui impliquerait probablement une diplomatie de navette par une tierce partie. Des mesures susceptibles de restaurer la confiance des deux côtés sont également nécessaires : le gouvernement devrait libérer un certain nombre de détenus et les rebelles devraient clairement indiquer leur volonté d’accepter un cessez-le-feu. Le gouvernement devrait également parler directement à tous les anglophones dissidents afin de les sortir de la lutte armée. Dans un premier temps, il devrait permettre à un forum anglophone, la Conférence générale anglophone, de se réunir. Cette conférence rassemblerait un large éventail d’anglophones et les aiderait à se forger une position commune.

Le CPS devrait envisager de toute urgence de mettre le Cameroun sur le devant de la scène en élaborant une stratégie de pression publique visant à pousser les deux parties à faire des concessions et à entamer des négociations. Idéalement, il faudrait qu’il demande à Moussa Faki de nommer un envoyé spécial pour le Cameroun, qui s’efforcerait d’assurer la liaison entre le gouvernement et les rebelles. L’UA devrait également renouveler son offre de médiation et aider à mobiliser d’autres acteurs clés, tels que l’ONU et l’Église catholique, pour faire pression sur les deux parties afin qu’elles acceptent de négocier. Les dirigeants de l’UA et les chefs d’Etat africains, actuels et anciens, potentiellement influents, pourraient contribuer à amener le président Paul Biya à accepter un dialogue inclusif. Les élections municipales et législatives de février au Cameroun risquent d’alimenter de nouvelles violences, tant dans les régions anglophones qu’ailleurs. La plupart des anglophones ne semble pas intéressée par ces élections. En tout cas, beaucoup auraient du mal à voter : des centaines de milliers de personnes ont été déplacées, et aucune disposition n’est prévue pour leur participation ; dans le même temps, des séparatistes ont kidnappé des candidats, attaqué des bureaux de vote et juré d’entraver le scrutin. Le gouvernement a assuré aux anglophones qu’ils pourraient voter, a déployé des troupes supplémentaires et a regroupé les bureaux de vote pour mieux les sécuriser. Mais les électeurs ne seront malgré tout pas en mesure de se déplacer en toute sécurité le jour du scrutin. Le principal chef de l’opposition, Maurice Kamto, un francophone, a appelé les électeurs à ne pas aller voter, craignant que la tenue du scrutin sans la participation des anglophones ne fasse que renforcer la revendication des séparatistes d’obtenir leur propre Etat. L’UA devrait également exhorter le gouvernement à s’impliquer avec Kamto et d’autres dirigeants de partis politiques et de la société civile pour faire face aux tensions ethniques croissantes, en particulier entre les Bulu, la communauté du président Biya, et les Bamiléké, celle de Kamto.


VI. Faire pression pour obtenir un compromis à l’approche des élections en Somalie


La Somalie doit organiser des élections parlementaires et présidentielles en décembre 2020 et début 2021, respectivement, mais les relations tendues entre le gouvernement fédéral du président Mohamed Abdullahi « Farmajo » et les régions somaliennes, ou Etats membres fédéraux, menacent de saboter le scrutin. Ces tensions vont probablement se renforcer à mesure que les élections se rapprochent. Al-Shabaab, l’insurrection islamiste somalienne, pourrait bien en profiter pour intensifier sa campagne de violence. L’Amisom, la mission anti-insurrectionnelle de l’UA en Somalie, pourrait jouer un rôle clé pour minimiser cette violence pendant la période électorale. En attendant, l’UA devrait intensifier ses efforts pour réconcilier Mogadiscio et les Etats membres fédéraux avant le vote.

Al-Shabaab est resté une menace importante dans une grande partie de l’Afrique de l’Est en 2019, menant des attaques à la fois à l’intérieur et à l’extérieur de la Somalie. Le 28 décembre, l’explosion d’une bombe près d’un poste de contrôle très fréquenté dans la capitale a tué une centaine de personnes, dont plus de 90 civils. Le raid de janvier 2019 sur le complexe de Dusit à Nairobi, ainsi que l’attaque d’une base aérienne utilisée par l’armée américaine sur la côte nord du Kenya le mois dernier, illustrent l’audace et l’adaptabilité constante du groupe y compris en dehors des frontières de la Somalie. La résilience d’Al-Shabaab tient en partie à sa capacité à naviguer dans un univers clanique complexe, à assurer l’ordre tout en fournissant des services de base dans les zones qu’il contrôle et à lever des fonds par le biais de prélèvements de taxes et l’extorsion. L’endurance du groupe militant est également due à la faible emprise du gouvernement fédéral sur la sécurité, qui se trouve encore relâchée par la concurrence entre les élites. Dans la perspective des prochaines élections, Farmajo tente d’installer des alliés à la tête des principaux Etats membres fédéraux, malgré les résistances locales. Dans le Jubaland, le gouvernement fédéral a refusé de reconnaître la réélection du président de l’Etat Ahmed Madobe en août, en raison des inquiétudes suscitées par le déroulement du scrutin et des allégations du gouvernement selon lesquelles le processus de sélection des candidats violait la Constitution. En conséquence, les relations entre le Jubaland et Mogadiscio sont pratiquement gelées. La situation n’est guère meilleure à Galmudug, où les dirigeants de tout l’éventail politique ont rejeté l’ingérence de Mogadiscio à l’approche des élections locales prévues.

Les tensions entre Mogadiscio et les régions portent essentiellement sur des questions non résolues concernant les compétences fédérales par rapport aux compétences des Etats et la répartition des ressources, auxquelles s’ajoutent des visions fondamentalement divergentes de ce que signifie le fédéralisme dans la pratique. Récemment, certains Etats membres se sont plaints du fait que le gouvernement fédéral ne les avait pas suffisamment consultés lors de l’élaboration de nouvelles lois, telles qu’un projet de loi visant à réglementer le secteur pétrolier et un autre sur le système électoral.

Les tensions risquent de s’aggraver à l’approche des élections. Pour la première fois depuis 1969, les élections doivent se dérouler au suffrage universel (les dernières élections ont été indirectes, sous forme de collège électoral – avec la participation d’environ 14 000 électeurs seulement – et basées sur le système des clans). Le gouvernement maintient son engagement de garantir le droit de vote à tous les Somaliens. L’inscription des électeurs devrait commencer en mars, mais de grandes parties du pays sous le contrôle d’Al-Shabaab seront inaccessibles. D’autre part, les Etats membres fédéraux sont mécontents de la nouvelle loi électorale, et en particulier d’un article qui pourrait poser les jalons d’une prolongation du mandat de Farmajo dans le cas où les élections ne seraient pas organisées comme prévu. Une réunion en mai 2019 entre le gouvernement et les dirigeants des Etats fédéraux visant, entre autres, à résoudre ce différend a pris fin sans qu’une solution ne soit trouvée.

L’UA devrait faire pression sur Mogadiscio pour que ses relations avec les Etats membres fédéraux soient améliorées. De nouvelles discussions entre Farmajo et les présidents régionaux pourraient permettre un nouveau départ dans un format similaire à celui du National Leadership Forum, qui s’est réuni régulièrement avant les élections de 2016-2017. Un tel dialogue viserait à trouver un accord sur les procédures de vote. Les Etats membres fédéraux pourraient accepter de travailler avec le gouvernement fédéral pour assurer le bon déroulement des élections, et en retour Mogadiscio pourrait accepter une plus grande consultation avec les régions sur les règles électorales. Il pourrait être nécessaire de retarder l’adoption de la loi électorale à la chambre haute, même si le calendrier électoral s’en trouve modifié. L’UA pourrait chercher à négocier un tel compromis. L’AMISOM, qui peut accéder à des zones dangereuses du pays, inaccessibles pour les Nations unies et les autres partenaires, jouera un rôle crucial dans le maintien de la sécurité pendant le scrutin, surtout si le gouvernement tente d’étendre le droit de vote aux Somaliens dans tout le pays.


VII. Maintenir l’accord de paix au Soudan du Sud, déjà malmené, sur la bonne voie


Le processus de paix au Soudan du Sud est en panne. Le cessez-le-feu en place depuis le dernier accord de paix, signé en septembre 2018 par les deux principaux belligérants, le président Salva Kiir et son ancien vice-président Riek Machar, tient heureusement encore. La trêve permet aux Sud-Soudanais de retourner dans leurs villages pour s’occuper de leurs cultures et bénéficier des services de base et de l’aide humanitaire. Mais il pourrait être rompu si Kiir et Machar ne règlent pas leurs différends. Il reste moins d’un mois avant la date limite du 22 février pour que Kiir et Machar forment un gouvernement d’union. Une médiation soutenue à haut niveau est nécessaire de toute urgence s’ils veulent avoir une chance de parvenir à un accord avant cette date en surmontant leurs différends. L’engagement limité des chefs d’Etat d’Afrique de l’Est au cours des dix-huit derniers mois ne permet guère d’espérer qu’ils seront prêts à jouer ce rôle. En tant qu’architecte de l’accord de paix initial de 2015, qui a échoué en partie à cause d’une participation extérieure insuffisante, l’UA devrait redoubler d’efforts pour s’assurer que l’accord actuel reste sur la bonne voie.

Trois questions clés qui avaient été écartées de l’accord de septembre 2018 doivent encore être résolues. Le premier obstacle immédiat est la question épineuse du nombre et de la délimitation des Etats au sein du Soudan du Sud, qui constitue de facto la répartition du pouvoir dans le pays. En 2014, Machar a appelé à une division en 21 Etats, mais Kiir a ensuite redessiné la carte, créant 28 puis 32 Etats, de manière à favoriser sa base politique. Le vice-président de l’Afrique du Sud, David Mabuza, a proposé une période d’arbitrage de 90 jours qui s’étendrait au-delà du 22 février. Machar a rejeté cette proposition et exige qu’un accord sur la configuration des Etats soit conclu avant qu’il ne rejoigne un gouvernement d’union. Toute autre solution serait considérée comme une capitulation de la part de nombreux rebelles, risquant de fragmenter la coalition de Machar. Un compromis devrait être possible. Les partis de Kiir et de Machar pourraient avoir suffisamment de marge de manœuvre pour accepter d’ajuster leurs positions spécifiques sans perdre des soutiens cruciaux. Les médiateurs pourraient également insister sur le fait que le parti intransigeant devra assumer la responsabilité d’un échec à ce niveau.

Un deuxième point de friction est la réforme de l’armée : le projet d’unification des 83 000 combattants fidèles à Kiir ou à Machar a pris du retard en raison des pénuries de nourriture, d’eau et de fournitures médicales, qui ont obligé les soldats à abandonner les sites de cantonnement. Une première étape importante consisterait pour Kiir à s’assurer que les fonds qu’il a promis pour l’unification de l’armée soient effectivement alloués à des activités y afférentes et que ses troupes arrivent sur les sites d’entraînement désignés pour permettre aux nouvelles unités conjointes de se former. Ce geste lui permettrait de démontrer son engagement en faveur de l’intégration des forces rebelles. Machar devra probablement céder du terrain sur le calendrier d’intégration et le filtrage de ses forces, ainsi qu’accepter une réduction du nombre de troupes qu’il peut intégrer dans l’armée.

La troisième question en suspens concerne les dispositions relatives à la sécurité personnelle de Machar dans la capitale Juba une fois que le gouvernement d’unité aura été formé. Son retour à Juba en 2016 a entraîné l’échec de l’accord de paix de 2015 et a mené à de nouvelles hostilités qui ont éclaté en ville entre ses gardes du corps et ceux de Kiir. Pour empêcher Machar de retourner dans la capitale avec un important contingent de combattants, la mission des Nations unies au Soudan du Sud ou l’UA pourrait lui offrir la protection d’une tierce partie.

Tout accord entre Kiir et Machar nécessitera une diplomatie concertée de la part des dirigeants régionaux. Le président ougandais Yoweri Museveni et le général Abdel Fattah al-Burhan, président du Conseil de souveraineté du Soudan, ont négocié la prolongation du délai en novembre, la première médiation de haut niveau de ce type en 2019. Mais depuis lors, Museveni et Burhan se sont désintéressés de la question et la médiation du secrétariat de l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD), le bloc sous-régional chargé de diriger les négociations, ainsi que la mobilisation importante sur la question du nombre d’Etats de Mabuza et du nombre d’envoyés des voisins du Soudan du Sud, se sont révélés insuffisants pour combler le fossé entre Kiir et Machar. Pour leur part, les chefs d’Etat de l’IGAD se sont faits particulièrement discrets en raison, entre autres, de désaccords sur la question de savoir qui présiderait l’organisation. Le Soudan assumant aujourd’hui ce rôle, ils devraient se montrer plus actifs. Dans un cas de figure idéal, l’IGAD pourrait convoquer une réunion au sommet visant à faire pression sur les parties sud-soudanaises pour qu’elles trouvent un terrain d’entente. Le sommet de l’UA de février est le cadre idéal pour inciter l’IGAD à prendre de telles mesures.

L’UA et d’autres pays africains pourraient trouver un avantage à s’impliquer davantage. L’IGAD ne se met souvent en marche que lorsque des initiatives de médiation concurrentes commencent à prendre forme. L’intérêt accru de l’UA pourrait conduire soit à un engagement plus important de l’IGAD, soit à des discussions sur la manière de partager la responsabilité du processus de paix ou même de la transférer hors du bloc sous-régional. Le président de la Commission de l’UA, Moussa Faki, pourrait nommer un envoyé chargé de coordonner les efforts avec d’autres garants, notamment les Nations unies, l’UE, la Troïka (Etats-Unis, Royaume-Uni et Norvège) et la Chine, afin de sauver la transition. Cette approche s’inspirerait d’un modèle utilisé avec un certain succès au Soudan. Le groupe d’Etats africains du C5 (que l’Afrique du Sud préside et qui comprend également l’Algérie, le Tchad, le Nigéria et le Rwanda) mandaté par l’UA pour soutenir le travail de l’IGAD sur le processus de paix, devrait également peser de tout son poids pour inciter les membres de l’IGAD à convoquer une réunion au sommet et Kiir et Machar à résoudre les questions en suspens. Le CPS pourrait aider en détaillant à Kiir et Machar les mesures punitives auxquelles ils seraient confrontés, notamment des sanctions ciblées et l’isolement diplomatique sur le continent, s’ils ne parviennent pas à un accord d’ici le 22 février.

Enfin, le président sud-africain Cyril Ramaphosa lui-même pourrait jouer un rôle plus important, en tant que président de l’UA et du C5. Il pourrait, par exemple, faire pression sur Museveni pour convaincre son allié Kiir qu’il est largement préférable d’accepter un compromis sur les trois questions en suspens plutôt que de passer encore plusieurs années isolé de la communauté internationale. En tant que chef d’Etat en exercice, le président sud-africain aurait également le pouvoir de servir de médiateur direct entre Kiir et Machar, une opportunité qui n’est pas encore offerte à David Mabuza, l’adjoint et l’envoyé de Cyril Ramaphosa.


VIII. Garder le cap au Soudan


La transition du Soudan reste prometteuse bien que précaire. Le pays est confronté à des défis économiques et sécuritaires aigus, et la population est avide de changement, ayant constaté peu d’améliorations depuis l’entrée en fonction du nouveau gouvernement. Pour rester sur la bonne voie, la transition a besoin d’un soutien économique et politique extérieur et, en particulier, d’un garant crédible pour maintenir l’accord fragile de partage du pouvoir. L’UA, qui a joué un rôle essentiel dans cette transition, est bien placée pour jouer ce rôle.

L’année dernière, l’UA a pris des mesures énergiques à des moments critiques qui ont permis à la révolution de survivre. Tout d’abord, elle a condamné la prise de pouvoir militaire d’avril 2019, ce qui a forcé le président Omar el-Béchir à quitter ses fonctions – et par extension a refusé de reconnaître le gouvernement militaire qui a suivi – malgré le soutien affirmé des putschistes par des Etats membres influents comme l’Égypte. Deuxièmement, elle a suspendu le Soudan à la suite de la répression brutale des manifestants par l’armée le 3 juin. Puis, avec l’Ethiopie, l’organisation continentale a contribué à combler le fossé entre la coalition civile et les forces de sécurité, en négociant un accord de partage du pouvoir qui, s’il est respecté, permettra d’instaurer un régime entièrement civil en 2022.

Le gouvernement de transition, dirigé par l’économiste de renom Abdalla Hamdok et comprenant un cabinet en grande partie civil, est confronté à des défis considérables. On attend beaucoup de lui, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays, notamment qu’il apporte la paix aux confins du Soudan ravagés par la guerre et qu’il remanie la Constitution du pays en vue des élections prévues pour 2022, tout en maintenant l’équilibre politique précaire entre ses membres militaires et civils. Sa priorité absolue doit cependant être de réformer et de relancer l’économie soudanaise en difficulté. Les Soudanais continuent de souffrir d’une inflation galopante et d’une aide sociale de l’Etat insuffisante. En effet, la crise économique qui a fait descendre les gens dans la rue en 2019 n’a fait que s’aggraver. Il est très probable qu’il faudra du temps pour renverser l’héritage de Béchir, mais la population fait preuve de peu de patience et demande des changements rapides.

Même si l’UA et ses Etats membres ne sont pas en mesure d’offrir au Soudan une planche de salut économique, ils peuvent utiliser leur influence diplomatique pour inciter d’autres partenaires internationaux à le faire. Dans le cadre du forum des Amis du Soudan, l’UA devrait encourager les bailleurs de fonds internationaux à coordonner leur soutien économique et à identifier et réaliser des projets qui apportent des retombées positives à court terme aux Soudanais. Elle pourrait également appuyer la création d’un fonds fiduciaire à donateurs multiples, qui serait géré par la Banque Mondiale, et qui soutiendrait la diversification économique en s’écartant des industries extractives et en revitalisant le secteur agricole du Soudan.

L’UA et ses chefs d’Etat devraient également travailler avec les pays européens et les pays du Golfe pour faire pression sur les Etats-Unis afin qu’ils abandonnent leur stigmatisation dépassée du Soudan en tant qu’Etat soutenant le terrorisme. Le retrait du Soudan de la liste des pays terroristes ne résoudra pas tous les problèmes du pays, mais il encouragera les investisseurs internationaux à renouer avec le Soudan et permettra de lever un obstacle majeur à l’allègement de la dette, d’une valeur de 60 milliards de dollars. Il donnerait également un élan politique bienvenu au gouvernement de transition, en particulier à ses membres civils. Pour apaiser les craintes des Etats-Unis que l’appareil sécuritaire soudanais puisse utiliser ce retrait de la liste des pays terroristes pour renforcer son contrôle sur une économie soudanaise plus ouverte, gagner de l’influence et même en profiter pour faciliter le retour d’un gouvernement exclusivement militaire, le CPS de l’UA pourrait envisager de définir son propre régime de sanctions qui viserait ceux qui entraveraient la transition politique ou économique.

L’absence d’un garant officiel compromet l’accord de partage du pouvoir au Soudan. L’UA pourrait se porter garante de manière informelle en nommant un nouvel envoyé spécial. Opérant à partir du bureau de liaison de l’UA à Khartoum, qui devrait être étoffé en conséquence, l’envoyé accompagnerait la mise en œuvre de l’accord de transition et du programme de réforme. Cette tâche pourrait impliquer une médiation pour résoudre les désaccords entre les parties du gouvernement de transition, qui se méfient encore les unes des autres. En outre, l’envoyé pourrait superviser tout accord de paix conclu à l’issue des pourparlers de Juba entre le gouvernement et les groupes armés de la périphérie du pays – dans les régions du Nil Bleu, du Kordofan et du Darfour. En tout état de cause, le CPS devrait suivre de près les progrès de l’accord, idéalement en organisant des réunions mensuelles sur le Soudan.

Addis-Abeba/Nairobi/Bruxelles, 7 février 2020

 

 

Par Arrey Elvis Ntui, Crisis group, 8 February 2020

 

Avec le boycott de l’opposition et la faible participation escomptée dans les régions anglophones touchées par le conflit, le parti au pouvoir au Cameroun devrait remporter une grande victoire lors des prochaines élections. Dans ce questions-réponses, l’expert de Crisis Group, Arrey Ntui, explique pourquoi ce résultat signifie que le dialogue portant sur les crises du pays devra avoir lieu en dehors du Parlement.

 


Comment les élections camerounaises vont-elles probablement se dérouler ?


En novembre 2019, le président Paul Biya a convoqué des élections pour élire l’Assemblée nationale et les conseils municipaux du Cameroun, qui se tiendront le 9 février. Ces élections auraient dû avoir lieu en 2018, à la fin du mandat de cinq ans de ces organes, mais le gouvernement les a reportées à deux reprises. En 2018, le gouvernement a fait valoir qu’il était logistiquement impossible de les tenir en même temps que les élections présidentielles cette année-là, et en 2019, il a invoqué un climat politique et sécuritaire tendu, y compris dans les zones anglophones, pour justifier un nouveau report. Mais aujourd’hui, Biya procède au vote, peut-être pour sauver les apparences dans un contexte où le dialogue national organisé en septembre et octobre 2019 (dont il sera question plus loin) n’a pas permis de mettre un terme au conflit entre le gouvernement camerounais et les séparatistes anglophones. Ce conflit a fait environ 3 000 morts et déplacé plus de 700 000 personnes depuis 2017.

Les conditions pour les élections législatives et municipales ne sont guère idéales. Les habitants des zones anglophones ne voteront probablement pas en grand nombre, étant donné à la fois la persistance de la violence sur le terrain et leur opinion selon laquelle le gouvernement manque de légitimité. Même si le gouvernement a assuré aux anglophones qu’ils pourraient voter, et qu’il a déployé des troupes et regroupé les centres de vote pour mieux les sécuriser, les électeurs ne pourront malgré tout pas se déplacer en toute sécurité le jour du scrutin. Parallèlement, les séparatistes ont multiplié les attaques contre les bureaux de vote, contribuant ainsi à un sentiment général d’insécurité.

D’autres éléments sapent également la légitimité des élections. Maurice Kamto, chef du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), un parti d’opposition, a retiré sa liste de candidats et appelle maintenant au boycott du vote. Kamto – qui est arrivé en seconde position à l’élection présidentielle derrière le président Biya en 2018, une élection qu’il a ensuite prétendu avoir gagnée, pour être ensuite emprisonné sans motif pendant les huit premiers mois de 2019 – soutient que des élections crédibles appellent à des réformes électorales que le gouvernement n’a pas encore réalisées. Il s’agirait de mesures majeures pour prévenir la fraude et garantir que la commission électorale nationale soit totalement indépendante. Bien qu’il soit lui-même francophone, M. Kamto estime également que le fait de procéder à des élections alors que les anglophones ne pourront pas voter renforcerait les arguments séparatistes selon lesquels les institutions du pays ne représentent que les francophones et une petite élite anglophone cooptée. Enfin, Kamto a récemment annoncé qu’il retirait le MRC des élections après que ses candidats ont été empêchés de participer à plusieurs meetings électoraux par des alliés du parti au pouvoir (d’autres informations similaires concernant des candidats d’autres partis ont été relayées).

Le boycott initié par Kamto est peut-être plus important pour le message qu’il envoie que pour son impact sur les élections. Si la décision du chef du MRC peut sembler jouer le jeu des séparatistes qui appellent également au boycott, il est peu probable qu’elle affecte le vote dans les régions anglophones, en partie parce que la participation devrait de toute façon être très faible. Même en 2018, lorsque Kamto était sur les listes électorales, seuls 5 et 16 pour cent des électeurs admissibles ont voté respectivement dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest en raison de la situation de violence.

Mais que le boycott ait ou non un impact important sur les résultats du vote, le faible taux de participation des anglophones devrait permettre au Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) de remporter une victoire éclatante. Le RDPC est le seul parti à se présenter pour les 180 sièges de l’Assemblée nationale, et dans environ 20 pour cent de ces courses électorales, il n’a pas d’opposant. En cohérence avec les plaintes de Kamto concernant les obstacles rencontrés par les candidats du MRC, des rapports indiquent que des responsables proches du parti au pouvoir auraient œuvré pour faire en sorte que de nombreux membres des 42 autres partis d’opposition participant aux élections ne puissent pas s’inscrire comme candidats, ce qui fausse encore plus les règles du jeu.


Comment réagit le plus grand parti d’opposition au Parlement ?


Le Social Democratic Front (SDF), dont le fief électoral comprend depuis longtemps plusieurs parties des régions anglophones et qui est actuellement le plus grand parti d’opposition parlementaire (avec dix-huit sièges), s’oppose officiellement au boycott. Mais certains responsables du SDF se posent des questions sur cette position, compte tenu de la pression de plus en plus forte des citoyens anglophones qui se retournent contre le parti, en disant qu’il fait avancer la cause anglophone de façon trop timide.

D’autre part, même si le SDF ne participe pas au boycott, ses perspectives électorales sont limitées. Le parti soutient de longue date la résolution de la crise anglophone par le fédéralisme – plutôt que par la création d'un nouvel État – et cette position a été critiquée par les séparatistes, qui ont intimidé de nombreux candidats du SDF aux conseils municipaux ce qui a poussé plus d’une centaine d’entre eux à se retirer. Le SDF ne peut pas faire campagne, même dans certaines circonscriptions de ses bastions anglophones, car ses candidats craignent d’être attaqués. Ces inquiétudes sont loin d’être dénuées de tout fondement: des séparatistes ont enlevé à deux reprises le dirigeant du parti, John Fru Ndi, lui-même anglophone. N’étant plus en mesure de se rendre dans les zones anglophones où il craint pour sa propre sécurité, il est désormais basé dans la capitale, Yaoundé.


Comment la crise anglophone a-t-elle évolué depuis le dialogue national, et dans quelle mesure affecte-t-elle la dynamique politique ?


Le dialogue national contrôlé par le gouvernement, qui a débuté à Yaoundé fin septembre 2019, n’a pas permis d’empêcher l’aggravation de la crise anglophone. Les séparatistes, dont la plupart des dirigeants sont basés hors du pays ou sont en prison à Yaoundé, n’ont pas pris part à la conférence, qu’ils ont considérée comme un stratagème du gouvernement pour détourner les critiques internationales. Même les anglophones qui appellent à une solution fédéraliste plutôt qu’à la création de leur propre État, et qui s’abstiennent de toute violence, n’ont pas réellement eu l’occasion de présenter leurs points de vue. Le gouvernement n’a, par exemple, donné aucune chance aux participants de discuter des recommandations que le Premier ministre Joseph Ngute, qui a organisé le dialogue, a transmises au président Biya. Celles-ci comprenaient une recommandation visant à conférer un « statut spécial » aux régions anglophones du Sud-Ouest et du Nord-Ouest en vertu des dispositions de décentralisation de la Constitution de 1996.

A ce jour, même la recommandation portant sur le « statut spécial » – que le Parlement a approuvée en décembre et que le président Biya a présentée comme une solution efficace à la crise – semble vouée à avoir un impact limité. Le nouveau statut prévoirait, sur le papier, que le gouvernement central de Yaoundé consulte les assemblées régionales anglophones sur les décisions relatives à la formulation de la politique éducative et à l’application du common law dans leurs régions. Mais ces dispositions manquent de détails sur le type de consultations nécessaires ou sur la manière dont les mesures seraient mises en œuvre, ce qui frustre de nombreux anglophones et étaye l’argumentaire des séparatistes selon lequel la division du pays serait la seule solution à la marginalisation des anglophones.


Comment les risques de sécurité évoluent-ils à l’approche des élections ?


La violence dans les zones anglophones n’a pas diminué. Comme nous l’avons déjà indiqué, le gouvernement a déployé des troupes supplémentaires dans les régions anglophones et a tenté d'assurer aux citoyens de ces régions la possibilité de voter, notamment en envoyant des équipes de responsables de campagne du parti au pouvoir pour dialoguer avec les électeurs dans certaines parties du pays. Mais même ces équipes ont dû être protégées par des forces spéciales lourdement armées, ce qui a ôté toute crédibilité aux déclarations du gouvernement sur la tenue d’un scrutin pacifique. Si les autorités ont décidé de regrouper les centres de vote pour assurer une meilleure sécurité, cette mesure ne répond pas à la question de savoir comment les électeurs pourront se déplacer en toute sécurité le jour du scrutin. Les séparatistes ont accompagné leurs attaques contre les bureaux de vote de déclarations de « verrouillage » – une tactique qu’ils utilisent fréquemment, qui consiste à arrêter tout mouvement sur les routes et à confiner les gens chez eux – pendant la période électorale. Tout comme avant les élections de 2018, des milliers de civils ont fui les zones anglophones au cours des mois qui précèdent les élections pour rejoindre la brousse, les régions francophones du Cameroun ou le Nigéria.

Les tensions ethniques se sont également renforcées dans d’autres parties du pays au fur et à mesure que la crise politique s’aggravait. En avril, puis en octobre 2019, les tensions ont dégénéré en affrontements mineurs impliquant des personnes de l’ethnie Bulu (à laquelle appartient Biya), du groupe Bamiléké (auquel appartient Kamto) et d’autres groupes dans les régions du Sud et du Centre. A Sangmélima, dans le Sud, les Bulu locaux ont attaqué des commerces appartenant aux Bamouns et aux Bamilékés et des centaines d’entre eux ont fui la région. La violence n’était pas directement liée à une dispute électorale ou à une question de parti, mais semblait plutôt s’inscrire dans un contexte où des propos intolérants sont échangés entre les groupes ethniques de dirigeants politiques rivaux, sur les réseaux sociaux, voire, dans certaines régions, dans la rue. Le 30 janvier, un ministre de haut rang du gouvernement, s’adressant à la télévision nationale aux victimes des tensions communautaires dans la région du Centre, a averti que la violence pourrait s’intensifier si des mesures n’étaient pas prises pour calmer la situation.


Quelles sont les implications pour la crise globale du pays ?


Une victoire écrasante du RDPC lors des prochaines élections – qui, comme nous l’avons vu, semble être un résultat pratiquement acquis – va renforcer la tendance des institutions de l’État à privilégier les vues d’un seul parti et pourrait limiter les perspectives de discussions franches sur la résolution du conflit anglophone et d’autres crises latentes. Le parti au pouvoir domine déjà la chambre haute du Parlement, le Sénat, où il détient 87 sièges sur 100. Les élections du 9 février ne concernent que la chambre basse – l’Assemblée nationale – où le RDPC détient déjà 148 des 180 sièges. Cette majorité risque de devenir encore plus inégale.

Même si l’Assemblée nationale se conforme généralement aux souhaits du gouvernement sur les questions nationales, certains députés ont exprimé des inquiétudes quant à la situation dans les régions anglophones et le SDF a essayé (sans succès) de faire pression pour un débat parlementaire approfondi sur la crise. Si la domination du parti au pouvoir persiste, les quelques voix qui ont été prêtes à contester les positions du gouvernement sur ces questions risquent d’être réduites au silence.

La meilleure approche pour atténuer les tensions est probablement un dialogue extra- parlementaire. Le RDPC et les principaux partis d’opposition – tant le MRC que le SDF – doivent discuter de la façon de désamorcer la dangereuse dynamique intercommunautaire qui n’a fait que se renforcer au cours de l’année écoulée. Ils doivent se concentrer sur la manière de juguler le risque accru de voir les divisions politiques et les tensions ethniques s’alimenter mutuellement, jusqu’à entraîner une spirale de violence. En ce qui concerne la crise anglophone, une piste intéressante pour la prochaine étape pourrait être que le gouvernement organise des consultations sérieuses avec les représentants anglophones (au-delà des élites pro-gouvernementales de Yaoundé) sur le contenu de tout règlement politique du conflit – ce qu’il aurait dû faire dans le cadre du dialogue national – étant entendu que tout arrangement durable devra accorder suffisamment de poids à ces perspectives.

 

 

By Arrey Elvis Ntui, Crisis Group, 8 February 2020


With a boycotting opposition and low expected turnout in conflict-affected Anglophone regions, Cameroon’s ruling party should win big in forthcoming elections. In this Q&A, Crisis Group expert Arrey Ntui explains why that result means dialogue about the country’s crises will have to happen outside parliament.

 

How are Cameroon’s elections likely to unfold?


In November 2019, President Paul Biya called elections for Cameroon’s National Assembly and local councils, to be held on 9 February. The elections should have been held in 2018, when these bodies’ five-year terms came to a close, but the government has put them off twice. In 2018, the government argued that it was logistically impossible to hold them at the same time as the presidential polls that year, and in 2019 it cited a tense political and security atmosphere, including in Anglophone areas, as justification for further delay. Now Biya is moving ahead with the vote, however, perhaps in order to keep up appearances after the national dialogue held in September and October 2019 (discussed below) failed to bring an end to the Cameroonian government’s conflict with Anglophone separatists. That conflict has claimed roughly 3,000 lives and displaced more than 700,000 people since 2017.

Conditions for the legislative and municipal elections are hardly ideal. Residents in Anglophone areas are unlikely to vote in significant numbers, given both the ongoing violence on the ground and their view that the government lacks legitimacy. Although the government has assured Anglophones that they will be able to cast ballots, and has deployed troops and clustered polling centres to better secure them, voters will still be unable to travel safely on election day. At the same time, separatists have stepped up attacks on election offices, contributing to a general sense of insecurity.

Other developments are also undermining the elections’ legitimacy. Maurice Kamto, leader of the opposition Cameroon Renaissance Movement (known by its French acronym, MRC), has withdrawn his party’s slate and is now calling for a boycott of the vote. Kamto – who was runner-up to President Biya in 2018, an election he later claimed to have won, and was then jailed without charge for the first eight months of 2019 – argues that credible polls require electoral reforms the government has yet to make. These would include meaningful measures to prevent fraud and ensure that the national electoral commission is fully independent. Although he is French-speaking himself, Kamto also takes the position that moving forward with elections while Anglophones are unable to vote would strengthen separatist arguments that the country’s institutions represent only Francophones and a small, co-opted English-speaking elite. Finally, Kamto has recently suggested that he withdrew the MRC from the polls after its candidates were blocked from competing in various races by allies of the ruling party. (There have been similar reports about candidates from other parties.)

The Kamto-led boycott may be more important for the message it sends than for its impact on the polls. While the MRC leader’s move may appear to play into the hands of separatists who also call for a boycott, it is unlikely to affect the vote in Anglophone regions, in part because participation is already expected to be so low. Even in 2018, when Kamto was on the ballot, only some 5 per cent and 16 per cent of eligible voters cast a ballot in the Anglophone North West and South West regions, respectively, due to the violence.

But whether or not the boycott has much impact on vote tallies, low Anglophone turnout is expected to hand the ruling Cameroon People’s Democratic Movement (CPDM) a sweeping victory. The CPDM is the only party standing for all 180 National Assembly seats, and it is running unchallenged in about 20 per cent of these races. Consistent with Kamto’s complaints about impediments faced by MRC candidates, reports suggest that officials close to the ruling party have worked to ensure that many members of the 42 other opposition parties participating in the polls are unable to register as candidates, which skews the playing field further.


How is the biggest opposition party in parliament reacting?


The Social Democratic Front (SDF), whose electoral heartland has long included many parts of the Anglophone regions and which is currently the largest parliamentary opposition party (holding eighteen seats), officially opposes the boycott. But some SDF officials increasingly question whether that is the right position, given mounting pressure from Anglophone citizens who are turning against the party, saying it is too timid in furthering the Anglophone cause.

Moreover, even though the SDF is not participating in the boycott, its election prospects are poor. The party’s longstanding support for resolving the Anglophone crisis through federalism – rather than the creation of a new state – has been criticised by separatists, who have intimidated many SDF candidates for local councils, over a hundred of whom have decided to withdraw. The SDF cannot campaign even in some constituencies in its Anglophone strongholds because its candidates fear they may be attacked. These are not idle concerns: separatists have twice abducted the SDF’s leader John Fru Ndi, himself an Anglophone. Unable to travel to Anglophone areas because he fears for his own safety, he is now based in the capital, Yaoundé.


How has the Anglophone crisis played out since the national dialogue, and how is it affecting political dynamics?


The government-controlled national dialogue, which commenced in Yaoundé at the end of September 2019, has done little to prevent the Anglophone crisis from deepening. Separatists, most of whose leaders are based outside the country or are in prison in Yaoundé, took no part in the conference, which they viewed as a government ploy to deflect international criticism. Even those Anglophones who seek a federalist solution rather than their own state, and who largely eschew violence, were given little room to present their views. For example, the government offered participants no chance to discuss the recommendations that Prime Minister Joseph Ngute, who convened the dialogue, transmitted to President Biya. These included a recommendation to confer “special status” on the Anglophone South West and North West regions under the decentralisation provisions of the 1996 constitution.

As it stands, even the “special status” recommendation – which parliament approved in December and which President Biya has touted as a working solution to the crisis – seems destined to have limited impact. The new status would, on paper, provide for the central government in Yaoundé to consult Anglophone regional assemblies concerning decisions about the formulation of educational policy and the application of common law in their regions. But the provisions lack details on what kind of consultation is required or how the measures would be implemented, leaving many Anglophones frustrated, and bolstering the separatist narrative that division of the country is the only solution to English speakers’ marginalisation.


How are security risks evolving in the run-up to elections?


Violence in Anglophone areas has continued unabated. As noted above, the government has deployed additional troops to the Anglophone regions and tried to assure citizens there that they will be able to vote, including by sending teams of ruling-party campaign officials to engage with voters in some areas. But even these teams had to be guarded by heavily armed special forces, undermining the government’s narrative that peaceful polls are in the offing. While authorities have decided to group voting centres together to provide better security, this step does not address the question of how voters will travel safely on voting day. Separatists have accompanied their attacks on election offices with declarations of a “lockdown” – a tactic they use frequently, which consists of stopping all movement on roads and confining people to their homes – for the election period. As before the 2018 elections, thousands of civilians have fled Anglophone areas in the months leading up to the vote – into the bush, to Cameroon’s Francophone regions or to Nigeria.

Ethnic tensions have also risen in other parts of the country as the political crisis has deepened. In April and again in October 2019, tensions spilled over into minor clashes involving people of the Bulu ethnic group (to which Biya belongs), the Bamileke group (to which Kamto belongs) and others in the South and Centre regions. In Sangmelima in the South region , for instance, local Bulu attacked businesses belonging to Bamouns and Bamilekes, hundreds of whom fled the area. The violence did not directly result from an electoral or party dispute but appeared to be part of a pattern of intolerant rhetoric traded between the ethnic groups of rival political leaders, playing out in social media and, in some areas, on the street. On 30 January, a senior government minister, speaking on national television to victims of communal tensions in the Centre region, warned that violence might intensify unless action was taken to calm things down.


What are the implications for the country’s overall crisis?


An overwhelming CPDM victory in the forthcoming elections – which, as noted, seems to be a nearly foregone conclusion – will further bias the character of state institutions toward the views of a single party and seems bound to reduce prospects for frank discussions about resolving the Anglophone conflict and other brewing crises. The ruling party already dominates the upper house of parliament, the Senate, where it holds 87 of 100 seats. The 9 February elections are only for the lower house – the National Assembly – where the CPDM already holds 148 of 180 seats. That majority is likely to become even more lopsided.

Although the National Assembly usually complies with the government’s wishes on national issues, some deputies have expressed concerns about the situation in Anglophone regions and the SDF has tried (albeit unsuccessfully) to push for a full parliamentary debate on the crisis. Further ruling-party dominance risks muting the handful of voices that have been willing to challenge government positions on these issues.

The best approach for lowering tensions likely lies in dialogue outside parliament. The CPDM and the major opposition parties – both the MRC and the SDF – need to talk about how to defuse the dangerous intercommunal dynamics that have become more pronounced over the past year. They should focus on how to contain the rising risk of political divisions and ethnic tensions fuelling each other in an escalatory spiral. As for the Anglophone crisis, a good next step would be for the government to have meaningful consultations with Anglophone representatives (beyond pro-government elites in Yaoundé) about the content of any political settlement – something it should have done in the context of the national dialogue – with the understanding that any durable arrangement will need to give sufficient weight to these perspectives.

 

 

Banners